Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2226053492
Éditeur : Albin Michel (1991)


Note moyenne : 3/5 (sur 1 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Adrien est vieux et malade. Il vit entre deux femmes, Blanche et Mathilde. L'appartement est isolé du monde extérieur par de grands rideaux de peluche, comme un cube silencieux placé hors de la vie et du temps. Seule Blanche s'en évade parfois pour errer dans les rues d... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

Critiques, analyses et avis (1)

> Ajouter une critique

    • Livres 3.00/5
    Par chapochapi, le 10 novembre 2012

    chapochapi
    Ce roman est un récit tout en retenue, presque en discrétion, sur les relations humaines.
    Il ne se passe rien : Adrien le vieillard attend, mange car c'est bien la seule chose qui le fait se sentir vivant et, entre deux ennuis, se remémore sa jeunesse, lorsqu'il pouvait sortir de l'appartement, lorsqu'il était encore vert et trompait allègrement sa femme, Blanche, qui manifeste un dégoût poli pour l'amour charnel. Depuis quelques temps, sans raison, son voisin du dessus tente de le convertir, souhaitant sauver l'âme du vieux bougon. Cela distrait Adrien qui se prend d'affection pour le voisin. Finalement, sa vie est morne, mais il s'y accroche et tache d'y trouver de quoi se satisfaire.
    Blanche, elle, n'est absolument pas satisfaite. Désireuse de rester belle, elle fait de plus en plus d'efforts pour se rajeunir, mais pour qui ? Elle étouffe, maudit son vieux mari malade qui lui rappelle son âge, elle qui se sent si jeune ; maudit Mathilde, femme de ménage et amante d'Adrien, qui ne partage pas les manières de la gracieuse et précieuse Blanche ; maudit le temps qui passe et qui laisse vivre Adrien au lieu de la libérer de cet impotent. Alors elle cherche ailleurs de quoi se sentir jeune, quitte à devenir adultère pour la première fois de sa vie, afin de sentir le frisson de l'interdit.
    Pas d'éclats dans ce récit, pas de rebondissements, mais les réflexions de ces deux individus (on n'entendra jamais la voix de Mathilde) qui poursuivent leur vie vaille que vaille en s'éloignant doucement.
    Le style n'est pas cette écriture blanche qui aplanit les éléments et les simplifie. Pourtant, l'effet est le même : l'impression qu'il n'y a aucune aspérité à laquelle s'accrocher, à commenter. Tout semble lisse et pourtant tout est juste : il ne manque ni humour, ni légèreté, ni tension arrivant à point nommé. Mais en l'absence de grands événements, il n'y a pas de grandes émotions. En fait, ce roman est peut-être tout simplement réaliste.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique

> voir toutes (3)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par chapochapi, le 10 novembre 2012

    Quand elle rentre chez elle après s'être divertie en agréable compagnie, Blanche se sent pareille au chien fou qui réintègre de force une niche nauséabonde. L'odeur de la maison la prend à la gorge dès le vestibule franchi, odeur de vieillard et de maladie ; les bruits de la maison l'agacent, et les habitants de la maison l'exaspèrent : voici Adrien, tassé dans son fauteuil à oreilles, plus laid et plus ridé que jamais, voici la lourde Mathilde qui glisse dans ses pantoufles et balance ses larges hanches entre la salle et la cuisine ; elle traine dans son sillage des relents d'ail et d'oignon, et de femme mal lavée.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation

  • Par chapochapi, le 09 novembre 2012

    Adrien se dit que s'il pouvait tout recommencer de sa vie avec Blanche il ne la tromperait pas comme il l'a fait si souvent. Plus fidèle, il serait venu à bout, peut-être, de sa frigidité. Il n'aurait pas connu Mathilde. Ils seraient à présent un vieux couple uni, et Blanche serait obligée de s'occuper de lui. A moins qu'elle ne décide de le "placer" dans une maison de vieillards. Tout compte fait, il vaut mieux qu'il ait rencontré Mathilde. Et puis, on ne recommence pas pas sa vie. Elle est faite, sa vie.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation

  • Par chapochapi, le 09 novembre 2012

    De son fauteuil de vieillard presque infirme, Adrien regarde les vitres du salon devenir grises ; il est au chaud, à l'abri, dans un appartement éclairé, et pourtant il pense que la nuit va le prendre, la nuit, mère des douleurs, des effrois sans nom, indicibles. Pourtant, il sait que lorsqu'il sera couché il s'endormira vite. Mais c'est l'instant d'avant qui est difficile à franchir. Parce qu'il signifie qu'un jour se termine, que la fin de la vie s'approche inexorablement.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation

> voir toutes (8)

Video de Suzanne Prou

>Ajouter une vidéo

Les plantes et les petites bêtes
Les invites réunis par Bernard PIVOT ce soir, ont choisi de parler des plantes et des animaux. Avec Paul VINCENT pour "Le bonheur sur terre" dans lequel il évoque sa vie en Haute-Savoie et donne des conseils ; Suzanne PROU pour "Le cygne de Fanny" ouvrage dans lequel elle parle des jardins de son enfance. Dans "Le pays sous l'écorce" Jacques LACARRIERE devient insecte pour pouvoir mieux les...








Sur Amazon
à partir de :
10,50 € (neuf)
0,89 € (occasion)

   

Faire découvrir Car déjà le jour baisse par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Quiz