Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2756004707
Éditeur : Delcourt (2007)


Note moyenne : 4.15/5 (sur 212 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Joachim et ses parents vivaient heureux au creux des collines. Puis les ombres apparurent et rien ne fut plus comme avant. Une sourde menace s'était immiscée : il fallait fuir ou se soumettre.
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (34)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 4.00/5
    Par marina53, le 31 août 2013

    marina53
    Joachim est un petit garçon plein d'entrain. Il vit à la campagne avec son papa Louis et sa maman Lise. Tout est merveilleux dans son petit monde. Mais, voilà qu'un soir, il appelle sa maman pour lui dire qu'il a vu Trois ombres au loin, au sommet de la colline. Inquiet, son papa va voir mais plus il s'en rapproche, plus celles-ci semblent s'éloigner pour finalement disparaître. Mais, elles reviennent plusieurs fois de suite, surprenant et terrorisant toute la petite famille. Lise veut prendre les choses en main et va voir Melle Pique, connaisseuse et guérisseuse en tout genre qui pourrait l'aider à comprendre ce que veulent ces Trois ombres. Elle se retrouve désemparée lorsqu'elle apprend qu'elles sont ici pour emmener Joachim avec elles. de retour chez elle et informant son mari de cette terrible nouvelle, celui-ci décide d'éloigner son petit garçon et de partir dans son pays d'origine. Un terrible périple commence alors pour le papa et son fiston qui sont loin d'imaginer toutes les péripéties qui les attendent...
    Cyril Pedrosa nous livre un album d'une grande sensibilité au charme envoûtant. Dès les premières pages, l'on comprend que ces Trois ombres représentent la mort et qu'elles emporteront avec elles le petit Joachim. Tandis que la maman accepte l'inacceptable, le papa tente coûte que coûte de profiter de ces derniers instants magiques qu'il veut partager avec son fils. La prise de conscience des parents puis l'acceptation du deuil sont subtilement et délicatement retranscrites. Tout en légèreté et insouciance, on partage ces moments de complicité, très riches en émotions. L'auteur a réussi brillamment et habilement à mettre en image tous ces instants magiques. Son trait parfois fin parfois plus grossier, ses pleines pages obscures, sa diversité graphique et son choix du noir et blanc collent parfaitement aux différents ressentis.
    Un album d'une grande finesse...
    Trois ombres... elles vous emporteront aussi...
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 57         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par Coriolis, le 29 septembre 2014

    Coriolis
    Loin du tumulte de la ville, la famille du petit Joachim coule des jours heureux blottie aux creux des collines, avec la nature pour unique rempart.
    Les jours qui s'égrènent ont pour eux la saveur des plaisirs simples : ceux des fruits croqués à même l'arbre ou d'un rayon de soleil tardif caressant une nuque frissonnante.
    Les parents, Lise et Louis, voient Joachim grandir et animer le calme environnant de ses rires d'enfant.
    L'allégresse va pourtant bientôt s'éteindre et céder à une peur panique et irrépressible. Trois ombres noires rôdent aux alentours de la demeure familiale et leurs silhouettes incertaines n'augurent rien de bon.
    Trois ombres juchées sur de sombres montures observant sans cesse le foyer où hier régnait le bon temps.
    Trois spectres qui hantent les rêves du jeune Joachim. Trois mystérieuses créatures dont tous ignorent le funeste dessein.
    Lise, inquiète pour les siens, gagne la ville afin de consulter Suzette Pique, une rebouteuse. La vieille dame prétend que les ombres sont là pour emporter l'enfant. Selon elle, le temps est compté et il faut, dès à présent, profiter de chaque minute auprès du jeune garçon. Et puisqu'on ne peut lutter contre ce qu'il est impossible de combattre, les parents décident d'éloigner Joachim de la menace qui plane sur lui. le père fuit, traînant dans ses pas angoissés, l'enfant innocent. Fuir mais jusqu'où ? le monde est-il seulement assez vaste pour échapper à ce funeste présage ? L'amour démesuré d'un père pour son fils sera-t-il suffisant pour sauver la chair de sa chair ?
    Dans Trois ombres, Cyril Pedrosa déploie un éventail d'émotions si infini que le lecteur passe facilement du rire au bord des larmes. le dessin est mis en valeur par un travail où le noir et le blanc s'harmonisent tour à tour avec rondeurs ou droites agressives suivant la tension de la scène représentée. le scénario, aux faux airs de conte, transporte littéralement le lecteur dans un univers onirique ou la fraîcheur du personnage de Joachim reste une constante malgré la gravité de certains sujets abordés.
    Ainsi, le destin de l'enfant se profile, page après page, entre l'amour de ses parents, la fatalité et ses jeux insouciants.
    Un roman graphique tout en subtilité et en émotions.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 19         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Sejy, le 27 septembre 2012

    Sejy
    Une œuvre bourrée d'émotions à découvrir, à aimer... deux fois
    Une première fois, on se laisse porter par l'aventure de Joachim, un bambin joyeux qui vit au creux des collines avec des parents aimants et amoureux. À l'écart, ignorants du monde extérieur, ils goûtent les joies simples de la nature et d'un quotidien paisible, s'épanouissant dans une sphère rassurante, presque édénique. Presque. Car soudain tout va changer. Apparaissent trois cavaliers mystérieux et oppressants qui vont briser la quiétude de leur bonheur. Trois ombres insondables, inatteignables, menace sourde et omniprésente, qui semblent en avoir après l'enfant. Alors, plutôt que se soumettre, le père décide de fuir avec son fils...
    La seconde fois, lorsque l'on a saisi tous les enjeux de cette fuite en avant, on apprécie davantage la parabole subtile d'où émergent d'abord les peurs humaines les plus profondes. La mort, l'angoisse devant l'inconnu, l'impuissance face à l'inacceptable, l'inéluctable. le combat d'un homme qui, plus qu'une fugue échevelée, divulgue, au travers d'attitudes, de petits riens qui pourraient sembler si futiles, toute la tendresse d'une relation filiale, toute la dignité d'un amour paternel. Une humanité qui nous explose à la figure, devenue tellement évidente dans sa beauté.
    Un double plaisir dévoilé sous des facettes inconnues de l'auteur. Graphiquement, il délaisse le trait coloré et anguleux des "Ring Circus" ou autre "Shaolin Moussaka" pour céder l'éloquence à un magnifique Noir & Blanc, parfois violent, inquiétant, plus souvent doux, qui, n'est pas sans évoquer la ligne poétique de Nancy Peña. Dans un découpage cinématographique, l'artiste s'y révèle intimiste, glisse du réalisme à l'onirisme, esquive l'écueil du pathos ou de la pleurnicherie facile, et compose un récit puissant d'une redoutable justesse émotionnelle.
    Un autre Cyril Pedrosa.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 8         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par Readingintherain, le 29 juin 2011

    Readingintherain
    —- Article paru dans DBD n°16 —-
    Dans un monde idéal, les familles sont heureuses, les enfants joyeux et les parents amoureux. Dans un monde idéal, les enfants peuvent jouer dehors, les parents ont confiance. Ils peuvent plonger dans les torrents, la mort n'est qu'une abstraction. Et ce monde idéal, c'est celui de Joachim et de ses parents. Mais lorsque trois mystérieuses ombres font leur apparition autour de leur foyer, plus question de quiétude. Que sont ces ombres ? Pourquoi semblent-elles menacer Joachim ? Personne ne sait répondre à ces questions. Et c'est le début d'un long voyage pour échapper à leur influence maligne.
    Cyril Pedrosa en noir et blanc, quelque part, ça fait un choc. Depuis Ring Circus (la révélation !) jusqu'aux Cœurs Solitaires ou Shaolin Moussaka, il avait si bien habitué son lecteur à ses couleurs chaleureuses qu'on en avait presque oublié qu'en dessous, il y avait un trait nerveux et puissant ! Mais Lewis Trondheim a su s'en souvenir lorsque les planches de Trois ombres sont arrivées sur son bureau. Et de la liberté totale qu'il a laissée à l'auteur est né ce petit bijou de plus de trois cent pages, bourré d'émotion et de sensibilité, sans toutefois une seule planche de sensiblerie. Evitant avec brio toutes les embûches et les appels de la facilité, Pedrosa creuse toujours plus profondément la psychologie de ses personnages, évitant tout manichéisme pour ne laisser transparaître que leur humanité.
    Trois ombres reflète les peurs des hommes devant ce qu'ils ne peuvent comprendre, la mort, et devant ce qu'ils ne peuvent admettre, le fait que leur protection puisse être inutile. On regrettera peut-être l'absence d'un rôle plus consistant pour la mère, mais il faut admettre que cette quête d'un père et de son fils revêt une toute autre force que le simple déménagement d'une famille terrorisée. Loin des débauches de testostérone, l'histoire se fait petit pas par petit pas, preuve d'amour par preuve d'amour. Et cet amour paternel si rarement montré en bande dessinée explose ici en une apothéose de petits gestes dignes, jamais évident, toujours sous-jacent.
    Au dessin, on découvre aussi un autre Pedrosa. Il change d'outil selon son envie, passant indifféremment de l'encre au pinceau ou encore au stylo bille selon les besoins de l'ambiance, l'urgence dans laquelle les planches ont été faites lui permettant de s'affranchir des détails et des fignolages pour ne poser sur la feuille que le dessin brut, dans toute sa force et toute son expressivité. Pas une seule planche de l'album n'est de trop, et à aucun moment on ne sent de longueurs ou de lassitude. L'album passe d'une traite, et sans avoir le temps de comprendre ce qui se passe on se retrouve littéralement en larmes devant un dénouement qui, s'il n'est pas une surprise, est tout de même traité d'une manière relativement insolite, et en tout cas jamais vue.
    Trois ombres est un album superbe, doux, tendre, mais aussi fort et puissant. Très certainement l'un des très bons albums de cette rentrée, si ce n'est le meilleur.

    Lien : http://www.readingintherain.com/2011/06/trois-ombres-c-pedrosa/
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par Ladydede, le 07 octobre 2012

    Ladydede
    Un petit garçon, nommé Joachim vit paisiblement à l'écart du monde avec ses parents. Mais un soir, ne parvenant pas à trouver le sommeil, ils remarquent Trois ombres qui semblent les attendre sur la colline en face... Ces dernières apparaissent sous la forme de cavaliers et s'évanouissent dès que l'on s'en approche. Chaque soir, elles reviennent de plus en plus près. Les parents de Joachim sont inquiets et son père décide d'entreprendre un voyage avec son fils afin d'échapper à ces choses...
    Un roman graphique à (re)lire et à (re)voir de Cyril Pedrosa. Les dessins sont magnifiques et on est de toute suite transporté dans une atmosphère mystérieuse. Joachim et ses parents sont des personnages très attachants et l'histoire est très émouvante...
    Un véritable coup de coeur ! À acheter et à conseiller à ses proches !
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 7         Page de la critique


Critiques presse (1)


  • ComicsMarvel , le 19 septembre 2011
    C'est bien simple, ce roman graphique, de 268 planches, est une pure merveille. Et s'avère très bon marché (moins de 20 euros). Le sujet est sérieux mais son traitement [...] permet de le conseiller à tous les publics.
    Lire la critique sur le site : ComicsMarvel

> voir toutes (10)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par milado, le 18 février 2014

    - Elle reste enfermée... tout le temps ?
    - Qui ça ?? Ah... la petite ? ...Je l'ai louée au capitaine pour la traversée...en échange d'une bonne cabine... Ne me regardez pas comme ça... Elle fait le ménage et la cantine, c'est tout... S'il la touche... Je le tue.
    - Vous avez d'étranges valeurs morales...
    - J'ai des valeurs commerciales.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 12         Page de la citation

  • Par Doulitou, le 26 septembre 2014

    Depuis la célèbre série des Tintin que j'ai tous lus avec un plaisir certain, je n'avais pas touché à d'autres BD. Alors, l'idée d'aller voir ce qui se passe de ce côté des livres m'a repris et bien conseillée, je me plonge dans "les trois ombres". Tout mon plaisir a été de constater la vitesse à laquelle les pages se tournent. Les dessins passent sans mot, les ombres planent et croyant que j'avais manqué quelque chose, puisque je me suis endormie dessus, j'ai recommencé ma lecture le lendemain, encore plus vite, et la lumière n'est pas venue. Alors, je me suis dit que j'allais essayer d'en lire un autre pour dissiper les ombres de cette lecture.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la citation

  • Par zevince, le 18 octobre 2012

    Je ne vais pas t'empêcher de partir, mais je ne sais pas si je pourrai te le pardonner. Joachim va nous quitter, je le sais, et je suis prête. Pas toi.
    Lise...
    Laisse moi finir ! Il reste sans doute peu de temps avant que les ombres ne l'emportent. Ces derniers moments avec mon fils, ce temps là... je te le donne. Pour que vous puissiez vous séparer... le cœur paisible. Je vais perdre un fils... j'espère que nous n'allons pas nous perdre aussi.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 7         Page de la citation

  • Par So2, le 14 janvier 2012

    Un ami précieux, après un long voyage dans de lointains pays d'Orient, m'a rapporté un étrange poème. Trois phrases qui me tiennent lieu de refuge lorsque je vacille un peu. "Dans ce paysage de printemps, il n'y a ni meilleur ni pire. Les branches des fleurs poussent naturellement. Certaines sont longues, certaines sont courtes".

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la citation

  • Par Hilde, le 20 septembre 2013

    Dans ce paysage de printemps, il n'y a ni meilleur, ni pire. Les branches des fleurs poussent naturellement. Certaines sont longues, certaines sont courtes. Tenir debout. rester du côté des vivants.

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la citation

> voir toutes (6)

Videos de Cyril Pedrosa

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Cyril Pedrosa

Festival Internacional Banda Desenhada Amadora 2012 - Cyril Pedrosa








Sur Amazon
à partir de :

45,00 € (occasion)

   

Faire découvrir Trois ombres par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (359)

> voir plus

Quiz