Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique




> Antoine Adam (Éditeur scientifique)

ISBN : 2070104761
Éditeur : Gallimard (1972)


Note moyenne : 4.58/5 (sur 161 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
ŒUVRES COMPLÈTES . Œuvres et lettres (1868-1875) : Œuvres en prose et en vers (1868-1873) - Une saison en enfer - Illuminations - Lettres de Rimbaud et de quelques correspondants (1870-1875). - Vie et documents (1854-1891) [2009] . Édition d'André Guyaux avec la collabo... > voir plus
Lire un extrait Ajouter une citation Ajouter une critique

Critiques, analyses et avis (3)

> Ajouter une critique

> voir toutes (16)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par KarineBellocq, le 31 mai 2010

    Jadis, si je me souviens bien, ma vie était un festin où s'ouvraient tous les cœurs, où tous les vins coulaient. Un soir, j'ai assis la Beauté sur mes genoux. — Et je l'ai trouvée amère. — Et je l'ai injuriée.
    Je me suis armé contre la justice.
    Je me suis enfui. Ô sorcières, ô misère, ô haine, c'est à vous que mon trésor a été confié !
    Je parvins à faire s'évanouir dans mon esprit toute l'espérance humaine. Sur toute joie pour l'étrangler j'ai fait le bond sourd de la bête féroce.
    J'ai appelé les bourreaux pour, en périssant, mordre la crosse de leurs fusils. J'ai appelé les fléaux, pour m'étouffer avec le sable, le sang. Le malheur a été mon dieu. Je me suis allongé dans la boue. Je me suis séché à l'air du crime. Et j'ai joué de bons tours à la folie.
    Et le printemps m'a apporté l'affreux rire de l'idiot.
    Or, tout dernièrement m'étant trouvé sur le point de faire le dernier couac ! j'ai songé à rechercher la clef du festin ancien, où je reprendrais peut-être appétit.
    La charité est cette clef. — Cette inspiration prouve que j'ai rêvé !
    "Tu resteras hyène, etc...," se récrie le démon qui me couronna de si aimables pavots. "Gagne la mort avec tous tes appétits, et ton égoïsme et tous les péchés capitaux."

    Ah ! j'en ai trop pris : — Mais, cher Satan, je vous en conjure, une prunelle moins irritée ! et en attendant les quelques petites lâchetés en retard, vous qui aimez dans l'écrivain l'absence des facultés descriptives ou instructives, je vous détache ces quelques hideux feuillets de mon carnet de damné.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 11         Page de la citation

  • Par Piatka, le 10 septembre 2013

    CHANSON DE LA PLUS HAUTE TOUR

    Qu'il vienne, qu'il vienne,
    Le temps dont on s'éprenne.

    J'ai tant fait patience
    Qu'à jamais j'oublie.
    Craintes et souffrances
    Aux cieux sont parties.
    Et la soif malsaine
    Obscurcit mes veines.

    Qu'il vienne, qu'il vienne,
    Le temps dont on s'éprenne.

    Telle la prairie
    À l'oubli livrée,
    Grandie, et fleurie
    D'encens et d'ivraies,
    Au bourdon farouche
    Des sales mouches.

    Qu'il vienne, qu'il vienne,
    Le temps dont on s'éprenne.

    Extrait d' Une saison en enfer
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 21         Page de la citation

  • Par Piatka, le 14 septembre 2013

    À quatre heures du matin, l'été,
    Le sommeil d'amour dure encore.
    Sous les bocages s'évapore
    L'odeur du soir fêté.

    Extrait de UNE SAISON EN ENFER

    Commenter     J’apprécie          0 33         Page de la citation

  • Par Piatka, le 13 septembre 2013

    DÉLIRES II

    À moi. L'histoire d'une de mes folies.
    Depuis longtemps je rêvais de posséder tous les paysages possibles, et trouvais dérisoires les célébrités de la peinture et de la poésie moderne.
    J'aimais les peintures idiotes, dessus de portes, décors, toiles de saltimbanques, enseignes, enluminures populaires ; la littérature démodée, latin d'église, livres érotiques sans orthographe, romans de nos aïeules, contes de fées, petits livres de l'enfance, opéras vieux, refrains niais, rythmes naïfs.

    Extrait de UNE SAISON EN ENFER
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la citation

  • Par Piatka, le 23 février 2014

    Elle est retrouvée.
    Quoi ? - L'Éternité.
    C'est la mer allée
    Avec le soleil.

    L'ÉTERNITÉ

    Commenter     J’apprécie          0 20         Page de la citation







Sur Amazon
à partir de :
50,00 € (neuf)
35,89 € (occasion)

   

Faire découvrir Rimbaud : Oeuvres complètes par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (535)

> voir plus

Quiz