Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2070319814
Éditeur : Gallimard (2007)


Note moyenne : 3.65/5 (sur 20 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
" On m'a balancée dans ce groupe rock, on m'a refilé des musiciens dans les pattes, et la musique me poussait dans le dos. La basse me propulsait. C'est alors que j'ai décidé de me lancer totalement là-dedans. J'ai plus jamais voulu faire autre chose. C'était mieux et m... > Voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

Critiques, analyses et avis (3)

> Ajouter une critique

    • Livres 4.00/5
    Par Woland, le 31 août 2008

    Woland
    Le 4 octobre 1970, aux environs d'1 heure et demie du matin, Janis Joplin décédait dans sa chambre de l'hôtel Landmark, à Hollywood, victime d'une overdose d'héroïne. Comme pour Jim Morrison, qui mourra un an plus tard dans son appartement parisien, on ne retrouva aucune seringue ou matériel de drogué sur les lieux : des "amis" bien intentionnés étaient passés par là.
    On pense aujourd'hui que Joplin, qui avait replongé dans l'héroïne le mois précédent, sous la houlette de son amie et maîtresse, Peggy Caserta, s'était procuré de la drogue par son fournisseur habituel. Mais que, par un malheureux hasard, l'héroïne ainsi dispensée était exceptionnellement pure. L'organisme de la chanteuse, affaibli par l'alcool, les drogues et le stress, n'aurait pas supporté le choc.
    Ainsi s'éteignait, à l'âge de 27 ans, celle que l'on surnomma de son vivant "la plus grande chanteuse blanche du blues."
    Dans cette biographie qui se double d'un hymne vibrant à la gloire des sixties et d'une certaine culture, toute pétrie d'utopie et d'humanisme, Jean-Yves Reuzeau fait revivre avec un rare talent cette anti-conformiste par excellence qui eut le malheur de naître à Port-Arthur, au Texas. Passionnée par le dessin et la littérature, l'adolescente comprend très vite que son physique, lui aussi, n'est pas non plus dans les normes tolérées par la petite communauté où elle vit. Dès le secondaire, on lui fait comprendre qu'elle est laide, on la surnomme même - cruauté qu'elle n'oubliera jamais : "le mec le plus moche du campus."
    Pour se donner de l'assurance - pour oublier ? pour rêver ? - Joplin se lie d'amitié avec celui qui l'accompagnera jusqu'à sa mort : le Southern Comfort, liqueur de whisky dont elle traînera des bouteilles et des thermos sur toutes les scènes qu'elle visitera. Dans les bars où elle effectue des descentes avec une bande de garçons eux aussi marginaux pour l'époque, il y a de l'alcool, des cigarettes, de la musique et même, dans certains, des lectures de poètes beatniks. Peu à peu, la musique, celle des notes et celle des vers, prend racine en elle et elle s'entraîne à imiter les grandes chanteuses de blues noires : Bessie Smith (qui restera sa référence suprême) et Odetta.
    A partir de là, le destin de Joplin est tracé. Il serpente à travers mille petits bars et salles de concert jusqu'à la chambre de l'hôtel Landmark. Mais le succès ne vint pas tout de suite. Joplin l'atteignit en fait lorsqu'elle devint la chanteuse d'un groupe résolument hippie qui s'en cherchait désespérément une : "Big Brother and the Holding Company." Quand elle quitta "Big Brother ...", elle traversa à nouveau une période critique dont elle sortait manifestement - en partie grâce à Paul Rothchild qui fut également l'imprésario des "Doors" et avait l'habitude des personnalités "incontrôlables" - quand la Mort survint pour l'emmener.
    Selon sa volonté, les cendres de Janis Joplin furent dispersées dans l'océan Pacifique le 13 octobre 1970. le 26 du même mois, toujours pour respecter son testament, une fête était organisée à sa mémoire et, en février 1971, sortait son dernier album, "Pearl", considéré comme son chef-d'oeuvre.
    Si, par un hasard extraordinaire, vous n'avez jamais entendu chanter Joplin, courez d'urgence vous procurer l'un de ses disques. Vous comprendrez alors pourquoi Jean-Yves Reuzeau l'évoque ici avec autant de tendresse, de pudeur et d'admiration.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 8         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Vanros, le 18 juillet 2015

    Vanros
    Biographie sobrement intitulée "Janis Joplin" ; le propos du biographe, ancien acteur de l'industrie du disque par ailleurs, est de mieux cerner la trajectoire d'une étoile filante de la scène musicale américaine de la deuxième moitié des 60's.
    Cette biographie s'attelle à comprendre cette jeune personnalité, disparue à 27 ans des suites d'une surdose d'héroïne.
    Le biographe rapproche le prénom "Janis" de celui du dieu romain "janus", au double visage. de fait, Janis Joplin oscillera entre plusieurs pôles contradictoires : elle assumera plus ou moins sa bisexualité, dissimulera son manque d'assurance derrière une autorité parfois blessante pour son entourage professionnel et artistique et un exhibitionnisme qui lui permettra d'exceller sur scène. Elle se plaint d'une profonde solitude tout en étant accompagnée en permanence d'amant(e)s plus ou moins bien intentionnés. Elle cherchera inlassablement l'amour, tout en se révélant incapable d'entretenir une relation amoureuse plus de quelques semaines.
    De fait, Janis Joplin n'aura pas le temps de mûrir ; sa vie affective est une catastrophe, tandis que la moindre frustration, la moindre angoisse, la rapprochent de la bouteille ou du prochain fix d'héroïne.
    Le biographe insiste sur le traumatisme subi par Janis Joplin, alors qu'elle est étudiante au Texas : elle est élue "le mec le plus moche de son université". Il s'agit pour elle de fuir ce conformisme sudiste pour un univers où la différence est non seulement tolérée, mais encouragée : la scène hippie de San Francisco l'adoptera très vite.
    Janis Joplin est une fille de son temps, et le biographe dépeint le monde musical us des 60's, dans ses dimensions géographiques et économiques ; San Francisco est la ville créative, expérimentale , où éclosent la vie communautaire, les expérimentations psychédéliques, sexuelles, ... La musique se pratique au sein de groupes, lors de concerts, souvent gratuits, où tous les arts s'entremêlent. New York cultive une image de sérieux, presque européen, et une appétence certaine pour les affaires. Los Angeles cultive son image "cool", tout en flairant le potentiel économique de la nouvelle scène musicale californienne, à graver sur des microsillons.
    Ainsi, Janis Joplin se trouve aspirée dans une dynamique qui la dépasse : la construction de sa notoriété nationale, et internationale l'oblige à quitter les concerts festifs et conviviaux de San Francisco pour s'enfermer dans des studios avec des musiciens courrant le cachet, ou pour chanter dans des salles presque vides (comme à l'olympia de Paris ...). Assumant son admiration pour Bessie Smith et Otis Redding, Janis Joplin chante à Memphis devant un public afro-américain, qui l'accueille froidement : pas facile de chanter le blues quand on est blanche....
    Au final, le biographe décrit très bien la formidable énergie développée par Janis Joplin :il lui a fallu bien du courage pour exercer un métier d'homme dans un univers machiste, défendre le blues auprès des blancs, quitter le Texas ; chapeau, l'artiste !
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 7         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par leourlevent, le 24 octobre 2012

    leourlevent
    1961, âgée alors de 17 ans, la jeune Janis Joplin, celle qui allait devenir la « Reine Blanche du Blues », découvre la scène et donne sa première représentation en tant que chanteuse. Au départ, rien ne la destinait à devenir chanteuse. Janis est douée en dessin et passionnée de lecture. Sa mère veut faire d'elle une femme modèle et une institutrice. Mais Janis déteste son Texas natal. Il y règne un fort conservatisme qui jugule les rêves de liberté de la jeune fille. Janis fuit, s'encanaille avec les petits gars du coin et découvre l'alcool, jusqu'à cet instant méchant et dramatique qui bouleversera Janis et la marquera à vie.
    Jean-Yves Reuzeau nous livre une biographie attachante sur Janis Joplin. Au fil des pages, on suit cette petite texane, complexée par son physique, qui n'aura de cesse de brûler la chandelle par les deux bouts. de son aventure avec Big Brother and The Holding Company, le groupe qui la révélera au grand public, jusqu'à l'enregistrement du chef d'oeuvre « Pearl », l'écrivain nous dresse un portrait d'une femme blessée et meurtrie mais aussi d'une femme libre et généreuse, d'une bête de scène, d'une voix et d'un destin hors du commun.
    Le livre est très agréable à lire et nous immerge dans un univers addictif. J'ai apprécié les photos en milieu de livre, toutes les notes en fin où l'on peut trouver la chronologie des dates clés dans la vie de Janis, une bibliographie et une discographie. A la lecture de cette biographie, je n'ai qu'un seul regret : celui de l'avoir terminé.

    Lien : http://horizon-magazine.fr/?p=94
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 12         Page de la critique

> voir toutes (3)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par Vanros, le 14 juillet 2015

    A l'approche de Noël, Janis suggère à ses parents de lui offrir un livre de cuisine. Une gigantesque party est organisée par la communauté de Lagunitas qui achève son déménagement entamé en octobre. Plus de deux cent personnes vont passer durant la nuit. On invite bien sûr les groupes voisins, le Grateful Dead et QuickSilver Messenger services, mais aussi Country Joe and the Fish, ainsi que des fidèles amis comme Powell St John, auquel Janis n'ose pas avouer avoir enregistré sa chanson de séparation "Bye, bye baby", mais auquel elle confie jouer à la roulette russe avec tout ce qui peut la faire planer. Le vin coule à flots, la nourriture est excellente. Une équipe est chargée de rouler une centaine de joints à partir d'un monceau d'herbe spécialement arrivée du Nebraska. Augustus Owsley Stanley III, la trentaine, cheveux longs filasse et lunettes à monture d'acier Ben Franklin, petit fils d'un sénateur du Kentucky, est le principal fournisseur d'acide de toute la région, et sans doute du pays. Comme il est de la fête, on ne serait bien sûr se limiter à boire ou à fumer. Le LSD est aussi de la partie. Janis célèbre essentiellement ce départ en compagnie de son ami Pigpen du Grateful Dead. Une jam session de guitares enflamme la nuit.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation

  • Par Duluoz, le 24 décembre 2012

    Vingt ans après la mort de Janis, les journaux texans demanderont dans un sondage s'il est ou non opportun de lui rendre hommage. Pensez donc: une droguée qui a eu l'impudence de venir leur faire la morale et de les provoquer sur place. Près de 80% des personnes interrogés répondront par la négative...A ce taux là, et quitte à mourir si jeune, Janis aurait pu forcer la dose et exprimer encore plus ouvertement sa vengeance !
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation

  • Par Vanros, le 18 juillet 2015

    Elle même choquée par la mort de Jimi Hendrix, Janis déclare devant Seth agacé par ces propos :"je peux tout de même pas partir la même année, vu qu'il est plus célèbre que moi."

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation

> voir toutes (1)

Video de Jean-Yves Reuzeau

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Jean-Yves Reuzeau

The Doors - Reportage - Jean-Yves Reuzeau











Sur Amazon
à partir de :
8,65 € (neuf)
6,37 € (occasion)

   

Faire découvrir Janis Joplin par :

  • Mail
  • Blog

Découvrez la collection Folio

> voir plus

Quiz