Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2021024148
Éditeur : Editions du Seuil (2012)


Note moyenne : 3.92/5 (sur 12 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :


Une petite ville aux confins de l’empire des tsars. Mendel Singer, un humble maître d’école juif, enseigne les Écritures à de jeunes garçons. À travers l’histoire emblématique de la famille Singer, Joseph Roth brosse un tableau poétique et lucide des com... > voir plus
Lire un extrait Ajouter une citation Ajouter une critique

Critiques, analyses et avis (5)

> Ajouter une critique

    • Livres 4.00/5
    Par Sachenka, le 07 septembre 2013

    Sachenka
    Job ou le Roman d'un homme simple ou Le Poids de la grâce, eh bien, c'est l'histoire d'un homme, de n'importe quel homme. Vivant presque dans la pauvreté, Mendel Singer se contente de sa situation, subvenant aux besoin de sa famille de l'enseignement élémentaire dans une petite communauté juive d'Europe centrale. Mais les malheurs commencent à se pointer : son dernier-né est malade et, à la veille de la Première Guerre mondiale, ses deux aînés risquent d'être mobilisés. L'un d'eux préfère s'exiler en Amérique.
    La disparition de l'autre à la guerre, les déboires de la fille et la maladie du dernier convainquent Mendel de tout quitter et, avec son épouse Deborah, de traverser l'océan afin de rejoindre leur fils à New York. Mais les malheurs le rattrapent et Mendel perd tout. Tout comme Job, dans l'Ancien Testament.
    Maître Singer, maintenant âgé, qui a passé sa vie à enseigner les Écritures, à prêcher la parole de Yahvé, se détourne de son dieu, lui lance sa colère. Après tout, le Tout-Puissant qui lui a tout pris ne peut plus rien lui faire.
    D'un style simple, sans fioritures, Job touche droit au coeur. Il aborde des thèmes encore d'actualité comme la relation entre l'homme et Dieu, le destin, la famille et le vieillessement, la quête du bonheur et l'exil (ou la fuite), qui n'apporte pas toujours la solution à tout. C'est aussi une leçon, comme quoi il ne faut jamais non plus perdre complètement l'espoir.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par Taraxacum, le 23 mars 2015

    Taraxacum
    Texte de toute beauté qui fait honneur au talent littéraire de son auteur, Job: Roman d'un homme simple, nous amène d'une petite ville au fin fond de la Russie tsariste, à la fin du dix-neuvième, jusqu'à New York, terre d'immigration, au lendemain de la première guerre mondiale.
    Le lecteur découvre à travers la famille Singer le destin d'une famille juive d'Europe Centrale, partagée entre la tradition et les bouleversements du monde. Mendel, le père , maître d'école, est une figure centrale émouvante dont le destin le confronte à de telles souffrances que cet homme, profondément religieux, en vient à s'interroger sur sa foi et la place de Dieu dans la vie des hommes.
    L'excellente préface de Stéphane Pesnel apporte un réel plus, éclairant le contexte de l'émigration juive à l'orée du XXème siècle, mais aussi la place de ce roman dans l'oeuvre de Roth, et sert très bien cette nouvelle traduction d'une oeuvre pas assez connue, d'une grande finesse et d'une grande beauté.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par nkazinski, le 05 avril 2015

    nkazinski
    Depuis longtemps j'avais l'envie de lire Joseph Roth : Zweig en était fou d'admiration, littéraire surtout, Roth étant un touche à tout très doué. Si la marche de Radetzki est son ouvrage le plus connu, le roman d'un homme simple est certainement celui qui suit dans la mémoire collective. le roman a d'ailleurs eu plusieurs titres, au Livre de Poche Le Poids de la grâce. Mais le roman d'un homme simple lui va mieux, assurément. Qu'ai-je retenu de ce livre ? La lecture d'abord : elle est facile, simple, agréable, imagée sans être poétique. L'histoire ? Celle d'une famille juive que le temps et l'exil déchirent, vue surtout à travers les yeux de son patriarche, Mendel Singer, un simple maître d'école. En à peine 250 pages, le roman a la capacité de faire apprécier toute une vie, et les pensées d'un mari et père de famille juif à différents moments de son existence, jusqu'à la vieillesse. le happy end ne gâche pas la fête de la lecture.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique

  • Par cristobal, le 05 octobre 2014

    cristobal
    Le bonheur d'une erreur : dans les méandres de ma librairie ,je cherchais du PHILIPPE ROTH, je suis tombé sur du JOSEPH ROTH que je ne connaissais pas divine erreur

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par fabulan68, le 04 janvier 2015

    fabulan68
    Tout simplement magnifique

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique


Critiques presse (2)


  • LeFigaro , le 15 mars 2012
    Porté par un style d'une simplicité merveilleuse, ce livre sur la souffrance des hommes, sur le temps qui passe, sur l'exil, sur la grâce et sur Dieu est un chef-d'œuvre d'humanité.
    Lire la critique sur le site : LeFigaro
  • LeMonde , le 02 mars 2012
    La traduction du Seuil, oeuvre de Stéphane Pesnel, est coulante et fluide.
    Lire la critique sur le site : LeMonde

> voir toutes (4)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par Taraxacum, le 20 mars 2015

    La curiosité, soeur de la jeunesse, annonciatrice du désir, se tenait tapie en Mirjam, tout juste derrière ses sens aux aguets. Animée d'une crainte douce et brûlante, la jeune fille fuyait devant ces hommes qui la poursuivait de leurs ardeurs. Seulement, pour savourer pleinement la jouissance excitante et douloureuse de la crainte, elle fuyait par plusieurs ruelles, pendant de longues minutes encore. Elle s'enfuyait en faisant des détours.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation

  • Par Sachenka, le 07 septembre 2013

    Elle n'osait plus invoquer Dieu, il lui semblait trop haut, trop grand, trop lointain, infini derrière des cieux infinis, il lui aurait fallu une échelle faite de millions de prières pour pouvoir atteindre ne fût-ce qu'un bout du vêtement de Dieu.

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la citation

  • Par nkazinski, le 05 avril 2015

    Tout ce qui est soudain est mauvais, et les bonnes choses arrivent à pas feutrés et lents.

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation

  • Par nkazinski, le 05 avril 2015

    Et il se reposa du poids du bonheur et de la grandeur des miracles.

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation

> voir toutes (3)

Video de Joseph Roth

>Ajouter une vidéo

Joseph Roth : Automne à Berlin
A Turin, non loin des rails du tramway puis dans celui-ci, Olivier BARROT parle du livre "Automne à Berlin" de Joseph ROTH. - Il rappelle brièvement le destin de J. ROTH, juif né en Galicie, venu habiter à Vienne, mobilisé en 1913 et mort à Paris en 1939 après de nombreux voyages en Europe.








Sur Amazon
à partir de :
20,23 € (neuf)
13,98 € (occasion)

   

Faire découvrir Job : Roman d'un homme simple par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Quiz