AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2234065143
Éditeur : Stock (2011)
Résumé :

Pendant quatre ans, de février 2005 à mai 2009, Martine Nouaille a suivi à la fois la politique italienne et l’activité du Vatican. Elle a pu observer de près les liens entre le pouvoir de Benoît XVI et celui de Silvio Berlusconi, la proximité entre les puissances de l’autel et celles de l’argent.Elle raconte les coulisses et le « règne » pontifical : la mise en scène soigneusemen... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.fr
Critiques, Analyses & Avis (1) Ajouter une critique
de
de07 décembre 2011
La presse et les commentateurs nous parlent souvent du poids des religions institutionnalisées, et en particulier dans le monde arabe, ils sont plus silencieux sur les sectes protestantes aux USA et sur les faits et méfaits de l'église catholique. « En revanche, les ”travaux de laboratoire'‘ du pape en Italie, dans le pays demeuré sous son influence, l'emprise qu'il entend exercer sur une société pourtant sécularisée, les conséquences sur le quotidien des Italiens, sur la vie intellectuelle, sur la vie politique, sont largement ignorés hors de la péninsule. »
Martine Nouaille choisit de nous présenter sous forme de chroniques, un itinéraire au pays à l'ombre du Vatican « La chronique autorise une diversité d'approches. Elle n'interdit pas, au contraire, elle appelle la subjectivité et la légèreté. » Ce livre est d'abord un beau voyage en Italie et des étapes « Sana laicità ».
A l'heure où Nicolas Sarkozy chasse les Rroms, exacerbe une politique d'immigration raciste, parle d'identité nationale en l'associant au « mythe poussiéreux de la fille aînée de l'Église», prête allégeance à celui que les catholiques nomment « pape » et fait repentance, l'auteure interroge « la réintégration dans l'espace politique français de l'Église catholique, apostolique et romaine ainsi adoubée légitime représentante de l'humanité souffrante ne pouvait que le réjouir. Car si un État admet avoir des comptes à lui rendre sur sa politique d'immigration, comment pourra-t-il ignorer ses injonctions sur des sujets autrement plus stratégiques aux yeux de l'hôte du Vatican, sur les valeurs non négociables attachées à la sexualité humaine et à la vie, cette vie qui ne nous appartient pas mais appartient à Dieu, de la conception à la mort naturelle. »
Si l'accent est mis principalement sur le Vatican, l'auteure n'en oublie ni Silvio Berlusconi ni la Camorra, leur sainte alliance « religieuse ».
J'ai particulièrement apprécié les deux chapitres « Pour l'honneur de Galilée » dont l'analyse des propos de Joseph Ratzinger « C'est chaque fois la même chose : il parle d'un sujet comme s'il s'agissait d'une simple controverse intellectuelle, d'une table ronde entre universitaires », et « le corps d'Eluana » sur l'acharnement thérapeutique.
Joseph Ratzinger déplore « qu'en trente ans la ”défense de la vie humaine soit devenue pratiquement plus difficile” en Italie », mais il ne parle ni « des meurtres commis par la Camorra, des enfants Roms morts dans l'incendie de leurs bidonvilles, ni des barques d'immigrants coulée dans le détroit de Sicile. Il pleurait sur les trente ans de la loi sur avortement. »
Connaître un peu plus le poids de l'église catholique, ses alliances, ses idéologies, ses actes, son fonctionnement pour ne jamais oublier que celui que les catholiques nomme pape n'est qu'un homme choisi parmi un conclave d'autres hommes, dont les femmes sont exclues, pour, entre autres, donner le la d'une pensée qui fait toujours des femmes, des secondes ou des autres inégales par définition. Une organisation non mixte de dominants (les hommes) ne saurait dégager une pensée de l'égalité, et cela, dois-je le préciser, n'a rien à voir avec les croyances religieuses.
Derrière ces chroniques, il apparaît que l'instrumentalisation de la religion à quelque chose à voir avec la faiblesse de l'organisation démocratique et l'effondrement de la ”gauche” politique.
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          80
Citations & extraits (3) Ajouter une citation
dede10 octobre 2011
Car si un État admet avoir des comptes à lui rendre sur sa politique d’immigration, comment pourra-t-il ignorer ses injonctions sur des sujets autrement plus stratégiques aux yeux de l’hôte du Vatican, sur les valeurs non négociables attachées à la sexualité humaine et à la vie, cette vie qui ne nous appartient pas mais appartient à Dieu, de la conception à la mort naturelle.
Commenter    J’apprécie          10
dede10 octobre 2011
En revanche, les "travaux de laboratoire" du pape en Italie, dans le pays demeuré sous son influence, l’emprise qu’il entend exercer sur une société pourtant sécularisée, les conséquences sur le quotidien des Italiens, sur la vie intellectuelle, sur la vie politique, sont largement ignorés hors de la péninsule.
Commenter    J’apprécie          00
dede10 octobre 2011
La chronique autorise une diversité d’approches. Elle n’interdit pas, au contraire, elle appelle la subjectivité et la légèreté.
Commenter    J’apprécie          00
Video de Martine Nouaille (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Martine Nouaille
Martine Nouaille, journaliste et auteure de Benedetto, roi d'Italie : chroniques d'un pays à l'ombre du Vatican (Editions Stock, paru le 9 mars 2011), est l’invitée d’Audrey Pulvar dans le 6/7 de France Inter (6h50 - 9 mars 2011).
autres livres classés : vaticanVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.fr



Lecteurs (2) Voir plus


Quiz Voir plus

Jésus qui est-il ?

Jésus était-il Juif ?

Oui
non
il était Zen
ne se prononce pas

10 questions
650 lecteurs ont répondu
Thèmes : christianisme , religion , bibleCréer un quiz sur ce livre