Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

> Susanne Juul (Traducteur)
> Bernard Saint-Bonnet (Traducteur)

ISBN : 2264038462
Éditeur : 10-18 (2006)


Note moyenne : 3.63/5 (sur 78 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Les copains d'abord... Telle pourrait être la devise de ces cinq célibataires qui ont élu domicile dans une maison abandonnée. Mais ces bons à rien pourront-ils toujours vivre ainsi, de bière, d'amitié et de l'air du temps ? Préoccupé de leurs vieux jours, l'un d'eux a ... > Voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (11)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 4.00/5
    Par MachaLoubrun, le 30 juin 2015

    MachaLoubrun
    En cette journée de canicule, La maison des célibataires est le livre idéal pour passer une bonne soirée. C'est une courte nouvelle rafraîchissante et drôle qui se déroule au Groenland.
    Ils sont cinq copains, paresseux, sales, fainéants, bien décidés à ne pas s'en faire dans la vie et à se livrer aux pires beuveries. Ils habitent une maison inoccupée et ne sont plus très jeunes mais Kernatoq, qui est le seul à travailler pour subvenir aux besoins du groupe, à l'idée lumineuse d'épouser une riche veuve acariâtre et pingre pour s'assurer de vieux jours tranquilles. L'équilibre du groupe est menacé mais Kernatoq est un homme plein de malice et d'ingéniosité...
    Jorn Riel est un fabuleux conteur et sa fable savoureuse se lit d'une traite.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 35         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par cicou45, le 09 septembre 2014

    cicou45
    Dans une petite ville isolée du Groenland appelée Sardloq vivent, en plus du curé, de l'administrateur et de son fidèle assistant Hansen et des autres habitants bien sûr cinq homme un peu à part. Pourquoi cela ? Parce qu'ils vivent tous ensemble dans ce que la ville toute entière connaît sous le nom de "La maison des célibataires". Ils sont cinq mais un seul d'entre eux travaille et rapporte ainsi l'argent nécessaire à leur petite vie douillette. Celui-ci s'appelle Kernatoq. Je ne citerai d'ailleurs que lui car les autres noms nous intéressent guère ici étant donné que c'est Kernatoq qui sera le centre d'intérêt tout au long de cet ouvrage. Alors que ses camarades vivent au jour le jour, lui, pense déjà à ses vieux jours. Que fera-t-il lorsqu'il ne pourra plus travailler ? Sera-t-il obligé de quitter cette maison de joyeux lurons pour se retrouver dans une maison de retraite dans une autre ville que la sienne ? A moins qu'il y ait une autre solution : se marier avec une femme relativement riche qui pourra alors s'occuper de lui...Alors que dans sa tête ses projets sont tout tracés et, je dirais même, méticuleusement programmés, ses amis, eux, ne sont pas du même avis...
    Une farce ou un de ces joyeux racontars dont Jorn Riel est friand et, nous, lecteurs, également !
    Des chapitres courts tout comme l'ouvrage d'ailleurs qui se lit très vite, tout cela écrit dans un langage épuré et drôle au possible. A découvrir !
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 34         Page de la critique

    • Livres 2.00/5
    Par jovidalens, le 31 décembre 2013

    jovidalens
    Une nouvelle sans surprise de Jorn Riel. Sans surprise, parce qu'on les connaït ses héros : paresseux habiles à lever le coude, paresseux et donc inventifs pour se créer des recettes de gnole décapantes et qui font perdre la tête (pas la leur, celle des autres !) , réfléchis et stratéges, pour mener à bien leur petite barque, mais, attention, la barque en question c'est celle de leurs copains. Et celle-là, elle est sacrée et bien défendue.
    Quatre copains, plus très jeunes, prennent en mains leur avenir en transformant la ruine qu'ils habitent et appelée pompeusement "Maison des célibataires" en une fringante maison de retraite complètement prise en charge par l'Etat et à leur unique bénéfice. Ah les forbans !
    Et ça nous fait rire !
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 12         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Walden-88, le 14 octobre 2013

    Walden-88
    Avec le temps qui se rafraîchit rien de mieux qu'un petit Jorn Riel pour se payer une bonne tranche de rigolade !
    Ils sont cinq, ils se nomment : Moses, Kernatoq, Joseph et Abraham (des jumeaux) et Kodak. Ils habitent (ou plutôt squattent depuis des années) la maison des célibataires, sur la colline à Sardloq. Nos cinq célibataires se distinguent par leur capacité à ne rien faire, tout du moins, pour quatre d'entre eux, Kernatoq, grâce à son emploi stable sur le bateau à charbon de la colonie, gagne suffisamment bien sa vie pour subvenir aux besoins de tout le monde. Les cinq copains aiment de temps en temps mettre leur cotre, le Sans Souci, à l'eau et partir pêcher, boire quelques bières et de l'eau-de-vie. Mais un jour, une question se pose : comment assurer leurs vieux jours ? C'est Kernatoq, le cadet, qui trouvera la solution, pour cela il lui faut épouser la terrible et riche veuve Bandita. Mais avec elle, pas sur que nos joyeux compagnons atteignent l'âge de la retraite...
    On retrouve dans ce petit livre (70 pages), les ingrédients qui ont conduit le Danois et ses racontars vers le succès. Une histoire pleine d'humour et de franche camaraderie qui fait sourire.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 7         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par hannah851, le 22 décembre 2014

    hannah851
    Une courte histoire à donner ou redonner le sourire en se régalant des aventures de ces cinq célibataires groenlandais qui ne sont pas avares de coups tordus pour arriver à leurs fins malgré leur légendaire paresse.
    Humour, amitié à toute épreuve et alcool à foison sur fond de paysages groenlandais sont les ingrédients de ce racontar tel qu'aime à les écrire Jorn Riel.
    Installés dans une ancienne maison de missionnaire abandonnée, dans la petite ville de Sardloq, ces cinq hommes vivent d'amitié et de bière sans se soucier du temps qui passe jusqu'au jour où l'un deux, Kernatoq, le plus jeune et le pourvoyeur d'argent, décide de se marier pour assurer leurs vieux jours. Son choix qu'il pense malin se pose sur Bandita Eliassen, une riche veuve au franc parler et à la main leste. Peu convaincus par le bonheur futur de leur ami, les quatre amis vont élaborer un plan pour lui éviter cette union.
    La solution brillante se révèle à l'image de leur façon de vivre et ils n'hésitent pas à employer les grands moyens même les plus loufoques pour sauver leur ami. Les faits sont parfois un peu trop grossis mais l'écriture simple et les chapitres courts donnent tout son envol au récit et ne lassent pas le lecteur au premier abord.
    Un petit régal à lire avant les fêtes de fin d'année! J'aime beaucoup la couverture avec l'ours et son grog.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la critique

> voir toutes (8)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par jovidalens, le 31 décembre 2013

    Le régisseur trouvait excellent ce projet de maison de retraite. Plus il buvait d'imiaq, meilleur d'ailleurs il trouvait le projet. Une fois l'affaire conclue, on fit une petite fête dans les appartements du régisseur, une fête qui dura jusqu'au moment où sa femme pria lesinvités de vider les lieux en lesmenaçant d'un fusil à double canon.

    Commenter     J’apprécie          0 9         Page de la citation

  • Par cicou45, le 09 septembre 2014

    "C'est toujours fascinant et un peu désolant de voir ce qui arrive à un homme une fois qu'une femme lui a mis le grappin dessus."

    Commenter     J’apprécie          0 14         Page de la citation

  • Par BMR, le 06 août 2007

    [...] Il ne se lavait que rarement et c'est pourquoi sa peau, petit à petit, avait pris la couleur du charbon. Kernatoq aimait beaucoup les femmes, mais les filles de Sardloq l'évitaient. Celles qui, par pure gentillesse, partagèrent quand même occasionnellement son lit, prétendirent que la poussière de charbon crissait entre leurs dents pendant des semaines après.

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la citation

  • Par BMR, le 06 août 2007

    [...] On racontait qu'elle avait tué son mari, qu'elle l'avait tabassé à mort parce qu'il avait essayé de faire une fugue juqu'à Julianehab. Mais personne ne savait au juste ce qui s'était passé, vu que quand le curé était arrivé, le bonhomme était déjà mort et enterré depuis six bons mois.

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la citation

  • Par Er-et-cel, le 05 novembre 2014

    Le dernier s'appelait Kodak. Il n'avait qu'un oeil, mais avec lequel il voyait relativement bien, et il était doté d'une mémoire phénoménale. Personne n'avait jamais entendu parler de ses parents, mais comme il parlait bien le groenlandais, on supposait qu'il était né au Groenland.

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation







Sur Amazon
à partir de :

3,47 € (occasion)

   

Faire découvrir La maison des célibataires : Une petite histoire groenlandaise par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Quiz