Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2092552996
Éditeur : Nathan (2014)


Note moyenne : 4.2/5 (sur 967 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Un choix peut vous transformer ― ou encore vous détruire. Mais chaque choix comporte son lot de conséquences, et alors qu'elle est entourée d'une vague de mécontentement au sein des factions, Tris Prior doit encore essayer de sauver ceux qu'elle aime ― ainsi... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (251)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 4.00/5
    Par darkmoon, le 11 mars 2014

    darkmoon
    Ce deuxième tome m'a laissé... Assoiffée. Une fois de plus Veronica Roth a su nous transporter dans l'histoire qu'elle a mise en place. Toujours autant de suspense, d'action, d'émotions et une touche d'amour. Nous voilà servis.
    On retrouve nos personnages là où on les avait laissés, c'est à dire dans le train. Tris, Tobias, Caleb, Peter et Marcus vont chez les fraternels. Au début, leur passage chez les fraternels est reposant, ils sont (à peu près) laissés en paix. Mais finalement, ces gens finissent par leur taper sur les nerfs, et il est bien temps que nos personnages repartent.
    Je dirais qu'à partir de là, l'histoire devient frénétique. On ne peut pas abandonner le livre. La tension monte tout au long du tome, les relations se font plus complexes, on apprend à connaître mieux certains personnages, ce qui n'est pas pour nous déplaire. Et puis bien sûr, le suspense est au rendez- vous, encore meilleur selon moi que dans le premier tome.
    Vraiment, ce tome 2 nous régale. On découvre les dessous d'un système sanguinaire, le tout mené par les Erudits, ce qui casse pour une fois un peu le principe "les plus cultivés sont les plus sages". Sans factions, Sincères, Altruistes, Audacieux... Complots, trahisons, découvertes, décisions difficiles... Tout se mêle et forme la trame d'une situation de plus en plus complexe pour Tris. Tris, qui est de plus de plus rongée par la culpabilité, d'avoir tué Will mais aussi du sacrifice de ses parents pour la sauver, elle va d'ailleurs avoir beaucoup de mal à se confier à Tobias et va lui mentir à de nombreuses reprises, ce qui va créer de nouvelles tensions entre eux. Tobais, quant à lui tente de faire le tri dans sa vie. Leur relation est mise à rude épreuve... A chaque coup bas qu'ils se portent entre eux, on a de plus en plus la certitude qu'ils vont finir par se séparer, tellement que le nombre de secrets s'accumulent entre eux, mais il y a toujours quelque chose qui leur arrive ou qui est là, à leur portée, pour leur donner la force nécessaire de continuer à être ensemble et finir par s'aimer réellement, à un point où l'un ne sait plus se passer de l'autre.
    En gros, une écriture fluide et agréable, un univers dans lequel on se plonge totalement, des personnages complexes, que l'on déteste ou auxquels on s'attache (certaines fois contre toute attente), une histoire et un suspense extrêmement prenants, une lecture tout simplement addictive, et il me tarde de lire la suite!
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          2 56         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par cho0kette, le 15 mai 2012

    cho0kette
    Dire que j'attendais ce second tome impatiemment est un euphémisme puisque le premier tome avait été un véritable coup de cœur et que j'avais qu'une hâte : qu'Insurgent sorte enfin ! C'est chose faite maintenant, et je n'ai pas tardé à me jeter dessus !
    Ce second tome reprend directement après la fin du tome 1, rien n'a changé depuis les évènements dramatiques du premier tome, on les retrouve là où on les avaient laissé et on entre donc dans le vif du sujet sans qu'aucun 'rappel' ne soit écrit, ce qui fait que les premières pages ont été laborieuses parce que, mise à part Tris et Four, je ne me rappelais pas avec précision qui étaient les personnes avec eux. J'ai donc décidé de relire quelques passages de Divergent pour me rafraîchir la mémoire.. et je me suis retrouvée à relire entièrement le livre tellement il m'avait manqué xD. Une fois terminé, je me suis remise dans le second tome et tout allait bien mieux !
    Ce tome est bourré de rebondissements, de surprises. Je me suis souvent demandé ce qu'il allait advenir d'eux après le premier tome, ce qu'ils allaient décider de faire, ou ils allaient aller, et franchement je ne pensais pas qu'il se passerait tant de choses, en si peu de temps.
    L'atmosphère est étrange. Tout le monde, toutes les factions sont secoués par ce qu'il s'est passé, et même si certaines ne sont pas directement concernées, leurs dirigeants se doivent de prendre eux aussi des décisions pour le bien de tous mais surtout des leurs. Ce qui ajoute encore une couche à ce sentiment oppressant, cette impression que tout peut - et va - de nouveau partir en vrille.
    On en découvre bien plus sur les différentes factions, leurs membres, mais on en apprend aussi davantage sur les sans-factions. Il y a également des secrets, des tractations politiques, des agissements et des manipulations qui ont lieu entre certaines personnes, certaines factions.. En fait il n'y a quasiment pas de moments de répits, et on en bave autant que nos héros. Ce n'est vraiment pas simple pour eux, ils sont tiraillés de toutes parts. Ça se complique très souvent, rien ne se passe comme c'était prévu, ce qui augmente cette sensation que rien n'est maîtrisé et que le pire peut arriver à tout instant.
    C'est assez éprouvant à lire, surtout quand ça ne se passe pas comme on le voudrait, ou qu'un personnage ne fait pas ce que l'on attendait de lui. Mise à part ça, c'est tout bonnement excellent à lire. Cette suite est géniale et tout pleins d'évènements nous rendent complètement accro, si ce n'était pas déjà le cas avant !
    Comme dans le premier tome, les personnages, Tris et Four en tête, sont excellents. C'est un énorme plaisir de les retrouver (surtout Four ok j'avoue !!). En ce qui concerne Tris, je dois dire qu'elle m'a autant impressionnée qu'elle m'a énervée par moment. Ce n'est pas facile pour elle après tout ce qu'elle a vécu dans le premier tome, tout ce qu'elle a dû faire de plein gré ou non, tout ce qu'elle a perdu.. Elle est toujours aussi forte, aussi courageuse, mais elle doit maintenant faire face aux répercussions de ses actes. Elle souffre aussi bien physiquement qu'intérieurement mais elle tient bon la plupart du temps. Néanmoins je n'ai pas toujours compris ses décisions et agissements, surtout après avoir tant perdu.. parfois elle semble tellement bornée qu'on se demande si elle ne le fait pas exprès juste pour nous énerver !
    Du côté de Four, que dire mise à part qu'il est encore mieux que dans le tome précédent ? Coup de cœur confirmé en ce qui me concerne. J'ai adoré en découvrir plus sur lui, sur son passé, sa famille, découvrir encore quelques secrets qu'il gardait cachés, et j'ai détesté quand il en bavait ! Ce type est génial, la perfection incarnée, il m'impressionne tout le temps et mon petit cœur adore sa façon d'être avec Tris !
    Leur relation à tous deux est plus mature, plus profonde qu'avant, plus belle tout simplement, mais elle est aussi plus tendue et chaotique avec tout ce qu'il se passe, tout ce qui n'a pas été dit ou dit trop tard, et qui, au final, leur porte préjudice à un moment ou un autre. Ils sont tellement beaux ensemble que je n'ai cessé de m'inquiéter pour eux. Veronica Roth sait comment nous faire plaisir et nous faire rager c'est certain !
    Les autres personnages sont trop nombreux pour que je m'arrête dessus, mais ça a été génial d'en découvrir certains plus en détails, d'en savoir plus sur eux, d'être parfois surpris, déçus voire choqués par ce que l'on apprend..
    La fin est affreuse ! Coupée au milieu d'un évènement important, sans qu'on puisse parfaitement comprendre, nous laissant apercevoir le chemin que va prendre le prochain tome.. Grrr c'est vraiment pas gentil de nous faire ce coup là. C'est frustrant comme pas possible !
    Je veux la suite, je veux comprendre, je veux tout savoir et surtout je veux retrouver mes chouchous sans avoir à attendre si longtemps (Veronica Roth a indiqué sur son blog que le 3ème et dernier tome était prévu pour l'automne 2013 Arghhh !). J'aime trop cette saga, ça me rend dingue !! Vivement la sortie en VF pour que j'ai ma dose :P

    Lien : http://cho0kette.blogspot.fr/2012/05/divergent-tome-2-insurgent-vero..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          1 27         Page de la critique

    • Livres 2.00/5
    Par Malivriotheque, le 21 septembre 2014

    Malivriotheque
    Après avoir échappé à Jeanine et interrompu la simulation meurtrière des Erudits contre les Altruistes, Tris, Tobias et les autres se réfugient chez les Fraternels, le temps d'élaborer un plan. Ils vont y apprendre que les Altruistes ont un secret et que Jeanine prévoit d'éliminer tous les Divergents...
    J'ai un problème : je conçois que l'histoire soit à l'origine pour les adolescents (et à fortiori les adolescentes) ; je conçois que les dystopies puissent intéresser un public plus âgé, plus averti ; je conçois qu'un peu de love story ne fasse pas de mal, qu'il aide à teinter de couleurs un monde parfois trop gris.
    Mais ce que je ne conçois pas, c'est que la qualité rédactionnelle soit équivalente au niveau d'expression écrite d'un collégien ; que le quotient émotionnel ne surpasse guère la passion hormonale d'une gamine de 12 ans qui glousse à la vue d'un slip ; que le coeur de l'intrigue soit noyé dans des considérations absolument existentielles j'en conviens telles que "il est trop beau, il me regarde, oh mais qu'est-ce que je dois faire ??!!!".
    Niveau vocabulaire ridiculement enfantin, on est servis : "je pose/colle/presse ma bouche contre/sur la sienne" (d'un lyrisme absolu, n'est-il pas ? Et dire que le verbe "s'embrasser" n'a pas été utilisé une seule fois, misère...), "je me regarde dans le miroir. Trop moche." (oui, les phrases avec des verbes, c'est trop relou quoi !). Quant à l'utilisation de l'inversion sujet-verbe au présent à outrance dans les dialogues, ça fait plus lourdingue qu'autre chose ("pensé-je, murmuré-je, répondé-je, répliqué-je"... agaçant, hein??).
    Ne venez pas me sortir que l'auteur était jeune quand elle a écrit, je vous répondrai que Victor Hugo publie ses premiers poèmes à 24 ans et 27 pour "Le Dernier jour d'un condamné", que Voltaire écrit Oedipe à 23 ans, que Zola nous offre ses premières nouvelles à 24, dois-je continuer ? Cela veut-il dire que le standard d'aujourd'hui, c'est d'écrire comme on parle quand on a 15 ans ?
    Mais le pire dans tout ça, c'est de se féliciter que nos jeunes lisent plus qu'avant. Mais si c'est pour prendre exemple sur des productions d'aussi piètre qualité, ne vous étonnez pas de voir vos bambins rendre des rédactions de français aussi nulles qu'une mauvaise blague qui fait un four !!
    Mais, me diront certains, il n'y a pas que le style, il y a l'intrigue et le message véhiculé ! Oui, parlons-en de l'intrigue : énormément de temps morts, de l'action qui tarde à venir, des considérations pré-pubères à la pelle, des allers et retours sans fin entre les factions histoire que les personnages puissent porter des vêtements de toutes les couleurs, une love story aussi plate qu'une planche de bois, avec des hauts et des bas complètement puérils, les tenants d'un secret complètement prévisibles... Quant au message, je l'ai cherché, vraiment. A part la condamnation du génocide via l'anéantissement des Divergents et l'incitation à accepter la différence, ça rame pas mal niveau philosophie. Et en passant, l'héroïne qui cherche son temps à crever et qui le moment venu a finalement peur de passer l'arme à gauche comme piètre traduction de "c'est trop cool la vie" fait très simpliste. Voilà, rien d'autre.
    On ne bondit pas, on ne tressaille pas, notre rythme cardiaque ne s'accélère pas et on n'a pas envie de sacrifier sa nuit pour connaître la suite, surtout quand on a un peu d'estime envers soi et la littérature dystopique.
    Ça se laisse lire et c'est tout, point barre. Y a nettement mieux, points de suspension...
    Alors mobilisons-nous contre ces éditeurs qui cherchent le fric sur le dos de nos gamines de 13 ans ! Contre ces éditeurs qui nous font coire que même les adultes y trouvent leur compte ! Contre leurs exigences littéraires à la baisse !! Contre ces auteurs trop flemmards !! Mobilisons-nous pour l'avenir de la littérature et de nos enfants !!! Aimez cette critique si vous êtes d'accord !!!! (Applause)

    Lien : http://livriotheque.free.fr/#!xhr_find_book.php?nom=115&titre=174
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          1 22         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par Melisende, le 19 janvier 2013

    Melisende
    Lorsque j'ai découvert le premier tome il y a plus d'un an, les dystopies émergeaient tout juste en France. J'avais alors apprécié ma lecture mais ne l'avais pas non plus trouvée extraordinaire. J'avais passé un agréable moment mais n'avais pas été particulièrement touchée par l'héroïne et ses aventures. J'attendais donc plus d'empathie de cette suite.
    Malheureusement, force est de constater que ce ne fut pas le cas. Non seulement je ne me suis toujours pas attachée à la jeune Tris mais en plus, j'ai eu beaucoup de mal à entrer dans l'intrigue (ma lecture hachée n'était pas vraiment propice) et, deux jours après avoir tourné la dernière page, j'étais déjà incapable de produire un résumé (alors je ne vous explique pas la galère aujourd'hui !). Malgré tout, je reconnais, objectivement, qu'il y a de l'idée et que c'est plutôt bien écrit. Je pense qu'il est plus facile d'apprécier cette lecture en la faisant directement à la suite du premier, pour être bien dans le bain.
    Comme je le signalais juste au dessus, il vaut mieux lire ce deuxième tome dans la foulée du premier pour pouvoir en profiter. Car, si comme moi après plus d'un an, vous avez oublié la grande majorité de l'intrigue et ne savez plus qui est qui (à part les deux héros), ne comptez pas sur une aide de l'auteure. Ce deuxième tome commence sur les chapeaux de roues, sans aucun rappel. le lecteur est directement replacé dans l'action et tant pis s'il a des blancs. J'ai eu énormément de mal à me remettre dans le monde créé par Veronica Roth. Je me souvenais, en gros, des caractéristiques de chaque faction, mais je ne savais même plus quelles étaient celles auxquelles l'héroïne pouvait faire confiance et quelles étaient les traitres. de ce fait, j'étais perdue, ne savais plus ce qui se passait, ne savais plus vers quoi on allait et n'ai donc pas du tout profité de l'intrigue. J'ai passé plus de temps à tenter de me souvenir du premier tome qu'à me concentrer sur ce deuxième et je crois que je suis passée à côté de beaucoup de choses. D'ailleurs je crois même que je n'ai pas vraiment compris la révélation finale… Si quelqu'un veut m'éclairer à ce sujet, qu'il se manifeste, je lui en serais extrêmement reconnaissant !
    C'est pourquoi je suis incapable de vous proposer un résumé de ce tome, constitué de fuites, de duels, de poursuites, de traitrises et de mensonges. Je peux juste vous dire que la faction des Erudits détient un grand secret qui met en péril beaucoup de choses et Tris n'en démord pas, elle veut découvrir de quoi il s'agit, elle veut la VERITE ! Mais difficile d'y accéder, vous vous en doutez, surtout quand certains dirigeants se mettent à chercher les divergents. Insécurité, mouvements, combats, fuites, voilà quelques mots pour décrire ce deuxième tome et je dois avouer que j'ai assez bien ressenti le danger, la méfiance et l'urgence générale dans laquelle vivent les héros. Point positif, à n'en pas douter.
    Outre mes difficultés à me replonger dans cette rébellion des factions, j'ai également beaucoup de mal, depuis le tout début, à m'attacher à Tris, la jeune héroïne. Certes elle est forte, rusée, déterminée et courageuse mais je la trouve aussi très froide. La demoiselle a quelques réactions étranges et prend quelques décisions particulièrement stupides. C'est bien simple, ce qu'il ne faut pas faire, elle le fait (en sachant au fond d'elle-même qu'elle ne devrait pas mentir, qu'elle ne devrait pas accepter ceci ou cela…) et ce que ça peut m'agacer les héroïnes qui foncent droit dans le mur en toute connaissance de cause… Tris, à part cette habitude de prendre les mauvaises décisions, aurait pu être une héroïne agréable à suivre pour moi ; mais non, ça ne passe définitivement pas.
    Sa relation amoureuse avec Quatre ne me fait, par conséquent, ni chaud ni froid et pourtant, on est assez loin des amourettes simplistes et niaises… mais rien n'y fait, je ne ressens rien. Ces deux héros multiplient les émotions et passent de la passion à la haine… la palette est bel et bien là. Malgré tout, je me répète, je n'ai eu aucune empathie pour eux et ce qu'ils vivaient.
    Ces deux adolescents sont entourés d'une dizaine de personnages secondaires : les amis, les parents, les ennemis attitrés… mais je suis incapable de vous citer le nom de l'un d'eux. Je sais que dans ce monde aseptisé, les êtres humains entrent dans des cases plus ou moins précises et ont perdu, pour beaucoup, ce qui faisaient d'eux des êtres imprévisibles (bien que les choses changent, c'est un peu le thème de cette série…) ; pas étonnant donc qu'ils soient proches du robot-zombie et que je ne me sente donc pas du tout concernée par leurs aventures. J'ai trouvé tout ce petit monde assez « intouchable ». Dans cette optique, Veronica Roth a fait un bon boulot, c'est certain.
    Je ne pense pas être particulièrement sans cœur, je crois juste que non seulement je n'ai pas découvert ce tome dans les meilleures conditions mais qu'en plus, la plume de Veronica Roth ne me touche pas.
    Et pourtant, on ne peut pas dire que c'est mal écrit, non non. C'est même plutôt maîtrisé et fluide. Je regrette peut-être un peu le manque de descriptions qui auraient permis d'enrichir un peu le contexte. L'auteure en dit assez pour qu'on ait une idée des lieux et qu'on puisse s'imaginer un minimum les scènes (même si certaines choses restent floues), mais il me semble qu'elle aurait pu insister un peu de temps en temps. Côté dialogues, je n'ai rien à redire. Utiles et pas seulement écrits pour du remplissage, ils rythment un petit peu les scènes et peuvent même apporter leur lot d'émotions (enfin, si ce qu'il y a autour vous touche, évidemment).
    L'auteure a fait le choix du point de vue interne qui, a priori, aide à l'empathie… habituellement. Mais ça n'a pas fonctionné sur moi puisque suivre l'intrigue du point de vue de Tris, dans sa tête, ne m'a pas permis de m'attacher davantage à elle, malheureusement.
    Objectivement, à part les descriptions un peu justes pour moi, je n'ai pas de reproches à faire à Veronica Roth. Et objectivement, je reconnais bien volontiers que son histoire rythmée, son contexte maitrisé et ses personnages plutôt fouillés ont beaucoup à apporter. Mais comme la lecture est une question de subjectivité, je me dois d'avouer que la mayonnaise n'a pas pris et qu'à aucun moment je ne me suis sentie impliquée dans cette affaire ou émue par les héros… dommage !

    Lien : http://bazar-de-la-litterature.cowblog.fr/divergent-tome-2-insurgent..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 15         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par gruz, le 16 novembre 2012

    gruz
    Tome 2 de cette série en parfaite émulation avec ce que proposait Hunger Games. le tome 1 en était si proche, qu'on avait du mal à ne pas y voir un copié / collé, à certains moments.
    Quid du tome 2 ? le ton et l'ambiance sont toujours en droite ligne des romans du genre, même si on s'éloigne un peu de l'intrigue très cadrée du premier épisode.
    Un bien ? Oui et non...
    Oui, l'intrigue est assez dynamique dans sa deuxième partie, la mayonnaise montant au fur et à mesure et c'est bourré d'action.
    Non, parce qu'objectivement il ne se passe rien de véritablement transcendant. Ca se lit tout seul, mais l'univers proposé est parfois un peu fade et l'écriture assez pauvre.
    Il faut laisser à l'auteur le mérite de savoir donner une vie à ses personnages et une bonne partie du bouquin se résume à l'interaction entre eux.
    Au final, un épisode divertissant, marketé de tel sorte qu'il réjouira le coeur de cible des jeunes adultes, qui y trouveront les ingrédients qu'ils attendent.
    En tant que vieux croulant, je regrette à mon niveau un manque de surprise et une absence de prise de risque. Un tel sujet mériterait d'être développé plus profondément.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 25         Page de la critique


Critiques presse (1)


  • Ricochet , le 20 décembre 2012
    Une dystopie fort bien faite, écrite pour happer le lecteur.
    Lire la critique sur le site : Ricochet

> voir toutes (137)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par MyDiogeneClub, le 20 octobre 2014

    Je ne sais pas ce qui les lie entre eux. Leur seul point commun, pour autant que je sache, c’est l’echec. Et cela semble suffire.

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la citation

  • Par MyDiogeneClub, le 20 octobre 2014

    Je me sens nue. Tant que je gardais mes secrets, je ne savais pas que je les portais telle une armure. Maintenant, tout le monde me voit telle que je suis.

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation

  • Par MyDiogeneClub, le 20 octobre 2014

    _ La peur, conclut-elle, est plus puissante que la douleur.

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation

  • Par Lise81500, le 11 octobre 2014

    Rappelez-vous quand même que ceux qu'on opprime sont parfois plus forts qu'on ne le voudrait.

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la citation

  • Par Emiloo, le 20 novembre 2012

    - Je t'aime.
    Je l'ai dit une fois, avant de me rendre au siège des Érudits, mais il dormait, alors. Je ne sais pas pourquoi je ne lui ai jamais dit à un moment où il pouvait l'entendre. J'avais peut-être peur de lui confier une chose aussi personnelle que mon attachement. Ou de ne pas savoir ce que c'était d'aimer quelqu'un. Maintenant, je crois que le plus effrayant est d'avoir failli ne pas le dire avant qu'il ne soit trop tard. Avant qu'il ne soit trop tard pour moi.
    Je lui appartient et il m'appartient, et c'est comme ça depuis le début.
    Il me dévisage. J'attends sa réponse en m'aggrippant à ses mains pour me soutenir.
    Il fronce les sourcils.
    - Répète-moi ça.
    - Tobias, je t'aime.
    Sa peau mouillée glisse et il sent la sueur ; le tissu de ma chemise adhère à ses bras quand il les replie autour de moi. Il enfouit son visage dans mon cou et m'embrasse juste au dessus de la clavicule, puis sur la joue, puis sur la bouche.
    - Moi aussi, je t'aime.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 55         Page de la citation







Sur Amazon
à partir de :
16,05 € (neuf)
15,89 € (occasion)

   

Faire découvrir Divergente, tome 2 : Les insurgés par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (1903)

> voir plus

Quiz