Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2081224534
Éditeur : Flammarion (2014)


Note moyenne : 3.78/5 (sur 939 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
On siffle sa première pièce? Musset s'en moque, il publiera les autres pour son plaisir, insouciant d'aucune règle, sauf celle de ses caprices et de sa fantaisie douloureuse et si légère. Ce sera son "spectacle dans un fauteuil". C'est pourquoi on ne cessera jamais de j... > Voir plus
Lire un extrait Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (53)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 4.00/5
    Par Nastasia-B, le 05 février 2015

    Nastasia-B
    Étonnant cet Alfred de Musset ! Étonnant, vraiment, car on croirait dur comme fer que sa pièce a été écrite au XVIIème siècle par un dramaturge espagnol à la Lope de Vega.
    Il a l'art de remettre au goût du jour (au goût de SON jour, s'entend, c'est-à-dire la première moitié du XIXième siècle) des styles et des formes désuètes comme le genre théâtral du proverbe, dont il signe ici l'un des plus grands opus.
    (Pour ceux que cela intéresse, le proverbe, au théâtre, est une sorte de comédie, le plus souvent en un acte, à l'origine destiné à être représenté dans les salons mondains et dont le public — un cercle d'invités — devait retrouver à quel adage, dicton ou maxime cette petite farce faisait référence. Alfred de Musset a su donner quelque relief au genre qui, bien qu'assez populaire à une époque — XVIIè puis XVIIIè s. —, n'a jamais vraiment livré à la postérité une bien longue descendance.)
    Il faudra attendre la fin du siècle pour que quelqu'un sache faire encore mieux que Musset dans le maniement d'un style suranné tombé en totale désuétude, (mais c'est tellement exceptionnel que c'est du registre de " l'exception qui confirme la règle "), je pense évidemment à l'immense Cyrano d'Edmond Rostand.
    Ce que réussit Musset avec On Ne Badine Pas Avec L'Amour (ou Rostand avec Cyrano de Bergerac) est tout à fait comparable au récent succès du film muet The Artist de Michel Hazanavicius avec Jean Dujardin et Bérénice Bejo dans les rôles titres, en allant tout à fait à contre-courant du style du moment.
    C'est osé, donc, quant à la forme. le fond est forcément largement contraint par l'intitulé même du proverbe « on ne badine pas avec l'amour ». Mais pour donner du relief et de l'épaisseur à la chute forcément connue, l'auteur s'ingénie premièrement à greffer une assez longue introduction, deuxièmement à créer des personnages secondaires qui portent le comique, et troisièmement à tendre les ressorts tragiques au maximum, si bien que de la modeste forme du proverbe, on arrive à une pièce en trois actes qui fait très fortement penser aux tragi-comédies espagnoles du siècle d'or et qui s'inscrit pleinement dans la mouvance romantique du moment, sans être caricaturale à l'excès. Chapeau bas, Monsieur de Musset, car c'était une vrai gageure.
    Je crois qu'il est grand temps que je vous parle un brin du synopsis car je m'enfonce par trop dans des considérations personnelles. Nous voici donc avec un baron, homme d'importance, probablement dans la capitale, mais aussi détenteur d'un domaine en province où se déroule l'action.
    Il est aux anges notre brave baron car c'est aujourd'hui que son fils Perdican, fraîchement promu docteur en droit, littérature, botanique et je-ne-sais-plus-quoi encore, vient d'accéder à la majorité (21 ans à l'époque et ce jusqu'à Giscard d'Estaing) et semble donc bon à marier.
    La fiancée toute désignée est sa cousine Camille, qui elle aussi précisément sort du couvent où elle a reçu une éducation sérieuse et stricte, notamment sur la morale. tout doit aller pour le mieux, ils s'adoraient enfants, il est beau comme l'air, elle est belle comme l'aube, comment pourrait-il en être autrement ?
    Mais voilà, ce vilain couvent avec ses pièces froides et austères, n'abritant que des nones ou des femmes déçues du monde, ce vilain couvent, dis-je, a injecté dans le cerveau de Camille des préceptes incompatibles avec un mariage terrestre. Et donc, la damoiselle, s'attendant fatalement à souffrir des amours humaines, en vient à exposer à Perdican qu'elle envisage de prendre le voile, et par la même, de mettre les voiles et de s'échapper dès le lendemain, direction couvent, destination paradis.
    Perdican, forcément est un peu piqué par la chose, car il sent bien qu'il l'aime, et mieux encore, il sent bien qu'elle l'aime un peu aussi, elle, et que ce sont ces vieilles punaises de sacristies qui lui ont bourré le crâne avec cette mauvaise farce.
    Celui-ci décide donc de titiller la fibre de la jalousie de sa dévote cousine en prétendant s'en fiche comme de l'an quarante et d'être tout disposé à épouser sa soeur de lait, paysanne certes, mais elle aussi belle à croquer et probablement bien plus facile à vivre et à satisfaire…
    Vous en savez déjà bien assez. Il me reste à vous avouer que cette lecture m'a paru très plaisante mais qu'elle ne m'a tout de même pas emmenée dans les confins stellaires telles que d'autres lectures ont eu le pouvoir de le faire, d'où mes quatre étoiles et non cinq, mais sachez qu'on ne badine pas avec les étoiles et que ce n'est là que mon avis, c'est-à-dire, pas grand-chose.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          1 85         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par juliette2a, le 04 septembre 2012

    juliette2a
    Cette pièce est la deuxième d'Alfred de Musset que je dévore. La faute à ces histoires passionnantes mais surtout je crois à la plume si raffinée De Musset, le poète déçu en amour, tout comme les deux personnages principaux de cette pièce en trois actes : Camille et Perdican. La première est une jeune fille de dix-huit ans, la nièce du Baron, qui vient de sortir du couvent où elle a entendu bon nombre d'histoires de coeurs brisés et de désespoir qu'elle ne souhaite jamais vivre ; le second, Perdican, est le fils du Baron -et donc cousin de Camille- et vient de recevoir un doctorat. Ces deux héros sont amoureux l'un de l'autre depuis leur plus tendre enfance mais Camille ne fait plus confiance aux hommes, et par conséquent préfère éviter Perdican. Ainsi, en jouant de leurs sentiments, Camille et Perdican finiront par provoquer la plus terrible des erreurs.D'ailleurs, la réplique finale : "Adieu Perdican" nous révèle la gravité de la situation causée par ces êtres si innocents mais finalement coupables...
    J'aime beaucoup les drames romantiques comme celui-ci où les personnages se tournent autour avant de s'avouer leurs sentiments, où le décor et les autres acteurs renforcent le caractère tragique de la scène et où l'on découvre avec stupeur la fin de la pièce si chargée en émotions ! Bien évidemment, toutes les pièces de théâtre sont différentes mais celles d'Alfred de Musset sont un peu comme des petits diamants que l'on ne se lasse jamais d'admirer.
    A lire !!
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 31         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par michfred, le 24 juin 2015

    michfred
    Perdican et Camille sont amis d'enfance. Ils se retrouvent, dans les lieux qu'ils ont connu enfants, avec leurs précepteurs respectifs et parent éloigné, elle sortie du couvent, lui des bras d'une impressionnante série de maîtresses.
    Il est dégoûté de faire la vie, elle a peur de vivre la sienne .Il a accumulé les expériences, elle s'est fait instiller le venin des confidences féminines confiées au couvent: femmes trompées, déçues, malheureuses. qui lui ont empoisonné l'âme.. Lui est un cynique au coeur tendre, un corrompu épris de rédemption. Elle a la dureté des prosélytes fraîchement convertis, elle croit tout savoir, alors qu' elle n'a rien vécu.
    La force inventive et le sens théâtral très abouti De Musset donne à ce tragique tête-à-tête un arrière-plan burlesque: la duègne guindée et racornie, le curé ivrogne, le précepteur sans préceptes, le baron...perché, tout ce peuple de fantoches papillonne autour des jeunes gens, et parasite leur dialogue de son agitation vaine et creuse, souvent très drôle.
    Ils n'en sont que plus seuls..alors leur dialogue tourne à la guerre et à la prise d'otage: la petite Rosette en sera la première victime. D'autres victimes suivront, car "on ne badine pas avec l'amour"...
    Une comédie-proverbe, un "spectacle dans un fauteuil" : après plusieurs bides, Musset n'espérait plus que son théâtre fût un jour joué, il le destinait amèrement à la seule lecture "dans un fauteuil"..
    Il était né trop tôt dans un siècle trop vieux: les drames romantiques, si ennuyeux dans leurs excès, faisaient alors le buzz,alors que son théâtre élégant, léger, amer, entre tragique et burlesque ne plaisait pas...
    On peut se réconforter en se disant que maintenant on joue Musset presque aussi souvent que Marivaux: ses comédies et proverbes n'ont pas fini de nous interroger avec leur finesse douce-amère, leur joyeuse cruauté.
    "On ne badine pas..." est la plus connue de ces comédies -proverbes, la plus aboutie aussi. Elle met aux prises deux êtres faits pour s'aimer dans un monde artificiel et creux, qui renverra en écho leurs appels au secours sans leur répondre.
    Un monde d'absence et d'insignifiance, une ultra-moderne solitude..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          2 22         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Darkcook, le 01 mai 2013

    Darkcook
    Une pièce immensément connue, qui se doit d'être lue, très brève mais qui en dit tant sur l'amour... Ou comment la jalousie et les caprices humains mènent à la déraison et à la perte, chez l'homme comme chez la femme, Perdican n'est pas davantage coupable que Camille, même si ses manigances à lui ont coûté la vie à une tierce. Les deux sont pour moi à égalité, ils ont été chacun victimes de travers, d'incompréhensions propres à leur sexe. Cette pièce, qui commence comme une farce sympathique, finit donc progressivement en tragédie... Avec une réplique très célèbre de Perdican, acte II scène V, et une succession de paysages qui font voyager l'esprit, comme seul le romantisme en est capable...
    Cet auteur avait une réputation niaise quand j'étais au lycée, et j'ai mis longtemps à me pencher sur lui, le comble quand on pense que je suis souvent qualifié de niais... Il faudra que je me procure Lorenzaccio sans faute!
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          5 26         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par Iboo, le 16 août 2012

    Iboo
    "Tous les hommes sont menteurs, inconstants, faux...
    "Toutes les femmes sont perfides, artificieuses, vaniteuses...
    "Mais il y a au monde une chose sainte et sublime, c'est l'union de ces êtres si imparfaits et si affreux..."
    Ne me dites pas que ça ne vous donne pas envie de le lire... Quelle petite merveille que cette oeuvre !
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 27         Page de la critique

> voir toutes (94)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par Bloodyrose, le 01 décembre 2008

    Tous les hommes sont menteurs, inconstants, faux, bavards, hypocrites, orgueuilleux et lâches, méprisables et sensuels ; toutes les femmes sont perfides, artificieuses, vaniteuses, curieuses et dépravées ; le monde n'est qu'un égout sans fond où les phoques les plus informes rampent et se tordent sur des montagnes de fange ; mais il y a au monde une chose sainte et sublime, c'est l'union de deux de ces êtres si imparfaits et si affreux. On est souvent trompés en amour, souvent blessé et souvent malheureux ; mais on aime, et quand on est sur le bord de sa tombe, on se retourne pour regarder en arrière et on se dit : j'ai souffert souvent, je me suis trompé quelquefois ; mais j'ai aimé. C'est moi qui ai vécu, et non pas un être factice créé par mon orgueuil et mon ennui.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 329         Page de la citation

  • Par neimad6891, le 28 septembre 2010

    PERDICAN
    Adieu, Camille, retourne à ton couvent, et lorsqu'on te fera de ces récits hideux qui t'ont empoisonnée, réponds ce que je vais te dire : Tous les hommes sont menteurs, inconstants, faux, bavards, hypocrites, orgueilleux et lâches, méprisables et sensuels ; toutes les femmes sont perfides, artificieuses, vaniteuses, curieuses et dépravées ; le monde n'est qu'un égout sans fond où les phoques les plus informes rampent et se tordent sur des montagnes de fange ; mais il y a au monde une chose sainte et sublime, c'est l'union de deux de ces êtres si imparfaits et si affreux. On est souvent trompé en amour, souvent blessé et souvent malheureux ; mais on aime, et quand on est sur le bord de sa tombe, on se retourne pour regarder en arrière ; et on se dit : “ J'ai souffert souvent, je me suis trompé quelquefois, mais j'ai aimé. C'est moi qui ai vécu, et non pas un être factice créé par mon orgueil et mon ennui. ”
    Il sort.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 29         Page de la citation

  • Par jadzia, le 29 août 2012

    On est souvent trompé en amour souvent blessé et souvent malheureux ; mais on aime, et quand on est sur le bord de sa tombe, on se retourne pour regarder en arrière, et on se dit : J'ai souffert souvent, je me suis trompé quelques fois : mais j'ai aimé. C'est moi qui ai vécu et non pas un être factice créé par mon orgueil et mon ennui.

    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 47         Page de la citation

  • Par Nastasia-B, le 18 juillet 2012

    CAMILLE : Connaissez-vous le cœur des femmes, Perdican ? Êtes-vous sûr de leur inconstance, et savez-vous si elles changent réellement de pensée en changeant quelquefois de langage ? Il y en a qui disent que non. Sans doute, il nous faut souvent jouer un rôle, souvent mentir ; vous voyez que je suis franche ; mais êtes-vous sûr que tout mente dans une femme, lorsque sa langue ment ? Avez-vous bien réfléchi à la nature de cet être faible et violent, à la rigueur avec laquelle on le juge, aux principes qu’on lui impose ? Et qui sait si, forcée à tromper par le monde, la tête de ce petit être sans cervelle ne peut pas y prendre plaisir, et mentir quelquefois par passe-temps, par folie, comme elle ment par nécessité ?
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 17         Page de la citation

  • Par PiertyM, le 24 juin 2015

    Tous les hommes sont menteurs, inconstants, faux, bavards, hypocrites, orgueuilleux et lâches, méprisables et sensuels ; toutes les femmes sont perfides, artificieuses, vaniteuses, curieuses et dépravées ; le monde n'est qu'un égout sans fond où les phoques les plus informes rampent et se tordent sur des montagnes de fange ; mais il y a au monde une chose sainte et sublime, c'est l'union de deux de ces êtres si imparfaits et si affreux.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 27         Page de la citation

> voir toutes (17)

Videos de Alfred de Musset

>Ajouter une vidéo
Vidéo de  Alfred de Musset

Bande annonce du film Confessions d'un enfant du siècle adapté du roman d'Alfred de Musset avec Pete Doherty et Charlotte Gainsbourg.











Sur Amazon
à partir de :
1,46 € (neuf)
1,40 € (occasion)

   

Faire découvrir On ne badine pas avec l'amour par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (3077)

> voir plus

Quiz

    La Curée d'Emile Zola

    Paru en 1872, La Curée, deuxième roman de la série des Rougon-Macquart d'Emile Zola se déroule en 1851. Il dépeint les milieux enrichis et spéculateurs à Paris peu après le coup d'Etat de Louis-Napoléon Bonaparte. Ceci est:

    •   parfaitement exact
    •   faux
    •   partiellement exact: le roman se passe en 1869, peu avant la guerre
    •   La Curée est bien d'Emile Zola mais est un roman indépendant qui ne fait pas partie du cycle des Rougon-Macquart

    25 questions - 183 lecteurs ont répondu
    Thème : littérature française , rougon-macquart , xixème-xxème siècles

    Créer un quiz sur ce livre.