Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

> Pascal Loubet (Traducteur)

ISBN : 2702431569
Éditeur : Le Masque (2005)


Note moyenne : 4/5 (sur 7 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :

Ils travaillaient dans un restaurant de Los Angeles. On les a trouvés dans la cave, Brian mort, Jim un couteau ensanglanté à la main, du sang plein ses vêtements. Confronté à des preuves aussi accablantes, comment l'avocat Henry ... > Voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

Critiques, analyses et avis (2)

> Ajouter une critique

    • Livres 4.00/5
    Par Vadaeme, le 04 août 2015

    Vadaeme
    Un roman policier, mais pas que!
    N'étant pas un habituel du genre (la preuve, je n'essaie même pas de faire semblant de chercher le coupable), je ne me permettrais pas de juger l'intrigue. Tout au plus pour dire que je n'étais pas d'accord avec le point de vue de départ de Henry.
    Un roman très agréable à lire, qui ne néglige ni l'intrigue, ni l'histoire des principaux personnages, puisant dans leurs passés, leurs liens, ...même si certaines parties manquent de profondeurs et de "temps", de développement. Quelques pistes de réfections intéressantes.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par Fromtheavenue, le 30 mai 2014

    Fromtheavenue
    Michael Nava, avocat débute dans les années 80 une série de romans policiers autour de Henry Rios, un avocat d'origine mexicaine. Publié en 1988, Goldenboy est le deuxième épisode d'une série de 7 romans.
    Henry Rios accepte une nouvelle affaire en défendant Jim Pears, un jeune homosexuel accusé d'un meurtre, pris en flagrant délit, couteau à la main. L'affaire se présente plutôt mal aux vues des circonstances accablantes. Mais il ne faudra pas sous estimer la détermination et le militantisme de l'avocat pour la résoudre.
    Voici un roman qui m'a vraiment plu. L'intrigue est solide et m'a tenu en haleine du début à la fin. La grande force du livre tient principalement dans ses personnages très humains auxquels je me suis attachés. Henry Rios est un homme public ouvertement gay et évolue parmi des gens qui essayeront de le discréditer professionnellement au vu de son engagement à défendre une personne elle aussi homosexuelle. Il préféra répondre aux attaques de manière subtile ne se laissant pas impressionner.
    Au-delà de l'affaire, le lecteur suivra l'amitié qu'il entretient avec un homme atteint du sida. Deux personnages que tout semble opposer mais qui vont s'entraider. Là aussi, Michel Nava traite de manière subtile et intelligente la question du sida avec un ton juste et réaliste.
    Un roman d'une grande qualité humaine et une brillante intrigue dont la tension retombera qu'à la toute fin.

    Lien : http://fromtheavenue.blogspot.fr/2014/05/un-garcon-en-or-michael-nav..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la critique

> voir toutes (3)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par Vadaeme, le 04 août 2015

    C'était le coté dramatique qui me troublait. La règle de base de la survie est d'attendre que les choses se décantent. Cette règle, Jim était trop jeune pour l'avoir apprise. Avec presque vingt ans de plus que lui, je savais que les grandes émotions - amour, peur, espoir, terreur- se fondent dans le chaos des broutilles quotidiennes et finissent par en faire partie. Il y avait pour la justice un symbole plus adéquat que la déesse aux yeux bandés: c'était une pendule.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la citation

  • Par Vadaeme, le 04 août 2015

    -Est-ce pour avoir de tels désirs que Dieu nous donne la vie? poursuivit-il comme s'il n'avait rien entendu. Cela parait cruel.
    - D'aimer quelqu'un?
    - De tomber amoureux d'une photo dans un journal, et de se retourner dans son lit comme un collégien, incapable de dormir à cause d'elle.

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation

  • Par Vadaeme, le 04 août 2015

    Il y a de cela des années, j'avais lu qu'un poète japonnais disait du suicide que c'était "une mort silencieuse dans un monde sans fin".

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la citation







Sur Amazon
à partir de :
6,65 € (neuf)
0,98 € (occasion)

   

Faire découvrir Un garçon en or par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Quiz