Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique


> Sebastian Danchin (Traducteur)

ISBN : 2290352322
Éditeur : J'ai Lu (2007)


Note moyenne : 3.91/5 (sur 163 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Medicine Creek, un coin paisible du Kansas. Aussi, quand le shériff Hazen découvre le cadavre dépedé d'une inconnue au milieu d'un champs de maïs, il se demande s'il ne rêve pas : le corps est entouré de flèches indiennes sur lesquelles ont été empalés des corbeaux. Oeu... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (23)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 4.00/5
    Par LUKE59, le 14 mai 2014

    LUKE59
    Une succession de meurtres monstrueux avec mise en scène macabre sème l' épouvante au sein de la population de Medecine Creek , bourgade perdue du Kansas , noyée au milieu d' immenses champs de maïs . L' inspecteur Pendergast , agent du FBI , dandy longiligne , tout de noir vêtu , doté d' un flegme et d' une élégance toutes britanniques, vient , de manière officieuse, prêter main forte aux autorités locales on ne peut plus désemparées....J' ai apprécié ce récit , alliant intriguepolicicière et épouvante, avec de fortes références à Conan Doyle et Hitchcock.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 8         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par lilyrose87, le 16 juillet 2013

    lilyrose87
    Ce livre pouvait s'apparenter à une bouffée d'air frais. Après l'horreur de Relic et du Grenier des enfers, Pendergast part en vacances...oui sauf qu'évidemment, le village dans lequel il pose ses valises vient d'être le témoin d'un meurtre abominable...commode me direz-vous? Pas si sûr...
    Sans renfort, sans rien d'autre pour l'aider que sa remarquable intelligence, notre héros va faire équipe avec Corrie Swanson, une ado rebelle qui a une dent contre les forces de l'ordre.
    Evidemment, la bouffée d'air frais n'est qu'une illusion...déjà parce qu'il fait très chaud dans ce village, et surtout parce que ce premier meurtre sera suivi de plusieurs autres tout aussi horribles, et que le meurtrier ne peut être qu'une membre du village.
    La présence étouffante du champ de maÏs, théâtre des crimes, n'est pas sans rappeler les Enfants du maïs de Stephen King...si vous avez lu ce livre et si vous lisez celui-là, je vous garantis que vous ne verrez plus un champ de maïs de la même manière.
    Ce livre, comme tous ceux de la série nous entraîne dans l'horreur dans sa forme la plus pure, à tel point que l'on se demande comment un être humain peut-il commettre de tels atrocités?
    Ce n'est pas l'un des meilleurs de la série, mais il se laisse lire, et on s'attache au personnage de Corrie.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par C-Liner, le 14 février 2011

    C-Liner
    Victime ou bourreau ?
    Un crime extrêmement mystérieux a été commis dans un trou perdu du Kansas. Serial Killer ? Crime rituel ? Malédiction ? Il n'en faut pas moins pour attirer l'attention de Pendergast !
    On retrouve dans ce volume notre cher agent du FBI bien loin de son milieu naturel new yorkais.
    Le voilà plongé en pleine cambrousse sous un soleil accablant. Pas de salon de thé raffiné, d'appartement luxueux ou de restaurant digne de ce nom... qu'à cela ne tienne ! Ce cher Pendergast sait s'adapter ce qui donne des petits moments assez divertissants avec sa logeuse !
    Tout va s'enchainer avec énormément de rythme jusqu'au final incroyable
    petit bémol personnel même si j'adore ce volume : le coté surnaturel des séances de méditation qui fait un peu cliché et auquel on adhère difficilement.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la critique

    • Livres 2.00/5
    Par Biname, le 10 mars 2012

    Biname
    Grande fan de l'inspecteur Pendergast, je ne cache pas ma GRANDE déception face à ce troisième volet de ses aventures.
    Tout d'abord des longueurs interminables au début et à la fin. Au milieu ça s'emballe un peu plus, ce qui m'a poussé à lire la fin. Mais tout de même, ces longueurs sont insupportables exactement le même sentiment que dans Relic.
    Ces longueurs entrainent donc une enquête extrêmement lente aussi, pas tellement agréable à découvrir, des personnages sans plus (sauf pour Corrie Swanson, personnage que j'ai réellement adoré).
    Et puis il faut bien le dire dans un policier/thriller le plus important c'est tout de même la chute et bien ici: Oh Pfff, moui, bof en fait totalement bof.
    Ce n'est vraiment pas un coup de coeur. Maintenant il est clair que ce roman cache une autre histoire que j'ai tout de même hâte de découvrir dans la suite. A deux ou trois reprises Pendergast a des contacts téléphoniques avec Wren la personne qui à New York s'occupe de la demeure qu'il a hérité dans La Chambre des secrets. Contacts téléphoniques très cours mais me donne la sensation qu'une nouvelle enquête alléchante nous attend...Enfin j'espère
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par Zinzinette, le 17 mars 2014

    Zinzinette
    Un meurtre, un inspecteur du FBI plutôt étrange, et une petite ville vieillissante dans le Sud des Etats-Unis.
    Aloysius Pendergast arrive pour mener l'enquête qui s'annonce étrange. La ville, sorte de vase-clos où tout le monde se connaît, a une atmosphère étrange, la police locale n'est pas enthousiaste par rapport à la présence de l'inspecteur au physique et au phrasé particulier.
    C'est un bon bouquin, qui se lit facilement, et qui se joue de nous : de l'action, du suspense, un cocktail détonnant mené d'une main de maître par Pendergast, le mystérieux.
    J'ai adoré cette intrigue écrite à quatre mains, on rentre doucement dans l'histoire, à pas feutré.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la critique

> voir toutes (9)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par rohaert, le 23 février 2013

    Le légiste releva le drap très lentement, laissant apparaitre le cadavre gonflé de Stott dont les chairs se detachaient des os.
    Hazen avait détourné machinalement les yeux; honteux, il se força à regarder le corps. Il avait vu pas mal de choses répugnantes dans sa vie, mais jamais rien d'aussi éprouvant. la peau s'était déchirée au niveau du torse, comme si elle avait rétréci, laissant échapper des lambeaux de chair. Le même phénoméne s'était produit à hauteur du visage et des hanches. Des rigoles de graisse, échappées des étranges blessures, s'étaient figées au contact du métal froid, formant des flaques blanchatres. Le corps n'avait pourtant pas attaqué par les vers. Plus curieux encore, un morceau de chair avait été arraché au niveau de la cuisse gauche et l'on apercevait nettement des trâces de morsure. Sans doute un chien. Le meilleur ami de l'homme; dit-on. Hazen en avait la nausée.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation

  • Par johnbxl, le 08 juillet 2011

    -A moins que cette citation d'Einstein ne vous satisfasse : "La seule chose qui soit pire que l'ignorance est l'arrogance". Je dirais volontiers au professeur Chauncy que lorsque les 2 se conjuguent, l'effet est détonant.

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la citation

  • Par ricou, le 20 août 2012

    Le soleil venait à peine de se lever et la journée s'annonçait à nouveau étouffante. Les premiers rayons du soleil jetaient une lumière dorée sur les visages maussades des journalistes, fatigués par une longue nuit d'attente. Ils entraient et sortaient du restaurant que l'on apercevait de l'autre côté de la rue, et ce n'étaient pas les talents culinaires discutables de Maisie qui risquaient de les dérider
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation

  • Par line70, le 25 mars 2011

    - Mon expérience m'a démontré que les menteurs colportaient souvent plus de vérités que les personnes sincères.
    - Comment ça ?
    - La vérité n'est souvent qu'une forme commode de mensonge.

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la citation

  • Par Myrabelle, le 28 octobre 2013

    Un océan de maïs s'étale à perte de vue sous un ciel d'un bleu impitoyable, les épis ondulant en vagues successives au gré du vent. Quinze jours déjà que la canicule s'est installée, l'air surchauffé écrase les champs d'une chape de plomb.

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation







Sur Amazon
à partir de :
4,89 € (neuf)
2,99 € (occasion)

   

Faire découvrir Les croassements de la nuit par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (346)

> voir plus

Quiz