Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2266192310
Éditeur : Pocket (2009)

Existe en édition audio



Note moyenne : 4.09/5 (sur 69 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
A son existence maudite de voyant, de voyou, de météore, Une saison en enfer semblait lancer un dernier adieu. La fête était finie. Avec les Illuminations, Rimbaud, à vingt ans, écrit le dernier acte de son " opéra fabuleux ", le plus énigmatique. En fixant ses délires... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

Critiques, analyses et avis (3)

> Ajouter une critique

    • Livres 5.00/5
    Par CorinneCo, le 26 novembre 2013

    CorinneCo
    Que ce soit pour ce recueil comme pour l'ensemble de son oeuvre, que dire sur Rimbaud ? Que dire de cette vie qui semble flamber sans retour... Toutes les études, les livres, les thèses et autres pourront-ils un jour l'approcher au plus près de l'homme, du poète, de l'écrivain, du fantasme qu'il représenta et représente sûrement encore pour certains...
    René Char a écrit un très beau texte sur lui. le voici :
    "Tu as bien fait de partir, Arthur Rimbaud !
    Tes dix-huit ans réfractaires à l'amitié, à la malveillance, à la sottise des poètes de Paris ainsi qu'au ronronnement d'abeille stérile de ta famille ardennaise un peu folle, tu as bien fait de les éparpiller aux vents du large, de les jeter sous le couteau de leur précoce guillotine. Tu as eu raison d'abandonner le boulevard des paresseux, les estaminets des pisse-lyres, pour l'enfer des bêtes, pour le commerce des rusés et le bonjour des simples.
    Cet élan absurde du corps et de l'âme, ce boulet de canon qui atteint sa cible en la faisant éclater, oui, c'est bien là la vie d'un homme! On ne peut pas, au sortir de l'enfance, indéfiniment étrangler son prochain. Si les volcans changent peu de place, leur lave parcourt le grand vide du monde et lui apporte des vertus qui chantent dans ses plaies.
    Tu as bien fait de partir, Arthur Rimbaud! Nous sommes quelques-uns à croire sans preuve le bonheur possible avec toi."
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          2 13         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par brigittelascombe, le 30 août 2011

    brigittelascombe
    Lorsque je tiens ce vieux recueil écorné entre les mains ce sont des tableautins résolument modernes qui défilent sous mes yeux.
    Ces historiettes en prose, hallucinatoires,sont de courts puzzles de photons imaginaires issus de l'inconscient obscur d'un Arthur enfant étouffé par sa mère qui de fugue en fugue écrit sa propre musique.
    Porte ouverte au surréalisme.Rimbaud en était-il le précurseur?
    En tous cas, l'insolite de Magritte joue du pinceau avec brio.
    L'empire des lumières (René Magritte 1954), maison surnaturelle, aux volets presque tous clos, éclairée intérieurement de sa veillée mais plongée dans l'obscurité nocturne sous un ciel clair diurne est-il celui d'un Arthur Rimbaud qui tire sa lumière du vide crée par l'enfance effacée?
    L'empire des lumières(1967 René Magritte) repris mais non achevé car laissé en suspens par la mort, resté clos sur quelque secrète parabole peint-il le monde d'un Rimbaud qui vagabonde, blesse Verlaine son amant d'un coup de révolver(Les illuminations publiées en 1886 ont sans doute été écrites vers cet épisode là de 1873) ?
    Le salon de Dieu(René Magritte 1948) avec son inversion jour est nuit tend-il des cordes à ses fenêtres pour danser d'étoile en étoile?
    Le retour de flamme (René Magritte 1943) avec son Fantomas mystérieux géant surgi de la nuit qui plane au dessus de la ville est-il le circus de Rimbaud dont "les boutiques doivent contenir des drames sombres"?
    Stop le délire,me voici prise d'hallucinations, c'est dire la puissance évocatrice de ces récits, ras de marées,contes,rêveries,parades,rencontres de décadants,beautés,vies paisibles,départs,châteaux,ivresses,visionsphrases,fictions,ponts qui s'effacent,ornières entre vie et mort,villes idéales,veillées-bonheur,mystiques,fêtes,angoisses....mondes inassouvis qui brillent dans la nuit aux portes de l'irréel.
    Arthur Rimbaud poète français(1854 1891) après avoir écrit des Poésies de forme régulière,suite aux évènements de la Commune en 1871, a crié sa propre révolte et est passé à une forme plus nouvelle et inventive dont Une saison en enfer et Illuminations font partie qui ont fait de lui, dira Mallarmé "ce passant considérable".
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 9         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par Yumiko, le 09 juillet 2012

    Yumiko
    C'est la première fois que je me plongeais dans des poèmes de Rimbaud. J'ai découvert avec étonnement son style si particulier et bien différent des autres poètes.
    Certains de ses écrits m'ont particulièrement touchés, d'autres moins; mais globalement j'ai beaucoup apprécié ce recueil. Les textes racontent tous des petites histoires qui sont tellement belles qu'on en oublie presque que ce sont des poèmes! J'ai ressenti de la nostalgie, de la joie, de la douceur, de la tristesse, tous ses sentiments se mélangent et on ressort marqué par la plume si particulière de ce grand poète.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la critique

> voir toutes (26)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par ArnaudP, le 25 septembre 2011

    D'un gradin d'or, - parmi les cordons de soie, les gazes grises, les velours verts et les disques de cristal qui noircissent comme bronze au soleil, - je vois la digitale s'ouvrir sur un tapis de filigranes d'argent, d'yeux et de chevelures.
    Des pièces d'or jaune semées sur l'agate, des piliers d'acajou supportant un dôme d'émeraudes, des bouquets de satin blanc et de fines verges de rubis entourent la rose d'eau.
    Tels qu'un dieu aux énormes yeux bleus et aux formes de neige, la mer et le ciel attirent aux terrasses de mabre la foule des jeunes et de fortes roses.

    - Fleurs -
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la citation

  • Par pvd, le 23 avril 2013

    Aube

    J'ai embrassé l'aube d'été.
    Rien ne bougeait encore au front des palais. L'eau était morte. Les camps d'ombres ne quittaient pas la route du bois. J'ai marché, réveillant les haleines vives et tièdes, et les pierreries regardèrent, et les ailes se levèrent sans bruit.
    La première entreprise fut, dans le sentier déjà empli de frais et blêmes éclats, une fleur qui me dit son nom.
    Je ris au wasserfall blond qui s'échevela à travers les sapins : à la cime argentée je reconnus la déesse.
    Alors je levai un à un les voiles. Dans l'allée, en agitant les bras. Par la plaine, où je l'ai dénoncée au coq. À la grand'ville elle fuyait parmi les clochers et les dômes, et courant comme un mendiant sur les quais de marbre, je la chassais.
    En haut de la route, près d'un bois de lauriers, je l'ai entourée avec ses voiles amassés, et j'ai senti un peu son immense corps. L'aube et l'enfant tombèrent au bas du bois.
    Au réveil il était midi.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation

  • Par ArnaudP, le 25 septembre 2011

    Les chars d'argent et de cuivre -
    Les proues d'acier et d'argent -
    Battent, l'écume, -
    Soulèvent les souches des ronces -
    Les courants de la lande,
    Et les ornières immenses du reflux
    Filent circulairement vers l'est,
    Vers les piliers de la forêt, -
    Vers les fûts de la jetée,
    Dont l'angle est heurté par des
    tourbillons de lumière.

    - Marine -

    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la citation

  • Par PiertyM, le 04 novembre 2014

    J'ai tendu des cordes de clocher à clocher ; des guirlandes de fenêtre à fenêtre ; des chaînes d'or d'étoile à étoile, et je danse.

    Commenter     J’apprécie          0 12         Page de la citation

  • Par brigittelascombe, le 30 août 2011

    J'ai tendu les cordes de clocher à clocher,des guirlandes de fenêtre à fenêtre,des chaines d'or d'étoile en étoile, et je danse.

    Commenter     J’apprécie          0 10         Page de la citation







Sur Amazon
à partir de :
1,00 € (neuf)
1,40 € (occasion)

   

Faire découvrir Illuminations par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (180)

> voir plus

Quiz