Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

> Rose-Marie Makino-Fayolle (Traducteur)

ISBN : 274271894X
Éditeur : Actes Sud (1998)


Note moyenne : 3.82/5 (sur 91 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Ces trois courts romans ont en commun leur fraîcheur, leur simplicité et leur concision exemplaires. Mais tous trois se caractérisent aussi par des personnages à la naïveté cruelle, à la perversité troublante. Yoko Ogawa manipule merveilleusement l'art de la description... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (13)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 3.00/5
    Par lauredanse, le 27 mars 2013

    lauredanse
    Trois courts romans (comme indiqué sur la couverture du livre) et trois narratrices qui nous parlent de leur quotidien autour d'un évènement précis.
    La piscine : Une femme suit un jeune homme, Jun, à chaque fois qu'il va s'entraîner à ses plongeons. Elle aime admirer ses muscles, son allure … Elle est surement amoureuse de lui. Elle le connait depuis petit, ils vivent ensemble dans le même institut qui accueille des orphelins. Elle aime à se rappeler leur enfance, avec des souvenirs communs et l'innocence de leur âge. Mais elle n'est pas une orpheline mais la fille des « directeurs ». Elle s'y sent mal ne supportant pas d'être logée à la même enseigne que les autres, alors qu'elle a ses parents. « Cet institut est un orphelinat dont je suis la seule pensionnaire à y être née sans être orpheline. C'est cela qui a défiguré ma famille. » Elle déteste sa mère qu'elle ne supporte pas. Elle parle sans arrêt n'écoutant qu'elle-même. « En entendant sa respiration saccadée, je me demandais avec cruauté s'il ne lui arrivait pas parfois, à force de bavarde, de se détester elle-même. » Elle en est profondément touchée et marquée par son sentiment de rejet. Avec une petite fille de 17 mois, Rie, elle se rendra alors compte qu'elle est animée d'un sentiment de cruauté et de perversion, en prenant un malin plaisir à la faire souffrir. Cependant, alors qu'elle croyait faire cela en toute impunité, il en sera autrement…
    Un récit qui allie la beauté d'une écriture poétique, les souvenirs d'enfance et l'amour, à la perversité et à la cruauté.
    Les abeilles : Une femme se sent seule chez elle à Tôkyô, son mari parti en Suède sur la construction de pipeline. Elle doit le rejoindre. En même temps, son cousin, qu'elle n'a pas vu depuis 15 ans, l'appelle pour avoir les coordonnées de la résidence universitaire où elle habitait lorsqu'elle faisait ses études. Il vient un petit temps chez elle , où ils auront l'occasion de se replonger dans leurs souvenirs d'enfance communs, avant de loger dans cette résidence. « Mon cousin se souvenait de manière surprenante des scènes où nous étions tous les deux. Les circonstances qui les entouraient ou l'histoire avaient complètement disparu, mais chaque image s'était gravée avec précision et en couleurs dans sa mémoire. » le directeur est toujours le même, un directeur qui n'a pas de bras et une jambe en moins. Les lieux ont quelque peu changé. Il n'y a pour ainsi dire plus personne, à cause d'une mauvaise rumeur liée à la disparition d'un des résidents. Alors que la narratrice veut venir rendre visite à son cousin, elle le rate à chaque fois et partage un moment avec le directeur. Ensuite elle viendra tous les jours à son chevet alors qu'il dépérit à cause de problèmes de santé. Un bourdonnement est souvent présent dans sa tête et elle ne sait très bien en définir l'origine et l'exact son…
    Un récit qui allie la beauté de l'écriture, les souvenirs d'enfance et les échanges amicaux, à l'étrangeté et la douleur.
    La grossesse : Une femme raconte La grossesse de sa soeur mois après mois. Celle-ci a des nausées constamment et ne supporte plus aucune odeur pendant les presque 5 premiers mois. Cela oblige la narratrice à éviter de cuisiner à l'intérieur, par exemple. de plus, la maladie des nerfs de sa soeur n'arrangera rien de tout cela « Cette maladie ondule comme des algues flottant à la surface de La mer qui n'en finiraient pas de venir s'échouer sur le sable. » Tout cet ensemble loin de son ordinaire lui donne un sentiment très étrange vis-à-vis de ce futur bébé, qu'elle ne voit pas en tant que tel d'ailleurs. Lorsque les nausées partiront et que l'appétit reviendra, sa soeur mangera énormément. La narratrice récupérera des pamplemousses de son travail (elle est démonstratrice dans un supermarché) qui ne pouvaient être vendus, des oeufs ayant été cassés dessus, et en fera des confitures que sa soeur consommera sans aucune retenue. Elle se rappellera que les pamplemousses d'importation sont dangereux pour la santé, contenants un produit cancérigène qui détruit les chromosomes humains, selon un prospectus qu'elle avait lu. Elle ne s'arrêtera alors pas d'aller acheter ces fruits pour en faire des confitures…
    Un récit qui allie la beauté de l'écriture à la perversité et à la cruauté.
    Yōko Ogawa est un auteur qui, sans l'ombre d'un doute, a un style prenant, beau, concis et efficace. La cruauté et la perversité qui se dégagent de ces histoires me laissent quand même une impression étrange et un certain malaise, tellement la description est réussie et la réalité perceptible. C'est vraiment particulier. Les travers de certains humains sont donc ici parfaitement mis en scène. Mais elle nous dépeint aussi les souvenirs avec une poésie magnifique, ce qui rend les évènements forts, intenses en émotions. Les personnages sont bien fouillés, les sentiments et émotions décrits avec brio. On parvient avec aisance à avoir de la sympathie ou de l'antipathie voir du mépris ou de l'indignation envers eux. J'ai aimé la façon dont l'auteur nous menait vers des déductions ou des soupçons qui se révèlent au final illusoires. La vérité étant ailleurs.
    Je ne sais pas si c'est le meilleur ouvrage à lire pour découvrir cet auteur, c'est pourquoi je pense en lire d'autres à l'avenir. Ce que j'en retiens également, c'est qu'elle a la grande capacité à tenir un certain suspens par l'ambiguïté et cette étrangeté. On ressent comme une menace poindre, même dans une apparente « normalité ». C'est assez difficile à définir en réalité. Ce sentiment de malaise. Là est sans doute le talent de Yōko Ogawa.

    Lien : http://madansedumonde.wordpress.com/2013/03/27/yoko-ogawa-la-piscine..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          4 16         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Woland, le 11 avril 2012

    Woland
    Daivingu puru / Domitorï / Ninshin karendä
    Traduction : Rose-Marie Makino-Fayolle

    Trois courts romans ou trois longues nouvelles : c'est au choix du lecteur. Sur tous en tous cas plane l'ombre glauque de la corruption et de la perversion qui marquait ainsi, dès ses débuts littéraires, l'intérêt qu'éveille en l'auteur ce qui pervertit la norme et entraîne sa décomposition.
    Le premier récit, "La piscine", nous est conté par la fille du directeur d'un orphelinat. Parmi tous les enfants et adolescents abrités par cette institution perdue dans la campagne japonaise, elle est la seule à vivre encore, et depuis sa naissance, avec ses parents. Dans ce climat particulier, la chose en elle-même a fini par devenir anormale. L'adolescente est lasse, on le sent, de la mission dont se croient investis ses parents, elle étouffe, elle voudrait retrouver la norme - ou ce qu'elle croit l'être. Seule éclaircie dans son ciel morne et routinier : le sentiment amoureux qu'elle a développé, sans qu'il s'en doute, pour Jun, orphelin que ses parents ont plus ou moins adopté. Tous les jours ou presque, elle va l'admirer à l'entraînement, dans La piscine de la petite ville voisine, se perdant dans la contemplation fascinée des muscles de son corps, immobile sur le plongeoir avant le grand saut. Autre plaisir également, mais encore plus secret parce que nettement malsain : sentir s'éveiller en elle certain mauvais instinct qui la pousse à faire du mal aux plus jeunes des orphelins ...
    Le troisième texte, "La grossesse" détaille, toujours à la première personne mais sous la forme d'un journal, les événements qui ponctuent La grossesse de la soeur de la narratrice. de tempérament assez fragile sur le plan nerveux et d'abord heureuse d'attendre un bébé, la jeune femme connaît l'enfer quand apparaissent les premières nausées qui vont la suivre pendant près de cinq mois. Au sixième, par un brutal retournement de situation, elle est prise d'une boulimie dévorante qui se concentre peu à peu sur une délicieuse compote de pamplemousses que lui concocte journellement sa soeur aux petits soins. Mais le lecteur sait, pratiquement depuis le début, que les pamplemousses en question, bien que vendus légalement, ont subi l'atteinte de pesticides capables de faire beaucoup de mal à un bébé en gestation. le pire est que la narratrice le sait aussi et qu'elle agit sciemment pour des raisons qu'Ogawa nous laisse imaginer ...
    "La piscine" et "La grossesse" sont les plus explicites du lot, adjectif qui, appliqué à l'écrivain japonais, ne signifie pas, loin s'en faut, clarté et rectitude. le lecteur est amené à s'interroger, à se creuser la cervelle, à supputer, à revenir sur ce qu'il croit avoir découvert, à remettre en question les réponses qu'il tente de trouver aux actions des protagonistes. le désir de faire le mal est ici vécu comme un abandon consenti à une sorte de virus d'origine inconnue : la notion de culpabilité en général associée à ce désir n'intervient jamais. le mal est là, tapi dans une cellule de notre âme comme une maladie le serait dans un de nos gènes : il faut faire avec, voire - et c'est cela sans doute le plus dérangeant - l'exploiter du mieux que l'on peut.
    "Les abeilles" représente le texte le plus long et aussi - à notre sens - le plus subtil. On y voit une jeune femme, dont le mari est parti travailler en Suède, aider son cousin à trouver une chambre dans la résidence d'étudiants qui fut jadis la sienne. Elle le présente au directeur de l'institution, un homme cultivé et extrêmement courtois à qui il manque les deux bras et une jambe mais que cela n'empêche en rien de servir le thé à ses visiteurs. L'affaire se conclut et par la suite, la jeune femme se présente par trois fois à la résidence pour prendre des nouvelles de son cousin. Par trois fois, sous un prétexte ou sous un autre, le cousin est absent et elle finit par goûter avec le directeur, ce qui lui donne entre autres l'occasion de constater que, dans l'angle de sa chambre, au plafond, se dessine une tache sombre qui n'arrête pas de prendre de l'importance. A chaque visite également, elle constate, d'abord distraitement il est vrai, que les couleurs des parterres de tulipes sortent assez de l'ordinaire pour aboutir, au jour final, à un bleu soutenu. Enfin, dans leurs conversations, le directeur finit par lui révéler que l'incroyable baisse de fréquentation d'une résidence qu'elle-même avait connue si agitée provient de la disparition inexpliquée, quelques années plus tôt, d'un étudiant en mathématiques dont on n'a jamais retrouvé le corps.
    Dans ce récit, Ogawa sort de l'ombre et entraîne presque sans détour son lecteur à soupçonner le directeur d'avoir tout d'abord tué l'étudiant en mathématiques avant de s'en prendre au cousin de la narratrice. L'homme connaît en effet sur les corps des deux jeunes gens des détails qu'il ne peut avoir remarqués que s'il les a vus tous deux dans le plus simple appareil, connaissance qu'il justifie tout naturellement en expliquant que, lui-même étant gravement handicapé, il porte une attention particulière au physique de tous ceux qu'il rencontre.
    Finalement, dans les dernières pages, le directeur, malade, s'endort sur son lit et la tache au plafond se met à couler. Affolée par le liquide poisseux qui glisse sur ses doigts, la narratrice part finalement à l'aveuglette dans la résidence pour en chercher la source et découvre, dans un conduit d'aération, un essaim d'abeilles qui y a fait son nid. Mais la manière dont l'auteur amène la conclusion abrupte de son histoire nous fait voir non pas un nid banal mais la carcasse d'un corps où Les abeilles auraient trouvé refuge, se contaminant elles-mêmes au contact de la décomposition, ce qui expliquerait les couleurs étranges prises par les fleurs du jardin ...
    Oh ! ce n'est pas dit ainsi, rassurez-vous. Ce n'est pas écrit, non. N'empêche que cette carcasse, le lecteur finit par la voir.
    Bref, vous l'avez compris, il faut avoir l'esprit aux aguets et l'estomac assez bien accroché pour lire ces trois récits d'Ogawa. Ils n'en restent pas moins fascinants, sachez-le. Toutefois, nous prendrons sur nous de déconseiller la lecture de "La grossesse" aux femmes enceintes : en ce domaine, croyez-en notre expérience, on n'est jamais trop prudent. ;o)
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par Angelessia, le 28 juillet 2014

    Angelessia
    Trois courts romans qui nous mettent mal à l'aise. Il est indéniable que Yoko Ogawa excelle dans ce style. Mais ces trois romans ne m'ont pas mise en transe par rapport à ses autres romans.
    Peut être s'agit-il des thèmes qui ne m'ont pas parlé ? Je trouve la chute finale des Abeilles très réussie cependant !
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Lune, le 29 septembre 2008

    Lune
    Une froideur glaciale anesthésie nos sens et nous suivons la voix/voie personnelle, la rigueur chirurgicale de chaque histoire, la cruauté presqu'acceptable de chacun des héros de ces trois nouvelles qui se lisent avec une facilité déconcertante. Parce que c'est déconcertant de se laisser prendre au jeu sadique proposé. le récit "Les abeilles" est celui qui m'a le plus époustouflée. Yôko Ogawa m'a emmenée sur un chemin, m'y a fait perdre et boutade?, je me suis retrouvée loin de ce que j'avais pu imaginer et j'y pense encore (qu'ai-je vraiment compris? - de qui s'est-on moqué (gentiment) de moi ou de l'héroïne ou de nous deux?). "La piscine" laisse un sentiment glauque sur fond de pluie incessante, de relents de chlore et d'odeurs de pensionnat comme on peut l'imaginer ou s'en souvenir. Que deviendra la jeune adolescente destructrice si la main de Jun ne l'épaule plus? Il est toujours pénible d'apercevoir la laideur derrière le visage d'une fille (ou d'un garçon) aux traits juvéniles à peines formés. Quant à la dernière histoire "La grossesse", des frissons nous parcourent devant l'héroïne diabolique vivant entre sa soeur enceinte, hypocondriaque, d'une nervosité maladive, son beau-frère insipide et ce futur bébé que nous n'osons pas imaginer (il faudra du temps pour déguster du jus de pamplemousse sans penser à la machination...). Cruauté, perversité, fantastique (peut-on aller jusque là?), nous nous démenons entre ces univers présentés si simplement et notre "normalité" bousculée... Livre qui se dévore mais je suis sceptique...
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par Beatrice64, le 26 août 2013

    Beatrice64
    … je voudrais la mère.
    Yoko Ogawa ? Bonne pioche !
    Teintés de surnaturel, baignant dans une atmosphère discrètement mélancolique, habités par des personnages énigmatiques, les premiers romans d'Ogawa sont hantés par le bizarre. Un bizarre toujours un peu menaçant, aux frontières du malsain, fait de cruauté, de séduction perverse, d'errance intérieure, voire de psychose, un bizarre étonnamment loin de celui, apaisant et lumineux, de La Formule préférée du professeur,
    Ainsi, dans Hôtel Iris, une jeune fille de 19 ans entretient une liaison très forte, basée sur leLa piscine bondage, avec un vieil homme. Dans La piscine, une fille plus jeune encore, se sentant mal-aimée par ses parents, développe son instinct sadique à l'encontre d'une toute petite fille accueillie dans l'orphelinat tenu par ceux-ci. Dans L'annulaire, une très jeune femme devient la secrétaire d'un étrange laboratoire qui crée des "specimen" à partir de vos souvenirs, et tombe sous le charme de son mystérieux biologiste.
    Très épurée, portée le plus souvent par une narratrice jeune et un peu fragile, la prose d'Ogawa, en dévoilant les failles, les désirs secrets, les angoisses de ses personnages, entrouvre une porte sur l'inconscient. Des romans fascinants, inquiétants, et très beaux.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la critique

> voir toutes (15)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par Piatka, le 09 juin 2014

    Le murmure d'une fontaine en hiver quand une pièce de monnaie tombe au fond, en provoquant des éclaboussures ; le tremblement de la lymphe dans le limaçon tout au fond de l'oreille interne, au moment où l'on descend de manège ; le bruit de la nuit qui s'écoule à l'intérieur de la paume de la main qui a tenu le récepteur, après le coup de téléphone de l'amant...mais je me demande combien de personnes vont pouvoir comprendre la nature de ce bruit avec ce genre d'exemples.

    Les abeilles
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 23         Page de la citation

  • Par Woland, le 11 avril 2012

    [...] ... - "En février, l'un de nos étudiants a disparu subitement. Il a disparu, c'est bien le mot exact. Il s'est tout bonnement volatilisé. A tel point que je me suis demandé comment un être humain, pourvu d'un cerveau, d'un coeur, de bras et de jambes, et doué de parole pouvait disparaître aussi simplement. Rien ne pouvait le laisser prévoir. Inscrit en première année de mathématiques, il recevait une aide financière habituellement réservée à un petit nombre d'étudiants choisis parmi les meilleurs. Il avait beaucoup de camarades et sortait régulièrement avec sa petite amie. Son père était professeur d'université en province, sa mère écrivait des contes pour enfants et il avait une petite soeur très mignonne beaucoup plus jeune que lui. Un environnement irréprochable. Mais peut-être que cela n'a aucun rapport avec la cause de sa disparition.

    - Il n'y avait aucun indice ? Pas de message ni de lettre ?"

    Le directeur secoua la tête.

    - "La police a fait une enquête très fouillée. On pouvait penser qu'il avait été entraîné malgré lui dans une affaire qui le dépassait. Mais on n'a rien trouvé qui aurait pu le faire supposer. Il a disparu en emportant avec lui un livre de mathématiques et un cahier de notes."

    A ce moment-là, le balai qui était appuyé contre son épaule tomba brusquement. Mais le directeur continua son récit sans y prêter attention.

    - "J'ai moi aussi été convoqué par la police pour un interrogatoire. On m'a soupçonné. On m'a posé des tas de questions sur ma vie pendant les cinq jours qui ont entouré sa disparition. On a tout décortiqué : les propos que nous avions échangés, le nombre de pages que j'avais lues et de quoi elles traitaient, l'identité des gens qui avaient téléphoné et à quel sujet, le menu de mes repas, la fréquence de mes visites aux toilettes, tout. Chaque chose a été retranscrite en phrases qui ont été recopiées, corrigées, relues. C'est comme trier les grains de sable sur la plage. Il a fallu trois fois plus de temps pour vérifier tout ce qui s'était passé pendant ces cinq jours. J'étais épuisé. Le moignon qui supporte ma jambe artificielle s'est mis à suppurer et à me faire souffrir. Mais on a eu beau faire, tout cela n'a servi à rien. Il n'a jamais réapparu. ... [...]
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation

  • Par Woland, le 11 avril 2012

    [...] ... Ce que je trouvais alors le plus étrange ici, c'était l'heure des repas. Cela venait peut-être du fait que la cuisine et la salle-à-manger se trouvaient au sous-sol.

    L'église et l'institut Hikari, construits en bois à l'occidentale, sont assez vieux. Leur ancienneté est palpable dans chaque planche de bois, dans chaque châssis de moustiquaire, dans chaque carreau de faïence. On a multiplié les constructions supplémentaires, aussi l'ensemble est-il extrêmement compliqué et même de l'extérieur il est difficile d'en saisir la forme générale. C'est encore plus imbriqué à l'intérieur, où des couloirs sinueux se succèdent interminablement et où l'on trouve un peu partout des petites dénivellations.

    En suivant le couloir labyrinthique qui part du hall d'entrée de l'institut, on réalise soudain que l'endroit où l'on se trouve est au premier étage. On surplombe alors la cour qu'on aperçoit sous les fenêtres.

    Au bout du couloir le sol est découpé de la taille d'un tatami en bordure duquel on aurait fixé une solide poignée métallique. En tirant sur la poignée, cette partie du couloir se relève avec un grincement sec. On fixe l'anneau à un crochet qui pend du plafond, et l'on se retrouve avec le vide à ses pieds. C'est de là que part un escalier abrupt menant à la cuisine et à la salle-à-manger.

    Tous les enfants aimaient cet escalier secret. Quand venait l'heure des repas, c'était à qui soulèverait la trappe, et cela donnait presque toujours lieu à des disputes. Les enfants s'engouffraient l'un derrière l'autre dans l'escalier, sous le regard sévère du directeur et de la puéricultrice. ... [...]
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation

  • Par Woland, le 11 avril 2012

    [...] ... Plus ma soeur mange, plus son ventre s'arrondit. J'ai déjà vu des femmes enceintes, mais je n'ai jamais suivi leur évolution physique, aussi je l'observe avec un grand intérêt.

    Le changement physique commence juste au-dessous de la poitrine. A partir de là, il y a une grosse bosse jusqu'au bas-ventre. Quand on la touche, on est surpris de la trouver aussi dure. C'est parce qu'elle transmet avec fidélité la sensation de ce qui prend corps à l'intérieur. Et cette grosseur n'est pas symétrique : elle est légèrement développée. Cela aussi me fait frémir.

    - "En ce moment, tu sais, c'est l'époque où le foetus a les paupières qui se séparent et le nez qui se perce. Si c'est un garçon, ses organes sexuels qui étaient dans la cavité abdominal sont en train de descendre," m'a-t-elle expliqué posément au sujet de son bébé. Sa transformation m'apparaît d'autant plus inquiétante que les mots tels que foetus, cavité abdominale ou organes sexuels appartiennent à un vocabulaire peu digne d'une mère.

    Est-ce que les chromosomes du foetus se reproduisent normalement ? Est-ce que les rangs de larves jumelles fourmillent à l'intérieur de son ventre rebondi ? C'est ce à quoi je réfléchis en regardant son corps. ... [...]
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation

  • Par lauredanse, le 27 mars 2013

    Le jardin était occupé par une pelouse bien entretenue sur laquelle nous aimions nous rouler. Les extrémités vertes des brins d’herbe et le soleil étincelant entraient tour à tour dans notre champ de vision. La couleur verte et le scintillement se mélangeaient progressivement au fond de mes yeux jusqu’à devenir d’un bleu pur. Alors le ciel, le vent et la terre s’éloignaient soudain, et arrivait le moment où je me retrouvais flottant dans l’espace. J’aimais beaucoup cet instant.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la citation







Sur Amazon
à partir de :
7,32 € (neuf)
3,61 € (occasion)

   

Faire découvrir La Piscine, les abeilles, la grossesse par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (174)

> voir plus

Quiz