Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2264056037
Éditeur : 10-18 (2012)


Note moyenne : 4/5 (sur 30 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Tout à prouver et aucun droit à l'erreur : devenu directeur de la Special Branch, Thomas Pitt est seul aux commandes. Lorsqu'il reçoit des informations à propos d'un projet d'attentat visant un Habsbourd sur le sol britannique, Pitt doit redoubler de vigilance. Sa carri... > Voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (10)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 5.00/5
    Par belette2911, le 02 mai 2015

    belette2911
    ♫ Et puis mon Empire, je suis prêt à le trahir, puisque sans contrefaçon, je suis un espion ♪
    Et oui, depuis que Thomas Pitt est devenu directeur de la Special Branch (sécurité du territoire), il a certes monté dans l'échelle sociale, son salaire est important, tout comme ses pouvoirs, mais le tout s'accompagne aussi d'une hausse des tracas.
    Comment démêler le vrai du faux ? le bluff du double bluff ? Comment savoir à qui vous pouvez faire confiance ? Il y avait bien des traitres au sein de la Special Branch et ce ne serait pas la première fois qu'il y en a dans les hautes sphères du pouvoir.
    Les espions ou agents-doubles sont légion. Il doit y avoir, au sein des Ministères, des gens amers prêt à trahir leur mère l'Angleterre.
    Le diable se cache dans les détails, dans les coïncidences, et Pitt ne peut plus rien raconter à son épouse Charlotte. de plus, nombreux sont ceux qui l'attendant au tournant, guettant le moindre faux pas qui le discréditera de son poste. Pitt n'est pas un noble, ni un bourgeois, si un ancien gradé de l'armé, c'est un fils de garde-chasse et certains ont mal vu sa promotion.
    Cette 27ème aventure baigne dans la politique, dans les secrets cachés, dans les jeux de pouvoir et cela m'a enchanté. Pied littéraire, carrément.
    Dire que je ne voulais pas lire les épisodes où Thomas Pitt se trouvait muté à la Special Branch… En voilà encore un qui m'a emporté. Comme quoi…
    En cette année de 1896, nous parlons déjà de la poudrière des Balkans, celle qui nous pétera à la gueule en juin 1914, avec l'assassinat de François-Ferdinand.
    Ce polar Politique est aussi Historique puisque l'on nous parle, en arrière-plan, de la tragédie de Mayerling, où Romy Schneider, épouse de François-Joseph de Habsbourg-Lorraine, empereur d'Autriche-Hongrie, ont perdu leur unique fils et héritier du trône, Rodolphe, qui s'est suicidé dans le pavillon de chasse avec sa maîtresse.
    Enfin, pas Romy, mais Sissi, ou l'impératrice Elizabeth, celle qui n'a rien à voir avec les films à l'eau de rose car très librement inspirée de la réalité. Et pour clore cette parenthèse culturelle, je vous rappelle que le Rodolphe en question avait épousé Stéphanie, fille de Léopold II, roi des Belges. Bref, niveau Histoire et politique, on est servi mais pas jusqu'à l'overdose non plus !
    L'avantage, dans les romans policiers Historique, c'est que nous savons ce qu'il s'est passé et quand on me parle que c'est François-Ferdinand qui va monter sur le trône ainsi que du jeu des alliances qui donnerait une guerre quasi mondiale si un truc se passait en Croatie ou en Serbie, ça fait froid dans le dos.
    J'ai apprécié aussi que tante Vespasia soit mise en avant, ainsi que Victor Narraway, ancien supérieur de Pitt. Voilà un personnage que je n'avais pas aimé au début et qui a su me conquérir le coeur.
    Ce n'est pas la première fois que l'auteur me fait apprécier un personnage que je trouvais au départ rébarbatif. Elle a l'art et la manière de faire évoluer ses personnages et c'est un plus.
    Charlotte et sa soeur Emily se retrouvent aussi aux avant-postes, même si elles n'enquêtent plus comme avant. Emily a peur pour son mari qui a eu une promotion, elle doute de ses capacités, même si elle ne le dit pas. Charlotte, elle, de son côté, fait confiance aux capacités de son mari.
    Le côté politique du roman m'a bien plu, j'ai adoré les secrets, les manipulations, les coups de bluffs, ainsi que le côté « espionnage » et double-jeu.
    Lorsque Pitt était policier ou commissaire, il y avait moins de nuances de gris. On procédait à l'arrestation du coupable ou on n'avait pas assez de preuves pour le faire et on rongeait son frein.
    Ici, on peut lui faire retourner sa veste, l'exploiter, le faire travailler pour nous… Bref, on entre dans une autre dimension !
    Notre Thomas Pitt va devoir changer sa manière de travailler, mais je ne me fais pas de soucis, il apprend vite et est toujours le champion du démêlage de pelote de laine ! Mais ce ne sera pas aussi facile que d'enquêter sur un meurtre. Dans sa position, tout est affaire de nuances et il faut bien réfléchir aux conséquences car elles peuvent vite devenir désastreuses.
    Avec des complots politiques et un final époustouflant comme j'ai eu droit, ce roman va se trouver dans mon top 5 des aventures de Thomas Pitt que j'ai le mieux aimé.


    Lien : https://thecanniballecteur.wordpress.com/2015/05/02/dorchester-terra..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 15         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Cath36, le 10 avril 2012

    Cath36
    J'aime beaucoup l'écriture élégante d'Anne Perry, et cette façon qu'elle a de poser une intrigue policière au milieu de celles -bien réelles- de l' Histoire, tout en agrémentant son texte de courtes réflexions psychologiques qui orientent son récit en fonction de la personnalité des personnages. Dans ce livre elle analyse une fois de plus les rapports entre l'aristocratie anglaise et les autres classes sociales par rapport à la politique (la première ne voulant rien lâcher aux secondes), ici à travers les relations de l'Angleterre victorienne avec l'empire austro-hongrois. Aristos ripoux et domestiques fidèles contribuent les uns et les autres aux ressorts de l'action.
    A travers les lenteurs de l'intrigue, Anne Perry démonte petit à petit tous les mécanismes qui ont abouti à la première guerre mondiale, à travers les enchevêtrements inextricables des alliances, des rapports de force, du jeu de la diplomatie, ainsi que les rapports difficiles entre la police et la politique.
    Tout se met en route et rien ne se termine à la fin du livre, à part l'intrigue policière. A une époque où on assassine les gens comme on respire, une enquête prend tout son sens lorsqu'il s'agit de déjouer un attentat. Cela dit Mme Perry utilise toujours les mêmes ingrédients et cela finit par être un peu lassant, même si chaque livre de la série nous fait découvrir un nouvel aspect de Londres, quartier ou lieu de pouvoir. Je me suis passionnée pour le côté historique qui m' a rappelé des souvenirs de lycée un peu oubliés, mais j'ai eu plus d'une fois envie de zapper des pages sur les atermoiements relationnels et sentimentaux des personnages, qui s'il rendent quelquefois les personnages plus humains et plus proches, se répètent quelque peu. Intéressant mais franchement trop long.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 11         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par AliceFee, le 04 mars 2012

    AliceFee
    •Mlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec Dorchester Terrace?
    "Anne Perry m'a fait briser ma première résolution de l'année: "ne plus acheter de livres tant que ma PAL n'a pas baissé!" Tant pis, je ne peux pas résister!"
    •Dites-nous en un peu plus sur son histoire...
    "Thomas Pitt est désormais le Capitaine Pitt, directeur de la Special Branch. Plus que jamais il doit faire ses preuves face à des politiciens sceptiques et à de sérieuses menaces d'attentats sur le sol britannique."
    •Mais que s'est-il exactement passé entre vous?
    "Enfin je retrouve la plume d'Anne Perry qui m'avait fait me jeter sur ses livres il y a deux ans! Non seulement Pitt récolte enfin le fruit de ses efforts, parce que je commençais à être vraiment fatiguée que se ne soit pas le cas, mais en plus nous avons droit, en plus de l'enquête de la Special Branch, à un meurtre dans la haute société. Et disons le clairement, cela nous avait bien manqué! Tout est donc parfait, même si Gracie et Tellman manquent à l'appel! Il y a même une dimension supplémentaire dans cet opus avec les responsabilités qui incombent désormais à Thomas et qui le poussent à se poser des question sur lui-même. le seul défaut de cet ouvrage est que parfois on tourne un peu en rond, on se répète. Certains personnages savent des choses qu'on ne leur a pas dit et d'autres en oublient qu'ils savent déjà! Ce n'est pas très gênant mais quand même, je veux bien pardonner à l'auteur, du à son grand âge sans vouloir l'offenser, mais n'y a-til personne pour la relire??
    Enfin, une fois de plus j'ai un énorme coup de gueule à passer contre 10-18. Alors je veux bien admettre que vous ayez envie de neuf et de nouvelles couvertures mais changer le graphisme d'une série au 27ème opus, c'est juste dégueulasse!"
    •Et comment cela s'est-il fini?
    "Le roman finit sur un coup d'éclat poignant qui place réellement ce livre dans une dimension différente. Je suis soulagée d'avoir enfin retrouvée la Anne Perry que j'aime et bien sûr, vivement le prochain!"

    Lien : http://booksaremywonderland.hautetfort.com/archive/2012/01/09/dorche..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la critique

  • Par Patoche, le 24 juin 2012

    Patoche
    Les séries policières finissent souvent par être un peu répétitives ; Anne Perry a eu l'excellente idée de ce glissement vers les intrigues diplomatiques, puisque Thomas Pitt, son personnage principal, n'est plus à présent policier, mais directeur de la Special Branch.
    La plongée dans ce véritable sac de noeuds de l'Europe à la veille de la première guerre mondiale est captivante.
    Mais alors la traduction ! Car je suppose que c'est un problème de traduction : certains paragraphes doivent être relus pour être compréhensibles, tant ils sont incohérents ! L'éditeur fait-il appel à un traducteur automatique ? La question peut se poser ... !
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          1 2         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par Biancabiblio, le 11 mai 2015

    Biancabiblio
    En cette année 1896, Thomas Pitt est désormais le capitaine Pitt, directeur de la Special Branch après le renvoi de Victor Narraway, suite à ses déboires irlandais. Il doit plus que jamais faire ses preuves auprès des politiques qui ne le jugent pas à la hauteur de sa tâche.
    Charlotte, de son côté, a retrouvé la bonne société anglaise qui était la sienne, avant son mariage avec Thomas, jugé à l'époque comme une mésalliance. Fini le temps où Charlotte devait récurer sa maison elle-même ou emprunter des robes à sa soeur Emily et à sa grand-tante Lady Vespasia Cumming-Gould, ce que je déplore un peu je l'avoue et la petite Gracie me manque beaucoup.
    Anne Perry nous plonge dans ce nouvel opus dans la poudrière des Balkans et on comprend mieux grâce à elle pourquoi la première guerre mondiale couve déjà dès cette fin du 19è siècle. Pitt, aidé par Stocker, le seul homme en qui il peut avoir confiance, va devoir déjouer un attentat visant le duc Alois d'Autriche.
    Ce nouvel opus est l'occasion pour notre Thomas Pitt de prendre ses nouvelles fonctions et de se frotter encore davantage au monde politique, à l'espionnage et à se familiariser avec les enjeux des alliances entre tous les pays d'Europe.
    Le dernier opus lu m'avait déçue et j'ai eu du mal à me mettre dans celui-ci. Je trouve que le charme qui faisait la série à mes yeux, s'est un peu évaporé, on s'éloigne de plus en plus des intrigues policières classiques, ce qui ne me plait pas même si j'ai à chaque fois plaisir à retrouver les Pitt.
    Lire la suite...

    Lien : https://deslivresdeslivres.wordpress.com/2015/05/11/dorchester-terra..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la critique

> voir toutes (20)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par Cath36, le 10 avril 2012

    L'Allemagne teutonne ronge son frein face à sa propre puissance. Lorsque Bismarck a déclaré vouloir attacher la frégate prussienne, légère et fringante, au vieux galion autrichien rongé par les vers, nous n'y avons pas prêté suffisamment attention. Ils sont dangereux et de plus en plus impatients. Ses jeunes lions attendent de triompher des anciens. Toutefois, le véritable danger est ailleurs. L'Autriche est le lieuoù tous les intérêts convergent en toute sécurité. Qu'on l'enlève, et il n'y a plus d'espace neutre.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la citation

  • Par Cath36, le 10 avril 2012

    Chaque passé comportait-il sa part de honte ? Chacun d'entre nous avait-il des moments qu'il ou elle aurait voulu revivre en se conduisant mieux cette fois ?

    Commenter     J’apprécie          0 12         Page de la citation

  • Par belette2911, le 02 mai 2015

    — Vous êtes en train de suggérer qu’un seul acte de violence dans les Balkans pourrait donner lieu à une conflagration qui mettrait le monde entier à feu et à sang. C’est ridicule.

    Commenter     J’apprécie          0 9         Page de la citation

  • Par Netherfield, le 18 janvier 2012

    Personne ne laisserait une pareille chose se produire, dit-il sobrement.Vous êtes en train de suggérer qu'un seul acte de violence dans les Balkans pourrait donner lieu à une conflagration qui mettrait le monde entier à feu et à sang. C'est ridicule.

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la citation

  • Par belette2911, le 30 avril 2015

    — [...] Et nous aurons en gestation une guerre européenne que nous ne pourrons peut-être pas empêcher.

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la citation

> voir toutes (30)

Videos de Anne Perry

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Anne Perry

Anne Perry parle de "La disparue d'Angel Court". Partie 1








Sur Amazon
à partir de :
7,39 € (neuf)
3,90 € (occasion)

   

Faire découvrir Dorchester terrace par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Quiz