Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 281801624X
Éditeur : P.O.L. (2012)


Note moyenne : 4/5 (sur 11 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Les personnages de ces nouvelles ne se trouvent pas au milieu
du récit, ils restent dans les marges, ils se tiennent au bord de
leurs vies, de leur maison, de leur pays, ils marchent au bord
des routes, à côté de leur mémoire, à la lisière de l'o... > voir plus
Lire un extrait Ajouter une citation Ajouter une critique

Critiques, analyses et avis (5)

> Ajouter une critique

    • Livres 4.00/5
    Par MarianneDesroziers, le 10 décembre 2012

    MarianneDesroziers
    J'aime les nouvelles. J'aime en écrire. J'aime en lire. J'ai été émerveillée par celles de Cortazar, émue par celles de Carver, titillée intellectuellement par celles de Borgès. Parmi les nouvellistes français contemporains, j'ai aimé Bernard Quiriny, Emmanuelle Urien et d'autres certainement dont les noms ne me reviennent pas tout de suite. Ajoutons à cette liste Emmanuelle Pagano.

    L'univers d'Emmanuelle Pagano est peuplé d'êtres en marge, aux vies en pointillés, des paumés, des attardés, des femmes suicidaires, des fantômes de grand-mères, mais aussi de personnes décalées, lectrices invétérées ou obsédées de l'angle mort. Et puis, il y a tous ces êtres ordinaires à qui il arrive des choses qui défient l'entendement comme cet femme qui découvre un énorme secret de famille à la mort de sa mère. Dans ces courtes nouvelles, beaucoup de portraits de femmes très réussis, tout en sensibilité, sur le fil. Toutes les nouvelles se déroulent dans un cadre géographique donné : le Sud, le Midi, les bords de mers ou les routes de montagnes.
    Description réaliste de notre société et étrange savamment distillé : tel est le mélange détonnant dans ce recueil de nouvelles. Parmi mes nouvelles préférées, je citerai « Majeure en été », instantané d'une famille rurale et patriarcale dans la France de Giscard, quand une jeune fille découvre en écoutant la radio qu'elle est désormais majeure suite à un décret ministériel et que cela chamboule sa vie de fille soumise et malheureuse. Mais il y en a bien d'autres qui m'ont conquise par leur qualité littéraire, la justesse du propos et l'émotion provoquée comme « Les langues maternelles » ou « Les enfants de la Société des Asphaltes ».
    Pour mieux explorer « Un renard à mains nues » et découvrir les autres ouvrages d'Emmanuelle Pagano, je vous encourage à consulter son blog.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par claracambry, le 21 juin 2012

    claracambry
    "Les personnages de ces nouvelles ne se trouvent pas au milieu du récit, ils restent dans les marges, ils se tiennent au bord de leurs vies, de leur maison, de leur pays, ils marchent au bord des routes, à côté de leur mémoire, à la lisière de l'ordinaire et de la raison, comme il leur arrive de faire du stop : au cas où on s'arrêterait pour les prendre. Je les ai pris dans mon livre."
    Il m'est difficile de parler de ce recueil de nouvelles tant j'ai été touchée ! Trente-quatre nouvelles comme des instantanés de vie où Emmanuelle Pagano déploie un patchwork d'émotions avec finesse et sensibilité. L'auteure nous donne l'impression d'avoir rencontré ses personnages et de raconter leurs histoires. Pas de chutes à couper le souffle mais des ambiances qui se ressentent, des situations à la limite du réel et de l'imaginaire. Dans chacun de ces textes, l'auteure sonde l'indicible, elle rend palpable la douleur, la joie, l'amour, la souffrance. On croise plusieurs fois les mêmes personnages dans ces nouvelles, l'angle de vue est modifié. Les facettes d'une situation sont revues, réorientées. Il y a des textes vibrants de sensibilité comme par exemple les langues maternelles, d'autres laissent la porte ouverte à l'imagination du lecteur mais tous mettent en exergue la détresse des personnages.
    Emmanuelle Pagano nous offre son univers à travers ces nouvelles et il faut juste prendre son temps pour les apprécier.
    Je n'ai pas lu ces nouvelles, je les ai ressenties!

    Lien : http://fibromaman.blogspot.fr/2012/06/emmanuelle-pagano-un-renard-ma..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par BMSierre, le 14 décembre 2012

    BMSierre
    Ecrites dans une langue qui est assez proche du patois «Où tu as mis le mari ? », ces nouvelles sont toutes assez biscornues. Les personnages sont dans la marge : une femme qui demande à son guérisseur de la « déguérir », un homme qui fouille dans les poubelles de sa bien-aimée. Beaucoup de répétitions de mots dans ces histoires où l'on fait de drôles de rencontres avec des solitaires, des évadés, des révoltés. Un recueil original, et je me suis laissée emporter dans ces histoires parfois loufoques. Extrait : « Ce n'est pas la première fois. Ce n'est pas la première fois pour moi. Puisque ce n'est pas la première fois, on pourrait penser que je me suis ratée. Et parler de tentative. Elle a fait une tentative, pourrait-on dire, avec un air de dédain, légèrement gêné de compassion… » Y.R.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par igaluck, le 12 août 2013

    igaluck
    J'avais pris la bonne résolution de lire cet été des auteurs que j'aime au lieu de laisser aller ma curiosité vers le premier bouquin venu me faisant de l'oeil sur les étals de la médiathèque. Peine perdue. Résolution non tenue, frémissement du coeur en vue ! J'ai eu un véritable coup de foudre pour l'écriture d'Emanuelle Pagano. Les descriptions de sensations, d'états d'être, sont fines et précises. Elle nous parle de la translation de la conscience de soi, de l'imprégnation des bruits, de l'air, des choses vues. Elle met les mains dans la crasse, les ordures, avec délicatesse, douceur et respect, réaffirme la dignité de la complexité humaine au sein du monde standardisé.
    Portraits de quelques pages, dialogues intérieurs, personnages qui resurgissent à l'improviste dans des relations interpersonnelles qu'on ne soupçonnait pas, le procédé est exactement le même que dans le nullissime “Heureux les heureux”. Sauf qu'ici il y a une voix aux accents particuliers qui murmure tendrement à l'oreille du lecteur, des portraits habités bien que dépenaillés, l'amour du livre et de lecture, un travail sur l'écriture, une magie qui pétille de tous ses feux. Yasmina Reza peut aller se rhabiller.

    Lien : http://versautrechose.fr/blog2/?p=2856
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique


Critiques du Magazine Littéraire



  • Critique de Juliette Einhorn pour le Magazine Littéraire

    Dans la langue en friche d’Emmanuelle Pagano comme dans le patois paysan, les êtres sont des lieux et leurs perceptions sont des moments, à moins que ce ne soit l’inverse : « O&... > lire la suite

    Critique de qualité ? (6 l'ont appréciée)

Critiques presse (1)


  • Telerama , le 02 mai 2012
    Avec une écriture animale, Emmanuelle Pagano s'invite au côté des révoltés et des solitaires. Une trentaine de petites histoires pour un grand « roman ».
    Lire la critique sur le site : Telerama

> voir toutes (2)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par igaluck, le 03 août 2013

    Il s'assoit. Il est très sale, il pue, il a un visage mangé de poils et de cheveux, et, sous eux, un drôle d'air angélique, très doux, blanc cassé. Un blanc cassé pas terre, plutôt une sorte de lueur atténuée par la confusion des poils et la crasse qui la recouvrent. Il est si barbu qu'on pourrait de loin et par inadvertance , le croire cagoulé. Il est tellement fangeux que j'imagine sa peau comme un terreau où planter des fleurs, son haleine comme un fertilisant, tout son corps à jardinier. (86)
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation

  • Par claracambry, le 21 juin 2012

    Elle m' a raconté qu'il lui arrivait de lire aussi ente les pages, entre les pages et dans les pages en même temps, parce que les livres c'est comme le sang, ils sont marqués. Pas génétiquement,non, mais ils ont des marqueurs aussi, pas des marque-pages, si, des marque-pages, mais des marque-pages qui sont des marques de gens.

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation

> voir toutes (5)

Videos de Emmanuelle Pagano

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Emmanuelle Pagano


Emmanuelle Pagano Nouons-nous
Emmanuelle Pagano Nouons-nous Editions P.O.L : Où Emmanuelle Pagano tente de dire pourquoi "Nouons-nous" est fait de fragments, et où il est question notamme...








Sur Amazon
à partir de :
14,99 € (neuf)
10,53 € (occasion)

   

Faire découvrir Un renard à mains nues par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (30)

> voir plus

Quiz