Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2264056037
Éditeur : 10-18 (2012)


Note moyenne : 4/5 (sur 23 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Tout à prouver et aucun droit à l'erreur : devenu directeur de la Special Branch, Thomas Pitt est seul aux commandes. Lorsqu'il reçoit des informations à propos d'un projet d'attentat visant un Habsbourd sur le sol britannique, Pitt doit redoubler de vigilance. Sa carri... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (6)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 4.00/5
    Par Cath36, le 10 avril 2012

    Cath36
    J'aime beaucoup l'écriture élégante d'Anne Perry, et cette façon qu'elle a de poser une intrigue policière au milieu de celles -bien réelles- de l' Histoire, tout en agrémentant son texte de courtes réflexions psychologiques qui orientent son récit en fonction de la personnalité des personnages. Dans ce livre elle analyse une fois de plus les rapports entre l'aristocratie anglaise et les autres classes sociales par rapport à la politique (la première ne voulant rien lâcher aux secondes), ici à travers les relations de l'Angleterre victorienne avec l'empire austro-hongrois. Aristos ripoux et domestiques fidèles contribuent les uns et les autres aux ressorts de l'action.
    A travers les lenteurs de l'intrigue, Anne Perry démonte petit à petit tous les mécanismes qui ont abouti à la première guerre mondiale, à travers les enchevêtrements inextricables des alliances, des rapports de force, du jeu de la diplomatie, ainsi que les rapports difficiles entre la police et la politique.
    Tout se met en route et rien ne se termine à la fin du livre, à part l'intrigue policière. A une époque où on assassine les gens comme on respire, une enquête prend tout son sens lorsqu'il s'agit de déjouer un attentat. Cela dit Mme Perry utilise toujours les mêmes ingrédients et cela finit par être un peu lassant, même si chaque livre de la série nous fait découvrir un nouvel aspect de Londres, quartier ou lieu de pouvoir. Je me suis passionnée pour le côté historique qui m' a rappelé des souvenirs de lycée un peu oubliés, mais j'ai eu plus d'une fois envie de zapper des pages sur les atermoiements relationnels et sentimentaux des personnages, qui s'il rendent quelquefois les personnages plus humains et plus proches, se répètent quelque peu. Intéressant mais franchement trop long.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 11         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par AliceFee, le 04 mars 2012

    AliceFee
    •Mlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec Dorchester Terrace?
    "Anne Perry m'a fait briser ma première résolution de l'année: "ne plus acheter de livres tant que ma PAL n'a pas baissé!" Tant pis, je ne peux pas résister!"
    •Dites-nous en un peu plus sur son histoire...
    "Thomas Pitt est désormais le Capitaine Pitt, directeur de la Special Branch. Plus que jamais il doit faire ses preuves face à des politiciens sceptiques et à de sérieuses menaces d'attentats sur le sol britannique."
    •Mais que s'est-il exactement passé entre vous?
    "Enfin je retrouve la plume d'Anne Perry qui m'avait fait me jeter sur ses livres il y a deux ans! Non seulement Pitt récolte enfin le fruit de ses efforts, parce que je commençais à être vraiment fatiguée que se ne soit pas le cas, mais en plus nous avons droit, en plus de l'enquête de la Special Branch, à un meurtre dans la haute société. Et disons le clairement, cela nous avait bien manqué! Tout est donc parfait, même si Gracie et Tellman manquent à l'appel! Il y a même une dimension supplémentaire dans cet opus avec les responsabilités qui incombent désormais à Thomas et qui le poussent à se poser des question sur lui-même. le seul défaut de cet ouvrage est que parfois on tourne un peu en rond, on se répète. Certains personnages savent des choses qu'on ne leur a pas dit et d'autres en oublient qu'ils savent déjà! Ce n'est pas très gênant mais quand même, je veux bien pardonner à l'auteur, du à son grand âge sans vouloir l'offenser, mais n'y a-til personne pour la relire??
    Enfin, une fois de plus j'ai un énorme coup de gueule à passer contre 10-18. Alors je veux bien admettre que vous ayez envie de neuf et de nouvelles couvertures mais changer le graphisme d'une série au 27ème opus, c'est juste dégueulasse!"
    •Et comment cela s'est-il fini?
    "Le roman finit sur un coup d'éclat poignant qui place réellement ce livre dans une dimension différente. Je suis soulagée d'avoir enfin retrouvée la Anne Perry que j'aime et bien sûr, vivement le prochain!"

    Lien : http://booksaremywonderland.hautetfort.com/archive/2012/01/09/dorche..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la critique

  • Par Patoche, le 24 juin 2012

    Patoche
    Les séries policières finissent souvent par être un peu répétitives ; Anne Perry a eu l'excellente idée de ce glissement vers les intrigues diplomatiques, puisque Thomas Pitt, son personnage principal, n'est plus à présent policier, mais directeur de la Special Branch.
    La plongée dans ce véritable sac de noeuds de l'Europe à la veille de la première guerre mondiale est captivante.
    Mais alors la traduction ! Car je suppose que c'est un problème de traduction : certains paragraphes doivent être relus pour être compréhensibles, tant ils sont incohérents ! L'éditeur fait-il appel à un traducteur automatique ? La question peut se poser ... !
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          1 2         Page de la critique

  • Par clude_stas, le 19 juillet 2013

    clude_stas
    Sur la couverture, il est écrit "Grands Détectives", c'est mensonger ! Nous devrions y lire plutôt "Grands Diplomates", "Grande Vacuité" ou pire "Petits Bourgeois"... L'intrigue policière est nettement un prétexte pour décrire (une fois de plus) la société victorienne, en 1896 dans ce livre. Cela a déjà été fait ailleurs, par d'autres et en bien meilleure façon. Soit Anne Perry change son fusil d'épaule, soit elle arrête définitivement la série des "Pitt".
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Domichel, le 08 juillet 2013

    Domichel
    Où l'on se rend compte que pour Charlotte et Thomas Pitt, la Special Branch dans laquelle il a été muté et dont il est devenu le directeur, ne simplifie pas son travail, même si Charlotte aimerait lui venir en aide. Pas facile de se débrouiller tout seul et sur qui peut-on compter ?…
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique

> voir toutes (4)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par Cath36, le 10 avril 2012

    L'Allemagne teutonne ronge son frein face à sa propre puissance. Lorsque Bismarck a déclaré vouloir attacher la frégate prussienne, légère et fringante, au vieux galion autrichien rongé par les vers, nous n'y avons pas prêté suffisamment attention. Ils sont dangereux et de plus en plus impatients. Ses jeunes lions attendent de triompher des anciens. Toutefois, le véritable danger est ailleurs. L'Autriche est le lieuoù tous les intérêts convergent en toute sécurité. Qu'on l'enlève, et il n'y a plus d'espace neutre.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la citation

  • Par Cath36, le 10 avril 2012

    Chaque passé comportait-il sa part de honte ? Chacun d'entre nous avait-il des moments qu'il ou elle aurait voulu revivre en se conduisant mieux cette fois ?

    Commenter     J’apprécie          0 12         Page de la citation

  • Par Netherfield, le 18 janvier 2012

    Personne ne laisserait une pareille chose se produire, dit-il sobrement.Vous êtes en train de suggérer qu'un seul acte de violence dans les Balkans pourrait donner lieu à une conflagration qui mettrait le monde entier à feu et à sang. C'est ridicule.

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la citation

  • Par Cath36, le 10 avril 2012

    Il eut un rictus dédaigneux qu'il ne prit pas la peine de cacher.
    -J'ai l'impression que vous avez perdu votre sang-froid, mon brave ! continua-t-il. On vous a promu au-dessus de vos capacités. Je l'ai dit à Narraway à l'époque. Vous êtes un excellent second -le meilleur, je vous l'accorde. Mais vous n'êtes pas né pour commander, on ne vous a pas élevé pour cela !

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation







Sur Amazon
à partir de :
7,39 € (neuf)
3,90 € (occasion)

   

Faire découvrir Dorchester terrace par :

  • Mail
  • Blog

Découvrez les éditions 10-18

> voir plus

Quiz