AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Nathalie Prince (Éditeur scientifique)
ISBN : 2753508658
Éditeur : PUR, Presses universitaires de Rennes (2009)

Note moyenne : 4/5 (sur 5 notes)
Résumé :

Peut-on définir la littérature de jeunesse? Existe-t-il une identité de la littérature de jeunesse? Y a-t-il une ou des jeunesses et par là une ou des littératures de jeunesse? Que vaut la destination " pour la jeunesse "? La littérature pour les petits correspond-elle à une petite littérature? Pour parler de littérature, faut-il des textes? A qui sont destinés les albums actuels? Est-on prépar&#... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.fr
Critiques, Analyses & Avis (1) Ajouter une critique
dadotiste
dadotiste10 juin 2016
  • Livres 5.00/5
Un très bon livre que je recommande à tous ceux qui s'intéresse un peu au fonctionnement de la littérature de jeunesse. Très bien documenté et détaillé, il approfondit avec brio les nombreuses questions que nous pouvons nous poser sur ces types de lectures destinées aux jeunes.
De plus, même s'il s'agit d'un livre pour universitaires à l'origine, il se lit très facilement.
Commenter  J’apprécie          00
Citations & extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
dadotistedadotiste10 juin 2016
PUR, P.187

« La littérature de jeunesse gagne à être étudiée dans la perspective de la culture médiatique : non seulement parce que l’enfant ou l’adolescent sont des consommateurs de productions mass-médiatiques, mais aussi parce que leur relation à la littérature – et aux médias – hésite constamment entre les pratiques de consommation culturelle fondées sur une évaluation artistique : on se demande si telle œuvre est une grande œuvre ou non, tel artiste, tel auteur, « meilleur » que tel autre, de consommation fictionnelle : on se concentre sur le plaisir du récit et d’identification culturelle : la consommation de l’œuvre est commandée par une cohésion de groupe : on aime pour faire comme les autres, ou pour communiquer avec les autres. Il y a donc une volonté de retrouver une culture commune, d’en constituer la cohérence sur l’identification sociale : les préadolescents et adolescents recherchent avidement une culture familière, par souci d’avoir une place dans le groupe. Or, l’attention, au narré, comme l’identification sociale, contribuent à escamoter la question de l’unité de l’œuvre au profit des relations entre les œuvres, mais aussi entre les médias : c’est ce qui explique, par exemple, l’importance des genres populaires comme le récit policier ou la science-fiction, ou des cultures globales de groupes comme la culture « emo » ou « skateur », etc. chez les préadolescents. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
dadotistedadotiste10 juin 2016
PUR, P.220

« Matthieu Letourneux : - L’idée d’un appauvrissement de l’imaginaire collectif en train de perdre sa diversité sous la pression des médias est ancienne déjà. Elle touche moins à la littérature de jeunesse qu’à la littérature populaire.
[…]
Certes aujourd’hui, à regarder la table des nouveautés dans les rayons spécialisés en littérature de jeunesse, on a l’impression de voir, répétés à l’infini, les mêmes romans. Mais si vous dépouillez systématiquement les parutions des éditeurs populaires pour la jeunesse de l’entre-deux-guerres, la situation est la même.
[…]
Il n’y a pas plus à mon sens de stéréotypie aujourd’hui qu’autrefois, et probablement moins qu’aux heures passées de la littérature de jeunesse. En réalité, grâce au regain de légitimité dont elle jouit, grâce aussi sans doute à une certaine mythologie de l’enfance qui nourrit les productions culturelles, jamais la littérature de jeunesse n’a été aussi riche qu’actuellement, jamais l’inventivité ou la liberté graphique et narrative n’ont été aussi importantes dans le domaine de l’album, et il y avait longtemps que les romans pour la jeunesse n’avaient pas été pris au sérieux comme aujourd’hui, au point d’être bien souvent lus par les (jeunes) adultes autant que par les enfants. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
dadotistedadotiste10 juin 2016
PUR, P.137

« L’immobilisme de la série, pourtant traditionnellement rattaché au refuge rassurant où fonder une stabilité du moi, ne semble plus apte à remplir ce rôle auprès des enfants de la dernière décennie. Ceux-ci ne peuvent plus tirer profit de cette forme de redondance parce qu’elle s’est par trop éloignée de leur réalité vécue : seule la petite enfance peut encore se bercer à ce ronron, les autres en ont déjà perdu le goût, sont passés du côté des choix de l’initiation, d’un modèle quoi aide à grandir vite, à surmonter les ruptures, et non à s’attarder dans l’enfance.
Le «sigle» K-goy résume cette réalité d’époque : «Kids grow old younger », la pré-adolescence bat des records de précocité, avec son pendant, « l’adulescence », et tous les repères sont bienvenus pour inventer un rôle si nouveau. Enfants ne pouvant attendre pour grandir, et grands enfants ne pouvant véritablement admettre que c’est fait : on retrouve là le double public de «Harry Potter», et ce n’est pas un hasard. La double orientation qui définit le cycle, tension prospective vers la « suite » et retour de ce qui est déjà connu, offre un reflet de la curieuse stase générationnelle qui touche nos sociétés occidentales contemporaine. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
dadotistedadotiste10 juin 2016
PUR, P.125

« L’ensemble promet donc une expérience de lecture tout à fait gratifiante : le renouvellement du plaisir éprouvé. Il peut l’accomplir selon deux modalités : « Donner encore ce qui avait déjà plu (série comme le Club des Cinq) ou donner davantage de ce qui avait déjà plu ». Dans les deux cas, la lecture est facilitée par le retour du même, et cette absence d’efforts est elle-même source de gratification.
[…]
Les enfants ont repéré les traits récurrents de leurs ensembles favoris et appris à anticiper leur récurrence, et c’est là une compétence de « lecture des scénarios » dont l’acquisition revêt une importance indéniable pour appréhender la culture contemporaine avec la distance critique requise. Enfin, le processus d’identification, puissant levier du plaisir de lecture chez l’enfant, trouve un terrain particulièrement propice dans le personnage récurrent des scénarios en question : le héros jeunesse est souvent un idéal, rejoignant de grands archétypes «mythiques», où trouve à se projeter le « moi rêvé » de l’enfant. LA certitude quant à la pérennité du personnage favorise indéniablement cet investissement affectif. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
dadotistedadotiste10 juin 2016
PUR, P.195

« Une telle présentation des mécanismes médiatiques qui contribuent à constituer une culture spécifique de la littérature de jeunesse doit tenir compte d’un dernier trait de la communication propre à ce domaine. En effet, dans les albums et les livres pour les plus petits, l’adulte était appelé à jouer un rôle considérable. Mais outre ce cas particulier, dans toute la littérature pour la jeunesse, les médiateurs culturels – parents, éducateurs, bibliothécaires – se chargent encore d’un fort rôle de prescripteurs, ne serait-ce que parce que l’enfant ou le préadolescent, n’étant pas autonome financièrement, est en partie tributaire de ceux-ci dans le choix qu’il fait de ses lectures. Dès lors, l’éditeur, l’auteur parfois, vont aussi s’adresser aux adultes, puisque ces derniers jouent un rôle fondamental dans la décision de l’achat – en témoigne par exemple le péritexte éditorial – et c’est un autre processus de communication, certes secondaire, qui se dessine en filigrane. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
>Littérature : généralités>Biographie littéraire>Œuvres composées par ou pour des personne de catégories déterminées (28)
autres livres classés : peter panVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Littérature jeunesse

Comment s'appelle le héros créé par Neil Gailman ?

Somebody Owens
Dead Owens
Nobody Owens
Baby Owens

10 questions
737 lecteurs ont répondu
Thèmes : jeunesse , littérature jeunesse , enfantsCréer un quiz sur ce livre