Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

> Patrick Couton (Traducteur)

ISBN : 2266174150
Éditeur : Pocket (2007)


Note moyenne : 3.8/5 (sur 124 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Rincevent a trouvé le moyen de se perdre au milieu d'un désert, sur le Dernier continent du Disque-Monde... Il fait chaud, pas une goutte de pluie à l'horizon et la nature est hostile. Et puis, que lui veut ce kangourou bizarre qui parle ? Rincevent, pro de la fuite en ... > Voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (9)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 3.00/5
    Par Luniver, le 11 avril 2014

    Luniver
    À la suite d'une téléportation malencontreuse, Rincevent se retrouve sur le continent Iksiksiksiks, que tant de navigateurs ont cherché sans jamais atteindre. Les autres mages s'organisent pour le secourir, et le fait qu'il détienne une information importante pour eux n'est pas intervenu dans cette décision qui leur ressemble peu.
    Pendant que Rincevent s'adapte difficilement aux kangourous et au curieux patois des habitants du coin, le groupe de sauvetage se retrouve à son tour prisonnier sur une île déserte, dirigée par un dieu fervent partisan de la sélection naturelle et très enclin à tenter de nouvelles expériences. Ce qui conduit les plantes à s'adapter aux moindres désirs du groupe, dans l'espoir d'être choisie pour le voyage et de quitter enfin cette île de dingues.
    En parcourant les autres critiques, je me suis rendu compte que je suis passé à côté d'énormément de références à l'Australie, que je connais bien peu. Logique donc que ce tome m'ait beaucoup moins plu que les autres, les romans de Pratchett devant bien plus aux multiples clins d'oeil dont il parsème ses histoires qu'à la qualité de l'intrigue elle-même.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 17         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par lyoko, le 26 mai 2015

    lyoko
    Un tome légèrement en dessous des précédents. Mais Terry Pratchett garde toujours son humour indescriptible.
    La mort nous montre un peu le bout de son nez afin que nous sachions qu'il est toujours vivant !
    Le sujet brûlant du dernier continent est l'évolution. Maintenant que Sir Pratchett se retrouve au Paradis (si celui-ci existe bien!), il a du donner un exemplaire à Darwin et sans doute ,un a Dieu afin de leur donner de merveilleuses idées.
    En tout cas quand les mages de l'université de l'invisible expliquent à un dieu de l'évolution la sexualité c'est réellement cocasse.
    Et bien évidemment toutes les références à des filmographies ou des acteurs d'origine australiennes est un réel plaisir
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 11         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par purplevelvet, le 13 août 2013

    purplevelvet
    Retour en arrière, A la fin des Tribulations d'un mage en Aurient, le pauvre Rincevent devait être magiquement rapatrié à Ankh-Morpork par les mages de l'université invisible. Mais par suite d'une petite erreur de calcul ( ce qui aurait été étonnant, c'est que les mages d'Ankh-Morpork réussissent quelque chose, ils sont tous à peu près aussi incompétents que notre calamiteux héros), au lieu de revenir chez lui, il avait échoué sur Iksiksiksiks, le continent inconnu, noté bien sur XXXX sur la carte. Un endroit, sec, désertique, chaud, dont personne ne connaît la localisation exacte, ni comment s'y rendre.
    Or donc au début de ce 22° tome, les mages de l'université invisible ont un gros problème: le bibliothécaire de l'université- le seul bibliothécaire qui, à la suite d'une fuite de magie, range les livres avec les pieds et se fait payer en bananes - est tombé malade, une étrange maladie qui a chaque éternuement lui fait changer de forme ( un canapé, un transat, un gros livre, mais toujours orange et velu comme l'orang-outang qu'il était auparavant). Pour régler ça, il suffirait de lui lancer un sort, qui lui rendrait par la même occasion forme humaine, mais pour lui lancer un sort, il faut d'abord connaître son nom. Et étonnamment toutes les archives qui auraient pu le contenir ont disparu et sentent très fortement la banane. Car il ne veut surtout pas renoncer à l'avantage de crapahuter sur 4 mains dans les étagères. seule solution retrouver Rincevent, la seule personne qui en tant qu'assistant bibliothécaire, connaît le nom du singe. Mais comment retrouver quelqu'un si on ne sait pas où se trouve le continent où il est supposé être?
    Encore un tome complètement dingue, mais cependant , un peu moins réussi que les précédents. le problème est qu'on suit en parallèle deux récits, d'un coté le groupe de mages qui cherche Rincevent.. et de l'autre Rincevent qui cherche à rester vivant. Les deux actions alternent paragraphe par paragraphe et c'est assez ardu à suivre quand on doit étaler la lecture sur plusieurs jours.
    Mais, mais j'avoue que j'ai adoré les références aux films australiens: Ici un nain bardé de cuir surnommé Mad, là, un crocodile tenancier de bouiboui dans un passage qui parodie presque mot pour mot la séquence de l'attaque au couteau dans Crocodile Dundee , et surtout, surtout, le Bagage à la recherche de son maître qui se retrouve embarqué par trois, euh, femmes, sur une charrette violette appelée " Petunia la dingo du désert".
    et quelques clin d'oeils à des spécialités locales: les chapeaux à bouchons, l'opéra à la forme bizarre, la "pêche Nellie", les concours de tonte de moutons.. En fait, le plus drôle, c'est de repérer toutes ces références.
    Donc un tome un peu en dessous, il faut dire le 4° volume de la saga Rincevent plaçait la barre très très haut ( Cohen le barbare et sa horde d'argent, c'est dur à dépasser!)

    Lien : http://chezpurple.blogspot.fr/2013/06/le-dernier-continent-terry-pra..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par JulyF, le 08 juin 2014

    JulyF
    Le dernier continent, c'est sur le Disque-monde celui sur lequel le Créateur travaille encore... Il correspond aussi au dernier continent colonisé par les Occidentaux : l'Australie. Nos héros habituels (Rincevent et ses camarades de l'Université de magie) voyagent donc dans ce monde étrange, bien différent des moeurs policées d'Ankh-Morpork. On s'amuse bien, d'autant plus quand on connaît les clichés associés à l'Australie. le lecteur y découvrira notamment le chef-d'oeuvre absolu de l'évolution, animal hors du commun idolâtré par son Créateur.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par zazimuth, le 09 septembre 2013

    zazimuth
    C'est le 22ème volume des Annales du Disque-Monde dans lequel on retrouve Rincevent qui a été projeté sur le continent IksIksIks à la fin de ses Tribulations en Aurient.
    Le dernier continent de Terry Pratchett
    Rincevent découvre un continent qui ressemble fort à l'Australie, un grand désert dans lequel les gens n'ont jamais entendu parler d'eau qui tomberait du ciel. Un continent sympathique où les gens ne se « cassent pas la tête » en cas de difficulté et sont plutôt tolérants sur la marginalité.
    Le roman alterne avec ces chapitres et ceux dans lesquels interviennent les mages de l'université de l'Invisible. le bibliothécaire est bien malade et passe son temps à changer d'apparence physique. le seul remède possible nécessiterait de connaître son vrai nom et il semblerait que la seule personne à le connaître soit Rincevent qui a travaillé un temps à la bibliothèque à ses côtés.
    Il y a tout un passage sur une petite île dont le créateur et les plantes qui s'y développent sont très amusantes et où Cogite Stibon croit trouver son bonheur. Il y a aussi la présence de Madame Panaris sur une plage qui rend une partie de la faculté complètement gaga...
    Un agréable moment de détente !

    Lien : http://toutzazimuth.eklablog.fr/le-dernier-continent-de-terry-pratch..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la critique

> voir toutes (17)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par okka, le 22 juin 2015

    (p32)
    Droit de mortis*

    En gros, la progression accélérée d’un mage dans la hiérarchie par l’élimination de ses aînés.
    Il s’agit d’une pratique tombée désormais en désuétude depuis certaines tentatives enthousiastes pour éliminer Mustrum Ridculle, à la suite desquelles un mage avait cessé d’entendre correctement pendant quinze jours. Pour Ridculle, il y avait effectivement beaucoup de place au sommet, et c’était lui qui l’occupait en entier.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation

  • Par okka, le 22 juin 2015

    (p22)
    Sort la machine à penser de l’Université, avait en fait démontré que beaucoup de choses ne sont pas impossibles tant qu’on ne les a pas essayées.
    Comme un gouvernement très occupé qui vote des lois onéreuses prohibant une nouveauté passionnante une fois que le peuple a trouvé comment s’y adonner, l’univers tablait sur ce qu’on n’essayait pas du tout.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation

  • Par okka, le 22 juin 2015

    (p24)
    -Et vous avez remarqué l’écriteau sur son bureau ? avait fait le doyen.
    -Vous parlez de celui qui dit « C’est moi qui refile le bébé » ?
    -Non, l’autre. Celui qui fit : « Quand tu as le cul au milieu des alligators, aujourd’hui est le premier des jours qui te restent à vivre. »
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation

  • Par okka, le 22 juin 2015

    (p59)
    Mais quand on est mage depuis aussi longtemps que moi, mon garçon, on apprend, dès qu’on tombe sur quelque chose qui ouvre des perspectives ahurissantes pour l’amélioration de la condition humaine, qu’il vaut mieux refermer le couvercle dessus et faire comme si de rien n’était.

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation

  • Par okka, le 22 juin 2015

    (p21)
    Par principe, on s’arrange toujours pour cacher à son employeur à quoi on consacre réellement ses journées, non ?
    Mais on avait beau prendre des précautions tôt ou tard le patron finissait par pointer son nez et fureter en posant des questions.

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation







Sur Amazon
à partir de :
18,05 € (neuf)
10,29 € (occasion)

   

Faire découvrir Les Annales du Disque-Monde, Tome 22 : Le Dernier continent par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (295)

> voir plus

Quiz