Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2070360903
Éditeur : Gallimard (1972)


Note moyenne : 4.06/5 (sur 124 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Dans ce recueil on découvre un Prévert conteur, poète, dramaturge, pamphlétaire, lyrique, réaliste et surréaliste.


«Vous
je ne vous regarde pas
ma vie non plus ne vous regarde pas
J’aime ce que j’aime
et cela seul me re... > Voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (6)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 5.00/5
    Par Nuageuse, le 10 juillet 2015

    Nuageuse
    Il est bon de croiser des amis qui vous offrent des petits moments de poésie, et qui vous donnent l'idée de fouiller dans votre bibliothèque et de renouer avec Prévert, entre autres.
    La pluie et le beau temps, comme l'amusement et la tristesse.
    Dans ce recueil composé d'une petite soixantaine de poèmes édité en 1955, Jacques Prévert semble nous parler de tout et de rien. Il nous parle autant d'espoir et de gâchis, de nostalgie et de cicatrices, d'humanité tout simplement. La guerre aussi, comme un souvenir obsédant pour lui.
    Les poèmes peuvent aller de quelques vers à quelques pages, très agréables à lire et simples à aborder, tout en aiguisant les esprits. Triste, mordant, drôle, sensuel...
    Prévert nous offre un vieux Paris d'après-guerre, au travers de ses mots qui fleurent bon la culture populaire.

    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 24         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par lecassin, le 21 janvier 2015

    lecassin
    De quoi avez-vous parlé ? de la pluie et du beau temps… dit-on commentant une conversation convenue et sans trop d'intérêt…
    « La pluie et le beau temps », tel est le titre qu'a choisi Jacques Prévert pour ce quatrième recueil paru en 1955. C'est vrai que l'auteur nous parle de tout et de rien : de Paris, du temps qui passe, de l'amour, de la vie, en somme…et puis aussi et surtout la guerre dans toute son horreur. Là, Prévert se fait militant.
    Une soixantaine de textes variables en longueur et en forme, de deux ou trois lignes à deux ou trois pages, en prose, en vers libres… des saynètes…
    Même si je me trouve plus accroché à « Paroles » et « Histoires », ce « La pluie et le beau temps » mérite bien mieux qu'une seule lecture par les inconditionnels de l'auteur, dont je suis… bien sûr.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 24         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par raynald66, le 04 janvier 2015

    raynald66
    Beau recueil de poésies et de contes de Jacques Prévert. J'ai mis en citation des extraits de mes cinq poésies préférées : Dehors, Etranges étrangers, Cagnes sur mer, Quand et Itinéraire de Ribemont

    Commenter     J’apprécie          0 10         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par odie, le 28 août 2011

    odie
    mais non ça n'est pas triste la poésie,c'est frais,satirique,ironique;rafraichissant!!!

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Helene1960, le 11 décembre 2014

    Helene1960
    Prévert ne livre pas des poèmes conventionnels dans cet ouvrage. il y a souvent un arrière goût de révolte dans ces textes, dont certains sont à remettre dans le contexte politique de l'époque où ils ont été écrits. En voici deux pour exemple :
    - Entendez-vous, gens du Viet-Nam... écrit en 1952 en pleine guerre d'Indochine.
    - Etranges étrangers... sur l'immigration en France des populations issues des colonies.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique

> voir toutes (32)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par Piatka, le 21 novembre 2013

    DÉFINIR L'HUMOUR
    ( Réponse à une enquête )

    Louable entreprise
    définir tout est là
    et le reste avec
    Il faut savoir à quoi s'en tenir
    Et il est grand temps que les entrepreneurs de définitions mettent l'humour au pied du mur c'est-à-dire à sa place là où on remet le maçon

    Depuis trop longtemps on prenait trop souvent l'humour à la légère il s'agit maintenant de le prendre à la lourde

    Alors messieurs définissez-le expliquez-le cataloguez-le contingentez-le prouvez-le par l'œuf disséquez-le encensez-le recensez-le engagez-le rempilez-le encagez-le dans la marine encadrez-le hiérarchisez-le arraisonnez-le béatifiez-le polissez-le sans cesse et repolissez-le
    Enfin attrapez-le sans oublier de mettre votre grain de sel s'il en a une sur sa queue...
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 22         Page de la citation

  • Par Cielvariable, le 13 janvier 2012

    OÙ JE VAIS D'OÙ JE VIENS

    Où je vais, d'où je viens
    Pourquoi je suis trempée.
    Voyons, ça se voit bien.
    Il pleut.
    La pluie, c'est de la pluie
    Je vais dessous, et puis,
    Et puis c'est tout.
    Passez votre chemin
    Comme je passe le mien.
    C'est pour mon plaisir
    Que je patauge dans la boue.
    La pluie, ça me fait rire.
    Je ris de tout et de tout et de tout.
    Si vous avez la larme facile
    Rentrez plutôt chez vous,
    Pleurez plutôt sur vous,
    Mais laissez-moi,
    Laissez-moi, laissez-moi , laissez-moi, laissez-moi.
    Je ne veux pas entendre le son de votre voix,
    Passez votre chemin
    Comme je passe le mien.
    Le seul homme que j'aimais,
    c'est vous qui l'avez tué,
    Matraqué, piétiné...
    achevé.
    J'ai vu son sang couler,
    couler dans le ruisseau,
    dans le ruisseau.
    Passez votre chemin
    comme je passe le mien.
    L'homme que j'aimais
    est mort, la tête dans la boue.
    Ce que j'peux vous haïr,
    vous haïr.. c'est fou... c'est fou... c'est fou.
    Et vous vous attendrissez sur moi,
    vous êtes trop bons pour moi,
    beaucoup trop bons, croyez-moi.
    [...]

    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 10         Page de la citation

  • Par marina53, le 05 novembre 2013

    Quand le lionceau déjeune
    la lionne rajeunit
    Quand le feu réclame sa part
    la terre rougit
    Quand la mort lui parle de l’amour
    la vie frémit
    Quand la vie lui parle de la mort
    l’amour sourit.

    Fatras/succession Jacques Prévert, droits numériques réservés.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 31         Page de la citation

  • Par Nuageuse, le 09 juillet 2015

    Eclaircie (extrait )
    A nouveau je suis dans le métro, je somnole, je m'endors. Une femme que j'aime vient s'asseoir près de moi, je ne sais pas qui c'est mais comme toutes les femmes que j'aime elle est nue et belle avec moi.

    Les voyageurs nous regardent de travers et, choqués, descendent en protestant à la prochaine station.

    La femme que j'aime m'embrasse et le reste s'efface.

    Soudain, quelque chose d'horrible me touche l'épaule. La femme que j'aime disparaît. Je tourne la tête, je vois une main sur mon épaule puis après cette main un bras et finalement devant moi, un petit bonhomme debout, vêtu de bleu, avec une pince à trous à la main et qui me demande mon billet.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          7 11         Page de la citation

  • Par raynald66, le 04 janvier 2015

    Jacques Prévert : Itinéraire de Ribemont (extrait)

    Une plume ou un crayon courant sur le papier
    raconte le paysage et le paysage prête l'oreille
    parce que le voyageur lui plaît et il écoute le langage
    qui le décrit trait pour trait
    paysage paysage
    c'est comme cela que je te vois
    Pays fou des arbres sages
    Pays sage d'herbes folles
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 11         Page de la citation







Sur Amazon
à partir de :
5,64 € (neuf)
1,92 € (occasion)

   

Faire découvrir La Pluie et le Beau Temps par :

  • Mail
  • Blog

Découvrez la collection Folio

> voir plus

Lecteurs (358)

> voir plus

Quiz