Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2330005075
Éditeur : Actes Sud (2012)


Note moyenne : 3.5/5 (sur 28 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Sally Salinger est sans nouvelles de son mari Robert, depuis trois ans. Il l’a laissée seule avec ses deux enfants, un crédit à payer, un bureau de détective et des affaires non résolues, mais surtout beaucoup de questions et un paquet d’amertume. Faute d’avoir fait aut... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (10)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 3.00/5
    Par marina53, le 28 décembre 2014

    marina53
    Noël approche, la neige et le froid, inattendus, frappaient de plein fouet les habitants de Trituro, peu habitués à ce climat. Sally Salinger confie à son amie, Pat, qu'elle aimerait bien que le Père Noël ramène le papa de ses deux enfants, parti Dieu sait où avec une minette bien trop jeune pour lui. Trois ans qu'il n'a pas donné de nouvelles. Pour remplir le frigo et envoyer ses gosses à l'école, elle a repris l'agence de détective que son mari a laissé aussi derrière lui. Un jour, Osvaldo Brown, couvert d'un cache-nez lui cachant ses bandages, frappe à sa porte et demande son aide. En effet, il aimerait retrouver celui qui lui a tiré dessus, avant qu'e celui-ci ne vienne terminer ce qu'il a commencé. Il lui raconte son histoire, l'entrepôt fermé en temps normal, le trou noir vers lequel il se dirige et les coups de feu. Soudain, bien que ce ne soit guère son habitude, il lui dit qu'elle lui plait beaucoup, qu'il aimerait qu'elle l'aide et que la police est au point mort dans cette enquête. Même si ce n'est pas son domaine, Sally hésite...
    Hector Pastor plante Castilla drive dans un décor à la fois stupéfiant, étrange et intemporel. Sur fond de tentative d'assassinat, l'on se retrouve au milieu de ce triangle amoureux, Osvaldo et Ray, le flic et ancien ami du mari de Sally, étant tous les deux secrètement épris de la détective en herbe. L'auteur distille gentiment les éléments, perturbe le lecteur de par ces personnages troublants et troublés, écorchés et solitaires. Ce n'est pas l'enquête qui prime mais bien les caractères de chacun et l'ambiance qui s'en dégage. le dessin, très original, un brin tristounet, est à la fois racé et sombre. Très peu de couleurs pimentent ce récit mélancolique. Dommage pour le dénouement trop convenu...
    Castilla drive... attention au coup de froid...
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 45         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par Yggdrasil, le 15 mai 2015

    Yggdrasil
    Aujourd'hui à Trituro, les gens se terrent hantés par la peur de l'Apocalypse et l'inhabituelle vague de froid qui s'est emparée de la ville. Si Noël pointe son nez pour la famille Salinger les préoccupations sont autres. Payer les factures, rembourser le prêt tel est le calvaire de Sally depuis que Robert a déserté les lieux pour une jeunette, il y a de cela trois ans. Entre la crise financière et les crises d'adolescence de ses deux enfants, Sally a repris tant bien que mal le flambeau de l'agence de détective de son infidèle époux. Loin de crouler sous les affaires, malgré certaines réticences, elle cède à la curiosité et aux charmes d'Osvaldo. Si la police piétine, elle compte sur l'indéfectible amitié du shérif Ray, mais au-delà de l'enquête il est un autre prédateur qui rôde sur Castilla Drive.
    Entre le polar et le conte de Noël, Anthony Pastor nous livre un album intéressant mais décevant au final. Entre solitude, et quatuor amoureux, l'intrigue policière s'enlise très vite alors que finalement l'intérêt est ailleurs. Dans cette romance entre Osvaldo la victime et Sally la solitaire débordée. Dans cette atmosphère pesante, dans ce dérèglement climatique qui rend les gens fous, annonciateur du changement dans la vie cafardeuse de l'héroïne. Pastor manipule, tisse une fausse intrigue policière pour distiller des portraits profonds d'amoureux éperdus, de désenchantés sociaux, des portraits éclairés par le cadrage subtil du graphisme.


    Lien : http://unebdunefentre.wordpress.com/2015/05/15/castilla-drive/
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 34         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par Coriolis, le 01 septembre 2014

    Coriolis
    Jadis véritable fournaise, Trituro s'est parée de neige et de glace et Noël approchant promettait d'être célébré dans la plus pure tradition américaine par ses habitants.
    Sally Salinger, mère de deux enfants, se demande si elle pourra fêter l'évènement dignement. Depuis le départ de son mari, détective privé, les temps sont durs et les fins de mois toujours plus difficiles. Sans l'aide et le soutien de Pat, son amie et colocataire, elle serait bel et bien au fond du gouffre. Sally a bien tenté de reprendre l'affaire de son époux mais le peu qu'elle gagne ne parvient pas à rembourser les crédits accumulés. Il lui faut une rentrée d'argent, c'est impératif. La providence lui emmène un client, Osvaldo Brown. Cet homme d'entretien, poète à ses heures, souhaite retrouver celui qui a essayé d'attenter à sa vie en lui logeant une balle dans l'oreille. Sally a déjà croisé son regard au drugstore de chez Dennis et si elle se méfie, le manque de moyens fini par la décider à accepter l'affaire. L'inspecteur Raimundo Rayo est chargé de l'enquête qui, pour le moment, n'aboutit nulle part. Meilleur ami de Robert, le mari volage, il n'hésite pas à communiquer à Sally le maigre état d'avancement de ses investigations.
    Sally, en femme seule et mère courage, à la fois fragile et opiniâtre, suscite le désir chez les hommes qui l'entourent. Et si son mari a fui leur histoire pour une amourette, d'autres sont prêts à prendre sa place.
    Dans ce triangle amoureux, la lumière se fait progressivement sur cette tentative de meurtre. Et le froid qui frappe durement Trituro semble également avoir atteint le cœur de ses habitants n'osant se risquer à aimer. Englués dans leur routine et leurs souffrances, ils se débattent contre les fantômes du passé et contre une solitude inhibitrice.
    Anthony Pastor livre un album marqué par l'isolement et la recherche de l'autre. Des personnages ordinaires et tourmentés dont les destins s'entrechoquent sont mis au service d'un scénario plus centré sur les relations humaines qu'une banale enquête policière ; les recherches ne semblant avoir d'autre but que le rapprochement des protagonistes.
    Si l'on peut se laisser déstabiliser par un graphisme qui paraît manquer de caractère ou de spécificités, il est à l'image de cette histoire, peuplé de lieux communs. Ce que le dessin perd en originalité, il le gagne en crédibilité. Point de gens beaux aux carrières couronnées ou de parfaits héros maîtres de leur destin, mais des êtres en proie au doute et à la douleur ; des anti-héros qui tentent simplement de vivre.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 25         Page de la critique

  • Par alouett, le 05 juin 2013

    alouett
    « - Allo Ray ?
    - Oui j'écoute.
    - On a un homicide au 1547 Castilla drive… Une bagarre qui a mal tourné.
    - OK, j'y vais. Je ne suis pas loin »

    Dans une petite ville américaine de banlieue.
    Sally Sallinger tente difficilement de joindre les deux bouts. Son mari l'a quitté, la laissant seule avec deux adolescents à élever et un prêt immobilier à régler. Sally n'a toujours pas retiré la plaque de détective privé de Robert ni fait le tri dans le petit local que Rob louait pour ses affaires.
    « Je suis plutôt spécialisée dans les adultères ou les arnaques à l'assurance… pas d'armes à feu ».
    C'est pourquoi, quand Osvaldo Brown se présente à elle et lui demande d'enquêter sur la tentative d'assassinat dont il a été victime, elle commence par refuser. Mais l'hiver est très froid cette année-là, les clients se font rares et elle n'a aucune épargne qui lui permette de fêter Noël comme il se doit. Et Noël, c'est dans moins d'une semaine. L'histoire d'Osvaldo l'intrigue. Malgré elle, elle veut en percer les mystères et afin d'avoir plus d'éléments qui lui permettraient de refuser définitivement le contrat de son client, Sally contacte Ray, un homme multiple. Outre le fait que Ray en pince méchamment pour Sally, il est aussi le meilleur ami de son ex et un flic de la Criminelle…
    -
    Son troisième album, Las Rosas, avait été nominé à Angoulême en 2010. Ce « western tortilla à l'eau de rose » pour reprendre les termes de l'éditeur, offrait au lecteur l'occasion de se plonger dans un thriller prenant. Avec Castilla drive, Anthony Pastor revient une nouvelle fois sur un registre narrative qu'il affectionne : le polar.
    On plonge très facilement dans cet univers et dans le quotidien de l'héroïne. L'auteur nous permet rapidement d'accéder à une vision assez précise de sa vie et de son état d'esprit, sans trop en faire. de quoi avoir des bases solides avant de se frotter à l'intrigue qui démarre dès qu'Osvaldo raconte l'événement qui a fait basculer sa vie. J'ai ressenti de l'empathie pour cet homme qui nage entre deux eaux, ne sachant pas le situer clairement : pervers ou pathétique ? Victime ou dangereux déséquilibré ? Enfin, et malgré tous ses défauts, Ray, le flic de la Crim' ; on investit également ce personnage antipathique qui vient fausser le jeu. C'est par lui que Sally accède à de nouveaux éléments pour mener son enquête et c'est finalement vers lui que convergent beaucoup de choses… mais n'est-ce pas Sally qui tire les ficelles et le manipule ??
    J'ai apprécié les interactions entre chaque protagoniste et les rebondissements car au final, Anthony Pastor tire son épingle du jeu en utilisant moins d'une dizaine d'individus. Je me suis laissée prendre au jeu des fausses pistes, influencée en cela par les variations de teintes qui nous accompagnent tout au long de la lecture. Un rose-rouge vient régulièrement exciter nos nerfs mais la plupart du temps, on navigue dans des teintes douces jaunes, verdâtres et bleu-violacées nous traînant entre langueur et mélancolie. de plus, les gros plans et angles de vue très cinématographiques nous empêchent régulièrement d'avoir une vue d'ensemble de la scène, nous forçant à supposer les éventuelles intentions malveillantes de la gente masculine. Sally est-elle en danger ? Osvaldo est-il un mort en sursis ?
    (...)

    Lien : http://chezmo.wordpress.com/2013/06/05/castilla-drive-pastor/
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 7         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par Ladydede, le 15 mars 2013

    Ladydede
    Un poète endormi du nom de Osvaldo Brown s'est fait tirer dessus - une balle dans la tête - par un inconnu. Il s'adresse à Susan Salinger, une jeune femme détective privée. Ensemble, ils se lancent sur la piste d'un mystérieux tueur en série, tout en ressentant certains sentiments l'un pour l'autre…
    Le dessinateur Anthony Pastor avec Castilla drive utilise le roman graphique en mélangeant différents genres, du polar à la romance en passant par la tragédie et la chronique sociale. J'ai trouvé que les dessins étaient très propres et soignés. Anthony Pastror crée un véritable univers avec ses codes. Cependant, je n'ai pas tant "accroché" que cela, sans doute du fait que je me lasse facilement des intrigues policières. J'ai trouvé également que la fin est trop imprévisible et l'histoire est trop courte. Mais, cela reste une très belle bande dessinée pour les amateurs du genre !
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          2 9         Page de la critique


Critiques presse (4)


  • Actualitte , le 09 avril 2013
    Castilla Drive est une bande dessinée hard boiled mélancolique et sentimentale où l'on suit les pas et les investigations de Salinger.
    Lire la critique sur le site : Actualitte
  • BDSelection , le 24 août 2012
    […] L’auteur donne chair à une atmosphère poisseuse et mystérieuse qu’il développe progressivement, chaque révélation […] l’épaississant davantage, construisant une intrigue toujours plus complexe.
    Lire la critique sur le site : BDSelection
  • Lexpress , le 04 juillet 2012
    Toute cette enquête a beau être sans importance, elle finit par être très attachante. Des flics, des enfants, un commerçant taciturne, un père disparu, une femme amoureuse... Et l'aventure au bout de Castilla Drive.
    Lire la critique sur le site : Lexpress
  • BoDoi , le 28 juin 2012
    Romance tout à fait plaisante et emballante, surtout dans la dernière partie du livre, quand le mystère – évacué dans de belles séquences de tension – laisse s’épanouir un vrai conte de Noël à l’américaine.
    Lire la critique sur le site : BoDoi

> voir toutes (9)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par Yggdrasil, le 16 mai 2015

    "J’ai pris le mauvais chemin il y a trois ans…Et on ne revient pas de l’enfer."

    Commenter     J’apprécie          0 15         Page de la citation

  • Par Yggdrasil, le 14 mai 2015

    " - Alors c'est mieux?
    - Tu crois que je peux encore faire la différence? Tout ce que je vois, c'est qu'avec ou sans cannelle, le vin chaud ça réchauffe."

    Commenter     J’apprécie          0 11         Page de la citation

  • Par milado, le 23 juin 2014

    - Je suis certain que j'arriverai à vivre sans réponses.
    - Vous ne savez pas ce que vous dites. Mon mari m'a laissé un paquet de questions... Et ça ne finit pas de me ronger.

    Commenter     J’apprécie          0 15         Page de la citation

  • Par Gregor, le 15 juillet 2013

    L'adrénaline. Voilà ce qui lui plaisait. Sally était certaine d'être douée pour le métier de détective. Et elle ne savait pas où était Robert, c'était juste parce qu'elle ne s'était jamais donner la peine de le chercher. Mais, en attendant, elle avait promis aux enfants d'aller improviser quelques glissades dans les montagnes. Il fallait aussi qu'elle prouve qu'elle était douée pour être une mère.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation

  • Par Gregor, le 15 juillet 2013

    - Ecoute, miss détective, il souffre, ce gars-là, tu n'as pas eu le coeur de le mettre à la porte, moi non plus. Mais fais-en ce que tu veux, c'est ton client, chacun son boulot. Et moi, il se trouve que j'en ai du boulot !
    - Oui, à ce propos, je croyais que tu étais fermée aujourd'hui. Ce n'est pas une vie de toujours céder aux caprices des clients !

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation

> voir toutes (2)

Videos de Anthony Pastor

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Anthony Pastor

Mingus Soledad: Bande annonce d'une bande dessinée de Anthony Pastor et Thomas Azuélos








Sur Amazon
à partir de :
18,05 € (neuf)
48,00 € (occasion)

   

Faire découvrir Castilla drive par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Quiz