Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2350870588
Éditeur : Editions Héloïse d'Ormesson (2007)


Note moyenne : 3.38/5 (sur 16 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
« C'est le livre qui permet le mieux les jeux féconds du souvenir, du rêve, de l'imagination. »

Plaidoyer pour la lecture, réflexions sur une civilisation en mutation, billets d'humeur, le présent recueil est un choix parmi le millier de chroniques que Je... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

Critiques, analyses et avis (3)

> Ajouter une critique

    • Livres 3.00/5
    Par liratouva2, le 03 juin 2010

    liratouva2
    J'aime beaucoup Jean d'Ormesson parce que j'ai l'impression de l'avoir toujours connu, parce que j'ai toujours aimé le voir et l'écouter à la télévision, parce que j'aurais bien voulu un père, un grand père, un oncle comme lui, souriant, élégant, cultivé. Cependant, à part le très joli livre pour les plus jeunes: « L'enfant qui attendait un train », je n'ai rpas lu un seul de ses livres complètement. Je ne sais d'ailleurs pas pourquoi.
    Celui-ci non plus, je ne le lirai pas en entier bien qu'il soit très intéressant. Ce n'est pas un roman mais un regroupement de ses chroniques à partir de 1969, comme un condensé de sa pensée au fil du temps., une accumulation de billets d'humeur, bref un livre que j'ai feuilleté avec attention et où j'ai picoré des idées qui me plaisent comme celle-ci par exemple: "Je surprendrai peut-être le lecteur en lui assurant que ce que je préfère, c'est me taire.J'ai parfois regretté mes paroles, je n'ai jamais regretté mon silence. Je ne participe pas volontiers aux querelles qui agitent le petit monde des intellectuels parisiens."
    J'ai l'impression d'une conversation avec un esprit léger et profond, qui parle de tout avec style et panache.

    Lien : http://liratouva2.blogspot.com/2010/06/odeur-du-temps-de-jean-dormes..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique

  • Par magwil, le 04 octobre 2011

    magwil
    J'aime beaucoup Jean d'Ormesson mais ses livres ne sont pas simples à lire. L'avantage de celui-ci c'est qu'on peut le prendre ou l'arrêter comme on veut car il rassemble les chroniques qu'il a écrites.
    Jean d'Ormesson est un "personnage" et ses interventions sont toujours appréciables. Il fait partie de ceux qui me donnent envie de lire ou de relire des classiques.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique

  • Par pasiondelalectura, le 19 juillet 2014

    pasiondelalectura
    Ce sont des chroniques du temps qui passe.
    C'est une suite de chroniques de Jean d'Ormesson dans Madame Figaro et Le Figaro.
    Certaines sont trop anciennes, elles sentent "la resucée".
    Le style est impeccable, mais pour certaines les personnages et les situations sont maintenant hors contexte.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique

> voir toutes (74)

Videos de Jean d' Ormesson

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Jean d' Ormesson

Ne pars pas avant moi de Jean-Marie Rouart .
Voir l'émission : http://www.web-tv-culture.com/ne-pars-pas-avant-moi-de-jean-marie-rouart-717.html Académicien, Jean-Marie Rouart est un homme aux multiples visages. S'il répond à de nombreuses sollicitations, il est aussi un solitaire qui aime à se réfugier dans l'intimité de son bureau, au milieu des livres. La littérature a été pour Jean-Marie Rouart une sorte de refuge. Issu d'une famille de peintres, de collectionneurs, il a dans sa parentèle des artistes comme Manet, Berthe Morizot ou Degas. C'est dire que, dès son enfance, Jean-Marie Rouart a été entouré de tableaux, peut-être jusqu'à saturation. En opposition à ce carcan familial, il décide d'être lui aussi une sorte d'artistes, mais par les mots. Opiniatre, il ne se formalisera pas de ne pas être reconnu par les éditeurs et fera ses armes dans le journalisme, au Figaro, au Magazine littéraire ou au Quotidien de Paris, en charge des pages littérature. Enfin, en 1974 parait son 1er roman « La fuite en Pologne » suivi, trois ans plus tard, des « Feux du pouvoir » qui reçoit le Prix Interallié. La carrière littéraire de Jean-Marie Rouart était lancée. Au fil des années, il n'hésitera pas à jouer de sa notoriété pour soutenir des causes qui lui semblent justes, comme la réhabilitation d'Omar Raddad ou la lutte contre la prostitution. Alternant romans, récits, biographies, Jean-Marie Rouart entre à l'Académie française en 1997 où il retrouve son ami Jean d'Ormesson. de Jean d'Ormesson, il est d'ailleurs fortement question dans ce nouveau livre de Jean-Marie Rouart, le titre lui-même étant emprunté à l'auteur de « Au plaisir de Dieu ». Convoquant à la fois ses amours déçus, ses amitiés enfuies, ses souvenirs d'une jeunesse chaotique, les rencontres qui l'ont fait grandir, Jean-Marie Rouart offre ici un roman très autobiographique, non dénué d'humour mais surtout très émouvant. « Ne pars pas avant moi » de Jean-Marie Rouart aux éditions Gallimard Jean-Marie Rouart est sur WTC.








Sur Amazon
à partir de :
8,22 € (neuf)
0,01 € (occasion)

   

Faire découvrir Odeur du temps par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (44)

  • Ils sont en train de le lire (1)

> voir plus

Quiz