Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2070784746
Éditeur : Gallimard (2007)


Note moyenne : 3.8/5 (sur 10 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Celle qui échappe, celle qui s'accroche, les passantes, les étrangères, les séductrices, les séduisantes, Nausicaa, la Gradiva, Mademoiselle Albertine, Madame de S., la femme de Putiphar, Lady Chatterley, la sultane, la recluse, l'éplorée, l'inconnue. Passions dévorante... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

Critiques, analyses et avis (5)

> Ajouter une critique

    • Livres 4.00/5
    Par meyeleb, le 13 mai 2012

    meyeleb
    Elles sont au coeur de chacun des petits récits de Pontalis. Comme autant de questions qui se nouent autour du grand mystère. Désirées, parfois aimées, souvent perdues. Elles traversent la vie ou la fiction littéraire. Traces d'Elles dans la mémoire. On se plaît à suivre l'auteur dans ces évocations, facettes multiformes, parfois fantasmées, qui donnent sens au mot « femme ». Comme une longue confidence, l'aveu d'une fascination qui ne peut laisser indifférent.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 11         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par erellwen, le 12 avril 2010

    erellwen
    Un petit bijou... c'est ainsi que je me suis figuré ce livre.
    L'auteur est un homme au soir de sa vie: un homme qui au cours de sa vie a croisé, rencontré de nombreuses femmes, et dont une des activités principales était de longuement écouter d'autres êtres humains dérouler le fil de leur vie, de leurs déserts, de leurs passions, et de tenter d'en dégager un sens latent...
    Cet homme, d'un court récit à l'autre, évoque les femmes qui ont laissé une empreinte durable dans sa mémoire, ou dans celle de l'humanité (Calypso, Antigone..), ou d'hommes plus ou moins illustres (P Valéry, Freud, des analysants).
    Ce qui m'est apparu très nettement à la lecture de ce livre, c'est que j'aurais énormément aimé connaître Jean-Bertrand Pontalis. Car on peut lui adresser les qualités qu'il dépeint être celles de son "vieux professeur": un homme bon sans aucun doute, suffisament dégagé des illusions pour considérer "que le seul fait de naître était une chance et que celui de mourir n'était pas un drame". Cet homme aimait les femmes et cet amour était comme un émerveillement et une ouverture perpétuels au mystère de la vie.
    Ce livre donne envie d'aimer les femmes, d'aimer les hommes qui les aiment, d'aimer la vie, formidable terreau où peuvent naître les rencontres fécondes.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par aaahhh, le 16 août 2012

    aaahhh
    Un peu désordre, un peu brouillon, elle part dans tous les sens cette grande déclaration d'amour de Pontalis à toutes les femmes de sa vie... Un peu comme l'amour lui-même quoi, et un peu comme la psychanalyse aussi... Car le grand théoricien semble se laisser aller à l'association libre dans son épanchement affectif, et si il y a sans doute un sens dans les thèmes choisis et dans leur ordonnance, celui-ci est éminemment intime et je n'ai pas pu mettre le doigt dessus.
    Original, tendre et passionné, "Elles" est un très joli recueil d'amour que j'ai pris plaisir à lire, même si le désordre apparent des idées m'a parfois un peu embrouillée...
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la critique

  • Par sylvie, le 26 octobre 2009

    sylvie
    Ce recueil de 40 récits forme une belle "autographie", mot inventé par l'auteur.
    J.-B. Pontalis s'écrit pour nous écrire et il le fait avec finesse, élégance, talent, sincérité, humour et profondeur.
    Vous aurez compris que ces textes, ce texte ? m'a beaucoup plu.
    L'auteur continue son œuvre un peu l'air de rien, tout délicatement, et nous propose une fois encore un livre hybride, un objet littéraire non identifié comme je les aime.
    Il s'agit ici de l'amour, du désir, du plaisir, de la passion, de la perte, de l'abandon, de la jalousie... le tout se conjugue avec une femme, des femmes, qui se succèdent au fil des textes et ne se ressemblent pas.
    Il y a celles qui l'ont ému sur l'écran du cinéma, celles dont la nudité l'ont troublé dans des tableaux de maîtres, celles qu'il a croisées et aimées dans la littérature, celles dont il a partagé des moments de vie de couple, heureux et malheureux, celles dont il a rêvé...
    Toutes ces figures réelles et imaginaires se nourrissent et se mêlent pour nous porter tranquillement vers l'image plurielle d'une vie amoureuse.
    L'intime d'une vie d'amour donné à lire avec autant d'honnêteté et de pudeur, de sensibilité et de maîtrise du récit, c'est épatant, tout bêtement.
    Un livre qui touche à l'universel en toute simplicité, ça m'impressionne énormément !
    Des liens sur le blog

    Lien : http://sylvie-lectures.blogspot.com/2009/10/elles-j-b-pontalis.html
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la critique

    • Livres 2.00/5
    Par AmandineMM, le 12 août 2011

    AmandineMM
    Très différent de ce à quoi je m'attendais et un peu décevant. La quatrième de couverture m'avait laissé présager un recueil de nouvelles, de courts récits, mais il s'agit d'un ensemble de textes assez disparates: au début, des énumérations d'actrices ou de personnages féminins de roman qui l'ont marqué, puis une série de petites histoires - d'amour heureux ou malheureux, souvent - à la première ou à la troisième personne du singulier. Celles-ci ont une dimension autobiographique assez forte que je n'ai pas appréciée, de même que le ton très "psychanalytique" que j'ai parfois cru percevoir.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la critique

> voir toutes (12)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par erellwen, le 10 avril 2010

    Quel bonheur, quelle promesse de bonheur dans la différence sexuelle? Quelle chance que les femmes ne soient pas faites comme nous, les hommes!
    Etre emporté hors de soi certes peut rendre fou, de colère, de dépit, mais nous permet aussi d'être traversé par un désir insensé, de connaître l'amour fou -ou sage s'il en existe.
    Je plains narcisse. J'éprouve de la pitié pour Hermaphrodite. Ils ignorent que la petite différence fait toute la différence, et que c'est elle qui anime nos corps et, de part en part, tout notre être.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 15         Page de la citation

  • Par erellwen, le 13 avril 2010

    Très vite - l'expérience sert à quelque chose - j'ai appris à distinguer les femmes séduisantes des ouvertement séductrices. J'ai su déceler la flatterie qui cache mal l'envie haineuse, me tenir à l'écart des "allumeuses" qui se dérobent dès que le feu qu'elles ont déclenché risque de prendre. Ce doît être ces sirènes-là, les trompeuses, qui m'ont conduit à me défier des apparences et à rêver de femmes que je trouverais "naturelles". Elles n'auraient pas besoin, elles, de recourir à quelque mascarade. Des femmes tout simplement heureuses d'être des femmes, différentes des hommes et chacune différente d'une autre et d'autant plus aimables qu'elles ne cherchent pas à être aimées ou à plaire à tout prix. Il en existe, surement.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 7         Page de la citation

  • Par erellwen, le 12 avril 2010

    Calypso, l'amante. Elle a sauvé Ulysse, elle le tient captif dans sa grotte, tous deux vivent et s'aiment hors du monde, hors du temps; à ce mortel qui a échappé de peu à la mort, elle propose rien de moins que l'immortalité. Ulysse refuse de devenir immortel. Il est un homme, il sait qupour vi il ne oais lIl t perduet s

    Commenter     J’apprécie          0 7         Page de la citation

  • Par sylvie, le 26 octobre 2009

    ... J'ai cru ce jour là, cette nuit là, que les hommes et les femmes ne souhaitent qu'une chose : s'unir. Je me refuse à penser que ce moment de grâce soit éphémère, je le voudrais intemporel. Pour un peu j'aurais fait l'éloge de l'accord parfait, de l'harmonie. Le happy-end, je le sais, c'est tout juste bon pour les romans à l'eau de rose comme ceux que publie Harlequin, ou comme les films sentimentaux qu'aimait tant la petite Alice. Peu importe, c'est ainsi que je souhaite mettre fin à ce livre que je dédie à elle, au singulier.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la citation

  • Par aaahhh, le 20 juin 2012

    Ce qu'il y a de plus horrible dans la vieillesse, c'est que les femmes ne s'intéressent plus à vous alors qu'elles vous intéressent encore.

    Commenter     J’apprécie          0 12         Page de la citation

> voir toutes (11)

Videos de Jean-Bertrand Pontalis

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Jean-Bertrand Pontalis

Jean-Bertrand Pontalis et Edmundo Gómez Mango - Freud avec les écrivains .
Jean-Bertrand Pontalis et Edmundo Gómez Mango vous présentent "Freud avec les écrivains" aux éditions Gallimard.http://www.mollat.com/livres/edmundo-g%C3%B3mez-mango-pontalis-freud-avec-les-ecrivains-9782070131655.htmlNotes de Musique : Webern In Sommerwind Passacaglia - 17 - Concerto op.24








Sur Amazon
à partir de :
9,96 € (neuf)
4,00 € (occasion)

   

Faire découvrir Elles par :

  • Mail
  • Blog

Découvrez la collection Folio

> voir plus

Lecteurs (37)

> voir plus

Quiz