Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique
Résumé :
Cachées dans les gouttières, les pots de fleurs, les lézardes des murs... les fées partagent discrètement avec nous les villes, tantôt ravies, tantôt désespérées de l’agitation des hommes.

Huit auteurs ont parcouru les rues pavées pour les débusquer, ell... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

Critiques, analyses et avis (2)

> Ajouter une critique

    • Livres 5.00/5
    Par Agaberte, le 13 novembre 2011

    Agaberte
    Des fées des temps modernes...
    Ce recueil est le résultat de plusieurs regards, très différents, sur le fantastique, la fantasy et l'urban fantasy. J'ai été étonnée, sans me l'expliquer, de voir des auteurs ingénieurs, ou dans d'autres métiers purement scientifiques, faire de la fantasy parfois assez proches des contes de fées plutôt que tombant dans la SF.
    Cette anthologie est vraiment une belle découverte!
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par LaureduMiroir, le 21 décembre 2009

    LaureduMiroir
    Que sont devenues les fées depuis que les villes ont fleuris à la place des grandes forêts ? Ont-elles toutes rejoint Féerie, abandonnant derrière elles les bribes d'un monde ...

    Lien : http://autrecotedumiroir.net/fees-dans-la-ville

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la critique

> voir toutes (6)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par Shaarilla, le 15 juin 2010

    Des hommes en bleu sortent d'un fourgon à l'allure martiale et entrent au pas de course dans l'édifice. Des cris retentissent dans le matin, faisant s'ouvrir les fenêtres du voisinage et ralentir les usagers du métro. La jeune fille à la guitare et plusieurs autres musiciens sont poussés sur le trottoir, suivis de gens plus âgés entourés de policiers, puis vient finalement le grand-père, que trois hommes traînent de force au dehors. Le vieil homme pleure à chaudes larmes en prononçant des mots inintelligibles pour les forces de l'ordre, qui de toute façon n'en ont cure.
    "Le Mur des Lilas"
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la citation

  • Par Shaarilla, le 20 juin 2010

    - Au fond, on s'en tape d'où il vient le mioche ! Ce que je veux savoir moi, surtout, c'est : qu'est-ce qu'on fait ?
    Le sourcil parfaitement épilé s'arrondi à nouveau, railleur, nettement railleur :
    - "On" ?
    - Ouais, bon, vous m'avez compris, bougonne Alphonse. Il peut pas rester là ! Vous comprenez, on a une vie, Tafa et moi. On peut pas pouponner !
    - Et ?
    Alphonse sent bien qu'elle voit où il veut en venir, mais qu'elle ne l'aidera pas le moins du monde à y arriver :
    - C'est plutôt pour une frangine, 'voyez ?
    - Ne pas avoir de vie ?
    Elle rigole franchement là.
    - Mais vous comprenez bien ce que je veux dire, bordel !, rugit-il, et comme le sourcil s'arrondit encore à la sortie du juron, il reprend d'un ton plus mesuré : on n'est pas qualifiés, Tafa et moi !
    - J'entends bien, se moque Deborah. Pourtant, jusque-là il me semble que vous vous êtes bien débrouillés tous les deux...
    - C'est pas la question, grommelle-t-il. On est pas plus manchots que d'autres, non plus. Faites pas semblant de pas comprendre.
    - Oh, je comprends fort bien que vous essayez de me refiler le bébé, si j'ose dire ! Mais il n'en est pas question mon cher. J'ai passé l'âge de prendre en charge le résultat des fredaines d'autrui depuis belle lurette.
    Alphonse se décompose. Son plan lui avait paru parfait, il remettait le problème entre des mains compétentes et il s'en lavait les siennes. Apparemment, c'est foutu. Il s'effondre à son tour sur un bidon, pour un peu il sangloterait, mais du diable s'il se laisse aller devant Elle !
    "Le Sceau d'Alphonse"
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation

  • Par Shaarilla, le 22 juin 2010

    Peu de gens le savent, mais il n'y a rien de plus calorique que les appareils électroménagers et audiovisuels. C'est devant la télé qu'on grossit le plus vite, c'est bien connu, et les chips n'ont en fait rien à voir la-dedans.
    Georges (ndlr : un dragon qui mange des télés) avait une façon plus directe d'être téléphage, et le résultat était d'autant plus spectaculaire. Il passa de quatre à vingt kilos en trois semaines.
    "Je veux un dragon !"
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation

  • Par Shaarilla, le 20 juin 2010

    Alphonse s'est levé, il toise tout le monde de son sourcil olympien et de ses larges épaules assorties. Il en a marre, il tient à le faire savoir. Deborah lui lance un doux sourire qui le fait rétrécir de plusieurs centimètres puis approuve :
    - Vous avez raison mon ami (ce "mon ami" a pour effet d'envoyer le vieil homme se rassoir comme s'il avait pris en coup en pleine poitrine.) mais Sarah ici présente me donnait d'inestimables renseignements...
    - Ah ouais ? Ca va nous aider beaucoup dans le cas qui nous préoccupe de savoir si la grand-mère de l'une d'entre vous a batifolé avec le grand-père de l'autre ?
    Pas son genre à Alphonse de s'avouer vaincu parce qu'une bergère de soixante-quinze balais lui fait un effet inattendu. Le sourire de Deborah s'élargit, elle s'apprête à répondre en collant le vieux rebelle au tapis une bonne fois, mais Sarah s'interpose : chez elle, on ne claque le beignet aux garçons que lorsqu'ils divaguent franchement.
    "Le Sceau d'Alphonse"
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation

  • Par Shaarilla, le 20 juin 2010

    Les livres sont faits des mots des hommes. Pas des mots de Dieu. N'écoutes pas les paroles de ceux qui n'y écrivent que ce qui flatte leur orgueil, qui n'y retiennent que ce qui leur est nécessaire pour asservir le monde et assouvir leurs désirs morbides. La vénalité, l'orgueil, sont les plumes les plus volubiles. Les vérités, elles, sont dans les confidences du vent, les absences du désert, les stridulations des dunes. Et, parfois, dans les mots des hommes, quand ceux-ci parlent sans se prendre pour des dieux...
    "L'Histoire commence à Falloujah"
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation







Sur Amazon
à partir de :
5,30 € (neuf)
8,99 € (occasion)

   

Faire découvrir Fées dans la ville par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Quiz