Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2757836269
Éditeur : Points (2013)


Note moyenne : 3/5 (sur 18 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
C’est à la réalisation d’un faux Condottière, le célèbre tableau
du Louvre, peint par Antonello da Messina en 1475, que s’est
voué depuis des mois le héros de ce livre. Gaspard Winckler
est un peintre faussaire.

Maître de ses techniq... > voir plus
Lire un extrait Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (6)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 3.00/5
    Par Myrabelle, le 28 août 2012

    Myrabelle
    Lorsque le roman débute, Gaspard vient de tuer Madera le commanditaire. Pourquoi ? Comment est-il devenu faussaire ? Et l'on s'enfonce dans les méandres de sa vie et de son esprit à la recherche de réponses...
    Pourquoi avoir accepté de vivre enfermé dans une cave aménagée à Dampierre pendant plus d'une année ? Que manque-t-il à ce Condottière pour être un faux acceptable ? Malgré ses douze années d'expérience, Gaspard n'est pas satisfait de cette dernière oeuvre.
    Cheminement tortueux à la recherche de la vérité d'un faussaire, cheminement que j'ai fait en lisant à voix haute le beau texte de Perec.

    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par JLM56, le 14 mai 2012

    JLM56
    A la première page du livre de Perec l'intrigue est dévoilé : un assassinat et le coupable est connu : Gaspart Winckler.
    Même si ce n'est pas une nouveauté quelle belle première contrainte pour Perec qui nous entraîne dans cette autopsie d'un meurtre annoncé.
    Et l'art de Perec nous guide dans le monde d'un faussaire en peinture asphyxié par les peintres qu'il copie dans une belle réflexion sur l'art, le faux et l'on peut peut être faire un parallèle sur le rapport entre auteur et lecteur en littérature.
    En tout cas une très belle première oeuvre du grand Perec.
    P assionné d'Antonello de Messine
    E mule de van Meegeren
    R ageant impuissant
    E n tentant d'appréhender son
    C ondottière : il tue
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique

    • Livres 1.00/5
    Par jimpee, le 16 mars 2013

    jimpee
    Ce livre est le premier roman de Georges Perec, refusé par Gallimard et ressorti des placards par son éditeur. On rencontre beaucoup Perec quand on s'intéresse un peu à la littérature du XXe : une tignasse et des yeux pétillants qui lui donnent une tête assez photogénique, des photos avec ses chats en font une icone littéraire. Membre de l'Oulipo, il joue beaucoup avec la langue et a publié des livres étonnants mais illisibles : Les Revenentes ou La disparition. J'ai bien aimé Quel petit vélo au fond de la cour mais surtout j'ai adoré la vie mode d'emploi.
    Ce roman écrit entre 1957 et 1960 est mauvais, brouillon. La première partie ressemble à un discours d'ivrogne, c'est une suite de phrases sans suite, ni liens. La seconde partie reprend l'histoire avec un récit un peu plus linéaire et compréhensible.
    Gaspard Winckler est faussaire depuis une quinzaine d'années. Sa dernière création est un portrait de la Renaissance censé être d'Antonello da Messina, le peintre du Condottiere. Cette commande est celle de trop, il n'arrive pas à égaler le style de Messina et tue Madera, son commanditaire. le roman commence par ce meurtre et nous dévoile de parcours de Winckler qui semble avoir été manipulé par ses amis Rufus et Jérôme.

    Lien : http://jimpee.free.fr/index.php/11212/
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par MlleLit, le 01 avril 2012

    MlleLit
    Roman de jeunesse de Perec publié pour la première fois. Une réflexion sur le faux sous fond de roman policier bien tourné quoique parfois trop foisonnant. A lire après le reste de l'oeuvre de l'auteur, permettant d'en comprendre certains des ressorts, certaines des obsessions.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la critique

    • Livres 1.00/5
    Par minilaure, le 24 novembre 2013

    minilaure
    Pourtant je l'apprécie Georges Perec, mais là... non. Impossible d'accrocher à ce livre brouillon, fouillis, où l'on se perd sans plaisir (contrairement à La vie mode d'emploi par exemple). Le condottière m'est tombé des mains. Dommage.

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique


Critiques presse (5)


  • Lexpress , le 04 avril 2012
    Un vrai-faux polar existentiel et ludique, édité pour la première fois, qui révèle déjà certaines obsessions du futur auteur des Choses.
    Lire la critique sur le site : Lexpress
  • Bibliobs , le 21 mars 2012
    Récrit, raccourci, condensé, le récit est devenu dense et, pour être franc, difficile à lire.
    Lire la critique sur le site : Bibliobs
  • Lhumanite , le 05 mars 2012
    Le Condottière, par son discours sur la finalité de création, le vrai, le faux, l’original et la copie, peut se lire, légitimement, sinon comme un programme, du moins comme une matrice de l’œuvre future.
    Lire la critique sur le site : Lhumanite
  • Liberation , le 05 mars 2012
    L’ensemble est nerveux, coléreux, assez répétitif, à la fois composé et décousu.
    Lire la critique sur le site : Liberation
  • Culturebox , le 27 février 2012
    Le Condottière éclaire l'oeuvre à venir : une réflexion sur la création, ses joies, ses impasses...
    Lire la critique sur le site : Culturebox

> voir toutes (1)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par Myrabelle, le 28 août 2012

    On commence toujours la même chose, on explore sans cesse les mêmes sentiers, on rencontre sans cesse les mêmes embûches. On croit triompher de certaines choses, mais on enfonce chaque fois un peu plus. On ne s'atteint jamais ; on est chaque fois quelqu'un d'autre. On répète. A l'infini ; sans espoir d'être un jour autre chose qu'un parfait répétiteur.

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la citation







Sur Amazon
à partir de :
11,99 € (neuf)
6,79 € (occasion)

   

Faire découvrir Le condottière par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Quiz