Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

> Simon Jeune (Éditeur scientifique)
> Joris-Karl Huysmans (Préfacier, etc.)

ISBN : 2859569979
Éditeur : Ramsay (1992)


Note moyenne : 3.15/5 (sur 20 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Gamiani, le seul érotique romantique, marque d'une empreinte profonde tous ses lecteurs. C'est l'ouvrage clandestin qui a été le plus souvent réédité depuis le siècle dernier. Malheureusement, de réédition en réédition, le vrai texte disparaissait de plus en plus derriè... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

Critiques, analyses et avis (2)

> Ajouter une critique

    • Livres 2.00/5
    Par Luniver, le 05 août 2013

    Luniver
    Une rumeur arrive aux oreilles d'Alcide : la comtesse Gamiani aurait de forts penchants homosexuels. Il ne lui en faut pas plus pour que son imagination s'emballe et décider de voir ça de ses propres yeux. le soir même, il parvient à se cacher dans la chambre de la comtesse. Incapable de se maîtriser en la voyant s'ébattre avec son amie, il sort bientôt de sa cachette pour se précipiter dans leur lit, où il est d'ailleurs favorablement accueilli.
    Après la bataille, et quelques exclamations de dégoût un peu tardives pour les pratiques effectuées, la comtesse raconte ses souvenirs de jeunesse : sado-masochisme, viol, relations avec un singe, avec un pendu, et j'en passe. Ces souvenirs enflamment les sens des auditeurs et les lancent de nouveau dans des pratiques bestiales qu'ils regrettent sitôt finies.
    On retrouve finalement la marque de fabrique des textes érotiques des siècles passés : transgressifs, beaucoup, mais érotiques, bien peu.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 23         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par brigittelascombe, le 23 novembre 2012

    brigittelascombe
    "Une tribade! Oh! ce mot retentit à l'oreille d'une manière étrange;puis il élève en vous je ne sais quelles images confuses de voluptés inouies,lascives à l'excés" confie Alcide le narrateur, qui après avoir surpris les rumeurs d'homosexualité qui courent sur la Comtesse Gamiani, une femme du monde "gracieuse, empressée" et souriante, va se cacher pour surprendre ses secrets, puis surexcité par la vision de ses ébats avec Fanny, une jeune amie "ravissante" et crédule, va se mêler à leurs jeux amoureux.
    Entre monologue (du voyeur actif) et dialogues de théâtre, entre érotisme et poésie; Alfred de Musset "le dandy débauché" joue le registre des fantasmes les plus pervers (allant puiser dans les souvenirs passés de Gamiani "extrême en tout": zoophilie,orgies,viols, nécrophilie, sado-masochisme..la lubricité ambiante) et a l'air de s'en donner à coeur joie à grand renfort de Ahhhh!!!
    Et pourtant l'écriture, du dramaturge et poète incontournable, est belle ("Nos langues se croisaient,brûlantes,acérées;nos âmes se fondaient en une seule") parsemée de mots désuets qui signent son élégance.
    Gamiani: Ou Deux Nuits d'excès reprend le thème de On ne badine pas avec l'amour où l'on se désire, on souffre jusqu'à en mourir, le thème aussi de Les deux maîtresses puisque les trois personnages sont un homme et deux femmes.Les personnalités du trio amoureux sont bien rendues...mais trop c'est trop!
    On pense à la rentrée littéraire 2012, où Christine Angot avec Une semaine de vacances choque le tout venant en dépeignant une sexualité torride mais mécanique avec prise de pouvoir. Là, les trois acceptent cette sexualité débridée,même si Alcide et Fanny ("vous me forcez à rougir") se culpabilisent ou font parfois les dégoûtés(ce qui est quelque peu risible),ils se prêtent au jeu sauf lorsque "l'ivresse des sens" de la comtesse lui fait perdre la tête.
    On pense à L'amant de Lady Chatterley, mais ici la possession et la violence des relations prévaut.
    Les deux nuits d'excès étaient des nuits de folie dans tous les sens du terme et on pousse un ouf de soulagement lorsqu'on voit les âne, toutou et singe....et autres énergumènes se fondre dans la nuit!
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 8         Page de la critique

> voir toutes (4)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par lauravanelcoytte, le 06 juillet 2010

    "Une Tribade ! Oh ! ce mot retentit à l'oreille, d'une manière étrange ; puis, il élève en vous je ne sais quelles images confuses de voluptés inouïes, lascives à l'excès. C'est la rage luxurieuse, la lubricité forcenée, la jouissance horrible qui reste inachevée.

    Vainement j'écartai ces idées, elles mirent en un instant mon imagination en débauche. Je voyais déjà la Comtesse nue, dans les bras d'une autre femme, les cheveux épars, pantelante, abattue et que tourmente encore un plaisir avorté.

    Mon sang était de feu, mes sens grondaient, je tombai comme étourdi sur un sofa.

    Revenu de cette émotion, je calculai froidement ce que j'avais à faire pour surprendre la Comtesse : il le fallait à tout prix.

    Je me décidais à l'observer pendant la nuit, à me cacher dans sa chambre à coucher. La porte vitrée d'un cabinet de toilette faisait face au lit. Je compris tout l'avantage de cette position ; et, me dérobant, à l'aide de quelques robes suspendues, je me résignai patiemment à attendre l'heure du sabbat.

    J'étais à peine blotti, que la Comtesse parut, appelant sa camériste, jeune fille au teint brun, aux formes accusées. - Julie, je me passerai de vous ce soir. Couchez-vous... Ah ! Si vous entendez du bruit dans ma chambre, ne vous dérangez pas, je veux être seule.

    Ces paroles promettaient presque un drame. Je m'applaudissais de mon audace.

    Peu à peu, les voix du salon s'affaiblirent, la Comtesse resta seule avec une de ses amies, mademoiselle Fanny B***. Toutes deux se trouvèrent bientôt dans la chambre et devant mes yeux."
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la citation

  • Par brigittelascombe, le 23 novembre 2012

    Comme elle avait livré son corps,crédule,innocente,elle livrait aussi son âme,confiante,énivrée.Je crus dans un baiser la prendre sur ses lèvres;je lui donnai toute la mienne. Ce fut le ciel,et ce fut tout!

    Commenter     J’apprécie          0 9         Page de la citation

  • Par brigittelascombe, le 23 novembre 2012

    Nos langues se croisaient,brûlantes,acérées;nos âmes se fondaient en une seule.

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la citation

  • Par brigittelascombe, le 23 novembre 2012

    Oh! monsieur,sachez que femme ne pardonne jamais à qui surprend sa faiblesse.

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation

> voir toutes (17)

Videos de Alfred de Musset

>Ajouter une vidéo
Vidéo de  Alfred de Musset

Bande annonce du film Confessions d'un enfant du siècle adapté du roman d'Alfred de Musset avec Pete Doherty et Charlotte Gainsbourg.








Sur Amazon
à partir de :

6,90 € (occasion)

   

Faire découvrir Gamiani ou deux nuits d'excès par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Quiz