AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Béatrice Commengé (Autre)
ISBN : 2253025216
Éditeur : Le Livre de Poche (1981)

Note moyenne : 3.32/5 (sur 184 notes)
Résumé :
Les lecteurs du célèbre journal d'Anaïs Nin savent qu'en 1950, à l'instigation d'un mystérieux collectionneur, Henry Miller et Anaïs Nin écrivirent des " érotiques ".
Longtemps, ces textes furent mis en sommeil. Depuis sa publication, ce livre n'a cessé de figurer sur la liste des best-sellers et la critique a accueilli avec enthousiasme ces textes particulièrement révélateurs du talent romanesque d'Anaïs Nin.
Critiques, Analyses & Avis (25) Voir plus Ajouter une critique
IreneAdler
IreneAdler28 février 2014
  • Livres 5.00/5
J'avoue, j'ai craqué, j'ai lu de la littérature érotique. Mais l'air du temps n'aura pas de prise complète sur moi : la qualité avant tout que diable ! Anaïs Nin prouve que l'on peut accepter des travaux alimentaires, avec les consignes qui vont avec ("moins de poésie", plus de sexe), écrire de l'érotique quand on est une femme et réussir à produire de "beaux" textes de bonne facture. Oui c'est cru, certaines nouvelles sont un peu limite parfois (pédophilie, inceste), mais parfois l'amour est là (le sexe fait partie de l'amour, non ?), la poésie aussi.
Conclusion : n'en déplaise aux éditeurs, il existe depuis longtemps (ces textes datent des années 1940. Bon, ils ont fait scandale) une littérature érotique de qualité. Heureusement qu'il n'a pas fallut attendre 2012 pour le découvrir (bon de qualité, hum hum) Mesdames Messieurs les éditeurs, va falloir faire un peu de mise en avant de vos catalogues, y a du lourd !
E. L. James au vestiaire !
Commenter    J’apprécie          392
Titania
Titania25 juin 2015
  • Livres 3.00/5
Chaleur, été, pensées tendres, goutte de sueur entre les seins, libido, soleil et littérature érotique, et pas n'importe laquelle. « Venus Erotica » regroupe des nouvelles écrites par la troublante américaine Anaïs Nin, pour satisfaire un riche mécène en 1940. On ne peut qu'apprécier la qualité du style et l'imagination de l'auteure en matière de jeu sexuel. La transgression est une de ses spécialités , ainsi que sa liberté à évoquer le plaisir féminin à une époque où il était difficile d'en parler. Les émois de l'hermaphrodite Mafouka sont également d'une grande modernité, mais il est classique d'évoquer l'univers des artistes et de leurs modèles, des prostituées plus ou moins idéalisées, du sexe en groupe dans une totale décontraction et absence de culpabilité. Les interdits religieux sont épinglés avec espièglerie. Il est vrai que l'abstinence obligatoire des religieux catholiques, suscite doutes, hypocrisie et provocations. Toutefois quelque chose me gêne dans cette lecture... Pas le plaisir librement consenti loin de là, même si celui-ci s'accompagne de la consommation de quelques drogues, dont je doute quand même de l'efficacité pour atteindre l'orgasme, moi, ça m'endormirait ; pas même les petits combats pour de rire, où l'on fait semblant de se refuser, mais dans son souci de diversifier les pratiques, il est parfois question de viol, ou même d'inceste, et là c'est insupportable, pour mon éthique personnelle, et je crois que c'est le cas pour la majorité de mes contemporains. j'apprécie le style d'Anaïs Nin qui lui fait parler avec élégance de pénis, d'anus, de vagin, de caresses et de pénétrations de toutes sortes. J'aime sa compréhension du désir qui augmente avec la frustration et la satisfaction différée, j'aime aussi sa mise en scène de l'excitation qui monte, les robes déchirées, les chambres dévastées, les amants épuisés. Mais je déteste les scènes violentes dans lesquelles les hommes imposent et blessent et les innocents subissent, même s'il s'agit d'une minorité d'évocations, sur l'ensemble des textes rassemblés là. La manière de faire l'amour signe quand même un état de la civilisation, et il est heureux que depuis le milieu du XXÈME siècle, nous ayons évolué vers plus de douceur et de plaisir partagé .
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          249
Bdalex
Bdalex23 juin 2013
  • Livres 4.00/5
La littérature érotique est une chose subtile. comme une bulle de savon, elle doit savoir attirer votre regard, vous faire retenir votre souffle, vous donner envie de la toucher et de participer à son développement et pour tant vous la savez fragile et éphémère.
Anaïs Nin a cette gràce de la bulle de savon. Elle arrive, par une langue sûre et aleete, mais jamais vulgaire ou grossière, à vous promener le long des corps des femmes et des hommes, sans vous faire rougir, mais en faisant monter des bouffées de désir voluptueux.
A lire accompagné si vous souhaitez lire par épisodes. A lire seul pour embrasser la classe littéraire d'Anaïs et apprendre ce qui fait la grandeur de l'érotisme et sa justesse.
Tournons le dos aux puritains. Ils savent ce qu'ils perdent et c'est bien fait pour eux.
Les corps d'Anaïs sont à aimer sans retenue.
Commenter    J’apprécie          120
stcyr04
stcyr0403 février 2016
  • Livres 4.00/5
Venus Erotica est un recueil de textes érotiques qui furent à l'origine commandités par un collectionneur de livres, pour un de ses clients fortunés. Lorsque Anaïs Nin s'étonnant que le mécène lubrique n'accuse pas réception de ses livraisons, désirait connaître ses impressions, demandant à l'intermédiaire ce qu'il en était, la réponse arrivait, invariable : " le vieux est content. Insistez sur le sexe. Laissez tomber la poésie."
Aiguillonnée par les turpitudes du mystérieux client blasé, l'auteure s'est attelée à la tache qui lui paru un peu rebutante au début, trop clinique dans sa pornographie brute, mais dont elle s'en amusa ensuite; elle s'entoura bientôt d'amis artistes de sensibilité et de moeurs divers pour l'inspiration et la composition des textes. Plus tard elle fit remarquer que le sexe était plutôt traité par des écrivains mâles avec leur regard d'homme, qu'elle avait apporté à cette mission la vision et la sensibilité féminine. Nulle considération morale, tabou, interdit ne saurait prévaloir face à l'impérieux désir. Les textes, de longueurs diverses, aux personnages récurrents, sont imprégnés de la moiteur des corps mélangés, des émanations lourdes de l'opium et de l'encens; il règne partout d'envoûtantes exhalaisons de décadence. Sexe, drogues, sévices, déviances,perversions, passions, tout concoure à créer un climat propice à éveiller la sensualité du lecteur charmé. Une lecture assez revigorante pour le béotien que je suis en lecture d'alcôve, mais qui ne m'a pas totalement captivé, lassé que je fus enfin par l'étalage complaisant de tout cette dépravation triomphante. Néanmoins, je doit reconnaître que ce livre devrait plaire au lecteur friand d'impudicité et de luxure.
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          30
Moglug
Moglug07 novembre 2015
  • Livres 5.00/5
Vénus Erotica est un classique du genre érotique, mais aussi et surtout un classique-tout-court. Constitué d'une quinzaine de courtes nouvelles, Vénus Erotica a été rédigé à la demande d'un mystérieux collectionneur qui souhaitait que l'auteur en vienne aux faits essentiellement sexuels. Pour mon plus grand bonheur, Anaïs Nin a l'imagination et le style un tantinet plus subtils. Plus qu'une description anatomique, crue et froide, elle soigne ses mises en scène et les veut surprenantes et variées. Elle entraîne son lecteur dans des fantasmes improbables pour l'époque, dérangeants parfois, mais toujours excitants au final, il faut bien l'admettre. Elle manie avec délice l'art de la suggestion et le plaisir des lettres, tout en esquivant les délires pervers ou sado-masochistes poussés à l'extrême – parait-il – dans d'autres textes plus gris et moins nuancés.
Lien : https://synchroniciteetserendipite.wordpress.com..
Commenter    J’apprécie          160
Citations & extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
PauPau04 juin 2010
- On ne peut pas aimer à volonté, répondait-elle.
Je ne veux pas d'érotisme sans amour. Et l'amour
profond ne se rencontre pas si souvent.
Commenter    J’apprécie          270
Just-LouJust-Lou31 octobre 2014
Or la sensation d'être regardé me procurait un indicible plaisir. Je faisais les cents pas ou bien m'allongeait sur le lit. Elle ne bougeait pas. Nous avons répété la même scène pendant une semaine, le troisième jour, j'eux une érection. Pouvait-elle le voir du balcon d'en face? Je me mis à me toucher, avec l'impression qu'elle était attentive au moindre de mes mouvements. J'étais la proie d'une excitation délicieuse. De mon lit je pouvais deviner ses formes généreuses...
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          60
inconnu1234566inconnu123456605 janvier 2015
un livre que j'ai pas du tout aimé car il retrace divers petites histoires issue
de divers fantasmes de l'auteur qui ne me font pas du tout fantasmés exemple:
'l'inceste, la prise drogue, la violence, les interdits, la pédophilie etc etc
les descriptions sont crus est sans intérêt aucun érotisme dans ce livre.

il m'a fait analyser et comprendre les dip de certain (es) et les comportements qui eux sont bien reels face à mes connaissances et experiences ce livre m'a ouvetrt
l'esprit sur des comportements sexuels anormaux rien de plus.
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          50
Just-LouJust-Lou30 octobre 2014
Et bien entendu, elle avait eu de nombreuse aventures sexuelles, mais il existe certains rapports sexuels où le corps ne participe pas réellement. Elle se trompait elle- même. Elle croyait avoir tout expérimenté de la vie sexuelle, après s'être allongée sur un lit, avoir caressé des hommes et accompli tous les gestes prescrits dans les bons manuels. Mais tout cela n'était qu'extérieur. En réalité, son corps était encore endormi,n'était ni mûr ni formé. Rien ne l'avait atteint dans ses profondeurs. C'était encore une vierge. Je m'en rendis compte dès qu'elle entra dans la pièce...
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          40
jose-valejose-vale19 juillet 2013
Seul le battement à l'unisson du sexe et du cœur peut créer l'extase.
Commenter    J’apprécie          130
Videos de Anaïs Nin (13) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Anaïs Nin
Christine Angot. Entretien avec Oriane Jeancourt .Oriane Jeancourt,Christine AngotCC-BY-NC-ND 2.0Christine Angot construit depuis plus de vingt ans une œ?uvre radicale et riche. Reconnue pour la puissance de son écriture, elle compte parmi les grandes plumes du roman contemporain et de l?autofiction. Sexualité, maternité, aliénation familiale sont quelques unes de ses obsessions. Héritière d?Hervé Guibert et d?Anaïs Nin, elle élabore depuis son premier roman, Vu du ciel, mais surtout dans L?Inceste et Une semaine de vacances, une approche au scalpel des relations humaines.
autres livres classés : érotismeVoir plus