Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

> Philippe Jaccottet (Traducteur)
> Jean-Pierre Maurel (Préfacier, etc.)

ISBN : 2020239051
Éditeur : Editions du Seuil


Note moyenne : 4.26/5 (sur 23 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Rien moins qu'un livre-monument, conçu à la manière d'une cathédrale. D'abord publié entre 1931 et 1933, du vivant de Robert Musil, L'Homme sans qualités est resté inachevé. L'écrivain autrichien meurt en 1942,... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

Critiques, analyses et avis (4)

> Ajouter une critique

    • Livres 4.00/5
    Par brigittelascombe, le 23 février 2013

    brigittelascombe
    "Un monde de qualités sans homme est né, un monde d'évènements sans personne pour les vivre".
    C'est le chaos intérieur et le vide spirituel d'Ulrich, son personnage principal, homme sans qualités et brillant Autrichien, que décrit Robert Musil (écrivain intellectuel, essayiste et critique littéraire autrichien qui ne connut pas la renommée de son vivant) dans L'homme sans qualités, roman inachevé, complexe, ardu, satirique et visionnaire.
    1913. Avant guerre. Prenant une année sabbatique (après avoir été, comme Robert Musil en personne, officier puis ingénieur), Ulrich (32 ans) part à la découverte de lui-même et de la société viennoise bercée par l'impérialisme de François Joseph qui règne sur l'Autriche et la Hongrie.Ce sont moult réflexions qui se croisent ici à travers les différents personnages (dont celui du docteur Paul Arnheim, patron d'usine capitaliste, Agathe, soeur attirante et libérée d'Ulrich, l'assassin Moosbruger, le comte Leinsdorf organisateur de jubilé..) car Robert Musil met en parallèle un pan d'histoire, le moment où l'Autriche-Hongrie, voulant imiter l'Allemagne fêtant l'empereur Guillaume II,organise un comité des fêtes pour couronner les 70 ans de règne de François-Joseph. le monde des arts, de la culture, de l'armée et de l'industrie alterne alors les soirées mondaines entre flatteries, intrigues et amourettes, tout en oubliant ses hésitations pour se lancer dans des changements radicaux et en oblitérant son statut de perdant en cette année 1918 de fin de 1° guerre mondiale.
    "Il n'y a plus d'avenir dans l'instable que dans le stable, et le présent n'est rien qu'une hypothèse..."
    Visionnaire Robert Musil? voyant pointer à l'horizon, au-delà de sa métaphore, le spectre du nazisme.
    L'écriture élégante, ironique de l'auteur, son style (différent de celui des romans linéaires traditionnels), l'ont rapproché de James Joyce (Ulysse) et l'ont placé par la suite parmi les écrivains phares du XX° siècle.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 21         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par steka, le 07 janvier 2013

    steka
    Ne se préoccupant nullement d'avantages financiers ou de célébrité, Musil passa les 20 dernières années de sa vie à travailler sur ce roman, finalement inachevé et probablement inachevable. Roman philosophique, d'analyse historique et sociologique mais aussi roman de la réalité individuelle et de la conquête de liberté, L'homme sans qualités décrit le basculement d'un monde (le notre)dans ce que certains ont appelé la modernité. Parler d'intelligence au sujet de Musil ne pourrait être qu'un euphémisme et ce livre mérite tous les efforts et le temps nécessaire à sa lecture.
    "Il n'est malheureusement rien d'aussi difficile à rendre, dans toutes les belles-lettres, qu'un homme qui pense. Un grand découvreur à qui l'on demandait comment il s'y prenait pour avoir tant d'idées neuves répondit : en ne cessant d'y penser. On peut bien dire, en effet, que les idées inattendues ne se présentent à nous que parce que nous les attendons."
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 11         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par nikolagofo, le 27 août 2013

    nikolagofo
    Vous savez vraiment bien nager? Alors plongez-vous dans ce livre. Moi, je m'y suis noyé vers la 250ème page, ne sachant que penser. Beaucoup de passages m'ont plu, mais je n'ai pas eu la force de continuer la traversée. Est-ce ma méconnaissance de l'Autriche de l'époque (je ne la connais pas beaucoup mieux aujourd'hui). Est-ce l'incompréhension du texte? L'homme sans qualités est un livre que je respecte, comme on respecte quelque chose de mystérieux et d'imposant, comme on respecte la forêt amazonienne ou l'Everest. Comme on respecte la personne qui est arrivée au bout de ce livre.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la critique

  • Par bouchra-benj, le 26 octobre 2013

    bouchra-benj
    Je veux toujours le relire, je ne l'ai pas encore fait..

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique

> voir toutes (51)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par velvetunderground, le 10 avril 2012

    Qu'est-ce donc que nos actes, sinon une terreur nerveuse de n'être rien : à commencer par les divertissements qui n'en sont pas, qui ne sont que du vacarme, un caquetage encourageant pour tuer le temps parce qu'une obscure certitude nous dit qu'il finira par nous tuer, pour aboutir aux inventions enchérissant l'une sur l'autre, aux absurdes montagnes d'argent qui tuent l'esprit (qu'on soit écrasé ou porté par elles), aux modes anxieusement changeantes de l'esprit, aux vêtements sans cesse modifiés, au meurtre, à l'assassinat, à la guerre, en quoi se décharge une profonde méfiance à l'égard de ce qui dure et du créé ; qu'est-ce tout cela, sinon l'agitation d'un homme empêtré jusqu'au genou dans une tombe dont il essaie de se dégager mais à laquelle il n'échappera jamais, d'un être qui ne se dérobe jamais au néant, qui, se précipitant avec angoisse dans toutes sortes de figures, n'en demeure pas moins, en quelque point secret de lui-même à peine deviné, caducité et néant ?
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 8         Page de la citation

  • Par velvetunderground, le 10 avril 2012

    Mais tous ceux, ecclésiastiques, historiens ou artistes, qui sont tenus de comprendre quelque chose à l'âme parce qu'ils en tirent de bons revenus, prétendent que l'âme a été ruinée par les mathématiques, que les mathématiques sont la source d'une perversion de l'intelligence qui, si elle fait de l'homme le maître de la terre, fait aussi de lui l'esclave de la machine. La sécheresse intérieure, le surprenant mélange de sensibilité aux détails et d'insouciance devant l'ensemble, l'extraordinaire solitude de l'homme dans un désert de détails, son inquiétude, sa méchanceté, l'indifférence sans égal de son coeur, sa cupidité, sa froideur et sa violence, toutes caractéristiques de notre temps, ne peuvent être autre chose, si l'on en croit ces censeurs, que la conséquence des pertes que ferait subir à notre âme une pensée aiguisée par la logique !
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la citation

  • Par velvetunderground, le 10 avril 2012

    (1) Au fond, il en est peu qui sachent encore, dans le milieu de leur vie, comment ils ont bien pu en arriver à ce qu'ils sont, à leurs distractions, leur conception du monde, leur femme, leur caractère, leur profession et leurs succès ; mais ils ont le sentiment de n'y plus pouvoir changer grand-chose. On pourrait même prétendre qu'ils ont été trompés, car on n'arrive jamais à trouver une raison suffisante pour que les choses aient tourné comme elles l'ont fait ; elles auraient aussi bien pu tourner autrement ; les évènements n'ont été que rarement l'émanation des hommes, la plupart du temps ils ont dépendu de toutes sortes de circonstances, de l'humeur, de la vie, et de la mort d'autres hommes, ils leur sont simplement tombés dessus à un moment donné. Dans leur jeunesse, la vie était encore devant eux comme un matin inépuisable, de toutes parts débordant de possibilités et de vide, et à midi déjà voici quelque chose devant vous qui est en droit d'être désormais votre vie, et c'est aussi surprenant que le jour où un homme est assis là tout à coup, avec qui l'on a correspondu pendant vingt ans sans le connaître, et qu'on s'était figuré tout différent.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la citation

  • Par velvetunderground, le 10 avril 2012

    (2) Mais le plus étrange est encore que la plupart des hommes ne s'en aperçoivent pas ; ils adoptent l'homme qui est venu à eux, dont la vie s'est acclimatée en eux, les évènements de sa vie leur semblent désormais l'expression de leurs qualités, son destin est leur mérite ou leur malchance. Il leur est arrivé ce qui arrive aux mouches avec le papier tue-mouches : quelque chose s'est accroché à eux, ici agrippant un poil, là entravant leurs mouvements, quelque chose les a lentement emmaillotés jusqu'à ce qu'ils soient ensevelis dans une housse épaisse qui ne correspond plus que de très loin à leur forme primitive. dès lors, ils ne pensent plus qu'obscurément à cette jeunesse où il y avait en eux une force de résistance : cette autre force qui tiraille et siffle, qui ne veut pas rester en place et déclenche une tempête de tentatives d'évasions sans but ; l'esprit moqueur de la jeunesse, son refus de l'ordre établi, sa disponibilité à toute espèce d'héroïsme, au sacrifice comme au crime, son ardente gravité et son inconstance, tout cela n'est que tentative d'évasion.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la citation

  • Par velvetunderground, le 10 avril 2012

    Il croyait voir toutes choses autrement que les autres ; les autres passaient indifférents devant des choses qui le frappaient, et là où d'autres avec indifférence mettaient la main sur un objet, le seul mouvement de son propre bras lui semblait déjà lourd d'aventures spirituelles ou d'une paralysie amoureuse d'elle-même. Il était sensible, et son âme, toujours émue de rêveries, était pleine de dépressions, de montagnes et de vallées ondoyantes ; il n'était jamais indifférent, mais, voyant en chaque chose un bonheur ou un malheur, il avait sans cesse l'occasion de faire travailler son esprit.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 8         Page de la citation

> voir toutes (3)

Video de Robert Musil

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Robert Musil

Les Désarrois de l'élève Törless (Der junge Törless), film allemand, réalisé par Volker Schlöndorff (1966)








Acheter sur Amazon
   

Faire découvrir L'homme sans qualités par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (66)

> voir plus

Quiz

    Le monde est à nous, de Laurent Edel (niveau : difficile)

    A sa sortie de Sciences Po, Laurent Edel part travailler au Vietnam puis dans la Sillicon Valley. A son retour en France, il crée "Republic Alley", un incubateur de start-up internet, qu’il vend en 2002. Il entreprend ensuite, en famille, un tour du monde puis il coécrit en 2004 avec son épouse, Chine Lanzmann, "Le monde est à nous" (Editions JC Lattès). Actuellement coach en business et entrepreneur, Laurent Edel souhaite offrir une aide aux personnes qui cherchent à créer une entreprise sur la base d'une idée innovante : quel est le nom de la société qu’il a créée à cet effet ?

    •   “Good Futur”
    •   “Food Future”
    •   “Foudre Future”

    7 questions - 5 lecteurs ont répondu
    Thème : monde du travail , monde , économie , finance , société , business

    Créer un quiz sur ce livre.