AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Julie Sibony (Traducteur)
ISBN : 228302398X
Éditeur : Buchet-Chastel (2010)

Note moyenne : 3.22/5 (sur 18 notes)
Résumé :
Cet été-là, Julia Lambert, professeur d’art à New York et artiste peintre, accueille ses parents dans sa petite maison vétuste du Maine, au bord de l’Atlantique. Elle tient à s’occuper de son père, un ancien neurochirurgien autoritaire, et de sa mère, d’un naturel heureux et stoïque, qui perd inexorablement la mémoire.

Quand Julia apprend de Steven, son fils aîné, que Jack, son cadet, se shoote régulièrement à l’héroïne, elle s’effondre.
Héroïn... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
mariecloclo
02 janvier 2014
  • 2/ 5
Au départ, c'est le résumé sur la 4ème de couverture qui m'a donné envie de lire ce roman qui au final, m'a un peu déçue.
Il s'agit d'un roman dont le thème central est la famille et les problèmes. Julia et Wendell sont deux professeurs d'Université divorçés. Ils ont deux fils de 22 et 24 ans, Steven et Jack. le roman commence par la présentation des parents de Julia : Edward, vieux neurochirugien autoritaire et sa femme Katharine qui montre les premiers signes de la maladie d'Alzheimer. Mais l'histoire commence vraiment à décoller quand la famille apprend que Jack le plus jeune fils est un junkie, accro à l'héroïne. Alors toute la famille se mobilise pour l'aider à décrocher par une thérapie familiale, avec l'aide d'un professionnel et une cure de désintoxication. Des descriptions très précises et sans doute réelles du manque physique et de l'état d'esprit d'un drogué. Malgré tout, c'est lent et avec trop de descriptions, des répétitions, c'est moins intéressant que je ne le pensais.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
jostein
28 octobre 2010
  • 3/ 5
Il me semble que Roxana Robinson a très bien décrit l'horreur d'une dépendance à l'héroïne et l'effroyable combat d'une famille confrontée à ce problème.
Je ne connais pas particulièrement ce domaine, mais les souffrances de Jack paraissent très bien décrites ainsi que son comportement. de même, l'expérience de médiation paraît cohérente et est l'occasion de découvrir l'émotion des personnages.
En cela, l'on reconnaît le travail de journaliste qui s'est parfaitement documentée sur son sujet.
J'ai beaucoup apprécié l'évolution d'Edward, le grand-père de Jack. grand neurochirurgien, il a toujours vécu pour lui et sa passion. A la fin de sa vie, il comprend certaines choses sur la famille. Souvent, devant les épreuves, les liens se resserrent.
Je fus étonnée que les secrets de famille n'aient pas davantage explosé en public. Toutefois, le lecteur comprend que les parents font le point sur leur part de responsabilité face à l'échec de leur fils.
Par contre, le style littéraire est très basique avec souvent des longueurs, des détails inutiles (par exemple l'ouverture d'un pot de mayonnaise engendre une louange des ingénieurs), des répétitions. J'ai même relevé quelques phrases incompréhensibles, ce qui peut aussi être dû à la traduction.
" Jack tourna le coin derrière eux, s'arrêta en entendant de son nom."
"Était-ce pire de commettre une erreur un animal avec qui ne comprenait pas qu'on essayait de l'aider?"
Si le lecteur peut passer sur la forme, l'histoire est bien documentée, prenante puisqu'il s'agit d'une lutte émouvante contre une addiction et d'une épreuve difficile pour sauver un enfant.
Lien : http://surlaroutedejostein.o..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
claraetlesmots
26 juin 2010
  • 2/ 5
Julia accueille un été ses parents dan sa maison du Maine. Son père ancien neurochirurgien est imbu de sa personne, pédant, et désagréable, sa mère très gentille commence à montrer des signes d'Alzheimer. Divorcée, Julia s'entend on ne peut mieux avec son ex-mari. Elle apprend par la bouche de son fils ainé Steven que son fils cadet Jack se drogue. Les soupçons sont confirmés et Julia demande à son ex-mari et à Steven de ramener Jack dans le Maine. Tout s'écroule pour Julia quand elle apprend que son fils se drogue à l'héroïne. Elle s'oriente vers Ralp spécialiste de la désintoxication qui suggère une médiation. Elle va mobiliser toute sa famille et même sa soeur avec qui elle ne s'entend guère.
Les non dits, les blessures d'avant vont ressortir mais n'empêcheront pas Jack de continuer à se droguer. La honte, les regrets et la culpabilité seront au centre de l'été de cette famille de la bourgeoisie américaine.
Dans les envois Libfly de la rentrée littéraire, j'ai reçu ce livre concocté d'après une recette précise…
Prenez une histoire qui puisse être adaptée pour faire un film de télé. Délayez au maximum, délayez de tout coeur, rajouter de l'inutile, des longueurs pour obtenir enfin un livre de pratiquement 600 pages.
Certes, ça se lit facilement mais les personnages sont surfaits, l'histoire semble fausse. Les clichés se suivent et défilent au fil des pages.
Aussi, ce roman polyphonique m'a laissée complètement indifférente….
Lien : http://fibromaman.blogspot.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Apache
28 novembre 2015
  • 4/ 5
Un roman qui explore des thèmes lourds.
Je vous fais un bref topo : la vieillesse, Alzheimer, l'addiction à l'héroïne, la rupture de dialogue entre proches, le divorce ...
Là, franchement, on se sent plus que tiède.
Pourquoi ajouter une louche de noirceur à ses propres angoisses ?
Le détail qui change tout, c'est la plume de R.Robison.
Elle ne tombe pas dans les clichés du pathos, pas plus que dans la grandiloquence littéraire.
Un phrasé simple et juste. Un livre d'atmosphère. le huis clos dense d'une famille en crise. Une porte ouverte sur l'introspection et la réflexion.
Très bon. Je vais me pencher sur la bibliographie de cet auteur que je découvre.
Commenter  J’apprécie          00
Lalivrophile
11 mars 2014
  • 4/ 5
Je veux lire ce roman depuis sa sortie française. À ce moment, j'avais lu une chronique disant que les idées étaient bonnes, mais que tout était trop dilué. Je comprends ce que voulait dire la personne, mais je ne partage pas son avis. En effet, Roxana Robinson prend le temps de planter le décor, et surtout d'analyser les personnages. Qu'on les voie seuls ou ensemble, l'auteur fait sans cesse partager leurs pensées au lecteur. C'est judicieux car cela varie les points de vue, et aide le lecteur à se faire une meilleure idée de chacun. Cela fait qu'on les comprend mieux, qu'on voit mieux pourquoi les choses ne vont pas entre eux. Cette famille a beaucoup de mal à communiquer, et chacun adopte une façon de faire dont il croit qu'elle l'y aidera, mais ensuite, ils se rendent compte que cela ne va pas.
[...]
Lire la suite sur:
Lien : http://www.lalivrophile.net/..
Commenter  J’apprécie          10
Citations & extraits (3) Ajouter une citation
Lea25Lea2501 juin 2013
Voilà ce que provoquait la vieillesse, elle vous dépouillait de ce que vous aviez jadis, de votre présence au monde.
Commenter  J’apprécie          50
Lea25Lea2501 juin 2013
C'était brillant la façon dont les gens -les hommes, en fait, les ingénieurs étaient principalement des hommes, n'en déplaise aux féministes- avaient établi un contrôle aussi ingénieux sur le monde des objets.
Commenter  J’apprécie          20
josteinjostein08 novembre 2010
Les parents font toujours partie du chemin que choisissent leurs enfants.
Commenter  J’apprécie          60
Videos de Roxana Robinson (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Roxana Robinson
Human Side of War Panel: 2015 National Book Festival
autres livres classés : dépendancesVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle

Autres livres de Roxana Robinson (2)Voir plus