Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2226156755
Éditeur : Albin Michel (2004)


Note moyenne : 3.95/5 (sur 41 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Remarquable romancière, observatrice souvent cruelle des lâchetés humaines, Irène Némirovsky, née à Kiev en 1903, est l'auteur d'une œuvre singulière à laquelle l'horreur nazie a mis un terme en 1942. Largement autobiographique, Le Vin de solitude (1935) retrace le dest... > Voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (11)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 3.00/5
    Par patrick75, le 14 septembre 2012

    patrick75
    L'enfance d'hélene, jeune russe, qui va connaitre les bouleversements liés à la première guerre mondiale puis à la révolution bolchévick .
    De déménagement en déménagements...
    Mais c'est surtout les relations mére-fille qui sont le coeur de cet ouvrage.
    Avec les réflexions d' hélene, l'on voit la femme apparaître au travers de l'enfant. Son caractère s'affirmer. L'on voit également les séquelles psychologiques que peuvent laisser une enfance malheureuse. Ce livre pourrait se comparer à une longue plainte. Est-ce un récit autobiographique ?
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 17         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par MissG, le 30 octobre 2010

    MissG
    C'est un livre remarquable à lire, écrit avec une froideur, ou plutôt un détachement, qui peut déranger le lecteur, d'autant plus que c'est largement inspiré par l'enfance d'Irène Némirovsky et la façon dont elle était traitée par sa mère.
    Les propos sont durs, l'héroïne l'est aussi, elle va construire méthodiquement sa vengeance sur sa mère qui ne l'a jamais aimée et qui ne l'aimera jamais et elle ne s'arrêtera que lorsqu'elle l'aura anéantie.
    C'est une fillette qui a mûri avant l'âge et porte un regard sans concession sur les adultes, particulièrement ses parents.
    La fin est assez belle, elle ouvre sur un nouveau monde, un peu plus heureux, en tout cas c'est ce que le lecteur espère.
    Le contexte historique est intéressant également, il passe de la Russie à la France et c'est toujours intéressant de découvrir les modes de vie à l'époque dans ces deux pays.
    J'ai été marquée par l'écriture et les mots employés, Irène Némirovsky a réellement été une grande écrivain du vingtième siècle, il serait dommage de ne pas découvrir ses oeuvres.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par majolo, le 03 mai 2014

    majolo
    Si comme les critiques le disent, ce livre est en partie autobiographique, on ne peut qu'admirer un peu plus son auteur. Quelle force et quelle intelligence a-t-elle du montrer pour devenir la femme qu'elle fut après une telle enfance! Un père démissionnaire et fuyant, une mère froide et méchante, tous deux effroyablement égoïstes et uniquement préoccupés l'un par l'argent et l'autre par son apparence puis ses amants. Une enfance sans amour, sans attention, dont elle s'échappe avec un courage et une force incroyables.
    Nul besoin de dire que l'écriture est magnifique. Lecture qui confirme la nécessité de poursuivre ma découverte de cette auteure.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          6 4         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par nath45, le 21 juillet 2013

    nath45
    Hélène petite fille bien seule, fille unique de la famille Karol, son père, Boris, trop souvent absent pour le travail, joueur, il l'oublie pendant des heures dans le hall d'un casino, sa mère, Bella, n'aimant que le luxe, son amant Max (le charmeur cousin), qui souffre de se voir vieillir, en Finlande Mme Haas disait en parlant d'elle : « Ça une mère ? …La caricature d'une mère, oui ! », heureusement, il lui reste sa gouvernante française Mlle Rose pour lui donner un peu d'affection.
    Hélène va grandir dans ce trio sans jamais trouver sa place jusqu'au jour où grandie, elle décide de se venger de toutes ses souffrances infligées par sa mère pendant toutes ces années.
    Ce livre retrace aussi les événements qui bouleverseront la Russie, la bourgeoisie qui profita des massacres de la Première Guerre Mondiale pour s'enrichir outrageusement, précipitant ainsi la Révolution de 1917.
    En lisant ce livre on ne peut pas oublier son côté autobiographique, Hélène née en Ukraine, départ pour St Petersbourg, la fuite en Finlande puis l'exil à Paris et cette rancoeur de la mère toujours aussi présente.
    Ce livre est merveilleux, d'une écriture remarquable, je l'ai dévoré.
    Il faut vraiment découvrir Irène Némirovsky, exceptionnelle, du génie, un vrai régal.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Ingannmic, le 06 juin 2015

    Ingannmic
    ll est indiqué sur la quatrième de couverture du "Vin de solitude" qu'il s'agit d'un roman autobiographique. Si c'est bien le cas, on ne peut qu'éprouver une vive compassion pour la petite puis jeune fille que fut Irène Némirovsky, dont l'enfance solitaire et dénuée de toute affection parentale laisse à la lecture de ce récit un goût amer.
    "Le vin de solitude" se présente comme une succession d'épisodes de l'existence de la famille Karol, dont Hélène, la narratrice, est la fille.
    Des bords du Dniepr à Paris, en passant par Biarritz ou la Finlande, où les Karol fuient le révolution bolchevique, elle décrit son quotidien aux côtés du couple pitoyable que formaient ses parents. Un père juif, riche banquier vaguement bienveillant envers elle, mais surtout indifférent, obsédé par le jeu et fou de sa femme, fermant les yeux sur les incartades de cette dernière, disposé à satisfaire tous ses caprices. Et une mère frivole, égoïste, collectionnant les amants, qui ne cache pas qu'elle aurait préféré ne pas avoir d'enfant.
    Dans cette cellule familiale où Hélène n'a guère de place -son père, qu'elle adore, est souvent absent, et sa mère ne s'adresse à elle que sous forme de reproches ou de mépris-, son seul réconfort est la présence de Mademoiselle Rose, sa gouvernante française, qui lui transmet son affection et son amour pour Paris. Enfant maussade et amère, que l'indifférence parentale a privé d'insouciance et de joie, elle devient peu à peu une jeune fille battante et indépendante, à l'esprit acéré, à même de s'affranchir du carcan de morosité que faisait peser sur elle la froideur maternelle.
    D'une écriture froide, distanciée, la narratrice porte sur le comportement de ses parents, et surtout sur celui sa mère, un regard d'une implacable acuité. La virulence de la critique, la dureté du jugement vis-à-vis de cette femme pour laquelle elle ne semble à aucun moment éprouver elle-même quelque amour, donnent parfois le sentiment d'assister à véritable règlement de comptes. Heureusement, "Le vin de solitude" n'est pas que ça... C'est surtout un roman à l'écriture fluide et élégante, un récit émouvant sur le difficile et courageux apprentissage de la maturité.

    Lien : http://bookin-inganmic.blogspot.com
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la critique

> voir toutes (7)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par 47bourgeois, le 20 août 2015

    "- Il fait une chaleur ici !... Est-ce que tu travailles bien, Hélène ?... Tu n'as rien fait l'année dernière !... Comme tu te coiffes mal !... Cela te vieillit de cinq ans, ces cheveux tirés en arrière !... Je ne tiens pas à l'affubler d'une fille à marier. Oh ! Max, ne tournez pas comme une bête en cage !.. Fais-nous donner du thé, Hélène..."

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la citation

  • Par patrick75, le 13 septembre 2012

    -"Et puis, de n'avoir pas été une enfant quand il était temps de l'être, il semble que l'on ne peut jamais mûrir comme les autres; on est fané d'un côté et vert de l'autre, comme un fruit trop tôt exposé au froid et au vent...

    Commenter     J’apprécie          0 36         Page de la citation

  • Par patrick75, le 12 septembre 2012

    Les juifs parlaient d'affaires, et, pour se distraire ou pour ne pas en perdre l'habitude, vendaient l'un à l'autre des terrains, des mines et des maisons que les Bolchevicks avaient confisqués depuis plusieurs mois, d'ailleurs. Mais considérer ce mode de gouvernement comme durable eût été le signe d'un mauvais esprit. On lui accordait deux, trois mois d'existence...Les pessimistes lui concédaient l'hiver.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 18         Page de la citation

  • Par patrick75, le 10 septembre 2012

    On lui avait caché ainsi une fois la mort de son chien. On lui avait dit, pour éviter des larmes importunes: " Il est malade, mais il reviendra..." ajoutant ainsi à son chagrin la torture de l'espérance.

    Commenter     J’apprécie          0 29         Page de la citation

  • Par patrick75, le 11 septembre 2012

    Et l'enfant était retourné à sa table de travail et avait recommencé à ânonner à la petite flamme pâle de la bougie: " Racine peint les hommes tels qu'ils sont, et Corneille tels qu'ils devraient être..."

    Commenter     J’apprécie          0 25         Page de la citation

> voir toutes (8)

Videos de Irène Némirovsky

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Irène Némirovsky


Suite française, bientôt au cinéma, déjà en livre audio
Extrait audio de "Suite française" écrit par Irène Némirovsky, lu par Dominique Reymond. Plus d'infos ici : http://www.audiolib.fr/livre-audio/suite-francaise-de-irene-nemirovsky-lu-par-domin...








Sur Amazon
à partir de :
16,86 € (neuf)
6,48 € (occasion)

   

Faire découvrir Le Vin de solitude par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (90)

> voir plus

Quiz

    La Curée d'Emile Zola

    Paru en 1872, La Curée, deuxième roman de la série des Rougon-Macquart d'Emile Zola se déroule en 1851. Il dépeint les milieux enrichis et spéculateurs à Paris peu après le coup d'Etat de Louis-Napoléon Bonaparte. Ceci est:

    •   parfaitement exact
    •   faux
    •   partiellement exact: le roman se passe en 1869, peu avant la guerre
    •   La Curée est bien d'Emile Zola mais est un roman indépendant qui ne fait pas partie du cycle des Rougon-Macquart

    25 questions - 187 lecteurs ont répondu
    Thème : littérature française , rougon-macquart , xixème-xxème siècles

    Créer un quiz sur ce livre.