Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

> inconnu (Traducteur)

ISBN : 2266034839
Éditeur : Pocket (1990)


Note moyenne : 4.04/5 (sur 837 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
De nos jours, à La Nouvelle-Orléans, un jeune homme a été convoqué dans l'obscurité d'une chambre d'hôtel pour écouter la plus étrange histoire qui soit. Tandis que tourne le magnétophone, son mystérieux interlocuteur raconte sa vie, sa vie de vampire. Comme l'intervie... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (74)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 5.00/5
    Par idevrieze, le 15 novembre 2012

    idevrieze
    Enfin je vous en parle
    Et oui, Anne Rice et moi, c'est une histoire d'amour de plus de 15 ans (qui ne va toujours que dans un sens, malheureusement. Non je plaisante, enfin, si. Enfin de compte, je ne lui ai apporté que le prix des livres). Enfin bref. Anne Rice, c'est l'une de mes auteures chouchoutes, que j'aime, que j'adore, en VO, en VF, en voyage, dans mon lit, dans mon salon. J'en parle encore et toujours, je ne m'en lasse pas. C'est simple, même son chat je l'adore (pour ceux qui pensent que je suis complètement folle, si vous avez raison. Mais allez voir sur sa page Facebook les photos de son chat. Et bien vous comprendrez que Prince Obéron est un très beau chat). (Et puis c'est tout).
    Donc reprenons… Anne Rice et la Chronique des vampires… Je pense sincèrement que si j'ai une fascination sans bornes depuis des années sur les vampires, c'est que j'ai lu du Anne Rice. Les petits jeunes de maintenant vont me regarder de leur regard d'adolescent rebelles en poussant une espèce de Beuglement genre : « Meuh c'est qui Anne Rice ? » Et bien Anne Rice, c'est la madame qui a renouvelé le style du vampire les cocos. Et que c'est un peu comme les vampires qui brillent avec Twilight mais il y'a plus de dix ans. Ignares ! (attention, ceci n'est pas une critique de Stephanie Meyer qui, à mon sens, même si je n'adhère pas du tout à sa série, a permis d'ouvrir les portes de la littérature fantastique à une foule de petits jeunes.)
    Et donc, mon dépucelage vampiriesque vient de Entretien avec un vampire. Vous pensez donc que dès que j'ai vu cette nouvelle édition toute jolie, toute classique, toute trop belle, je me suis dit que cela en jetterai un max dans la Biblio (et ce fut le cas !)

    La révolution vient parfois d'idées les plus simples et les plus folles
    Imaginez donc notre petite Anne Rice qui se fait un fou rire toute seule. Son entourage lui demande : « Pourquoi tu ris ? » Et là elle répond : « Imaginez si un journaliste interviewait un vampire, ce que cela donnerait ! » Et le pire, c'est qu'elle l'a fait ! Entretien avec un vampire nous raconte l'histoire de Louis, le plus humain des vampires. Et grâce à lui, on va se réinventer une toute nouvelle opinion du vampire. Ce ne sera plus une bêbête qui craint Dieu, qui est damnée, qui se terre dans un caveau, qui sent le renfermé et qui va tenter de vous sucer le sang, alors que franchement il n'était pas vraiment attirant à première vue. Quoique, avec son super pouvoir du regard de la mort qui tue, en fait, si après. Avec Louis, Lestat et Claudia, vous aurez du glamour, de la sensualité, des crucifix, pas encore de l'histoire mais ça arrivera je vous le rassure, et vous aurez une vision des humains à travers des yeux de vampire (et c'est trop beau !)
    Alors, pour ceux qui veulent de l'objectivité dans cette chronique et qui continuent à lire… Je ne vous comprends pas. Sachez-le. Vous lisez une fan. Mais passons. Donc nous suivons Louis qui apparaît comme faible, limite pathétique. Mais qui en fait est quelqu'un de très empathique. C'est une espèce de vision très humaniste, caractéristique du XIX° ou XVIII°… Je ne sais plus… XVIII° cela doit être cela ! C'est quelqu'un avide de connaissance qui éprouve un profond respect pour l'être humain, chose qui apparaît totalement aberrante pour Lestat. Lestat, d'ailleurs, paraît très insipide dans ce roman, mais vous verrez que lorsque vous aurez son point de vue dans le tome 2… Là ce sera du personnage. Mais passons. Louis et Lestat sont un couple (oui je sais, ça fait homo. Mais Anne Rice ne fait aucune différence sur les genre de couple, du coup, Louis et Lestat qui ont une gamine ça passe tout à fait. Une femme très moderne, je vous le répète) (et non ils ne couchent pas ensemble. Rha mais vous ne pensez qu'à cela !) très complémentaire, Lestat représentant le soleil, celui qu'on voit, qui doit briller, et Louis, qui représente la lune, c'est lui qui observe, qui organise, qui protège, qui aime…

    Louis… Qu'aurai-je aimé le connaître ?
    Autant Lestat m'a toujours fascinée, et j'aurai aimé passé la soirée à me marrer et à me balader avec. Autant Louis… J'aurai aimé partager un bibliothèque avec. Vous voyez ce que je veux dire ? Ce vampire aime les humains, il en voue une adoration sans borne. Et c'est ce qui le rend si fragile car ses proches déjà ne le comprennent pas car il tente coûte que coûte à garder ses sentiments humains. Mais de plus, il aime passionnément Claudia : sa fille, son amante, comme vous préférez. Et c'est aussi pour cela qu'il a une profonde affection pour Lestat. C'est leur fille à eux deux. Et elle regroupe quelques particularités de chacun d'eux.
    Aussi, l'histoire de Louis, c'est sa naissance en tant que vampire, sa rencontre ainsi avec Lestat, et sa vie de famille vampiriesque avec Claudia. Leurs hauts, leur bas, et leur bilan au bout de quelques centaines d'années. On a aussi une recherche sur les origines du vampire (mais il vous faudra attendre un peu pour savoir). Bref, ce tome-là pose les bases d'un univers juste fabuleux, doux mais cruel à la fois, que je ne lasserai pas d'élogier (oui j'invente des mots maintenant). La nouvelle traduction est mignonne comme tout. Et si vous avez envie de lire un truc sur les vampires qui vous prendra quelques tomes. Mais tentez le coup ! Allez-y !


    Lien : http://labibliodekoko.blogspot.fr/2012/11/la-chronique-des-vampires-..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          1 17         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par Kenehan, le 06 avril 2012

    Kenehan
    Voilà maintenant quelques années (alors que je n'étais qu'un lycéen) que j'ai lu ce classique de la littérature vampirique . C'est peut-être même le tout premier roman abordant le vampirisme que j'ai pu lire dans ma vie (même Dracula est passé après, Dracula est même passé après Twilight…oui j'avoue^^).
    Pour être honnête j'avais vu le film avant (ça remonte au collège cette fois…) et depuis j'ai toujours eu envi de me plonger dans cet univers si particulier et au final je ne l'ai jamais regretté. Aujourd'hui, c'est l'un des livres que j'affectionne le plus et en ce qui concerne les histoires de vampires, c'est la seule qui me comble entièrement.
    Tout d'abord, il faut dire que la plume d'Anne Rice est vraiment excellente. Impossible de ne pas être projeté dans ce monde qu'elle dépeint au fur et à mesure des pages. J'ai tout de suite accroché avec ce style riche en description, bien tourné et fluide. Elle sait choisir ses mots et le lecteur que je suis prend vraiment plaisir à la lire.
    Ensuite, l'histoire est captivante. Certes, quelques traits connus des vampires sont repris ici (d'un autre côté un vampire est un vampire^^), mais au final elle a vraiment réussi à recréer le mythe du vampire en lui apportant sa touche personnelle. Elle leur a donné un second souffle voilà une trentaine d'années. Ce ne sont plus seulement des monstres sanguinaires, des suceurs de sang mais bien des personnes à part entière aux prises avec leurs tourments. Chacun des personnages que l'on rencontre à sa propre identité, son vécu, son histoire personnelle, ses désirs et ses peurs. Chaque personnage est doté d'une psychologie profonde et fascinante, le lecteur n'a plus qu'une chose à faire : se laisser porter et être attiré par l'un ou l'autre (voire plusieurs) des protagonistes.
    Un ouvrage qui fait partie de ceux qui m'ont fait vibrer, qui ont su me toucher et m'emporter dans un univers que j'affectionne tout particulièrement : à la fois sombre, fascinant, terrifiant mais aussi terriblement attirant et émouvant. Tous les ingrédients sont réunis par Anne Rice pour que je sois aux anges et de ce fait elle restera dans le panthéon de mes auteures favoris !
    En fin de compte, s'il y a bien eu un renouveau du mythe du vampire c'est bien grâce à Anne Rice. Elle en a fait un être plus tellement éloigné de nous, complexe, touchant, affranchi des limites d'une société parfois trop prude et politiquement correct mais en même temps prisonnier de nouvelles limites, mais aussi un être violent, tumultueux, libertin, passionné et passionnant. Bref, même si la mode actuelle pour les vampires a pu me procurer quelques lectures agréables, rien n'aura été aussi savoureux qu'Entretien avec un vampire. Les vampires romantiques et tourmentés qui envahissent tous les médias font quand même pâle figure à côté d'un Lestat possessif et dominateur, d'un Louis torturé ou d'un Armand mélancolique.
    Anne Rice a publié là un chef-d'œuvre en dépoussiérant un vieux mythe et en abreuvant mon imaginaire de ces vampires si charismatiques.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 14         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par Davalian, le 27 avril 2013

    Davalian
    Pièce maitresse de la bibliographie de Anne Rice, Entretien avec un vampire est un roman particulier, écrit bien avant que ne débute la mode actuelle des vampires.
    La première moitié de l'ouvrage est une agréable lecture fantasy qui prolonge d'une manière bien spécifique le grand classique de Bram Stocker. La narration bâtie sur un entretien offre des possibilités rarement exploitées et utilisées avec brio. le récit de Louis est envoutant au point ou le retour au présent devient déconcertant. le discours fascine, envoute, séduit. Les clins d'œil à Dracula sont bien plus réussis que l'intégralité du très contesté Dracula l'immortel.
    La seconde partie est en revanche différente. La légèreté (emplie de noirceur) s'efface au profit de réflexions touchant à la condition de vampire. Tuer et vivre seul pour l'éternité ? Rapidement le fil rouge devient le cœur d'une dissertation (habilement menée certes) mais redondante et peu passionnante. Les orientations sensuelles (certains passages évoquent la sexualité à demi-mot) dérangent. Il est d'abord question de relations entre hommes puis entre hommes et enfant. Un mélange des genres dangereux qui culmine lors de l'escapade à Paris.
    Cette partie de l'intrigue sera bien plus introspective, descriptive, avec quelques soubresauts dramatiques. Mais l'ennui persiste et la qualité de l'écriture ne parvient pas à sortir le lecteur de sa torpeur.
    Bien qu'écrite par une femme, le récit reste masculin (Louis, Lestat, Armand). Les personnages féminins bien qu'originaux (Claudia) sont bien trop souvent relégués au rang de second couteaux (Madeleine, Céleste, la Sœur). le dénouement, précipité au vu des développements précédents est bâclé. Les dix dernières pages, prévisibles, ne donnent guère envie de lire les 9 tomes suivants....

    Lien : http://kriticon.over-blog.com/article-entretien-avec-un-vampire-anne..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          4 18         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par Acerola13, le 26 mai 2013

    Acerola13
    Après avoir dévoré maintes séries qui se réclamaient de la bit-lit, je me suis rendue compte que je n'avais jamais touché au premier tome de ce genre, acclamé par tous et cité en exemple de nombreuses fois...
    J'ai donc profité de la réédition de la série chez plon pour acquérir "Entretien avec un vampire", avant de le laisser croupir sur ma bibliothèque jusqu'à ce que je m'en souvienne.
    Le livre vaut-il tout ses critiques positives ? Assurément : il ne m'aura fallu qu'une journée pour le dévorer, sans pouvoir le reposer ne serait-ce que quelques minutes. L'intrigue accroche, les personnages aussi.
    Mais débutons par l'ambiance : Nouvelle-Orléans, XVIIIème siècle, encore habitée par de nombreux colons d'origine française, faisant travailler dans leurs plantations des esclaves noirs. Parmi ces colons, un jeune homme de caractère étrange voit périr son frère, et est transformé peu après en vampire par un vampire du nom de Lestat.
    Comment ne pas déjà savourer le décors, expliqué et détaillé quelques siècles plus tard par ce même vampire à un journaliste ?
    Quant aux personnages, tous sont plus intéressant les uns que les autres : Louis, qui se questionne sur sa nature de tueur et sur ses pulsions, Lestat, qui embrasse cruellement sa condition, sans oublier les vampires de Paris et de l'Europe de l'Est...
    Mais le point clef de l'intrigue est sans nul doute la transformation de la jeune Claudia en vampire dans sa sixième année, figée à jamais dans son corps d'enfant malgré les nombreuses années qui passent.
    Anne Rice nous prépare donc un cocktail explosif pour ce roman, qui se classe sans nul doute parmi les meilleurs tomes de bit-lit que j'ai lus. le développement de la réflexion des personnages sur leur condition de tueur, l'aspect moral, le désir, la passion, l'immortalité, autant de thèmes évoqués avec subtilité et une touche d'érotisme, et qui font véritablement entrer le lecteur dans la peau des protagonistes.
    À lire pour tout amateur de bit-lit et de vampires !
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 11         Page de la critique

    • Livres 2.00/5
    Par Yumiko, le 27 juillet 2012

    Yumiko
    Ce livre m'intéressait depuis longtemps, mais allez savoir pourquoi, je craignais le style d'Anne Rice. J'avais peur qu'il soit pompeux et qu'il ne me plaise pas. Mes doutes étaient bien inutiles car son écriture est fluide et agréable à lire, du coup j'ai plongé sans problème dans le récit.
    Louis est un vampire qui a été transformé par Lestat. Il décide de raconter son histoire et sa vie en tant que vampire à un jeune journaliste. C'est ce récit que nous suivons à travers cette interview. Les flashbacks sont nombreux et nous font découvrir sa vie, ses relations, ses doutes, ses sentiments. Nous découvrons ainsi Lestat, Claudia, Armand, tant de vampires qui ont croisé la route de Louis et qui ont bouleversé sa vie de bien des façons.
    Le récit en lui-même est bien pensé et avoir un humain plongé dans ce monde incroyable permet d'avoir l'impression que l'histoire nous est comptée directement. le lecteur est emporté et impatient de connaître la suite. Seulement il y a un gros problème, le récit est coupé en 4 parties et toutes ne sont pas de qualité égale.
    La première est à mon goût la plus intéressante. On y découvre la vie de Louis et Lestat et leur duo est très intéressant à suivre. Je n'ai pas vu les pages défilées tellement j'ai été prise par le récit. Les 2 et 3 sont ennuyeuses à l'extrême entre Claudia qui est agaçante et n'amène rien et Louis qui passe son temps à pleurnicher et à gémir. Une catastrophe! Heureusement la dernière remonte le niveau avec l'apparition d'Armand qui m'a bien plu et le retour de Lestat, même s'il est très pathétique…
    Du coup cela me donne envie de lire le tome suivant pour retrouver Lestat qui reste mon personnage préféré :) J'ai beaucoup aimé l'univers et la mythologie mise en place par l'auteur, ce qui donne envie d'en apprendre toujours plus. Dommage pour tout le milieu du roman qui ne sert à rien et qui ressemble à un mauvais remplissage.
    Une histoire à découvrir pour plonger dans ce récit si connu, même si le roman ne tient pas toutes ses promesses.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 10         Page de la critique

> voir toutes (26)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par Orphea, le 26 novembre 2010

    " Tandis que j'aspirais le sang, mon univers visuel s'était réduit à cette lumière dorée. Et la sensation qui parvint ensuite jusqu'à moi fut une sensation... sonore. D'abord un grondement sourd, puis une pulsation lourde semblable à une batterie de tambour, dont le son s'enfla, s'enfla comme si quelque énorme créature s'approchait au travers d'une forêt sombre et inconnue, accompagnant sa progression d'un tam-tam monstrueux. Puis s'ajouta la battue d'un autre tambour, celui d'un autre géant marchant à quelques pas du premier, mais aucun des deux monstres, concentrés sur leur instrument, ne prêtait attention au rythme de l'autre. Le son grossit tellement qu'il me parut non seulement emplir mes oreilles, mais aussi envahir tous mes sens, palpiter dans mes lèvres et dans mes doigts, dans la chair de mes tempes, dans mes veines. Dans mes veines, surtout, ce premier tambour, puis l'autre ; et tout à coup Lestat retira son poignet ; j'ouvris les yeux, mais me retins au moment où j'allais chercher son poignet, l'attraper, le ramener vers ma bouche à tout prix ; je me retins parce que j'avais compris soudain que le premier tambour était mon coeur et que le second était le sien.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 13         Page de la citation

  • Par LydiaB, le 03 décembre 2010

    - Je vois..., dit le vampire d'un air pensif.
    Puis lentement, il traversa la pièce pour aller se poster à la fenêtre. Il y resta un long moment; sa silhouette se découpait sur la clarté diffuse qui émanait de Divisadéro Street et sur les rayons des phares des automobiles. L'ameublement de la pièce apparaissait maintenant plus clairement au jeune homme: la table de chêne ronde, les chaises. Contre l'un des murs, il y avait un lavabo surmonté d'un miroir. Il posa sa serviette sur la table et attendit.
    - De combien de bandes disposez-vous? demanda le vampire en tournant la tête de manière à offrir son profil au regard du jeune homme. Assez pour l'histoire de toute une vie?
    - Certainement, si c'est une vie intéressante. Quand j'ai de la chance, il m'arrive d'interviewer jusqu'à trois ou quatre personnes le même soir. Mais il faut que l'histoire en vaille la peine. C'est normal non?
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 9         Page de la citation

  • Par Orphea, le 26 novembre 2010

    La peau du vampire était parfaitement blanche et lisse, comme s'il avait été sculpté dans de la craie, et son visage semblait aussi inanimé que celui d'une statue, à l'exception des deux yeux verts et brillants qui regardaient fixement le jeune homme, telles des flammes logées dans des orbites. Le visage du vampire s'éclaira d'un sourire presque désenchanté, et la matière lisse et blanche de sa chair avait le mouvement infiniment flexible, mais schématique, des dessins animés.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 14         Page de la citation

  • Par PatateAmoureuse, le 01 juillet 2012

    Comme tous les gens doués d’une âmes forte, elle avait toujours à souffrir d’une sorte de solitude;elle était quelqu’un de marginal,quelqu’un qui secrètement refusait les règles du jeu

    Commenter     J’apprécie          0 21         Page de la citation

  • Par Urzy, le 09 septembre 2010

    Le mal, c'est quelque chose de toujours possible. Et le bien, c'est quelque chose d'éternellement difficile.

    Commenter     J’apprécie          0 32         Page de la citation

> voir toutes (80)

Videos de Anne Rice

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Anne Rice


Entretien avec un vampire : L'Histoire de Claudia
Découvrez ou redécouvrez les aventures de Claudia, l'enfant-vampire du célèbre roman d'Anne Rice, Entretien avec un vampire, dans une adaptation en roman gra...








Sur Amazon
à partir de :

5,00 € (occasion)

   

Faire découvrir Les Chroniques des Vampires, tome 1 : Entretien avec un vampire par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (1974)

> voir plus

Quiz

    Anne Rice et son oeuvre

    Anne Rice est devenue célèbre grâce à ses Chroniques des Vampires, quel est le titre du tout premier tome ?

    •   Lestat le vampire
    •   Entretien avec un vampire
    •   Le Lien maléfique
    •   Vittorio le vampire
    •   La Reine des damnés

    10 questions - 102 lecteurs ont répondu
    Thème : Anne Rice

    Créer un quiz sur ce livre.