Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

> Alexis Fouillet (Traducteur)

ISBN : 2070306747
Éditeur : Gallimard (2007)


Note moyenne : 3.82/5 (sur 168 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Rouge-Gorge, c'est le surnom d'un soldat mort qui continue pourtant de faire parler de lui. C'est aussi l'oiseau, discret comme le destin, qui vient à chaque porte, un jour, prendre son dû? Harry Hole, à la suite d'une bévue diplomatiquement grave, est muté à la surveil... > voir plus
Lire un extrait Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (19)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 4.00/5
    Par SMadJ, le 28 septembre 2014

    SMadJ
    Une palpitante enquête d'Harry Hole qui n'est décidément jamais aussi bon que quand l'intrigue se passe en Norvège.
    600 pages de pur jus de café noir très serré avec quelques respirations bienvenues entre deux goulées.
    Comme toujours, l'écriture de Jo Nesbø est âpre, sèche, nerveuse. Passionnante.
    Le gars vous emporte et vous serre dans ses bras rugueux et ne vous lâche qu'à la dernière page, exsangue mais heureux.
    Même si on devine ou suppose le probable coupable assez tôt dans le livre, on reste scotché dans ces pages vénéneuses qui diffusent un poison lent mais tenace : l'addiction.
    Car l'intrigue est suffisamment riche pour qu'on veuille s'assurer d'y avoir vu clair.
    Et surtout, suivre les aventures d'Harry, sentimentales ou policières, est un réel délice.
    Ce personnage est prodigieux, il diffuse une empathie immédiate et obligatoire à son sujet. Souvent mélancolique, rarement le sourire aux lèvres, perclus de traumatismes, ce Droopy norvégien ne rend jamais les armes.
    L'autre intérêt du bouquin comme souvent dans la littérature scandinave est ce qu'elle nous dit des pays. Peu d'auteurs français de genre, à ma connaissance, font ce travail d'introspection sur les dessous noircies de leur pays.
    On constatera que cela est fréquent dans les romans venant du Nord. Notamment sur leur rôle pas toujours très clean pendant la seconde guerre mondiale et qui revient souvent leur exploser en pleine gueule.
    Politiquement, socialement et culturellement ce bouquin est une petite mine d'informations. Qu'il traite le passé ou le présent. Une mine explosive évidemment. 3,5/5
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          8 37         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par Woland, le 05 juin 2012

    Woland
    Rødstrupe
    Traduction : Alex Fouillet
    Quand un auteur sait qu'il maîtrise enfin le personnage qu'il a sorti de ses tripes et l'univers qu'il lui a façonné, cela donne un roman comme "Rouge-Gorge", l'un des meilleurs opus, à notre avis, de son auteur.
    On y retrouve bien entendu Harry Hole, talkie-walkie à la main, en pleine surveillance d'une manifestation où doit intervenir le Président des Etats-Unis. Harry s'inquiète pour rien, tout va très bien se dérouler, à l'exception d'un cafouillage - de nos jours, on dirait plus élégamment un "dysfonctionnement" ;o) - entre service d'ordre américain et police norvégienne. Dans le genre de doute qui accable soudain Harry et ses équipiers, il n'est pas question de s'abstenir : Hole tire donc. Malheureusement, il le fait sur un agent US non signalé et que tout le monde prend pour un terroriste en attente ...
    Damned ! ... (Ou ciel et terre et damnation, c'est pas mal non plus. ;o) )
    Après consultation, les Américains admettent qu'ils sont responsables de la bavure - c'est à de tels détails qu'on s'aperçoit que cette histoire relève bien de la seule fiction - et Harry est nommé inspecteur principal au SSP. Quitter la Criminelle et sa co-équipière Ellen pour un bureau perdu au fond de l'un des longs couloirs de son nouveau service, ce n'est pas le Pérou dont Hole rêvait.
    Comme d'habitude, il va trouver le moyen de n'en faire qu'à sa tête en préférant, à une enquête sur un groupe de néo-nazis d'Oslo, celle qui porte sur un fusil Märklin introduit on ne sait trop comment dans le pays. Officiellement, ses supérieurs ne peuvent pas lui en vouloir : le fusil Märklin est idéal pour un terroriste qui veut en découdre avec l'univers.
    Le lecteur, qui a une longueur d'avance, sait qu'il y a effectivement un terroriste. Un terroriste de plus de soixante-dix ans et rongé par le cancer mais un sacré tireur d'élite qui, jadis, dans les tranchées de la Seconde guerre mondiale, avait été surnommé "Rouge-Gorge" en raison de la rapidité avec laquelle il sectionnait à la baïonnette la carotide de l'ennemi, laissant le sang s'écouler de la gorge béante. Il faisait partie de ces Norvégiens qui s'étaient engagés dans la Waffen-SS. Pourtant, d'après les retours en arrière, un petit détail fait tiquer : Rouge-Gorge est mort dans les tranchées, tué par un sniper soviétique - aucun doute n'est permis ...
    L'intrigue est aussi complexe que de coutume et les personnages, nombreux et déroutants. Pour ceux qui estiment que l'auteur a un faible pour les "longueurs", les flash-backs n'arrangeront pas les choses mais les autres verront tout de suite leur importance. Et puis, qu'importent quelques grognons puisque l'univers de la série se fait de plus en plus concret : la vieille rivalité Waaler/Hole se fait plus tendue, plus coupante, plus implacable ; pour des raisons que je vous laisse le plaisir (mais aussi la tristesse) de découvrir, le lecteur entrevoit le moment où cette lutte culminera en un règlement de comptes sans quartier ; la belle Rakel Fauke, qui deviendra la compagne de Hole, fait son apparition, accompagnée de son fils, Oleg, lequel se prend vite d'affection pour Harry ; enfin, pour ceux qui aiment, la trame de fond historique constitue un bonus appréciable.
    A lire. Bien sûr. Mais prenez votre temps : les polars de Jo Nesbø se savourent. ;o)
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 19         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par Eric75, le 24 février 2011

    Eric75
    Jo Nesbo est le premier auteur de polars norvégien que je lis, et je ne peux m'empêcher de le comparer au suédois Henning Mankell et à l'islandais Arnaldur Indridason. Ces auteurs ont en effet en commun (outre leur exotisme nordique à la mode), la faculté de développer des scénarios complexes, entremêlant des époques différentes, le passé fournissant toujours les clés de lecture du présent. C'est une fois de plus le cas ici, plusieurs chapitres en flashback relatent la vie quotidienne d'une poignée de soldats vers la fin de la seconde guerre mondiale. Ces chapitres, pas toujours très compréhensibles sur le moment, décrivent les événements déclencheurs essentiels pour tout ce qui va suivre.
    Ce roman n'est pas sans faiblesses. On se perd un peu au début dans la profusion des époques et des personnages, qui changent de nom ou de surnom selon les périodes de leur histoire (sans parler des usurpations d'identité). Des enquêtes secondaires sont mal élucidées, et un coupable, que l'on connaît, reste impuni (on va peut-être le retrouver dans un prochain roman ?). Les chapitres où il est question d'un "vieil homme" qui prépare quelque chose (un meurtre ? un attentat ?) utilisent un artifice romanesque bien éculé (on devine très vite que ce "vieil homme" est l'un des personnages du passé et également du présent, mais lequel ?)
    Ce roman recèle également de vraies trouvailles et des séquences d'exception (la survie dans les tranchées de Leningrad, la romance d'Helena et d'Urias, l'élimination d'un témoin gênant par un policier ripou, l'incroyable monologue d'Harry Hole dicté sur le répondeur de sa coéquipière...) Jo Nesbo parvient en définitive à rendre attachants ses personnages, et à concevoir un scénario plutôt efficace, entraînant le lecteur vers de nombreuses fausses pistes et surprises, malgré une impression de "déjà vu" et un schéma d'ensemble qui paraissait tout tracé.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 13         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par pile, le 27 septembre 2011

    pile
    "Rouge-Gorge" marque assurément un tournant dans la série des Harry Hole. Pour la première fois, Jo Nesbø n'envoie pas son inspecteur à l'autre bout du monde, mais le confronte à l'histoire de la Norvège et ses résonances présentes. On apprend d'ailleurs beaucoup de choses dans ce roman sur la situation de la Norvège pendant la Seconde guerre mondiale (un pays occupé par les Allemands dont le roi et le gouvernement se sont exilés à Londres) et particulièrement sur les jeunes Norvégiens engagés volontaires dans l'armée allemande, dont les survivants ont après la guerre été jugés comme traîtres à la patrie et condamnés à des peines de prison. S'il est aussi long et dense que les précédents, ce roman est beaucoup mieux construit. Sa dimension historique et ses allers et retours entre passé et présent m'ont d'ailleurs fait un peu penser aux romans d'un autre auteur de polars nordiques, l'islandais Arnaldur Indridason. Mais les romans de Jo Nesbø sont beaucoup plus foisonnants.
    Dans ce troisième roman, Harry Hole est moins présent. Il existe surtout grâce à la mémoire du lecteur qui a lu "L'homme chauve-souris" et "Les cafard"s et a donc déjà sympathisé avec le personnage. Ce qui est intéressant dans la construction de Jo Nesbø est qu'il n'y a pas d'intrigues secondaires. Chaque histoire pourrait faire l'objet d'un roman à part entière : un roman historique, un roman politique, un roman sentimental, un roman psychologique, un roman bien sûr policier, et toujours le drame existentiel que porte en lui le personnage de Harry Hole. Cerise sur le gâteau, la fin de "Rouge-Gorge" est à la hauteur de l'attente entretenue par ce roman multiple. Une grande réussite !
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 13         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Philemont, le 29 avril 2013

    Philemont
    Troisième enquête de Harry Hole, celle-ci marque un tournant dans la production de Jo NESBØ. Après avoir fait évoluer son personnage dans des univers exotiques (l'Australie et la Thaïlande), l'auteur installe son personnage dans son pays d'origine où il a été muté dans un service de surveillance des milieux néo-nazis.
    La Norvège est en effet de plus en plus gangrenée par ce fléau et NESBØ s'attache à montrer de quelle façon en remontant jusqu'aux origines. Ainsi Rouge-Gorge ne met-il pas en scène un banal tueur en série, mais un tueur dont la signification des actes est à rechercher dans les engagements équivoques de la Norvège pendant la Seconde Guerre mondiale.
    Cet aspect politique donne une dimension supplémentaire à la prose de Jo NESBØ, laquelle n'est d'ailleurs pas sans rappeler certaines enquêtes de Kurt Wallander en Suède. Cela n'empêche pas Harry Hole d'avoir sa propre personnalité et c'est avec un plaisir non dissimulé, et en espérant qu'il soit renouvelé, que l'on referme ce roman.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 12         Page de la critique

> voir toutes (12)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par Woland, le 05 juin 2012

    [...] ... - "... Le dédoublement de personnalité dont tu parles, Harry, est appelé MPD en américain. C'est un dérangement multiple de la personnalité défini par la présence en un seul individu de deux personnalités ou plus, et par le fait qu'elles sont dominantes à tour de rôle. Comme dans le cas du Dr Jekyll et de Mr. Hyde.

    - Alors, ça existe ?

    - Oh, oui. Mais c'est rare, bien plus rare que certains films hollywoodiens voudraient nous le faire croire. Dans toute ma carrière de psychologue longue de vingt-cinq ans, je n'ai jamais eu la chance de pouvoir observer ne serait-ce qu'un seul cas de MPD. Mais ça ne m'empêche pas d'en savoir un bout là-dessus.

    - Comme quoi ?

    - Comme par exemple qu'il est presque toujours associé à une perte de mémoire. Ca veut dire que chez un patient atteint de MPD, l'une des personnalités peut se réveiller avec la gueule de bois en ignorant que c'est parce qu'elle co-habite avec un arsouille de première. Oui, en fait, une personnalité peut être alcoolique tandis que l'autre est ascétique.

    - Pas au pied de la lettre, j'imagine ...

    - Si.

    - Mais l'alcoolisme est une affection physique, que je sache ...

    - Oui, et ce sont ces choses qui rendent les MPD aussi fascinantes. J'ai un rapport sur un patient chez qui l'une des personnalités fumait énormément, tandis que l'autre ne touchait jamais une cigarette. Et quand on lui prenait la tension pendant que le fumeur était dominant, elle était plus élevée de vingt pour cent. Par ailleurs, des rapports concernant des femmes atteintes de MPD mentionnent des règles plusieurs fois par mois, parce que chaque personnalité suit son propre cycle.

    - Ces personnes peuvent donc modifier leur physique ?

    - Jusqu'à un certain degré, oui. L'histoire du Dr Jekyll et de Mr. Hyde n'est en réalité pas si éloignée de la réalité qu'on pourrait le croire. Dans une étude célèbre, le Dr Osherson décrivait un cas dont l'une des personnalités était hétérosexuelle, tandis que l'autre était homosexuelle.

    - Est-ce que ces personnalités peuvent prendre plusieurs voix ?

    - Oui, c'est d'ailleurs l'un des moyens les plus pratiques que nous ayons de constater les changements de personnalité.

    - Assez différentes pour que quelqu'un qui connaît très bien la personne ne puisse pas reconnaître ses autres voix ? Au téléphone, par exemple ?

    - Si la personne n'était pas au courant de son autre personnalité, oui. ... [...]
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 9         Page de la citation

  • Par lucile-anouck, le 27 avril 2011

    La plupart des anciens volontaires seraient vexés de t’entendre les affilier aux néo-nazis. Même si ces derniers nourrissent généralement un violent respect pour ces vétérans-là. Pour eux, ils représentent le rêve ultime… défendre le pays et la race l’arme au poing. Le problème, ce n’est pas la taille colossale du milieu. Parole Libre, le journal nationaliste, prétend bien qu'il y a environ mille cinq cents national-socialistes et national-démocrates en Norvège, mais si tu appelles Monitor, l'organisation de bénévoles qui garde un oeil sur les milieux fascistes, ils te diront qu'il y a tout au plus une cinquantaine d'actifs. Non, le problème, c’est que ceux qui disposent des ressources, ceux qui tirent réellement les ficelles, sont invisibles. Ils ne se baladent pas en rangers et n’ont pas de croix gammées tatouées sur les avant-bras, pour dire ça comme ça. Ils ont peut être une position dans la société qu’ils peuvent exploiter pour servir la Cause, mais pour pouvoir le faire, ils doivent aussi faire profil bas. PAGE 247
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la citation

  • Par Eric75, le 25 février 2011

    - Est-ce qu'il faut obligatoirement que ça ait un lien avec son passé d'engagé pour les Allemands ?
    - Quelque chose me dit que c'est le cas.
    - Une vengeance, donc.
    - Est-ce si aberrant ?
    - Non, certainement pas. Beaucoup de ces gens là se considèrent comme les authentiques patriotes de la guerre et pensent qu'ils ont agi dans l'intérêt de la patrie, compte tenu de ce à quoi ressemblait le monde en 1940. Qu'on les ait condamnés comme traîtres à la nation a constitué selon eux une véritable erreur judiciaire.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 10         Page de la citation

  • Par BMR, le 06 août 2007

    [...] « Les États-Unis sont un peu plus qu'un allié » commença Brandhaug avec un sourire invisible. Il dit cela sur le ton de quelqu'un qui raconte à un étranger que la Norvège a un roi et que sa capitale est Oslo.
    « En 1920, la Norvège était l'un des pays les plus pauvres d'Europe, et elle le serait sans doute encore sans l'aide des USA. Oubliez la réthorique des hommes politiques. L'émigration, le plan Marshall, Elvis et le financement de l'aventure pétrolière ont fait de la Norvège le pays qui est probablement le plus pro-américain au monde. »
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 7         Page de la citation

  • Par BMR, le 06 août 2007

    [...] Fauke ne se réjouissait pas franchement à l'approche de la fête nationale.
    « C'est gonflant. Et trop de drapeaux. Pas étonnant qu'Hitler se soit senti chez lui au milieu des norvégiens, notre âme populaire est frénétiquement nationaliste. C'est juste qu'on n'ose pas l'admettre. »

    Commenter     J’apprécie          0 10         Page de la citation

> voir toutes (16)

Videos de Jo Nesbø

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Jo Nesbø

Extrait du film "Headhunters" (2011), d'après le roman de Jo Nesbo : "Hodejegerne" (Chasseurs de têtes).








Sur Amazon
à partir de :

3,44 € (occasion)

   

Faire découvrir Rouge-Gorge par :

  • Mail
  • Blog

Découvrez la collection Folio

Listes avec ce livre (4) > voir plus

> voir plus

Lecteurs (371)

> voir plus

Quiz

    Jo Nesbo et Harry Hole

    ... Harry Hole, à la suite d'une bévue diplomatiquement grave, est muté à la surveillance des milieux néo-nazis de Norvège. Une seule consigne : faire le mort. Hole le voudrait qu'il n'y parviendrait pas. Surtout si sa meilleure amie est retrouvée littéralement brisée sur un chemin de neige ...

    •   L'homme chauve-souris
    •   Le léopard
    •   Les cafards
    •   Rue Sans-souci
    •   Le bonhomme de neige
    •   Le sauveur
    •   Rouge-gorge
    •   Fantôme
    •   L'étoile du diable

    9 questions - 19 lecteurs ont répondu
    Thème : Jo Nesbø

    Créer un quiz sur ce livre.