AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070755037
Éditeur : Gallimard (12/01/2000)

Note moyenne : 4.25/5 (sur 2 notes)
Résumé :

Nyoshül Khen Rinpoché (né en 1932, décédé au cours de l'été 1999) était l'un des maîtres les plus estimés de la tradition de la Grande Complétude (Dzogchen) du bouddhisme tibétain ; il était aussi respecté pour sa parfaite connaissance des textes de cette école que prisé pour ses qualités proprement spirituelles et humaines et pour la facilité avec laquelle il s... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (1) Ajouter une critique
Ledraveur
16 mars 2015
★★★★★
★★★★★
Hommage au “grand yogin errant” ; authentique pratiquant du “Grand-Chöd” (ou gToumo), la chaleur psychique purificatrice “ravageuse” et “féroce” de la saisie gravitationnelle identitaire du “Narcisse” individuel ou de groupe ...
Nyoshül Khen s'exprime dans ce recueil tout en modernité, dans la forme traditionnelle des “dohas” (les chants de réalisation du Vajrayana), avec une grande maîtrise et habileté qui nous ramène aux célèbres “Cent mille chants” de l'hagiographie de Milarépa du XIIe siècle, quelle grande joie !
Nyoshül Khen nous l'avons côtoyé, dès décembre 1986 ; la première fois dans des circonstances très pénibles (nous venions de perdre dans un accident de circulation une jeune nièce d'une vingtaine d'années !), il fut d'un grand réconfort et nous nous sommes revus ultérieurement autour des venues de Dilgo Khyentsé en France dans ces années-là.
Ce livre, plus spécialement destiné aux personnes ayant la fibre sensible à ce genre de poésie mystique, est à la fois extrêmement profond d'enseignements, et avec un frais et franchement franc parlé, égratignant avec espièglerie nombre d'idées reçues et toutes faites quand au sujet abordé, “la Grande Complétude de l'ainsité”.
En lisant ces envolées, je revois le regard pétillant, joyeux*, qu'avait Nyoshül Khen, empreint d'une chaleureuse et amicale compassion vraie qui se dégageait de sa présence, tout en discrétion prévenante, ainsi que sa compagne. Il fait partie de ces personnes dans ma vie, qui y on laissé une durable et puissante trace de ce que l'humain recèle de meilleur sans doute... Vidyadhàrà khyen !
--------------------
(*alors qu'il luttait contre un empoisonnement volontaire d'un clergé rival bien connu … !; il avait des séquelles, fréquemment de violents maux de tête, en particulier, avec difficultés de se concentrer longtemps lors d'enseignements)
Lien : http://camisard.hautetfort.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Citations & extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
DanieljeanDanieljean18 août 2015
1
L'océane profusion des objets de connaissance
Est de vous perçue en son mode-d'être, la vacuité,
Tenpai Nyima, vous qui êtes indistinct
Du seigneur Longchen Rabjam,
Au lotus de vos pieds, j'adresse mon hommage,
2
C'est à toi, ma mère, excellente Paldzom,
Que j'offre cette épître.
Ecoute un instant sans distraction !
3
Franc d'inconfort, moi,
L'esprit à l'aise,
Sans souci je m'abandonne au délassement.
Mère, est-ce que tu vas bien ?
4
En cette région occidentale du monde,
les hommes nombreux de l'engeance blanche et rouge
Rivalisent en spectacles de prodiges divers.
Planant dans le ciel, ou dans l'eau,
Comme des poissons, évoluant...
5
Ils ont asservis les quatre éléments
Et se livrent ainsi à des joutes de miracles.
Myriades d'aimables beautés versicolores,
Pareilles aux figures de l'arc-en-ciel,
Ces spectacles innombrables
ne sont au fond que faux-semblants de notre esprit.
6
Tout cela n'est bel et bien qu'un songe
Et les tâches, et celui qui s'y affaire, jeux puérils !
Tandis qu'on s'y livre, on n'en saurait venir à bout;
Elles sont achevées quand on les délaisse,
Comme des châteaux de sable.
7
En outre, toutes choses dans le Cycle et son Dépassement,
On les pense durables mais elles sont caduques,
A l'examen, formes vides, qui sans exister pourtant apparaissent;
on les croit réelles mais elles sont irréelles,
A y bien regarder, elles ne sont que fantômes illusoires.
8
Observe donc les objets qui adviennent au-dehors,
Plus trompeurs que faux-semblants,
Ils sont, comme l'eau d'un mirage,
A l'évidence un songe, une hallucinations magique,
pareille au reflet de la lune dans l'eau, pareille à l'arc-en-ciel.
9
Au dedans, observe ton esprit :
Même s'il capte l'attention quand on n'y prend garde,
A l'examen, sa "nature propre" est introuvable;
Un rien qui se donne pour quelque chose, vide et transparent;
On ne peut le définir en disant : "c'est cela !",
Ce quasi-néant bouillonnant.
10
Regarde ce qui vient au jour
Dans chacune des dix orients :
Quel qu'en soit l'aspect,
La Réalité, son essence,
Est la vacuité, esprit de l'abîme.
11
Toutes choses étant de la nature du vide,
Puisque c'est le vide qui observe le vide,
Qui videra ce qui est à vider ?
12
L'illusion magique est témoin de l'illusion magique,
Et l'égarement observe l'égarement :
Dès lors que faire des nombreuses catégories Telles que le "vide" et le "non-vide" ?
13.
Quoiqu'on fasse, cela est permis,
Et de quelque manière que l'on repose, ce bienheureux
Délassement est la spacieuse essence de l'esprit,
L'Idée de la grande et vaste sphère;
C'est le mode-d'être de toutes choses.
Telle est la parole du Seigneur Né du Lotus
Et du siddha Saraha.
14.
"Dualité", "non-dualité" et ainsi de suite,
Tous ces tableaux, fictions extrémistes,
Laisse-les comme les remous d'un fleuve
S'effacer naturellement en eux-mêmes.
15.
L'imagination, grand démon d'inintelligence,
Nous précipite dans l'océan du Cycle des existences.
Quand on se départit de ces constructions imaginaires,
C'est l'ineffable au delà de l'entendement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
LedraveurLedraveur16 mars 2015
Introduction
L'auteur de ces poèmes naquit dans le Tibet oriental en 1932 ; son père était un brigand, tandis que sa mère semble avoir été une femme assez dévote. Il eut deux frères et sept sœurs. Peut-être sa grand-mère eut-elle quelque influence sur sa carrière religieuse ; elle avait en effet une singulière piété à l'égard du grand maître Nyoshül Lungtok Tenpai Nyima, le disci-ple le plus proche du fameux Paltrül Orgyan Jigmé Cheikyi Wangpo (1808-1887), dont Nyoshül Khenpo devait ultérieurement recevoir l'héritage spirituel. Cette grand-mère l'incita à se tourner vers la pratique de la religion. Dans sa petite enfance, loin d'accéder aux études, il eut à garder les moutons de ses parents, et dut se consacrer à d'autres travaux de cette sorte. Mais, à l'âge de huit ans, selon l'usage des Tibétains, qui ont coutume de consacrer un ou plusieurs de leurs enfants à la religion, il fut donné à un monastère de la tradition Sakya, dont le supérieur, Jamyang Khyenpa Thabkhé, était l'un de ses oncles.
C'est à ce titre qu'il fit apprendre la lecture et l'écriture au jeune garçon à l'occasion, faveur qui n'était pas accordée à tous les jeunes moines. Selon la règle de ce monastère, les novices mendiaient quotidiennement leur nourriture. Nyoshül Khenpo évoquait parfois les mâtins féroces qui plus d'une fois ont effrayé l'enfant qu'il était. D'autre part, dans ce couvent, les jeunes novices, en cas d'incartade, se voyaient infliger une punition sévère : on leur faisait passer la nuit à l'extérieur du monastère, exposés au grand froid.
Bien qu'il eût revêtu l'habit religieux, il n'eut guère de loisir pour étudier ni pour pratiquer la Religion, se trouvant chargé, comme dans sa famille, de mener paître les moutons des fermes du monastère. Mais, dit-il, souvent il s'abandonnait, le regard abîmé dans le ciel turquoise et transparent. Cette rêverie signe le début de son apprentissage de la contemplation. Mais, repensant aux paroles de sa grand-mère, il n'était guère satisfait, en fait de vie spirituelle, de cette existence de berger costumé en moine.
p. 13
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
LedraveurLedraveur16 mars 2015
Ne tombe pas sous l'emprise d'une science universelle qui achoppe sur une seule chose (1), …
---------------------
note (1) : La « science universelle qui achoppe sur une seule chose », de même que l' « unique savoir qui résout toutes choses », est un lieu commun du discours mystique tibétain, notamment dans les écoles Nyingmapa et Kagyüpa. Selon ces tendances, il est vain, et même futile, d'acquérir un savoir encyclopédique, même dans le registre de la philosophie bouddhique, si c'est au prix d'une ignorance de ce qui est véritablement essentiel, à savoir, la reconnaissance du véritable mode-d'être de l'esprit : ce serait « une science universelle qui achoppe sur une seule chose », et cette chose est précisément la seule qui importe. En revanche, celui qui, bien qu'illettré, aurait la compréhension du véritable mode-d'être de l'es-prit, pourrait bien se passer de toutes ces études superflues, car il aurait acquis « la connaissance unique qui libère toutes choses ». Il va sans dire qu'outre ces deux figures extrêmes, d'autres combinaisons sont possibles il ne s'agit pas en effet de faire l'apologie de l'ignorance ; car le mieux serait encore de joindre à la connaissance intuitive du sens profond une vaste érudition, véritable trésor d'expédients pour faciliter à autrui l'accès à la connaissance ultime.
p. 81 et 82
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
LedraveurLedraveur16 mars 2015
Il pratiqua en retraite l'ascèse de la « féroce » (tummo) ou chaleur psychique, jusqu'à en obtenir les signes d'accomplissement, puis, de même, les pratiques préliminaires singulières de la Grande Complétude, incluant la « séparation d'avec le samsara et le nirvana ». Il se livra à la méditation en ermite et en yogin errant ; la nuit était consacrée à la méditation du “Chöd”, où l'on convoque les esprits malfaisants pour leur offrir charitablement son propre corps en pâture, tandis que le reste du jour était dévolu à divers autres systèmes contemplatifs.
p. 15
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
LedraveurLedraveur16 mars 2015
Vous, disciples mes fils, écoutez un instant.
Cet amas de poussière qu'est mon corps illusoire
N'aura pas accompli la pleine mesure de son temps ;
Pourtant moi, l'adepte du Dzogchen,
Loin de toute peine, je suis heureux,
Car j'ai reçu, par la grâce du maître omniscient, mon suzerain,
L'héritage du Dharma de la Grande Complétude.

Je reconnais en ces trois refuges — le maître, la déité tutélaire et la dàkini —
Une essence unique ; de ce fait, je suis heureux.
Comme j'ai obtenu la certitude que cette vie, la prochaine
Et l'état intermédiaire procèdent d'un même Fond, je suis heureux.
Ayant compris que les points-clefs de la vue,
De la méditation et de la conduite se résolvent en un seul, je suis heureux.
Parce qu'il est superflu de mettre un terme à ce qui découle du passé, je suis heureux. À quoi bon aller au-devant de l'avenir ? je suis heureux !
Inutile d'amender le présent : je suis heureux !
Pourquoi aller ailleurs chercher la Vue ? je suis heureux !
Dans la méditation, l'acharnement est vain : je suis heureux !
p. 75
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
autres livres classés : spiritualitéVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle




Quiz Voir plus

Jésus qui est-il ?

Jésus était-il Juif ?

Oui
non
il était Zen
chrétien

10 questions
792 lecteurs ont répondu
Thèmes : christianisme , religion , bibleCréer un quiz sur ce livre