Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 287929827X
Éditeur : Editions de l'Olivier (2011)

Existe en édition audio



Note moyenne : 3.5/5 (sur 281 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :

« On peut considérer que ce fut grâce à son mari que madame Izarra rencontra le lieutenant Taïbo ». Car c’est lui, Gustavo Izzara, qui, revenant de vacances un soir d’octobre 1997, appelle la police pour qu’elle vienne constater que sa somptueuse villa de Vi... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (104)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 2.00/5
    Par Lolokili, le 28 janvier 2012

    Lolokili
    Et là... je vais m’attirer les foudres des fidèles de Véronique Ovaldé. Car NON, décidément, je ne suis pas perméable à son univers. Ce que je sais de Vera Candida ne m’avait pas emballée, Des vies d’oiseaux n’a pas fait mieux. Le coup du pays imaginaire ne me séduit pas, les personnages sont caricaturaux (flic atypique, bourgeoise neurasthénique, mari despotique, ado rebelle, mauvais garçon etc...) et l’écriture, assez artificielle, mélange visiblement lyrisme et familiarité histoire de se donner un genre.
    Seul frémissement notable, l’épisode de la chasse au bison (ceux qui ont lu comprendront). A ce grand moment de délire sauvage et hallucinatoire, j’ai ouvert un œil (oui, je lis parfois les yeux fermés) et me suis surprise à penser « Tiens, finalement, ce bouquin vaudrait-il le coup ?...» Mais bon, avec douze pages plaisantes sur environ deux-cent trente, même si je suis une quiche en matière de chiffres, me voilà en mesure de conclure que ça fait un peu léger pour un livre, au final, assez inconsistant et vaguement soporifique.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 34         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par sentinelle, le 09 septembre 2011

    sentinelle
    Une douce mélancolie en toile de fond saupoudrée de quelques touches d'humour teintées de tendres ironies, l'auteur nous emmène une nouvelle fois dans un pays imaginaire de l'Amérique latine, vaste territoire offrant tous les contrastes (géographiques, climatiques, sociaux) propices au déploiement de l'imagination de Véronique Ovaldé.
    Ce roman commence là où se terminent en général les contes de fées : un beau prince charmant sort sa princesse d'une ville pouilleuse au milieu du désert pour l'emmener dans son château de la Coline Dollar. Vingt ans ont passé, le beau prince charmant s'est transformé en roi toujours aussi clinquant que superficiel et creux, le palais de la reine vacille tandis que la princesse, leur fille Paloma de 18 ans, s'est fait la malle avec un mauvais garçon. C'est que la Reine Vida a payé le prix fort pour s'extraire de sa condition sociale : femme docile, atone (au point qu'elle aimerait se glisser dans le jardin et disparaître entre les pierres et les agaves dans ses voiles verts), elle s'est contentée de vivre à l'ombre de son mari qui ne s'est jamais intéressé à autre chose qu'aux apparences. La blessure occasionnée par la fuite de Paloma va fissurer à tout jamais cette cage dorée. L'arrivée du lieutenant Taïbo, venu constater que des intrus s'étaient installés sans rien voler dans la somptueuse villa de Villanueva en l'absence du couple, ajoutera sa pierre à ce bel édifice branlant...
    L'importance des origines et de la transmission, les liens familiaux et conjugaux, la rupture nécessaire pour se débarrasser de ses derniers oripeaux, l'envol indispensable pour déployer ses ailes, l'émancipation des femmes tout simplement.
    Véronique Ovaldé aime ses personnages et nous les aimons à travers elle. Notamment Taïbo, ce flic placide à l'empathie encombrante qui n'aime pas poser des questions qui fâchent, souffrant par ailleurs d'un chagrin d'amour qui dure depuis 10 ans. Un homme tranquille mais néanmoins résolu qui sait regarder ce qui l'entoure.
    Quel beau roman de la rentrée littéraire 2011, peut-être le meilleur à ce jour de Véronique Ovaldé, qui passe à la vitesse supérieure. Nous ne sommes plus dans la fable comme dans son précédent roman : les personnages nous sont plus proches, plus réels, plus palpables, il n'y a plus ce miroir sans tain qui pouvait frustrer certains lecteurs à la lecture de son précédent roman, « Ce que je sais de Vera Candida ». Mention spéciale pour l'écriture qui contient beaucoup d'incises intercalées entre parenthèses, l'art de la digression qui donne toujours sens, qui précise ce qui a été dit précédemment en apportant une nuance bienvenue, un éclaircissement ou au contraire une interrogation.
    Une très belle réussite et un très bon moment de lecture.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 24         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par MachaLoubrun, le 03 octobre 2013

    MachaLoubrun
    C'est le jour où Vida Izarra téléphona à l'inspecteur Taïbo que sa vie commença à changer. Pourtant, elle ne lui dit pas que sa fille Paloma, âgée de dix-huit ans, était partie depuis quelques mois en compagnie d'Adolfo, le jeune et beau jardinier, sans jamais donner de nouvelles. Non, elle voulait se plaindre d'un mystérieux cambriolage. Alors qu'ils étaient partis en vacances avec son mari, des individus s'étaient introduits dans la maison pour y vivre sans voler aucun objet. Vida pensait que c'était Paloma qui s'était introduite chez eux mais elle menait depuis si longtemps une vie cotonneuse, dans sa grande villa aux baies vitrées condamnées, tel un bel oiseau dans sa cage dorée, qu'elle ne dit rien. Jusqu'à présent, elle se contentait de s'occuper son jardin et de servir occasionnellement de plante décorative dans les diners mondains de son mari…
    Des vies d’oiseaux est moins envoutant et inventif que Ce que je sais de Vera Candida, mais ces deux romans ont malgré tout de nombreux points communs. Véronique Ovaldé explore à nouveau les relations de couples et familiales à travers le destin de femmes fuyants un lieu pour mieux s'extraire de leurs milieux. Son univers imaginaire plein de poésie et d'humour est un régal pour le lecteur.
    L'histoire n'est pas originale pourtant la lecture de ce livre dégage un tel plaisir qu'on a envie de le recommander sans hésiter, pour passer un joli moment en compagnie de personnages attachants auxquels ont peut s'identifier...
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 21         Page de la critique

    • Livres 2.00/5
    Par argali, le 06 octobre 2011

    argali
    J'avais hâte de me plonger dans "Des vies d'oiseaux" dont on m'avait dit tant de bien. Et bien je suis déçue. Trop d'emphases et de critiques dithyrambiques m'ont fait espérer mieux ou autre chose.
    L'écriture fluide est agréable à lire. de courts chapitres s'enfilent comme des plumes. C'est doux, léger. Trop sans doute. Les descriptions sont belles : on ressent la moiteur de l'endroit, la résignation… Bref, on s'ennuie ! L'énigmatique Vida est trop floue ; la jolie Paloma trop lisse et Taïbo trop ténébreux. Chacun vit dans une prison dorée, face à la vacuité d'une vie qu'il n'a pas choisie mais dont il accepte le vide. J'ai eu l'impression d'errer dans un roman de David Hamilton, entre flou, légèreté et surexposition. Mon Dieu, que tout cela manque de vie !!
    Pourtant, cela aura pu me plaire.
    L'histoire d'abord : celle de deux femmes qui souffrent de ne pas être aimées et cherchent à s'en sortir. Mais pourquoi diable ont-elles besoin d'un homme pour y arriver ? Sont-elles faibles ou désœuvrées à ce point ? le désir qui pousse à s'affranchir des barrières sociales et familiales, ce n'est pas très original.
    Le cadre ensuite : l'Amérique du Sud, le Mexique ou tout autre pays des environs. Une région où les gens ont le sang chaud et ne s'en laissent pas compter, où la vie est dure et n'épargne personne. Mais ici, les personnages sont las de vivre dans leur cage dorée. Toute énergie, toute fierté semblent les avoir quittés.
    Les noms : rien n'est nommé au hasard dans ce récit. Ni Vida (la vie ?!) ni Paloma (la colombe)…
    L'écriture : agréable, aérienne, très juste et superbement descriptive. Mais une phraséologie parfois déroutante de longueur. Une écriture mise au service d'une histoire dont le fond manque de profondeur, dont l'intrigue n'est pas, hélas, assez travaillée.

    Un style superbe ne fait pas un livre à lui seul. L'histoire aurait mérité un peu de densité !
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 18         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par mariech, le 09 décembre 2011

    mariech
    Comme dans le livre précédent ' Ce que je sais de Véra candida ' , j'ai essayé de trouver l'endroit où se déroule le roman , Cuba , Chili , Argentine ? Peine perdue , on est bien dans un pays imaginaire . L'auteur nous emmène dans un univers irréel , on doit se laisser porter par cette écriture magique , c'est un livre qui se lit facilement , très vite , où on ne se demande pas si on aime ou pas , on est emporté par quelque chose de magique .
    Puis , je reviens sur terre et là , je fais deux petites constatations ,,j'adore le style , surtout le personnage de Vida , qui n'a jamais été elle -même , qui est comme dit l'auteur ' la reine du déni , qui offre à sa fille adorée ses robes préférées mais pas dans la bonne couleur , qui lui présente son futur amoureux , en ayant l'air de ne pas s'en rendre compte , c'est pour moi le personnage le plus réaliste , le mari Gustavo est décrit sans nuance , Taïbo est trop parfait , il est l'homme que toutes les femmes voudraient rencontrer , un être de papier donc , mais enfin ne boudons pas notre plaisir et prenons ce livre pour ce qu'il est , une friandise intemporelle à déguster d'urgence ;
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 21         Page de la critique


Critiques du Magazine Littéraire



  • Critique de Juliette Einhorn pour le Magazine Littéraire

    Dans La Voix, d’Arnaldur Indridason, un homme s’introduisait de nuit dans la maison familiale, quittée après une violente dispute. Il s’imprégnait clandestine... > lire la suite

    Critique de qualité ? (1 l'ont appréciée)

Critiques presse (10)


  • Actualitte , le 09 novembre 2011
    Un roman tout en douceur, aux contours poétiques arrondis par un flot d'images parfois incongrues mais sensibles, propres désormais au style de l'auteur. On y sent la passion au détour de chaque phrase, la précieuse intimité des personnages que le lecteur effleure et l'envie, le désir de tous ces êtres, à la fois simple et exalté. Il émane de cette histoire une grande pureté, une délicatesse absolue et fragile qu'on s'évertue à protéger. Une lecture pénétrante, si agréable à murmurer.
    Lire la critique sur le site : Actualitte
  • Bibliobs , le 26 octobre 2011
    Ce qui fait qu'on referme à regret ce livre échevelé, abracadabrant, qu'on resterait des heures en compagnie de Vida, Paloma, Taïbo et Adolfo, c'est moins le sujet que le ton de Véronique Ovaldé. Son goût et son talent pour le baroque. Sa façon, aussi latino-américaine que le pays imaginaire où se déroule le roman, d'introduire en douceur l'absurde dans les événements les plus sérieux.
    Lire la critique sur le site : Bibliobs
  • Telerama , le 05 octobre 2011
    Rien de manichéen dans ce livre irrigué par les remises en question, les doutes et l'envie de rebondir. Véronique Ovaldé presse les êtres jusqu'à l'absurde, pour en extraire ce qu'ils ont de plus beau : l'attention aux autres.
    Lire la critique sur le site : Telerama
  • Lexpress , le 20 septembre 2011
    Véronique Ovaldé continue d'explorer la fuite en avant vers l'inconnu, seule concession de ses héroïnes à la vie.
    Lire la critique sur le site : Lexpress
  • LaLibreBelgique , le 13 septembre 2011
    Avec légèreté mais le regard impitoyable, Véronique Ovaldé observe des existences qui s’émancipent de leur destin.
    Lire la critique sur le site : LaLibreBelgique
  • LaPresse , le 12 septembre 2011
    Un style efficace, qui ne semble avoir d'autre objet que de bien raconter une histoire. On lit cela avec beaucoup de plaisir, sans illusion que ce roman bien écrit restera longtemps dans notre imaginaire, une fois refermé.
    Lire la critique sur le site : LaPresse
  • LeMonde , le 09 septembre 2011
    Et ce qui pourrait n'être qu'une intrigue banale, un roman sur la force du désir qui s'affranchit des digues, devient un hymne à la liberté et à l'imagination.
    Lire la critique sur le site : LeMonde
  • LeFigaro , le 02 septembre 2011
    Il n'y a chez elle [Véronique Ovaldé] rien de brusque, rien de cassant mais, de livre en livre, l'affirmation solide d'une plume gracieuse, apte à décrire de séduisants mondes languissants.
    Lire la critique sur le site : LeFigaro
  • Lexpress , le 01 septembre 2011
    [Véronique Ovaldé] confirme ainsi ses talents de conteuse, mais aussi de styliste. Et livre une belle et pénétrante histoire d'amour et de liberté.
    Lire la critique sur le site : Lexpress
  • LeSoir , le 29 août 2011
    Cet excellent moment de lecture est organisé en trois grandes parties, composées chacune de chapitres aux titres évocateurs, presque à la Dickens. Parce que la littérature d'aujourd'hui peut innover sans renier le passé.
    Lire la critique sur le site : LeSoir

> voir toutes (100)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par Lolokili, le 28 janvier 2012

    Paloma a toujours pensé que si ses parents s’étaient regardés le matin au-dessus de la table de petit déjeuner ils se seraient jetés l’un sur l’autre pour s’entrégorger.
    Elle est convaincue que prendre son petit déjeuner en compagnie est une activité dangereuse.
    Pour sa part, elle a besoin de rester debout dans la cuisine, absolument seule avec son thé, l’œil fixe, elle a besoin d’un espace de transition entre sa nuit et la journée.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 22         Page de la citation

  • Par Didili, le 29 janvier 2013

    Mon cœur en sautoir

    Ce souvenir toujours de son petit corps, de sa grâce, de sa texture de peau, de son haleine, de son odeur, de sa voix, emmêlées l'une dans l'autre, la moiteur de cou, la finesse de ses bras, le délié parfait de chacun de ses muscles minuscules et sublimes, comment garder ces gestes dans le souvenir, comment être sûre de ne jamais rien oublier de tout cela, de pouvoir s'en servir et le réactiver quand elle sera vieille, puiser dans son trésor de souvenirs et d'images, la peau bronzée de Paloma, son grain un peu sec et salé, la connaissance que Vida en avait, qui semblait être une chose tangible et d'éternel, mais cette connaissance même n'existait que le temps que la chose connue existât, ses cheveux désordonnés et longs qui lui donnaient l'allure d'une sauvageonne, sa blondeur iodée d'enfant, la pulpe de ses lèvres, l'immensité de ses yeux (qui paraissaient à une autre échelle que les autres éléments de son visage), l'arc de ses sourcils noirs et fatals (des sourcils de femme). Vida voudrait prendre la totalité de ces fragments parfaits et en faire un trésor réellement inaltérable. Et quand elles étaient ensemble elle savait que c'était impossible et cette impossibilité la plongeait dans un désespoir infini. Elle avait l'impression que sa beauté, sa tendre enfance lui échappaient déjà. Qu'elles s'en allaient en particules dans l'air, comme des filaments de sa perfection.
    Elle se disait, "Il faut que je la photographie, que je l'enregistre " mais toutes ces opérations étaient vaines et elle échouait à conserver la douceur éphémère de cette fusion de leurs deux corps allongés dans une chambre estivale, l'une à côté de l'autre, les bras de la petit autour de son cou et les lèvres de la petite sur ses paupières. Elle savait ce qui la faisait rire alors elle l'a faisait rien et ce rire d'enfant, ce rire qui s'en allait déjà à toute vitesse, lui piétinait le cœur
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la citation

  • Par Lolokili, le 28 janvier 2012

    Et comment ne pas ressentir une vive douleur quand vous n’avez, aux yeux de quiconque, aucune raison de vous plaindre ni de vous ni de ce qui vous entoure mais qu’un chagrin tenace vous habite, et existe-t-il une chance que cela change puisque, comme le rappelait souvent Paloma, il y a un âge où l’on ne fait qu’accentuer sa pente

    Commenter     J’apprécie          0 23         Page de la citation

  • Par oops, le 25 octobre 2011

    Aussi quand ce détachement s'était installé en elle et c'était venu très lentement tout comme les hommes cessent de vous regarder quand vous vieillissez, chaque jour moins d'hommes vous regardent ou vous complimentent, chaque jour leur intérêt pour vous s'émousse et leurs hommages s'espacent, si vous n'y prêtez pas garde, vous vous réveillez un matin et vous êtes devenue invisible ; si vous y prenez garde et n'en prenez pas votre parti, c'est une infime piqûre journalière jusqu'à la métamorphose finale.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 14         Page de la citation

  • Par OhOceane, le 24 janvier 2012

    Vida s’est dit que la première chose que l’on remarque chez quelqu’un qu’on voit nu pour la première fois, ou qu’on s’apprête à voir nu, c’est son odeur, vais-je m’habituer à cette odeur ? Et aurais-je d’ailleurs à m’y habituer ?
    Taïbo sentait les cascades et les marécages, la mangrove et la roche rouge du désert, il sentait la selle des chevaux, il sentait Liberty Valance et la tristesse chilienne, il sentait les pays que l’on quitte et le cuir qui s’est patiné.
    Il n’a pas paru surpris quand elle est arrivée dans sa chambre, la lumière était allumée, un abat-jour encore sous plastique posé sur la lampe de chevet et Vida s’est demandé si le plastique n’allait pas fondre, mais pourquoi avait-elle tant de pensées parasites à un moment aussi crucial, et lui il était en maillot de corps allongé sur le lit, il fumait, il était absent, ou alors il était vraiment là dans cette chambre de la maison culturelle d’ Irigoy, ce drôle d’endroit abandonné qui ne servait qu’à donner bonne conscience à qui voulait avoir bonne conscience, il y avait ces étranges tapis pendus au mur, des tapis qu’on ne met qu’au sol, mais ainsi pendus au mur on avait l’impression d’un chamboulement des volumes, et Vida a eu envie de les arracher en entrant dans la chambre de Taïbo, elle voulait qu’ils reprennent la place qui était la leur, peut-être Taïbo était-il vraiment là, allongé sur ce lit, impossible de le certifier, cet homme avait la possibilité d’être tout près de vous et très loin à la fois, c’était une sorte de qualité mélancolique, de qualité tragique, son absence était palpable et douce, Vida aurait pu embrasser l’absence de cet homme, alors Taïbo s’est levé, il s’est levé pour l’accueillir, et c’était tout à fait cela, il l’accueillait et ce sont ses bras nus et secs et puissants qui l’ont accueillie, il est venu vers elle, il a fermé très posément la porte, et chacun de ses gestes étaient silencieux, Vida n’entendait que le bruissement de son sang à ses propres oreilles et elle était éblouie par la beauté de cet homme, par la justesse de cet homme, et il a parlé, mais ce devait être dans une langue qu’elle ne connaissait pas, elle n’a pas compris un mot de ce qu’il a prononcé, ça n’avait d’ailleurs aucune importance, dans ses rêves, elle ne comprend jamais ce qu’on lui dit et elle peine à trouver des repères, mais là elle avait accepté de marcher dans la tourbe avec lui, il l’a prise dans ses bras et il a passé la main sous son chemisier, et sentir la main de cet homme sur sa peau était une chose inconnaissable et inadmissible, jamais aucun homme depuis Gustavo n’avait posé la main sur sa peau, elle s’est souvenue de s’être dit un jour, disons qu’il y avait de cela cinq ans, qu’elle ne connaitrait plus un autre corps d’homme avant sa mort, elle y avait renoncé et elle s’était faite à cette idée parce qu’elle l’avait voulu ainsi, avait-elle toujours pensé, parce que c’était ainsi, il a chuchoté à son oreille et elle a compris qu’il disait qu’elle était très belle alors elle l’a laissé faire et il l’a soulevée, et elle était si pressée tout à coup de savoir à quoi il ressemblait nu, elle voulait voir son torse et son sexe et sa peau, et quelqu’un d’autre qu’elle, ou une certaine partie d’elle, celle qui se trouve toujours dans un coin du plafond et qui la regarde faire, ricanait et lui disait qu’elle ne serait pas fière le lendemain de tout cela, mais en attendant elle voulait juste ceci, la peau de cet homme, l’entièreté de sa peau, qu’aucun grain ne lui soit inconnu, il l’a soulevée et déposée sur le minuscule lit monacal et elle s’est dit, « Il ne faut pas qu’il me voit nue, il va me trouver si vieille », elle a voulu éteindre la lumière et il a retenu sa main, il a secoué la tête, il a dit, « Je veux te voir », il l’a déshabillé, et elle était incapable soudain de faire le moindre geste, elle était paralysée, elle ne voulait que la peau de cet homme dont elle ne savait rien, elle ne savait même pas s’il vivait avec une femme, il parlait si peu de lui, et sentir ses seins contre le torse de cet homme était déjà une chose magnifique et inquiétante et elle était presque prête à ce que cela fût suffisant pour cette soirée mais comme visiblement il n’avait aucune intention de s’arrêter là elle a fermé les yeux pour ne pas voir le démon dragon dans l’angle du plafond et depuis combien de temps n’avait-elle pas fait l’amour avec un homme, c’était une chose si simple, elle a rouvert les yeux et elle a cherché avidement sur le visage de l’homme sa propre nudité tandis qu’il cherchait la sienne ; cette avidité, cette maladresse ont fait place à l’étonnement de découvrir leur intimité dévoilée, ces gestes qu’on ne devinait pas, ces caresses amorcées qu’on ne soupçonnait pas chez l’autre, et il s’est remis à pleuvoir, elle a entendu la pluie qui tambourinait contre les volets et qui plicploquait au grenier pendant qu’elle était sous cet homme et que le sexe de cet homme dont elle était en train de devenir très amoureuse (ce sont ces histoires d’ ocytocine et d’on ne sait quoi qui la rendait si triste et aimante et tendre), pendant que le sexe de cet homme était en elle, elle se fichait de ce que le docteur Kuckart aurait dit (quelque chose comme, « Méfiez-vous de la passion amoureuse, cette maladie mentale »), elle voulait juste que cet homme la complétât et la soulevât, dramatiquement, qu’il pressât sa queue dans sa bouche, que sa nudité fût complète et augmentée, et depuis combien d’années n’avait-elle pas mis la queue d’un homme dans sa bouche, la peau si lisse et tendue, sa texture et son sel ?

    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation

> voir toutes (33)

Videos de Véronique Ovaldé

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Véronique Ovaldé


Véronique Ovaldé, Dialogues littéraires
http://www.librairiedialogues.fr/livre/6829059-la-grace-des-brigands-ovalde-veronique-seuil Véronique Ovaldé nous parle de son livre La grâce des brigands (éditions Points Seuil) dans l'émissi...








Sur Amazon
à partir de :
8,00 € (neuf)
3,33 € (occasion)

   

Faire découvrir Des vies d'oiseaux par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (464)

> voir plus

Quiz