Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2070440877
Éditeur : Gallimard (2011)


Note moyenne : 2.82/5 (sur 11 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :

Baisers timides, tremblants, baisers fougueux, voluptueux, brûlants... D'Ovide, Shakespeare... à David Foenkinos ou Philippe Forest : laissez-vous emporter par ces baisers qui donnent envie de tomber amoureux.

Ajouter une citation Ajouter une critique

Critiques, analyses et avis (3)

> Ajouter une critique

    • Livres 4.00/5
    Par AmandineMM, le 22 juin 2012

    AmandineMM
    Cette anthologie est l'une des plus courtes parmi celles de Folio 2€ et l'une de mes préférées par son sujet : le baiser. Les textes y sont soigneusement choisis parmi la littérature classique (l'incontournable Roméo et Juliette, Cyrano de Bergerac, un texte De Balzac, le célèbre poème de Louise Labé, entre autres), mais également contemporaine (David Foenkinos, Philippe Forest, Philippe Sollers, Philippe Delerm), ce qui constitue selon moi une amélioration appréciable par rapport au volume de la déclaration amoureuse.
    Le recueil s'ouvre avec un poème de Catulle, qui place immédiatement le lecteur dans l'ambiance générale et annonce les multiples baisers à suivre. Avant ceux-ci, quelques remarques et conseils sont donnés par Ovide dans son Art d'aimer : cela m'amuse toujours de comparer les us et coutumes passées aux nôtres qui n'ont pas toujours changé tant que cela. Plus proche de nous, c'est Philippe Sollers qui le suit, dans un texte qui m'a surprise par son alternance entre un style assez soutenu et un autre presque familier, comme pour exprimer le sublime du « vrai » baiser à côté de la vulgarité des autres « faux ». L'extrait que j'ai préféré dans cette section est celui du baiser selon Maupassant, ou plus exactement selon Une vieille tante dans une lettre à sa nièce : ce texte est encore très actuel et très plaisant à lire, comme le montre cet extrait de l'extrait.
    le baiser n'est qu'une préface, pourtant. Mais une préface charmante, plus délicieuse que l'œuvre elle-même ; une préface qu'on relit sans cesse, tandis qu'on ne peut pas toujours… relire le livre. Oui, la rencontre des bouches est la plus parfaite, la plus divine sensation qui soit donnée aux humains, la dernière, la suprême limite du bonheur. C'est dans le baiser, dans le seul baiser qu'on croit parfois sentir cette impossible union des âmes que nous poursuivons, cette confusion des cœurs défaillants. (p. 30-31)
    Deux autres textes sont également présents, l'un de Queneau (qui joue toujours aussi habilement des sonorités, sans me séduire pour autant) et l'autre de Philippe Delerm (une très belle description interprétative d'une photographie d'un couple qui s'embrasse), mais ils n'ont selon moi par leur place dans cette section de « l'avant-baiser », sinon pour harmoniser le nombre de textes dans chaque partie, ce dont je ne me serais guère formalisée si ça n'avait pas été le cas. C'est mon unique bémol quant à l'agencement même de cette anthologie, dont les différentes sections sont judicieusement choisies.
    La seconde regroupe des textes qui présentent le baiser comme « invitation à l'amour » : s'y retrouvent Cyrano de Bergerac – dont la scène choisie m'a convaincue de lire enfin cette pièce dans son intégralité –, la religion des baisers de Roméo à Juliette dont je ne me lasse décidément pas, l'imprévu du baiser de Nathalie à Markus chez Foenkinos, La Femme de trente ans De Balzac (j'avais oublié à quel point cet auteur peut être lyrique et tout à fait enchanteur) et, surtout, un extrait du Nouvel amour de Philippe Forest. Ce dernier texte est ma plus belle découverte de cette anthologie : bien que la scène du baiser même soit un peu décevante, la partie qui la précède est magnifiquement décrite. Enfin, la dernière section, celle du baiser comme communion des corps, regroupe principalement des textes poétiques, dont un de Neruda, un poète que j'affectionne particulièrement. Les deux textes en prose sont très évocateurs et m'ont laissé l'impression d'une grande force d'écriture.
    Bref, une très belle anthologie, peut-être juste un peu trop courte.

    Lien : http://minoualu.blogspot.be/2012/06/trois-petites-anthologies-amoure..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par AmandineMM, le 12 août 2011

    AmandineMM
    Une anthologie dont j'attendais la publication avec impatience et qui ne m'a pas déçue! Les extraits sont très bien choisis et répartis dans trois grandes parties: quelques conseils et remarques avant de se lancer ; le baiser, une invitation à l'amour ; le baiser, communion des corps. Ma préférence va à la seconde partie qui regroupe des extraits de Cyrano de Bergerac (E. Rostand), La délicatesse (D. Foenkinos), le nouvel amour (P. Forest), Roméo et Juliette (W. Shakespeare) et La Femme de trente ans (H. De Balzac). Les textes sont variés: de la prose à la poésie en passant par le théâtre. Un régal!
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par sasouh08, le 03 juin 2013

    sasouh08
    Baisers timides, tremblants, fougueux, voluptueux, brûlants, ...: laissez-vous emporter par ces baisers qui donnent envie de tomber amoureux.

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la critique

> voir toutes (4)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

> voir toutes (1)

Video de Ovide

>Ajouter une vidéo

Michel PICCOLI "L'art d'aimer"
Sur le plateau de l'émission "Restez-donc avec nous le lundi", Michel PICCOLI chante "L'art d'aimer", paroles constituées à partir de textes d'Ovide. interprétation annoncée par Ariane GIL.








Sur Amazon
à partir de :
1,88 € (neuf)
0,90 € (occasion)

   

Faire découvrir L'art du baiser : Les plus beaux baisers de la littérature par :

  • Mail
  • Blog

Découvrez la collection Folio

> voir plus

Quiz

    Rien n'est plus beau qu'un mot d'amour

    A quel roman cette citation appartient-elle ? « Tous les hommes sont menteurs, inconstants, faux, bavards, hypocrites, orgueuilleux et lâches, méprisables et sensuels ; toutes les femmes sont perfides, artificieuses, vaniteuses, curieuses et dépravées ; le monde n'est qu'un égout sans fond où les phoques les plus informes rampent et se tordent sur des montagnes de fange ; mais il y a au monde une chose sainte et sublime, c'est l'union de deux de ces êtres si imparfaits et si affreux. »

    •   'Dom Juan' de Molière
    •   'Le Jeu de l'amour et du hasard' de Marivaux
    •   'On ne badine pas avec l’amour' de Musset
    •   'La double inconstance' de Marivaux

    11 questions - 51 lecteurs ont répondu
    Thème : amour , amours compliqués

    Créer un quiz sur ce livre.