AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Mayalen Goust (Illustrateur)
ISBN : 2081633817
Éditeur : Pere Castor (2007)

Note moyenne : 4.43/5 (sur 23 notes)
Résumé :
Chaque jour, de bon matin,
Célestin s'en va sur les chemins.
À grandes enjambées, il s'en va ramasser
les petits riens, les gros chagrins.
Mais il faut s'en débarrasser
et les faire s'envoler...
Alors, chaque jour, de bon matin,
Célestin se transforme en magicien !
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
milamirage
23 décembre 2013
  • 5/ 5
Qui est cet homme au long manteau coloré qui porte sur son dos un gros sac ? Qui est cet homme qui, chaque jour, de bon matin s’en va sur les chemins pour ramasser les petits soucis, les petits riens, les gros bobos, les gros chagrins ? C’est Célestin qui de la pointe de son bâton de bois pique les mouchoirs à pois, à trous, à rayures, à fleurs, à carreaux, de toutes les couleurs… C’est Célestin, le ramasseur de chagrins.
Mon avis : On en a tant besoin d’album comme celui-ci, un véritable petit bijou et un énorme coup de cœur pour moi ! La belle histoire de Célestin nous est contée comme un poème, avec ses vers et ses rimes qui lui offrent une douce musicalité qui devrait ravir mes petits auditeurs lors d’une animation classe. Les chagrins et misères que Célestin collecte afin de soulager un peu ceux qu’ils frappent sont symbolisés par des mouchoirs en tous genres. Mais il n’est pas si facile de compatir à toutes les peines du monde et notre petit ramasseur de chagrins l’apprendra à ses dépends et devra trouver une idée pour ne pas sombrer à son tour sous le poids de cette lourde charge. Le récit est délicieusement magnifié par les illustrations de Mayalen Goust que je découvre ici avec délice. Tout y est empreint de douceur et de poésie ; le trait se présente tout en finesse, comme aérien ; les teintes choisies, très révélatrices des émotions évoquées, se marient avec délicatesse et jouent harmonieusement avec les effets d’ombre et de lumière. Bercé par le récit, littéralement emporté par le dessin dans l’univers de Célestin, il se produit alors quelque chose de magique… au fil des mots, une image, un visage se détache, rassurant et réconfortant… celle de notre propre Célestin, celle de la personne – ou, pour les chanceux, des personnes – qui joue ce rôle à nos côtés, parfois même sans s’en rendre compte. Alors on a envie de leur offrir cet ouvrage, quelque soit leur âge, juste pour leur dire, juste pour leur murmurer, presque sans en avoir l’air :
« Merci d’être là, tel que tu es avec moi… »…
Public : A partir de quatre – cinq ans mais sans autre limite d’âge.
L’illustratrice, Mayalen Goust n’ayant ni site, ni blog, je vous recommande d’effectuer une recherche d’images sur Google en utilisant son nom pour pouvoir avoir un aperçu de son univers graphique.
Lien : http://noslivresnosemotions...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270
isabiblio
24 novembre 2012
  • 4/ 5
Tous les matins, à grandes enjambées, Célestin s'en va sur les chemins ramasser avec la pointe de son bâton de bois : « les petits soucis, les petits riens, les gros bobos, les gros chagrins… » Toutes ces petites misères n'en finissent pas de s'entasser dans sa maison, du sol au plafond. de jour en jour, cela devient de plus en plus lourd à porter cela l'attriste profondément. Il prend donc la décision de s'en débarrasser, comment donc ? Pourquoi pas en les lavant ! Ainsi les mouchoirs goutte à goutte s'égouttent, quand un petit vent magicien souffle jusqu'à les décrocher, les transformant en de jolis papillons. Un album tendre pour se réconcilier avec ses petits chagrins, illustré tout en rondeur et en légèreté, dans des couleurs pastel qui donnent immanquablement le sourire.
Commenter  J’apprécie          170
Lali
24 décembre 2015
  • 5/ 5
Je ne sais plus pourquoi j'avais noté le titre de cet album dans mon carnet où je note les titres des livres que je me dois de lire. L'avais-je feuilleté dans une librairie ou une bibliothèque? Avais-je lu une critique d'une lectrice emballée? Je n'en ai pas la moindre idée. Mais une chose est certaine : j'ai bien fait de noter ce titre. Célestin le ramasseur du petit matin est un petit bijou.
Ce n'est pas rien de partir de bon matin, jour après jour, armé d'un sac et d'un bâton afin de ramasser les mouchoirs souillés de larmes afin que disparaissent ainsi les gros bobos et les chagrins. Mais vient un jour où, à force d'emmagasiner chez lui toute cette tristesse, Célestin se met à pleurer. À pleurer, à ne plus cesser de pleurer. Vivre avec les traces de l'humanité souffrante a fini par avoir raison de lui.
Mais que faire? Comment retrouver le bonheur de cueillir à nouveau tous ces mouchoirs de toutes les couleurs afin d'effacer les chagrins sans pour autant se voir enseveli sous le poids de tous ces petits riens et ces gros bobos? Mais en lavant les mouchoirs, bien sûr! Et pas question que je vous en dise plus. La fin est trop jolie pour la gâcher en la dévoilant.
Mayalen Goust, dont on ne sait pratiquement rien, sinon qu'elle vit à Rennes, s'est appliquée. le texte de Sylvie Poillevé, déjà plein de musique et de poésie, prend son envol grâce à ses illustrations.
Le résultat est un album essentiel à toute bibliothèque pour enfants. Et peut-être même à celle de certains grands. Je parle en connaissance de cause. J'ai en effet lu l'album à un « plus tout jeune » qui a commencé par être tout à fait sceptique, se demandant bien quelle était cette nouvelle lubie de ma part. Jusqu'à ce qu'il se laisse prendre par l'histoire. Puis séduire par les images. Et qu'il en oublie le poids sur ses propres épaules.
Lien : http://lalitoutsimplement.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          61
Livresse_des_Mots
13 avril 2013
  • 4/ 5
Célestin, muni de son long manteau coloré, de son bâton et de son sac, parcourt les chemins, à la recherche de chagrins, de soucis, de malheurs à ramasser afin d'alléger et d'embellir le monde. A l'aide de son bâton, il pique et ramasse des mouchoirs de toutes sortes, mouillés, imbibés de larmes. Puis lorsqu'il a terminé, il range tous ces sacs de misère dans sa maison, la remplissant ainsi du sol au plafond. Mais à force d'accomplir sa morne tâche, de s'entourer des chagrins et de la tristesse du monde, un nuage gris s'installe durablement en Célestin, et enfle jusqu'à devenir un gros nuage noir dont il ne parvient pas à se débarrasser. Accablé, il va devoir trouver une solution pour ne pas sombrer dans le désespoir. Remettre les mouchoirs en liberté ? Pas question ! Alors, une idée germe… Pourquoi ne pas les laver ? Alors, tandis qu'ils sèchent, le vent les emporte et les transforme en… jolis papillons !
Le texte de Sylvie Poillevé est poétique ; il éveille l'imaginaire et stimule l'esprit des petits. Cet album aux couleurs vives est, comme toujours, magnifiquement illustré par Mayalen Goust (que je ne présente plus), qui fait, une fois de plus, preuve d'un grand talent. Au départ, les illustrations sont chatoyantes et chaudes, puis deviennent plus sombres, plus grises au fur et à mesure que Célestin s'enfonce dans la déprime. Pour finalement retrouver leur éclat à la fin de l'album, une fois Célestin débarrassé de sa tristesse.
C'est un album magique et harmonieux qui apprend à gérer les chagrins ! Dans des tonalités essentiellement chaleureuses (dominantes Jaune, Orange, Rouge…), cet album est une fable poétique qui illustre la quête du bonheur et la joie de vivre. Il efface les chagrins et rend le sourire, aux petits comme aux grands !
Lien : http://www.livressedesmots.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
MlleJulie
06 octobre 2013
  • 4/ 5
Magnifique petit conte que celui de Célestin,ramasseur du petit matin,ramasseur de chagrin.Car oui,c'est ce qu'il fait Célestin,il ramasse les chagrins des gens,les mouchoirs,de toutes les couleurs. Mais où entreposer tous ces chagrins?
Commenter  J’apprécie          70
Citations & extraits (5) Ajouter une citation
Moussaron32Moussaron3223 mars 2015
Où va-t-il les mettre ? En levant ses yeux vers la fenêtre, il lui vient soudain une idée : il va les laver !
Poc ! Poc ! Poc ! Ainsi font, font, font, les bulles de savon autour des chagrins, qui, dans la bassine, ont vraiment mauvaise mine.
Dans l’immense champ devant la maison, sur des cordes à linge qui disparaissent à l’horizon, le cœur rempli de joie, Célestin étend les mouchoirs à pois , à trous, à rayures, à fleurs, à carreaux, de toutes les couleurs. Les mouchoirs qui, goutte à goutte, s’égouttent…
Quand enfin il a terminé, il s’assoit, le cœur léger. C’est alors qu’un petit vent magicien se met à souffler, souffler si fort que, un à un, les mouchoirs se décrochent et s’envolent dans une ronde folle ! Il souffle encore et encore, ce petit vent polisson, et chagrins à pois, à trous, à rayures, à fleurs, à carreaux, de toutes les couleurs… se transforment en papillons !
Ces jolies petites bêtes à bonheur volent, volettent autour de Célestin ; qui, joyeusement, repart sur les chemins pour ramasser les petits soucis, les petits riens, les gros bobos, les gros chagrins
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
milamiragemilamirage18 décembre 2013
Mais, de jour en jour,
le nuage gris est plus gros, plus lourd.
De jour en jour en jour, à chacun de ses pas,
Célestin est de plus en plus courbé,
comme si son sac était trop lourd à porter.
Un matin, en ramassant un chagrin à pois,
il se met lui aussi à pleurer, pleurer,
sans pouvoir s'arrêter.
Commenter  J’apprécie          150
Moussaron32Moussaron3223 mars 2015
Qui est cet homme au long manteau coloré, portant sur son dos un sac qui semble flotté ?
Qui est cet homme si grand, si fin, si léger, qui, au vent semble se balancer ? C’est Célestin, le ramasseur de chagrins
Chaque jour, de bon matin, il s'en va sur les chemins.
A grandes enjambées, il s'en va pour ramasser; les petits soucis, les petits riens, les gros bobos, les gros chagrins.
Avec la pointe de son bâton de bois, il pique les mouchoirs à pois, à trous, à rayures, à fleurs, à carreaux, de toutes les couleurs…
Il pique les mouchoirs abandonnés, les mouchoirs encore mouillés par les petits et grands malheurs. Puis, quand son sac est rempli, il rentre chez lui, fier d’avoir débarrassés la terre de toutes ces misères.
Depuis des années, dans sa grande maison, Célestin empile les sacs, du sol au plafond. Pourtant, il ne sait pas pourquoi, mais un nuage gris s’installe petit à petit tout au fond de lui
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Moussaron32Moussaron3223 mars 2015
Célestin se dit que ça va passer ! Alors il continue à ramasser les petits soucis, les petits riens, les gros bobos, les gros chagrins.
Mais, de jour en jour, le nuage gris est plus gros, plus lourd.
De jour en jour en jour, à chacun de ses pas, Célestin est de plus en plus courbé, comme si son sac était trop lourd à porter. Un matin, en ramassant un chagrin à pois, il se met lui aussi à pleurer, pleurer, sans pouvoir s’arrêter.
De toute cette pluie de larmes, toute cette pluie de son nuage gris, Célestin la laisse couler dans ses mouchoirs à rayures, à fleurs ; il l’enferme dans des mouchoirs à carreaux, de toutes les couleurs..Mais rien à faire, rien ne l’arrête.. Célestin pleure
Une fois chez lui, il réfléchit, un jour, une nuit, et encore un jour, une nuit… Au petit matin, il comprend enfin que tous ses chagrins empilés dans cette maison, du sol au plafond, finissent par le rendre triste, terriblement triste.
Il prend alors une grande décision : ces chagrins, il doit s’en débarrasser ! Mais comment faire ? Impossible de les remettre sur la terre ! Ils pourraient repousser, comme des herbes à poison, et les gens seraient encore plus tristes ! Ah ça pas non ! Pas question !
Célestin réfléchit, tourne en rond, se met à ouvrir un sac,
puis deux, puis quatre ! Les yeux encore tout mouillés,
il commence à déplier les petits soucis, les petits riens,
les gros bobos, les gros chagrins
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
MlleJulieMlleJulie06 octobre 2013
Chaque jour,de bon matin,
il s'en va sur les chemins.
A grande enjambées,
il s'en va pour ramasser;
les petits soucis,les petits riens,
les gros bobos,les gros chagrins.
Commenter  J’apprécie          20
Video de Sylvie Poillevé (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Sylvie Poillevé
Petit film d'animation réalisé en "stop Motion" avec des élèves de Grande Section, à partir de l'album "Le plus féroce des loups" de Sylvie Poillevé et Olivier Tallec (Editions Flammarion).
autres livres classés : chagrinVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Les premières phrases de romans célèbres

Longtemps, je me suis couché de bonne heure.

Le portrait de Dorian Gray, Oscar Wilde
Du côté de chez Swann, Marcel Proust
La chartreuse de Parme, Stendhal
L' Education sentimentale, Flaubert

20 questions
108 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur ce livre