AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Bernard Piettre (Éditeur scientifique)Renée Koch (Éditeur scientifique)
ISBN : 2253141828
Éditeur : Le Livre de Poche (01/06/1997)
  Existe en édition audio

Note moyenne : 3.78/5 (sur 242 notes)
Résumé :
On accuse Socrate de corrompre, par son art du dialogue, la jeunesse athénienne. On lui reproche de détourner les jeunes gens des opinions communes et de mettre ainsi en question les pouvoirs traditionnels. Platon raconte dans son Apologie le procès au terme duquel son maître fut condamné à mort. Il rapporte la manière dont celui-ci, refusant de recourir au service d'un professionnel de la persuasion, prit en main lui-même sa... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (16) Voir plus Ajouter une critique
dgwickert
09 mars 2017
★★★★★
★★★★★
Extraordinaire ! Platon retranscrit le procès de Socrate à Athènes en -399, pour corruption de jeunes gens, négation des dieux et invention d'autres dieux. Au cours de sa défense maïeutique, Socrate confond Mélétos, son accusateur.
Pourquoi est ce extraordinaire ? Parce que c'est simple, magistral, et universel dans le temps et dans l'espace, toujours valable, partout : c'est la caractéristique des grandes oeuvres.
Comme Jésus et les Anges, Socrate entend des voix : les dieux lui demandent de trouver des savants : mais tous ceux avec qui il discute savent peu de choses sur eux mêmes, sur la vertu et la façon de bien se conduire. Il est le taon qui pique là où ça fait mal !
Et les hommes, fiers, orgueilleux et plus préoccupés de richesses et de réputation que de Bien, ou de vertu, sont agacés par cet homme qui dit des vérités, qui essaye d'éveiller leur conscience : il leur pose un problème. Alors ils trouvent des chefs d'accusation.
Au procès, Socrate se bat contre des ombres, des rumeurs, des calomnies, et seul parmi ses accusateurs, Mélétos ose se nommer
Socrate montre que Mélétos se contredit.
Bien que son sort soit peu enviable, Socrate donne des leçons de vie, toujours optimiste. La fin est superbe !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          458
cicou45
29 août 2011
★★★★★
★★★★★
Bien que la Philo n'est pas été mon fort lors de mon année de Terminale, j'ai appris à aimer cette matière que bien des années olus tard, grpace à mes lectures et aux conseils de certains de mesa amis.
Platon rapporte ici les plaidoyer de Socrate que celiui-ci apporta non seulement devant ses juges mais aussi devant toute la cité d'Athènes. Celui-ci est divisé en trois parties, répondant ainsi aux trois chefs d(accusation déposés contre lui, à savoir la corruption de la jeunesse, l'impiété en enfin l'introdnisation de nouvelles divinités dans la cité d'Athènes. Bien que superbe, ce plaidoyer resta néanmoins sans effet devant la cour d'accusation, impitoyable, qui condamna Socrate à mort.
Magnifique discrours entre l'accusation et l'accusé. Relativement facile d'accès, ce court ouvrage réprésente une superbe introduction à la philosophie grecque !
Commenter  J’apprécie          424
Toshia
18 septembre 2014
★★★★★
★★★★★
L'« Apologie de Socrate » de Platon est un incontournable, dommage que l'on ne l'étudie pas en philosophie (ça donnerait tout son sens à la philosophie) !
Pourquoi l'étudier, tout d'abord pour le personnage historique de Socrate. Il était philosophe : il aimait la sagesse. Il poursuivait la vérité. Et pour y arriver, il posait les questions qu'il fallait (parfois fâcheuses et gênantes, mais nécessaires pour tendre vers la vérité…) à l'égard de ses interlocuteurs. En même temps, il ne se mettait pas sur un piédestal : il était l'un des rares à admettre qu'il ne savait rien... Et pourtant, avec cette posture, il était considéré comme le plus sage de son époque. Ce livre est l'un des seuls à nous présenter ce personnage presque mythique tant on en sait peu de lui. Mais en même temps, son discours prononcé devant ses accusateurs et ses juges est un tel condensé, que l'on apprend beaucoup de lui. Ainsi, à travers ce témoignage laissé par Platon, son élève, on parvient à approcher furtivement, mais ô combien profondément, ce beau personnage, admirable, que devait être Socrate.
C'est aussi pour cette raison que cet ouvrage constitue une énorme richesse d'enseignements pour la postérité, nous compris dedans. Tout du long de son discours, divers points sont mentionnés par Socrate : une question sur le fonctionnement de la justice par ci, une question de politique par là. Et voici qu'on parle de l'opinion publique qui est manipulable par quelques bels orateurs convaincants. D'une certaine manière, ce discours est remarquable par sa pertinence à tout niveau. Il peut toujours servir de référence de nos jours.
Un constat final : c'est en ayant entre nos mains un tel bouquin, relatant le discours même d'un grand ami de la sagesse, que l'on perçoit combien les livres peuvent être précieux !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
rabanne
20 janvier 2016
★★★★★
★★★★★
Oeuvre majeure de l'antiquité étudiée au lycée en cours de philo. Je me souviens qu'on l'avait disséquée chapitre par chapitre, phrase par phrase.
Platon, fervent disciple de Socrate, retranscrit le déroulement du procès de son maître, celui qui le condamna à mort, à boire du poison, la cigüe.
C'est le combat entre le pouvoir (politique) contre la sagesse (philosophie). Socrate, précurseur d'idées nouvelles et dérangeantes, en ce IVème siècle av. J-C, répond devant la cité d'Athènes à ses détracteurs, qui l'accusent de corruption morale et d'impiété...
Le plaidoyer de Socrate n'est pas écrit dans une langue très abordable, mais sa portée philosophique et humaniste en fait un texte essentiel. Cette apologie nous positionne au coeur du débat universel, sur la justice et l'injustice, la liberté de pensée et d'expression, la sagesse et la spiritualité, le doute et la raison, la communauté et l'individu (...)
Commenter  J’apprécie          163
Samousse
16 septembre 2014
★★★★★
★★★★★
Un très court texte qui présente la défense de Socrate lors de son procès en 399 avant JC (du moins selon Platon, car il existe une apologie de Socrate par Xénophon, autre disciple). On l'accusait en effet d'impiété et de corrompre la jeunesse. Socrate détruit ces accusations, en montrant que si on veut l'éliminer, c'est parce qu'il dérange.
Cette lecture est une très bonne manière de s'initier à la philosophie et de se familiariser avec les idées de Socrate et de Platon: la distinction entre dialectique et rhétorique, philosophe et orateur (celui qui recherche la vérité d'un côté et celui qui cherche à éblouir par des discours de l'autre), la définition de ce qu'est un philosophe et de ce qu'est la philosophie, la personnalité de Socrate et sa fameuse ironie, sa conception de la mort qui ne saurait être un mal, car soit elle consiste en une absence de sensation, soit elle est un passage vers un autre monde dont un homme vertueux ne peut rien avoir à craindre.
"Je sais que je ne sais rien" voilà le paradoxe qui peut résumer la position de Socrate, et qu'on trouve en substance dans l'Apologie.
L'introduction de l'édition bilingue des belles lettres (collection "classiques en poche" est très éclairante.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Citations & extraits (21) Voir plus Ajouter une citation
peloignonpeloignon22 février 2013
Quelle impression mes accusateurs ont faite sur vous, Athéniens, je l’ignore. Pour moi, en les écoutant, j’ai presque oublié qui je suis, tant leurs discours étaient persuasifs. Et cependant, je puis l’assurer, ils n’ont pas dit un seul mot de vrai.
Commenter  J’apprécie          760
Karine-13Karine-1326 janvier 2012
« Je suis plus sage que cet homme-là. Il se peut qu’aucun de nous deux ne sache rien de beau ni de bon ; mais lui croit savoir quelque chose, alors qu’il ne sait rien, tandis que moi, si je ne sais pas, je ne crois pas non plus savoir. Il me semble donc que je suis un peu plus sage que lui par le fait même que ce que je ne sais pas, je ne pense pas non plus le savoir. »
Commenter  J’apprécie          290
dgwickertdgwickert09 mars 2017
N'as tu pas honte, de te soucier de la façon d'augmenter le plus possible richesses, réputation et honneurs, alors que tu n'as aucun souci de la pensée, de la vérité, et de l'amélioration de ton âme.

NDL : Spinoza (et sûrement d'autres) reprennent exactement les mêmes thèmes, plusieurs siècles après.
Commenter  J’apprécie          304
LunasiriusLunasirius12 janvier 2011
Qu'est-ce qu'en effet, juges, que craindre la mort, sinon s'attribuer un savoir qu'on n'a point ? N'est-ce pas s'imaginer que l'on sait ce qu'on ignore ? Car, enfin, personne ne sait ce qu'est la mort, ni si elle n'est pas par hasard pour l'homme le plus grand des biens. Et, pourtant, on la craint, comme si l'on savait qu'elle est le plus des maux. Comment ne serait-ce pas là cette ignorance vraiment répréhensible, qui consiste à croire que l'on sait ce qu'on ne sait pas ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
wiggybiswiggybis12 juin 2014
Mais attention, citoyens, il est moins difficile d'échapper à la mort qu'à la méchanceté. Aussi maintenant, lent et vieux comme je suis, ai-je été rattrapé par le plus lent des deux maux, tandis que mes accusateurs, qui sont vigoureux et agiles, l'ont été par le plus rapide, la méchanceté.
Commenter  J’apprécie          130
Dans la catégorie : PlatonismeVoir plus
>Philosophie et disciplines connexes>Philosophie antique, médiévale, orientale>Platonisme (59)
autres livres classés : philosophieVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Philo pour tous

Jostein Gaarder fut au hit-parade des écrits philosophiques rendus accessibles au plus grand nombre avec un livre paru en 1995. Lequel?

Les Mystères de la patience
Le Monde de Sophie
Maya
Vita brevis

10 questions
219 lecteurs ont répondu
Thèmes : spiritualité , philosophieCréer un quiz sur ce livre
. .