Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

> Jean-François Chaix (Traducteur)

ISBN : 2702138861
Éditeur : Calmann-Lévy (2008)


Note moyenne : 3.1/5 (sur 10 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Il n'y a pas d'alternative, et peut-être même pas d'issue. Si je veux extraire mon frère Konrad des griffes de la Stasi, il me faut accepter un jeu dangereux : reprendre du service comme espion allemand tout en pactisant avec les services secrets britanniques et le KGB.... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

Critiques, analyses et avis (3)

> Ajouter une critique

    • Livres 4.00/5
    Par mariecesttout, le 20 mars 2014

    mariecesttout
    Il y a deux choses dans ce long roman. L'histoire des Rosenharte d'abord. Des jumeaux dont l'un est professeur d'histoire de l'art, et l'autre cinéaste débutant. le deuxième jumeau est emprisonné par la Stasi , et son frère va essayer de le faire libérer. Pour cela, il va se faire aider des services secrets anglais, américains et russes. Les polonais, c'est une autre histoire rajoutée par l'auteur pour parler du programme nazi Lebensborn.
    Et surtout le contexte historique, les mois qui ont précédé la chute du mur de Berlin le 9 novembre 1989.
    ON rencontre dans ce roman des personnages réels, en particulier un certain Poutine à l'époque officier du KGB à Dresde.
    Et on découvre ( enfin, moi) l'implication du bloc de l'Est dans le terrorisme proche-oriental des années 70-80.
    Mais surtout...surtout ce roman rend très bien compte de la terreur continuelle entretenue par la Stasi qui comptait 81000 officiers de renseignement, et selon certaines sources, un million et demi d'informateurs . Informateurs sur tout.. même les rédactions des élèves de l'école élémentaire étaient étudiées pour éventuellement déceler des signes de dissension politique dans les familles, et les musées de Leipzig et Berlin abritent toujours, parait-il, des bocaux scellés contenant des tissus imprégnés de l'odeur personnelle des dissidents surveillés...
    Passionnant sur le plan historique et documentaire.
    Après.. tout le monde n'est pas John le Carré. Qui parvient à me faire vibrer grâce à sa capacité d'analyse , de réflexion, mais aussi la façon dont il mène les intrigues qui entourent l'aspect documentaire. Là, j'ai l'impression qu'on est plus dans le catalogue, et ce qu'il y a autour est un peu laborieux, dommage.

    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          1 17         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par Bellonzo, le 16 janvier 2014

    Bellonzo
    Vingt ans après
    Henry Porter, né en 53, britannique comme il se doit, est l'un des maîtres actuels du roman d'espionnage. Vingt ans après les coups de masse et les embrassades il nous replonge dans les arcanes de la fin de la RDA, quand Chemnitz portait encore le doux nom de Karl-Marx-Stadt.

    "Brandebourg", c'est juste avant la chute du Mur et ça raconte une histoire d'espionnage où comme dans toutes les histoires d'espionnage il y a des microfilms ou des disquettes dont on ne saisit pas très bien la nature. Il y a aussi plusieurs services de contre-espionnage dont on ne saisit pas toujours la clarté. Il y a enfin des agents doubles, triples, etc... J'ai cru y voir un Soudanais proche du KGB, un Vladimir appelé à de hautes responsabilités, un Polonais mort à Trieste mais était-il vraiment polonais quoique bien mort à Trieste. Pour toutes ces raisons je ne lis pas très souvent d'espionnage.

    Mais il y a dans "Brandebourg" et c'est passionnant les derniers soubresauts du régime d'Erich Honecker, les manifs de Leipzig, les manipulations terminales et essoufflées de la douce Stasi, la fuite d'un professeur d'art lui-même ancien collaborateur de cette même Stasi, comme tout le monde. Il y a ainsi un bon roman qui nous restitue cette histoire vieille de vingt ans juste avant que ne résonne le violoncelle de Rostropovitch près d'une ligne de démarcation qui avait connu pire musique.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par wakinasimba, le 30 août 2009

    wakinasimba
    Septembre 1989 : la République démocratique allemande est en plein naufrage et la toute-puissante Stasi s'avère incapable de contenir la vague de rébellion qui menace le pays.
    Rudi Rosenharte a autrefois fait partie de l'élite de la Stasi. Il est aujourd'hui professeur d'histoire de l'art et mène une vie tranquille à Dresde. La Stasi le recontacte pour lui ordonner de se rendre en Italie à un rendez-vous fixé par Annalise Schering, son ancienne petite amie. Lui seul sait qu'Annalise est morte des années plus tôt. Il l'a vue, les veines tailladées, baignant dans son sang. Mais la Stasi ignore tout de cette mort et reste persuadée qu'Annalise détient des informations de la plus haute importance. Pour que Rudi accepte de s'impliquer, la Stasi abat une carte maîtresse : son frère jumeau sera maintenu en prison tant qu'il ne sera pas de retour avec les informations convoitées. Rudi n'a pas le choix...
    Malheureusement pour lui, la Stasi n'est pas le seul service secret à s'intéresser aux informations de la mystérieuse Annalise. Il se retrouve alors l'otage d'une redoutable machination entre plusieurs services secrets pendant qu ela révolte gronde en RDA.
    Mon avis :
    enfin un livre d'espionnage que j'arrive à suivre !
    Qui plus est, on suit pas à pas la chute du Mur de Berlin, dûe à une bourde du ministre...
    Un récit rondement mené et fort intéressant historiquement.


    Lien : http://motamots.canalblog.com/archives/2009/08/25/14787426.html#comm..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la critique







Sur Amazon
à partir de :
20,14 € (neuf)
6,45 € (occasion)

   

Faire découvrir Brandebourg par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Quiz