AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2266179659
Éditeur : Pocket (2008)

Note moyenne : 3.78/5 (sur 2503 notes)
Résumé :
Layla, une petite fille de cinq ans, disparaît dans un centre commercial de Los Angeles. Ses parents, brisés, finissent par se séparer. Cinq ans plus tard, elle est retrouvée à l'endroit exact où on avait perdu sa trace. Elle est vivante, mais reste plongée dans un étrange mutisme. À la joie des retrouvailles, succèdent alors les interrogations. Où était Layla pendant cette période? Avec qui ? Et surtout pourquoi est-elle revenue ?
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.fr
Critiques, Analyses & Avis (238) Voir plus Ajouter une critique
MaryPopps
MaryPopps21 août 2010
  • Livres 4.00/5
Ma mère m'avait offert ce livre avant d'entreprendre un long vol vers la Suisse pour aller voir mon amoureux. Elle ne l'avait jamais lu et ça faisait un moment qu'il trainait dans la bibliothèque. Je l'avais donc fourré dans mon sac sans pour autant avoir l'intention de le lire.
À mon retour, le coeur gros à cause de la séparation avec mon homme, j'ai dû faire un escale de 6 heures à Amsterdam. C'est là que j'ai tourné la première page et entamé ma lecture. Je dois avouer que je ne m'attendais pas du tout à ça.
Ayant déjà le coeur fragile, la douleur des personnages de ce livre est également devenu la mienne. Je m'accrochais à ce livre comme à une bouée, refusant de le poser malgré mon ventre qui protestait.
Quand j'eus fini, j'ai fermé les yeux avec le sourire aux lèvres. Au lieu de m'apitoyer sur mon sort, j'ai repensé aux bons moments que je venais de passer avec mon amoureux et j'ai réalisé une chose : les souvenirs qu'il me reste valent mille fois mieux que la peine que je m'inflige en ne pensant qu'au vide causé par son absence.
Ce livre m'a fait réaliser que le futur et imprévisible et qu'il vaut mieux s'enivrer du moment présent plutôt que se saouler en se souciant de l'avenir. Ainsi, si j'ai à perdre cette personne qui est chère à mes yeux comme c'est le cas de Mark pour sa fille, malgré la douleur, elle continuera de vivre à travers nos bons souvenirs. Telle est ma vision par rapport à ce roman.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          830
floflo90
floflo9024 juin 2010
C'est simple : dès qu'on commence à lire ce bouquin, on ne s'arrête pas. Il m'a fallu que quelques jours pour le lire et encore j'ai pris sur moi pour m'arrêter de lire, voulant faire durer le plaisir plus longtemps ).
Les personnages sont très attachants et l'histoire bien ficelée. La fin déconcerte vraiment !
A lire absolument !
Commenter  J’apprécie          790
Hugo
Hugo07 juillet 2016
  • Livres 3.00/5
Hier je faisais cette réflexion : combien de fois suis-je tomber amoureux ? Je veux dire réellement amoureux avec les papillons de mes deux qui se princessent les bouts d'ailes dans ton ventre tout bidon…
Bah une fois en fait, mais du coup je me suis rappelé cette fameuse année 1998, après ma seconde quatrième, après le désert d'un physique de jeune premier, qui m'autorisa certes quelques roulages de pelles, mais très espacés dans le temps et dans la frustration d'hormones en ébullition…
Je me souviens que lors de cette seconde quatrième j'ai rencontré pour la première fois celle qui allait devenir la mère de ma fille, aussi belle et bien fringuée qu'un mec aux cheveux longs et du coup on ne s'est jamais parlés… quelques années après elle deviendra ce papillon qui chatouillera ma libido d'un 95 G…
Donc l'année 1998 ce fut l'explosion de mon charisme de petit homme blond coiffé d'une paire de lunettes à la con qui me donnait un air pas franchement mouillant, mais il était grand temps de passer au tripotage de minettes… Ma première victime fut une petite rouquine au cul de fou furieux qui dans un excès de curiosité m'invita à déposer mes lèvres sur les siennes, et dans un élan de timidité et maladresse à glisser ma langue dans sa bouche…
Seulement voilà, lors de ma seconde quatrième, pas plus intéressé par la mère de ma fille que par les équations de x et y, nous débattions mes petits potes et moi de cette grande blondinette aux cheveux frisées, des yeux d'un bleu à vous coller la gaule en pleine récrée, des seins en avance sur leur âge, et un visage doux comme une princesse de Disney… Nos langues pendantes de jeunes puceaux, nous fantasmions sur cette nana belle comme bonne… Et puis rien elle était inaccessible, bien trop grande pour que je puisse tenter quoi ce soit de téméraire…
Oui mais en troisième, alors que je vivais ma première petit histoire sérieuse faite de bisous, de bisous, et encore de bisous, tu laisses tes doigts sur tes mains s'il te plait, et bien cette nana queue je désirais une année auparavant , copine avec la rouquine et d'autres futures victimes, me laissa entendre que je lui plaisais….
« Sans déconner sa mère… »
Allez hop la rouquine, tu dégages, et me voilà pour les vacances de février main dans la main avec cette nana d'une beauté bandesque me dépassant d'une tête sur les chemins d'une amourette d'ado… Bon elle était super timide, un truc de ouf mais elle me chatouillait non stop, le pied j'adore ça, mais je m'ennuyais devant nos longs silences de gênes et de jeunesse, du coup avec accord mutuel nous décidions de nous séparer en bon terme, et me revoilà avec la rouquine des premiers instants, nous retrouvailles étaient belles et sincères faites de bisous, de bisous et encore de bisous, tu laisses tes doigts sur tes mains…
La pauvre, je misais tout sur l'humour à cette époque, ma réputation de fumeur de chichons à la rigolade facile faisait de moi un gars incontournable dans la connerie : et un jour je me pointe au collège, et je dis à la rouquine que j'ai une surprise pour elle, devant tout le monde, elle était contente, du coup lorsqu'elle a vu la carotte que j'ai sorti de mon sac, et l'hilarité unanime des témoins peu scrupuleux sur la cruauté, bah elle a ri aussi, une bonne blague qui n'était absolument pas cruelle, parce que je l'aimais bien cette gonzesse même si je me serrais sa meilleure copine en même temps… qui était d'ailleurs ma meilleure pote de l'époque et la meuf de mon meilleur pote, bref, je pouvais glisser mes doigts, et ma langue…
Bon la rouquine a fini par me laisser tomber un peu avant la fin de l'année, j'étais déjà sur un autre coup, une belle petite nénette, du nom de Marion timide aussi, qui m'envoya bouler devant tous mes potes qui se foutaient de ma gueule…
Une semaine après je lui roulais des paloches dans le parc, en fait elle ne voulait pas sortir avec moi car elle partait en vacances, du coup elle a craqué, elle est partie et je l'ai trompé avec une magnifique brune qui me trompa à son tour pendant ses vacances…
Bien sur j'avais largué Marion avec courage par lettre, pendant ses vacances alors qu'elle m'écrivait des déclarations d'amour sans lui donner de raison particulière sur ma lâcheté… oui c'est le tout début des portables, genre le tout début tout début donc on s'écrivait des lettres avec des stylos et du papier, une enveloppe, un timbre, du parfum et tu patientais trois jours…
Elle me rappela quand même en Septembre pour nous laisser une autre chance, j'ai dit ok, il pleuvait je ne me suis jamais pointé au rendez-vous, on ne s'est jamais reparler, je sais qu'elle est devenue médecin et qu'elle a deux enfants…
Voilà mon année de troisième, mais la mère de ma fille reste mon premier et dernier amour… pendant 16 piges…
A plus les copains
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          3822
AnaisValente
AnaisValente09 avril 2012
  • Livres 5.00/5

Je suis devenue lectrice de Guillaume Musso totalement par hasard et non après avoir lu les critiques dithyrambiques qui fleurissent partout à son sujet depuis 2004, année de sortie de son premier roman à succès.
Un jour, j'ai acheté son second roman, « Sauve-moi », ignorant tout de l'auteur, attirée par la couverture.
Je l'ai remisé dans ma bibliothèque, dans l'attente d'une période propice à la lecture.
Et il y est resté.
Longtemps.
Puis, je l'ai lu. Et j'ai aimé. J'ai adoré. J'ai pleuré. J'ai vibré.
Longtemps, je l'ai pourtant appelé Maxime Russo, parce que ça sonnait bien et parce que je ne parvenais pas à retenir ce nom : Guillaume Musso.
Que te dire de son dernier né, « Parce que je t'aime » ? Qu'il commence par une requête importante de l'auteur : pour préserver la surprise, ne révélez pas la fin de ce livre à vos amis. J'approuve. Et je ne révélerai pas le milieu non plus. Mais à mes ennemis, je peux révéler la fin, dis Guillaume, je peux ?
Que te dire d'autre ? Que la quatrième de couverture est la suivante : Layla, une petite fille de cinq ans, disparaît dans un centre commercial de Los Angeles. Ses parents, brisés, finissent par se séparer. Cinq ans plus tard, elle est retrouvée à l'endroit exact où on avait perdu sa trace. Elle est vivante, mais reste plongée dans un étrange mutisme. A la joie des retrouvailles, succèdent alors les interrogations. Où était Layla pendant cette période ? Avec qui ? Et surtout : pourquoi est-elle revenue ?
En lisant ça, tu as tout compris et tu n'as rien compris. Tu as compris que, comme dans chaque ouvrage de Guillaume Musso, tu vas plonger, être aspirée dans une histoire d'amour, de sentiments, de douleurs, d'angoisses et de peur, de suspense et de pleurs, le tout arrosé du soupçon de fantastique qui lui est propre. Et comme il le demande, je n'en dirai pas plus. Non, rien de plus, nul besoin d'insister, je resterai plongée dans mon mutisme, comme Layla.
Que te dire de plus ? Qu'à la page 212, il écrit « l'amour, c'est la seule chose intéressante dans la vie ». Etrangement, quelques heures plus tôt, j'ai tenu le même discours. Etrange.
Que te dire enfin ? Que les livres de Musso sont des thrillers humains. Pas des thrillers où les tueurs en série se livrent à diverses expériences macabres. Non. Des thrillers du quotidien. Avec des personnages qui pourraient être toi, qui pourraient être moi. Voilà ce qui différencie les écrits de Guillaume Musso des thrillers traditionnels.
Les livres de Musso sont des histoires d'amour. L'amour sous toutes ses formes. Pas juste les petits coeurs qui volent au-dessus des visages béats des héros. Des histoires de haine aussi. de regrets. de remords. La vie, tout simplement, avec ses difficultés, ses douleurs et ses joies. Voilà ce qui différencie les écrits de Guillaume Musso des histoires d'amour traditionnelles.
Si, comme moi, tu adores les histoires d'amour. Si, comme moi, tu adores les thrillers. Si, enfin, tu ignores tout de Guillaume Musso, cours, vite, très vite, acheter ses quatre livres. Les quatre d'un coup, oui. Je te le promets, tu ne seras pas déçue. Et si tu connais déjà les livres de Musso, je suis convaincue que j'arrive trop tard et que tu l'as déjà acheté, son petit dernier...
Message subliminal pour l'auteur : A quand le prochain ? Un par an, c'est pas assez.Message subliminal pour l'éditeur : pas de faute (juste une coquille), je ne postule donc pas comme correctrice, sauf si vous insistez.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          330
PiertyM
PiertyM25 juin 2014
416 pages lues en quelques heures: trop facile. Ça file comme un fusée, ça sifle comme une hélice, ça s'ouvre comme un arc-en-ciel: trop facile. C'est à ce moment qu'on se demande qu'est ce qu'on vient de lire: trop facile, c'est tout, on a peur que ça s'évapore avec autant de facilité, de la même manière qu'on en a pris connaissance.
Et pourquoi pas? On ne se prend pas la tête avec le style d'auteur, on s'y met dans des situations qui filent comme sur les roulettes, on voit bien surgir des rebondissements qui ne ressemblent qu'aux jets de pierre dans une rivière, ça ne vous fait pas frémir, ça ne surélève pas votre peau, ni ne suspend pas vos émotions tant l'histoire file d'elle-même...c'est dire que c'est juste une écriture et une lecture mais pas de la littérature...
Et pourquoi pas!
Plusieurs situations conduites en puzzles dont l'auteur nous fait cheminer vers un seul plat, il faut dire qu'il a de l'imagination, Guillaume Musso. Et ce voyage qui a semblé merveilleux vers un monde psychique, un monde qui semble mieux gérer l'homme qu'on ne l'aurait pas soupçonné, un monde qui décide de rendre l'homme puissant ou impuissant, est un approche bien intéressant, mais quant à la verve de l'auteur, ça laisse à désirer...
Les personnages paraissent bien légers par rapport aux situations auxquelles ils sont sensés affronter...enfin le livre me parait bien plus tolérable que Sauve-moi! Je n'ai vraiment pas la force de vous le déconseiller mais n'allez pas y chercher trop de littérature!!!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          380
Citations & extraits (185) Voir plus Ajouter une citation
NionieNionie13 septembre 2010
Nous ne sommes jamais aussi mal protégés contre la souffrance que lorsque nous aimons.
Freud.

Il y a bien les souvenir, mais quelqu'un les a électrifiés et connectés à nos cils, dès qu'on y pense on a les yeux qui brûlent.
Mathias Malzieu.

il restera toujours la peur. Un homme peut détruire toute chose en lui-même : l'amour, la fois, la haine et même le doute. Mais aussi longtemps qu'il tient à la vie, il ne peut détruire la peur.
Joseph Conrad.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          970
PourquoipasPourquoipas01 février 2011
Lorsque tu as peur de perdre ceux que tu aimes , tu deviens vulnérable. Tu es fragile: on peut te blesser facilement , rien qu'en s'en prenant à tes proches. Et je ne peux pas me permettre de devenir vulnérable.
Commenter  J’apprécie          1700
PourquoipasPourquoipas07 février 2011
Elle avait tout fait pour le retenir, mais parfois tout n'est pas suffisant.
Commenter  J’apprécie          2360
HenriettaHenrietta12 octobre 2010
... Le monde tel qu'il va lui parait de plus en plus hostile, deshumanisé, et barbare. Elle vient d'avoir quarantes quatre ans et sait qu'elle ne sera sans doute jamais mère. La faute à sa carriére, aux rencontres amoureuses qu'elle n'a pas faites, mais aussi à cette peur qu'elle n'est jamais parvenue à surmonter : celle d'être incapable de protéger un enfant dans un monde devenu fou.
Commenter  J’apprécie          400
NeigelineNeigeline21 novembre 2010
Dans la vie, les choses qui ont le plus de valeur sont celles qui n'ont pas de prix.
Commenter  J’apprécie          1590
Videos de Guillaume Musso (71) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Guillaume Musso
Entretien avec Guillaume Musso pour les éditions Audiolib, Paris avril 2016
"La fille de Brooklyn" de Guillaume Musso lu par Rémi Bichet.
Plus d'infos ici : http://www.audiolib.fr/livre-audio/la-fille-de-brooklyn-9782367621937
autres livres classés : roman d'amourVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Parce que je t'aime

Comment se nomme le livre fétiche qu'a écrit Connors

Diriger sa vie
Survivre
Vivre encore
Vivre dedout

10 questions
34 lecteurs ont répondu
Thème : Parce que je t'aime de Guillaume MussoCréer un quiz sur ce livre
. .