AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2021030539
Éditeur : Editions du Seuil (2012)

Note moyenne : 3/5 (sur 25 notes)
Résumé :
C’est à la réalisation d’un faux Condottière, le célèbre tableau
du Louvre, peint par Antonello da Messina en 1475, que s’est
voué depuis des mois le héros de ce livre. Gaspard Winckler
est un peintre faussaire.

Maître de ses techniques, il n’est pourtant qu’un simple exécutant d’un commanditaire, Anatole Madera.


Comme dans un bon polar, dès la première page du
livre, Winckler assassine Madera. Ce r... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.fr
Critiques, Analyses & Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
MarcelP
MarcelP28 août 2016
Que nous raconte ce petit roman sorti des limbes (dont le tapuscrit a été retrouvé dans une vieille valise, trente ans après) ? Que nous apprend-il sur l'homme et l'écrivain Perec ?
Gaspard Winckler est un faussaire de génie (puisque personne ne sait qu'il est faussaire). Il est depuis 12 années l'esclave consentant d'un certain Anatole Madera pour qui il fabrique à la chaîne des faux (Cézanne, Chardin, Bellini, Corot...)
La dernière commande en date, recréer un Antonello da Messina, sera celle de trop : face à son impuissance à donner vie à un nouveau Condottiere (l'une des oeuvres majeures du peintre), Gaspard préfère rompre le fil de sa vie : il tue Madera et s'enfuit à la recherche d'un nouveau destin.
Deux parties dans ce court roman :
La première, discours logorrhéique de Winkler, mêlant le "tu" du courant de conscience au "il" de Perec marionnettiste, nous fait ressentir l'affolement du héros une fois son crime perpétré et son obstination à creuser un tunnel pour s'évader de l'atelier où il est enfermé.
La seconde est l'interrogatoire de Winckler par un mystérieux Streten, entrecoupé des réflexions du faussaire. Un retour vers les origines.
Winckler pour exister (ou tenter de) sera donc passé par trois étapes initiatiques :
le meurtre du "père" (aux allures de rite sacrificiel dans le roman) ;
l'abandon des modèles (pour devenir peintre -ou écrivain-, il faut cesser de "se parer des plumes du paon" et creuser sa route ou son tunnel en trouvant son style) ; la possibilité de signer son oeuvre (Antonellus Messaneus Martinus Wincklerus me pinxit ou Georgius Perecus me scribsit)
et la recherche de son identité (le tunnel que creuse Winckler et le questionnement de l'habile maïeuticien Streten comme métaphores de la psychanalyse).
On trouve dans cet opuscule tout ce qui fait la richesse de l'oeuvre perecquienne : le goût du faux (faux-semblant, faux-fuyant, vrai-faux, fausses pistes...), les jeux de mot/jeux de piste (on retrouvera Winckler dans "W ou le souvenir d'enfance" et dans le génialissime "La vie mode d'emploi" ; le goût, déjà, des anagrammes : Anatole/Antonello ; la cicatrice sur la lèvre supérieure commune au Condottière et à Perec...), la culpabilité du survivant Winckler (Perec est un enfant de la Shoah), etc.
Ce brouillon (très abouti) de l'oeuvre à venir m'a ému et a ravivé en moi l'envie de re(re,re)lire ce cher Georges.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
JLM56
JLM5614 mai 2012
  • Livres 4.00/5
A la première page du livre de Perec l'intrigue est dévoilé : un assassinat et le coupable est connu : Gaspart Winckler.
Même si ce n'est pas une nouveauté quelle belle première contrainte pour Perec qui nous entraîne dans cette autopsie d'un meurtre annoncé.
Et l'art de Perec nous guide dans le monde d'un faussaire en peinture asphyxié par les peintres qu'il copie dans une belle réflexion sur l'art, le faux et l'on peut peut être faire un parallèle sur le rapport entre auteur et lecteur en littérature.
En tout cas une très belle première oeuvre du grand Perec.
P assionné d'Antonello de Messine
E mule de van Meegeren
R ageant impuissant
E n tentant d'appréhender son
C ondottière : il tue
Commenter  J’apprécie          30
Myrabelle
Myrabelle28 août 2012
  • Livres 3.00/5
Lorsque le roman débute, Gaspard vient de tuer Madera le commanditaire. Pourquoi ? Comment est-il devenu faussaire ? Et l'on s'enfonce dans les méandres de sa vie et de son esprit à la recherche de réponses...
Pourquoi avoir accepté de vivre enfermé dans une cave aménagée à Dampierre pendant plus d'une année ? Que manque-t-il à ce Condottière pour être un faux acceptable ? Malgré ses douze années d'expérience, Gaspard n'est pas satisfait de cette dernière oeuvre.
Cheminement tortueux à la recherche de la vérité d'un faussaire, cheminement que j'ai fait en lisant à voix haute le beau texte de Perec.

Commenter  J’apprécie          30
frandj
frandj02 décembre 2014
  • Livres 2.00/5
Ce roman est, en fait, le premier que G. Perec a écrit; mais il a été publié d'une manière posthume. le personnage principal, Gaspard Winckler, est un faussaire qui peint sur commande des copies de tableaux présentés comme authentiques. On apprend dès le début du livre qu'il a tué son commanditaire, alors qu'il finissait de peindre un tableau célèbre intitulé "le Condottiere".
J'ai un faible pour Pérec, tout en admettant que c'est un auteur difficile. Dans le cas présent, j'avoue que les longs monologues de Winckler m'ont semblé pénibles. La fin du roman est plus intéressante et j'ai alors commencé à comprendre le fin mot de l'histoire. Mais, en définitive, "Le Condottiere" n'est certainement pas le chef d'oeuvre de Perec.
Commenter  J’apprécie          00
jimpee
jimpee16 mars 2013
  • Livres 1.00/5
Ce livre est le premier roman de Georges Perec, refusé par Gallimard et ressorti des placards par son éditeur. On rencontre beaucoup Perec quand on s'intéresse un peu à la littérature du XXe : une tignasse et des yeux pétillants qui lui donnent une tête assez photogénique, des photos avec ses chats en font une icone littéraire. Membre de l'Oulipo, il joue beaucoup avec la langue et a publié des livres étonnants mais illisibles : Les revenentes ou La Disparition. J'ai bien aimé Quel petit vélo au fond de la cour mais surtout j'ai adoré La vie mode d'emploi.
Ce roman écrit entre 1957 et 1960 est mauvais, brouillon. La première partie ressemble à un discours d'ivrogne, c'est une suite de phrases sans suite, ni liens. La seconde partie reprend l'histoire avec un récit un peu plus linéaire et compréhensible.
Gaspard Winckler est faussaire depuis une quinzaine d'années. Sa dernière création est un portrait De La Renaissance censé être d'Antonello da Messina, le peintre du Condottiere. Cette commande est celle de trop, il n'arrive pas à égaler le style de Messina et tue Madera, son commanditaire. le roman commence par ce meurtre et nous dévoile de parcours de Winckler qui semble avoir été manipulé par ses amis Rufus et Jérôme.
Lien : http://jimpee.free.fr/index...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Les critiques presse (5)
Lexpress04 avril 2012
Un vrai-faux polar existentiel et ludique, édité pour la première fois, qui révèle déjà certaines obsessions du futur auteur des Choses.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Bibliobs21 mars 2012
Récrit, raccourci, condensé, le récit est devenu dense et, pour être franc, difficile à lire.
Lire la critique sur le site : Bibliobs
Lhumanite05 mars 2012
Le Condottière, par son discours sur la finalité de création, le vrai, le faux, l’original et la copie, peut se lire, légitimement, sinon comme un programme, du moins comme une matrice de l’œuvre future.
Lire la critique sur le site : Lhumanite
Liberation05 mars 2012
L’ensemble est nerveux, coléreux, assez répétitif, à la fois composé et décousu.
Lire la critique sur le site : Liberation
Culturebox27 février 2012
Le Condottière éclaire l'oeuvre à venir : une réflexion sur la création, ses joies, ses impasses...
Lire la critique sur le site : Culturebox
Citations & extraits (1) Ajouter une citation
MyrabelleMyrabelle28 août 2012
On commence toujours la même chose, on explore sans cesse les mêmes sentiers, on rencontre sans cesse les mêmes embûches. On croit triompher de certaines choses, mais on enfonce chaque fois un peu plus. On ne s'atteint jamais ; on est chaque fois quelqu'un d'autre. On répète. A l'infini ; sans espoir d'être un jour autre chose qu'un parfait répétiteur.
Commenter  J’apprécie          50
Videos de Georges Perec (43) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Georges Perec

Les choses de Georges Perec - livre animé
Le roman de Georges Perec, un classique de la littérature française, mis en scène dans une création numérique originale. Un texte culte : Les choses une histoire des années 60, de Georges...
autres livres classés : faussairesVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Je me souviens de Georges Perec

Quel était le nom d'origine (polonaise) de Georges Perec ?

Perecki
Peretz
Peretscki
Peretzkaia

15 questions
49 lecteurs ont répondu
Thème : Georges PerecCréer un quiz sur ce livre