Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2264032987
Éditeur : 10-18 (2001)


Note moyenne : 3.71/5 (sur 70 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Ellis Peters, " La bénédictine du thriller " comme surnnomée François Rivière, nous entraîne, une fois encore, dans son tumultueux Moyen Age. Un lynchage se prépare. Frère Cadfael, ce commissaire Maigret entré dans les ordres, reussira- t-il à sauver le frêle baladin so... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (6)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 3.00/5
    Par Crazynath, le 28 avril 2014

    Crazynath
    Cette enquête de frère Cadfael commence de façon fracassante . En plein office, un jeune jongleur poursuivi par une populace prête à faire justice de façon expéditive, se refugie dans l'abbaye. Il est accusé d'avoir agressé et volé un orfèvre de la ville toute proche. Cette agression sera suivie par un meurtre et la tension va aller crescendo jusqu'à ce que Cadfael découvre tous les tenants et aboutissants de cette histoire. Un bon cru , mais pas le meilleur de cette série selon moi .
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 13         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par smart69430, le 26 août 2014

    smart69430
    Nous entrons dans ce roman policier d’Ellis PETERS en fracassant la porte de l’Abbaye où les religieux étaient en plein office en cette période d’après Pâques de l’an 1140 afin de nous y réfugier en compagnie de Liliwin, jeune et fragile saltimbanque, pourchassé d’un groupe de personnes déterminées à lui infliger une condamnation avant même de l’avoir fait juger pour un vol avec violences sur le sieur Walter AURIFABER, lequel exerçait la profession d’orfèvre, d’où l’agression et le vol.
    Nous découvrirons alors cette famille AURIFABER, constitué du père Walter qui mariait son fils Daniel à Marjorie BELE, où les services de Liliwin, pour l’occasion, ont été requis par Suzanne, sœur de Daniel, l’ensemble sous la coupe de la Grand-Mère Juliana ayant dirigé tout ce petit monde de tout temps puisque la femme de Walter décéda peu après la naissance de son fils Daniel. Une très jeune servante Rannilt, ainsi qu'un certain Iestyn travaillaient également au sein de cette famille.
    Liliwin se trouvera donc protégé au sein de ces murs pendant 40 jours, durée que Frère Cadfael et le Shérif Hugh, son ami, mettront à profit pour résoudre cette enquête de vol avec violences, puis de meurtre, puisqu’un voisin de la famille AURIFABER, qui semblait connaître beaucoup de choses sur nombre de personnes, sera retrouvé mort dans la rivière.
    E. PETERS, comme à son habitude, par son style rigoureux et précis, guidera ses personnages, avec zèle et soif de justice, afin que celle-ci éclate au grand jour disculpant les innocents et permette de punir les réels coupables.
    Mais comme de coutume avec Ellis PETERS, la personnalité du coupable reste toujours surprenante et titille jusqu'à la dernière page notre curiosité.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par Aidi60, le 21 mai 2013

    Aidi60
    Angleterre, printemps 1140.
    Le pays est en pleine anarchie suite aux luttes acharnées et sanglantes pour le trône entre l'impératrice Mathilde et Etienne de Blois.
    Dans ce tumulte, la paisible ville de Shrewsbury qui jouit d'une administration et d'un conseil municipal reconnus pour leur bon sens et leur équité va voir sa tranquillité mise à mal.
    Alors que l'on célèbre comme il se doit les noces de Daniel Aurifaber, fils de l'orfèvre de la bourgade, avec la douce Marjorie Bèle, la soeur de celui ci fait une terrible découverte.
    Leur père git le crâne en sang au coté de son coffre pillé.
    Qui a t-il pu faire cela?
    Ne serait ce pas ce jeune artiste dégingandé sans le sous?
    Engagé pour la soirée, l'énigmatique saxon a été froidement remercié plus tôt . Après avoir essayé de plaider vainement sa cause il a mystérieusement disparu...
    Grisé par l'alcool et l'excitation il n'en faut pas plus aux convives pour crier vengeance et pourchasser l'intrus au coeur de la nuit.
    Le jeune baladin affolé et acculé trouve refuge à l'abbaye de la ville.
    En demandant asile, il bénéficie d'un sursis de quarante jours avant d'étre livré à la justice des hommes.
    Frère Cadfaël, membre de la congrégation, au talent certain pour sonder les ressorts de l'âme humaine, ému par le frêle fuyard, entend bien dénouer ce canevas.
    Ce funeste décompte suffira-t -il au fin limier en robe de bure pour mener à bien son enquête et tenter de sauver un éventuel innocent de la vindicte populaire et du pilori?
    J'ai vraiment beaucoup apprécié ce roman.
    Il est plaisant de suivre ce Cadfaël qui est sympathique, parfois drôle et toujours plein de sagesse. Bien loin de l'image austère et rigoriste des moines de cette période. Il est plus enclin à aidé la justice des hommes qu'à prêcher la justice de Dieu.
    On est bien loin des intrigues ponctuées par d'incessant rebondissements et c'est tant mieux.
    Il est parfois bien agréable de voir se démêler une intrigue au fil relaxant des offices.
    Je compte bien poursuivre dans ma lancée et découvrir prochainement une nouvelle enquête.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par maltese, le 09 avril 2013

    maltese
    Alors que les membres de l'abbaye de Shrewsbury sont rassemblés pour la prière du soir, un jeune homme fait irruption dans la chapelle, talonné par une foule prête à le lyncher.
    L'intrus, prénommé Liliwin, saltimbanque recruté pour un mariage, est venu chercher refuge car on le soupçonne de vol et d'agression.
    Il sera effectivement mis à l'abri de ses accusateurs mais dispose de 40 jours avant d'être remis entre les mains de la justice séculière.
    Cadfaël va prendre le jeune garçon sous sa protection et aidera comme à son habitude à démêler le vrai du faux dans cette histoire où le bouc émissaire semble facilement trouvé.
    Un roman qui ne dénote pas du reste de la série, et dans lequel Ellis Peters met en parallèle deux histoires d'amour vécues de manière cachée mais avec une passion toute différente.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par mireille.lefustec, le 25 août 2012

    mireille.lefustec
    Lecture plaisante,délassante. Une première pour moi. J'avais bien aimé la série des Cadfael qui passait à la télé.

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la critique

> voir toutes (6)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par mireille.lefustec, le 25 août 2012

    La meute entrait à flots à présent;ily avait environ un quart des habitants de la ville,pas le meilleur,ni le pire non plus d'ailleurs... Le vin ou l'excitation,ou les deux,les avaient mis hors d'eux-mêmes,et ils voulaient du sang,celui-là même qui rendait le carrelage glissant.

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la citation

  • Par Crazynath, le 28 avril 2014

    Elle considérait que les dons qu'elle faisait à l'abbaye lui valaient tous les soins médicaux qu'elle recevait en ce bas monde, et l'acquisition de la sainteté dans l'autre.

    Commenter     J’apprécie          0 7         Page de la citation

  • Par Mafrano, le 27 avril 2013

    Dame Juliana : "Sa longue vie, plus longue que celle d'une femme ordinaire, traînait derrière elle, comme une longue robe de mariée sur les épaules d'une jeune épousée, la ralentissant par son poids, et rendant sa démarche pénible."

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la citation

  • Par smart69430, le 26 août 2014

    Le jeune homme la fixa, bouche bée, tout rouge, incrédule et plein de joie, posa sans regarder l'étrange instrument sur le banc à côté de lui, et se leva lentement, prudemment, avec des mouvements presque subreptices, comme si un geste inconsidéré pouvait la dissoudre dans la lumière, et la faire disparaître comme la brume du matin.

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation

  • Par Aidi60, le 06 février 2013

    Il se pencha sur l'étranger frissonnant, partagé entre la fascination qu'il éprouvait à regarder un meurtrier de près, et la surprise apitoyée en voyant un être humain si misérable là où il attendait un monstre.

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la citation

> voir toutes (4)

Videos de Ellis Peters

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Ellis Peters

Philip Kerr wins The CWA Ellis Peters Historical Crime Award 2009.








Sur Amazon
à partir de :

5,81 € (occasion)

   

Faire découvrir Le Moineau du sanctuaire par :

  • Mail
  • Blog

Découvrez les éditions 10-18

> voir plus

Lecteurs (177)

> voir plus

Quiz