Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2246668611
Éditeur : Grasset (2005)


Note moyenne : 3.55/5 (sur 40 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
L'intrigue de ce roman est des plus simples : un homme, une femme… Ils sont, l'un et l'autre, un peu cabossés par la vie ; ils se sont donné rendez-vous sur un banc du jardin du Luxembourg un jour pluvieux de fin d'été ; ils s'observent, se choisissent, et vont dans un ... > Voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (9)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 5.00/5
    Par mila0707, le 16 avril 2012

    mila0707
    Mon avis : C'est la première fois que je lis un roman de Véronique Olmi. Une de ses citations m'ayant très intensément interpelée, je ne pouvais pas ne pas m'accorder une pause dans la littérature jeunesse pour me plonger dans son univers et aller à la recherche de ce qu'elle avait à me dire. Un roman adulte, assurément, d'aucun le classerait dans le rayonnage " érotisme ". C'est effectivement un hymne au désir et au plaisir féminin mais c'est surtout et avant tout l'histoire d'une femme profondément blessée qui va pouvoir revenir un peu vers elle-même grâce à un homme qu'elle connaît à peine mais qui la regarde, qui l'écoute, et qui la désire, le tout avec respect, lui laissant être qui elle est, avec toutes les répercutions dues à son passé : sa douleur, ses peurs, son sentiment de culpabilité envers ses enfants et un mari touché de paranoïa, son rejet d'elle-même, de celle qu'elle est devenue ; la laissant libre de ce qu'elle donne ou de ce qu'elle prend. Le roman est court, vite lu... ce serait sans compter sur ce que l'on trouve entre les lignes [ou alors est-ce moi qui me suis trop attardée après les points...]. J'ai aimé jusqu'à l'écriture de Véronique Olmi, ses phrases courtes, sans verbe... ses phrases parfois très longues, presque sans ponctuation... cela m'a donné l'impression non pas de lire leur histoire, mais d'être au plus près, voir même au sein de la pensée des personnages. Je tiens à remercier celui qui, ici, m'a fait découvrir une phrase-clé de ce livre qui était à la portée de ma main sans que je le saisisse. Aujourd'hui, je me le suis approprié et je me suis fait promettre de poursuivre ma découverte de cette auteure.
    Public : roman pour les adultes.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 15         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Lune, le 02 juin 2008

    Lune
    J'ai aimé cet hymne. Ce livre m'apparaît être un long chant poétique dédié à la femme, à son désir, à son plaisir, à son amour de l'homme. Certains trouveront cela dérangeant, je ne le pense pas. J'ai ressenti beaucoup de pudeur dans cet élan lyrique d'un érotisme féminin sans taches, sans salissures, sans pudibonderie. Toute l'écriture nuancée tourne et retourne autour de la femme non pas en tant qu'objet mais en tant que femme profondément femme dans son acceptation d'être telle quelle et dans sa relation avec l'autre, l'homme. Homme ici magnifique dans la compréhension d'elle, son double, son autre lui-même avec ses différences propres. Dans ce roman, l'héroïne en souffrance ressuscitera par cette double offrande, ce respect, cette re-connaissance qui lui permettra de s'envoler, de re-naître. Osé dans la magnificence, porteur dans l'audace, riche dans l'échange, parfait hommage au corps, aux sens, aux êtres.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 9         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Nadouch, le 18 août 2012

    Nadouch
    Un très court livre qui relate une journée de désir et de pluie... Un homme et une femme se rencontrent et la suite... J'ai lu ce livre parce qu'on me l'a conseillé très vivement, et j'avoue que je suis sans doute aussi troublée que la personne qui me l'a recommandé. Jamais je n'avais lu un aussi beau texte sur le désir, l'acte sexuel et les rapports homme-femme en général, dont la naissance de la complicité. L'écriture est franche mais on ne tombe jamais dans le voyeurisme, j'admire l'auteur pour cet équilibre maintenu dans les mots, qui répond au fragile équilibre qui existe entre cet homme et cette femme qui vivent une situation convenue et pourtant unique. Très touchant ce petit livre, beau tout simplement.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par Jacotte_Fenwick, le 23 mars 2014

    Jacotte_Fenwick
    Je l'avais déjà lu, m'en suis aperçue dès la première page, mais avais tout oublié, sauf la maigreur de la femme, ses réticences du début. de ma première lecture, je ne sais même plus si j'avais, comme cette fois, tout le temps pensé à Kristin Scott Thomas. Si j'avais déjà vu « Il y a longtemps que je t'aime », de P. Claudel.
    Ça se lit bien, même si le sexe comme thérapie, comme préalable à l'amour, on a l'impression d'avoir déjà lu ça, l'écriture colle assez bien au sujet et à la brièveté du texte pour qu'on ne s'ennuie pas.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par simeon, le 20 avril 2014

    simeon
    Court roman érotique sur une rencontre adultère, le temps d'un après midi, à Paris.
    Il s'agit de pluie, d'une rencontre, de sensualité, de partage, d'échange, d'interdit, de parcours de vie, d'amour physique sans tomber dans la bluette ni dans le porno.
    Le ton est juste, l'histoire est belle, les personnages existent dans leurs questionnements, hésitations, peurs et par leur abandon à la vie, à l'autre.
    J'ai beaucoup aimé ce roman, cette sensualité réaliste et contemporaine.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la critique

> voir toutes (21)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par mila0707, le 29 août 2015

    Ils restèrent ainsi dans l'apaisement, le voyage immobile, et elle, sans y penser, sans le vouloir, approcha sa main de sa joue et passa l'index au bord de son oreille, un mouvement minuscule, une caresse de quelques millimètres et son doigt allait et venait sans s'arrêter allait et venait contre son oreille, elle ne savait pas qu'il entendait un bruit furieux, un roulement de rocher, elle ne savait pas qu'elle lui faisait entendre la mer.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 9         Page de la citation

  • Par mila0707, le 28 août 2015

    [.......] elle était prise dans la glace avec la crainte du ratage et de la solitude, prise dans la glace avec l'envie qu'il vienne la chercher. Et s'il ne venait pas. Elle en resterait là. Après tout. Elle en resterait à cette ébauche cet arrêt la suspension, et il lui resterait à jamais inconnu.

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la citation

  • Par mila0707, le 11 avril 2012

    Au lieu de se parler.
    Au lieu de cela elle regarda, pour la première fois, la couleur exacte de ses yeux. Bleus. Pas le ciel. Pas la mer. Pas les chansons ou les poèmes. Un bleu lointain. Rendu lointain par sa clarté et la finesse des cils trop droits, un bleu rentré, un bleu de presque rien, un bleu qui allait mal avec l'arrogance du cigare, la force supposée d'un homme qui fume le cigare, l'assurance joyeuse d'un homme qui essuie la pluie avec sa manche, un bleu qui s'accordait à sa façon de marcher, sa façon de boiter, sa façon de le cacher, un bleu de maladresses, un bleu trop clair presque inavouable, un bleu qui ne voulait pas, ne pouvait pas être comme les autres bleus - un signe de bonne santé, de beauté facile, elle regarda la couleur exacte le bleu exact, comment s'appellerait-il sur une palette, à la surface de l'eau, à l'encre d'un stylo, ce bleu, comment ferait-on pour le nommer ?
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 8         Page de la citation

  • Par mila0707, le 17 avril 2012

    Il la lâcha pour la regarder rire, ses bras retombèrent comme deux ailes après l'envol, elle se détacha un peu du mur et vit pour la première fois dans son regard, une expression d'enfance. La surprise. La surprise heureuse et l'étonnement naïf. C'était une vraie lumière, un aveu, un don qu'il lui faisait. Sa part d'enfance.
    Quelques secondes ils restèrent ainsi, leurs visages tout proches, leurs corps face à face, restèrent dans cette découverte, cette connaissance nouvelle, la jeunesse lointaine qu'ils ne montraient pas aux autres, les premières années de leur vie quand ils pensaient que la vie était vaste et faite pour eux et en manque d'eux, quand ils ne savaient pas encore que c'était l'inverse, la vie ne les attendait pas c'était à eux de lui courir après, sans jamais regarder en arrière, courir, lutter contre le vent contre la pluie courir, et arriver à cela, capter, cinquante ans après, un peu d'enfance dans le corps d'un inconnu.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la citation

  • Par mila0707, le 16 avril 2012

    Alors ils acceptèrent leur silence. Le silence entre eux.
    [.......]
    De temps en temps il la regardait et son regard était plein des questions qu'il ne posait pas, un élan le poussait, aussitôt la pudeur le retenait, la pudeur et la peur aussi, car s'il voulait savoir, il ne voulait pas être convié au bord du gouffre. Il voulait apprendre sans souffrir. Approcher cette femme sans s'y brûler. Elle lui sourit, parce qu'elle comprenait tout cela, tout ce qu'il ne demandait pas et pourquoi il ne le demandait pas.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 11         Page de la citation

> voir toutes (22)

Videos de Véronique Olmi

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Véronique Olmi

Véronique Olmi parle de "J'aimais mieux quand c'était toi" Partie 1








Sur Amazon
à partir de :
13,96 € (neuf)
4,00 € (occasion)

   

Faire découvrir La pluie ne change rien au désir par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (90)

  • Ils sont en train de le lire (1)
  • Ils veulent l'échanger (1)

> voir plus

Quiz