Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2754807853
Éditeur : Futuropolis (2012)


Note moyenne : 3.53/5 (sur 47 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
David Prudhomme déambule dans les galeries du musée du Louvre. Son regard embrasse les œuvres exposées, autant de chefs-d’œuvre proposés dans un espace ordonné et pensé avec soin. 35 000 œuvres côtoient ainsi les quelque dizaines de milliers de visiteurs journaliers. Ca... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (17)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 5.00/5
    Par seblac, le 22 avril 2014

    seblac
    Cheminer dans les vastes galeries. Observer les œuvres, les visiteurs, leurs comportements, leurs postures. Rêvasser, rester des heures sans s'apercevoir du temps qui passe. Indubitablement un des meilleurs titres de cette collection consacrée à ce grand musée. Ni grand jugement sur toute cette foule qui investit le musée à sa manière, parfois amusante, parfois agaçante. Ni grandes théories sur l'art et la manière d'aborder ce lieu déroutant que peut être un musée, ici il est surtout question de vie. En effet, ici tout vit : les œuvres, les visiteurs, le lieu lui même est vivant. Juste magnifique. En fait ce livre permet de réveiller en soi, cette douce magie que l'on ressent dès qu'on déambule dans cette vaste institution. Tout ici vit, grouille parfois. Au fur et à mesure des pages, on retrouve cette délicieuse sensation de se perdre dans ce monde à part. Incroyablement poétique. Magie du lieu où on se perd, où on perd de vue l'être aimé mais toujours pour mieux le retrouver. Entre onirisme et tendresse, cette traversée est, à mes yeux, une pure réussite.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 14         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par folivier, le 13 juin 2012

    folivier
    Sixième volume de la collection dédiée au Musée du Louvre et une nouvelle fois une belle réussite.
    David Prudhomme se met en scène visitant le musée du Louvre avec sa compagne. Au fil des salles et dans la foule des visiteurs ils se perdent de vue. L'auteur se met à sa recherche et va ainsi nous faire traverser et visiter le Louvre. Il ne regarde plus les oeuvres présentées mais les gens, la foule pour retrouver sa femme. Il découvre alors d'étranges analogies entre les oeuvres et les visiteurs, les différentes attitudes, postures des touristes face aux tableaux et sculptures. Les similitudes entre les représentations de couple et les couples les observants. Il nous montre que ce musée est une immense bande dessinée accrochée aux murs. C'est aussi un immense lieu de mise en abîme par l'image, les peintures (images) photographiées et mises en image donc par les visiteurs, images (écran de camescope) elles-même prises en photos par d'autres touristes... il imagine ce que peut penser la Joconde et quelle image a t-elle de cette foule s'agglutinant pour l'admirer. Puis le choc en sortant du musée des images qui nous envahissent, nous agressent et la foule du métro qui devient oppressante contrairement à la foule enjouée du musée.
    Un superbe album qui montre merveilleusement l'universalité et l'intemporalité de l'art. Avec beaucoup de douceur dans le dessin en suggérant les oeuvres croisées au fil de sa traversée du Louvre, David Prudhomme réussie à donner envie de visiter le Louvre et (re)voir toutes ces magnifiques oeuvres et retrouver éventuellement ces instants impossibles des rencontres entre ces oeuvres et les visiteurs.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 11         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par alouett, le 23 juillet 2012

    alouett
    A l'occasion de la sortie du dernier album s'inscrivant dans la Collection du Louvre de Futuropolis, le célèbre Musée s'offre les services d'un guide de marque : David Prudhomme. Et pour l'heure, c'est à mon sens l'album le plus accessible de cette ligne éditoriale qu'il m'ait été donné de lire. Car force est de constater que j'étais restée assez extérieure aux réflexions de ce cher Hulk imaginé par Nicolas de Crécy et que, face à mon incapacité à venir à bout des Sous-sols du Révolu, j'avais dû abandonner mes confrères de kbd en cours de route, malgré la lecture collective planifiée en équipe (lire la synthèse de kbd).
    Cette publication est donc pour moi l'occasion de profiter d'une visite « normale » des collections du Musée. Un plaisir réel de déambuler aux côtés de David Prudhomme qui, chapka sur la tête et portable dans la main, nous emmène arpenter au pas de course les galeries de portraits, les collections égyptiennes, grecques et autres objets d'arts divers et variés.
    Le pitch de La traversée du Louvre est simple : effectuant des repérages pour la réalisation de l'album, David Prudhomme visite le Louvre. Soudain, son téléphone retentit, il décroche et engage une conversation avec Sébastien Gnaedig (auteur de BD mais plus connu en tant qu'éditeur chez Futuropolis) au sujet de l'avancée de son travail. Sitôt la conversation terminée, David Prudhomme reçoit un second appel. C'est cette fois Fabrice Douar (éditeur aux Éditions du Louvre) qui prend également des nouvelles de son auteur. Seul problème : à cause de ses échanges téléphoniques, David Prudhomme a perdu de vue Jeanne, sa femme. Il va traverser hâtivement les collections et galeries du Louvre pour la retrouver.
    J'ai apprécié la manière dont l'auteur s'aide de son postulat de départ pour associer / dissocier en permanence tous les éléments de son environnement. Il crée ainsi un méli-mélo visuel qui force le lecteur à s'arrêter régulièrement pour explorer chaque recoin de cases. On s'amuse en permanence d'être associé à ce jeu subtil, intelligent et porteur d'une réflexion sur l'Art et sa place dans nos sociétés, sur l'Histoire et l'Identité. David Prudhomme rend cette visite ludique. Il nous embarque dans un jeu, il en est la pièce maitresse sur laquelle on s'appuie ; il capte LA réaction, L'instant, La pause… celle qui nous fait réfléchir et crée ainsi une interaction entre le lecteur et l'ouvrage. La voix-off de l'auteur redonne régulièrement du rythme à cette visite, une sorte de rappel à l'attention du lecteur-visiteur qui aurait lâché le groupe malgré la vigilance du guide qui les encadre. C'est pourtant facile et tentant de trainer au milieu des pages de cet album !! Les nombreux passages muets nous y incitent : on se perd dans l'observation de ces cases remplies d'œuvres d'art, on baisse ainsi naturellement le rythme de notre lecture pour profiter de ces pièces artistiques de choix qui, bien que secondaires dans ce récit, sont reproduites avec beaucoup de justesse. On ne peut que profiter de ce spectacle… et réfléchir sur ce que l'on voit.
    Je crois que je ne visiterais plus jamais un musée de la même manière, car j'aurais envie de tester moi aussi des deux facettes du tableau : celui pour lequel on paye l'entrée et celui qui est sous-jacent car spontané puisqu'il est le résultat de ce que ces œuvres produisent sur les visiteurs. C'est cela même dont il est question dans cet ouvrage, les visiteurs du Musée étant à la fois Spectacle et spectateurs ; ils interagissent en permanence avec les œuvres d'art exposées, jusqu'à se confondre de temps à autre avec elles. Il semble si facile à David Prudhomme de nous prendre au dépourvu.
    (...)

    Lien : http://chezmo.wordpress.com/2012/07/23/la-traversee-du-louvre-prudho..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Melisende, le 10 mai 2014

    Melisende
    Cette BD, et la suivante, s'inscrivent dans un projet commun : le Louvre et de grands illustrateurs se sont associés afin de présenter le musée d'une façon nouvelle, plus ludique et distrayante. Pour ce faire, David Prudhomme, Enki Bilal ou encore Etienne Davodeau (avec son Chien qui louche présenté dans un précédent numéro du Coin des BD), nous proposent des ouvrages, parfois plus proches du beau livre illustré que de la BD, parfois plus proches des visiteurs du Louvre que des œuvres exposées.
    La traversée du Louvre part d'un postulat de départ simple : David Prudhomme visite le Louvre avec sa femme, tous deux sont soudainement séparés par inattention et cherchent ensuite à se retrouver dans les dédales du musée. Commence alors une déambulation sans queue ni tête pour le héros, téléphone vissé à l'oreille ou à la main, observateur de la faune locale à travers les différentes salles qu'il traverse. Jeune ou vieux, homme ou femme, amateur d'art ou visiteur lambda, français ou étranger... le visiteur est décortiqué, roi du musée sans lequel le Louvre ne serait pas ce qu'il est, le visiteur est le véritable héros de l'histoire et devient à son tour, spectacle plutôt que spectateur.
    J'ai beaucoup aimé cette approche "inversée" qui offre une nouvelle dimension aux lieux et donne envie de revisiter le musée avec un œil différent. Les bulles sont rares, une voix off guide parfois l'aventure mais finalement, ce qui prime c'est le visuel et le lecteur n'a pas besoin de mots pour apprécier la visite proposée. Chaque vignette, rehaussée de couleurs douces, offre une perspective nouvelle : œuvres reproduites en fond, visiteurs au premier plan (i-phone à la main, appareil photo brandi, moue désabusée, sourire extasié...). Les planches défilent, les salles visitées sont de plus en plus nombreuses, les visiteurs croisés se multiplient... mais le plaisir de la visite ne s'essouffle pas.
    Je n'ai pas toujours apprécié la façon dont David Prudhomme a croqué les visiteurs, en revanche, je salue le travail de reproduction des œuvres et surtout, de colorisation de l'ensemble. La traversée du Louvre donne envie de déambuler dans le musée, rien que pour ça, c'est une réussite !

    Lien : http://bazardelalitterature.com/2014/05/10/le-coin-des-bd-7/
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 8         Page de la critique

  • Par Villoteau, le 16 juin 2012

    Villoteau
    Le narrateur est l'auteur de BD qui s'est vu proposer de réaliser un album où le musée du Louvre sera le décor. Il est apparemment venu avec sa compagne et l'histoire démarre au moment où il vient de la perdre dans le musée. Il ne la retrouvera qu'à la dernière page de BD de l'album, celle-ci avait décidé de rentrer après avoir renoncé à pouvoir le retrouver au milieu de la dizaine de milliers de visiteurs présents ( ils sont trente mille quotidiennement). Cinq pages documentaires terminent ce livre, elles nous livrent de nombreux chiffres sur le bâtiment, les visiteurs et les agents. En cherchant sa femme, La traversée du Louvre du narrateur se focalise sur les visiteurs et leurs attitudes face aux objets des collections. On aura compris que le scénario n'est pas très élaboré, par contre le dessin est d'une expression exceptionnelle dans sa présentation du public et on goûtera également la façon de dessiner certains œuvres très représentatives comme la Joconde, le Radeau de la Méduse, une icône grecque, un tableau de David, une œuvre de Delacroix … On appréciera la tonalité humoristique de certains jeux de visiteurs devant principalement des statues. Ce titre est abordable dès l'âge de 8-9 ans et il intéressera grandement les adultes aussi.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la critique


Critiques presse (8)


  • BullesEtOnomatopees , le 21 août 2012
    La traversée du Louvre est, comment dire ?, un pur plaisir. On suit David Prudhomme, guide d’un genre nouveau, qui réinvente les œuvres en y incluant les visages et les corps de leurs spectateurs, leur donne sens d’un regard amusé.
    Lire la critique sur le site : BullesEtOnomatopees
  • Auracan , le 30 juillet 2012
    Dans La Traversée du Louvre, David Prudhomme prend le parti de faire dialoguer œuvres et visiteurs. Une approche qui aboutit à un album presque muet, et pourtant tellement parlant.
    Lire la critique sur le site : Auracan
  • Lexpress , le 17 juillet 2012
    L'ensemble est bien rythmé, frôle pour finir le délire, sans y céder.
    Lire la critique sur le site : Lexpress
  • BoDoi , le 02 juillet 2012
    D’un trait à la fois sûr et en suspens, gracieusement coloré, Prudhomme croque d’un même élan les œuvres et les gens.
    Lire la critique sur le site : BoDoi
  • Telerama , le 20 juin 2012
    Dans cette bande dessinée (quasi) muette, chacun peut à sa guise imaginer la légende de dessins conçus comme autant d'instantanés, traités avec une délectable acuité.
    Lire la critique sur le site : Telerama
  • Du9 , le 18 juin 2012
    David Prudhomme s’intéresse moins aux œuvres qu’aux regards qui œuvrent, qu’ils soient les siens ou ces milliers d’autres venus des quatre coins du monde globalisé.
    Lire la critique sur le site : Du9
  • ActuaBD , le 18 juin 2012
    Éblouissant d’aisance, David Prudhomme dessine le musée avec une classe folle. Son œil perçant croque au crayon gras la masse des badauds, qui deviennent à leur tour des œuvres d’art.
    Lire la critique sur le site : ActuaBD
  • Sceneario , le 08 juin 2012
    Le jeu que mène Prudhomme est intelligent et malicieux. L’ensemble est accompagné d’une voix off pleine de poésie, reflétant les divagations et réflexions de l’auteur sur ce musée, ces gens et sur l’Art.
    Lire la critique sur le site : Sceneario

> voir toutes (1)

Citations et extraits

> Ajouter une citation







Sur Amazon
à partir de :
16,15 € (neuf)
10,20 € (occasion)

   

Faire découvrir La traversée du Louvre par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (80)

> voir plus

Quiz