AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Michel Launay (Éditeur scientifique)
ISBN : 2080701177
Éditeur : Flammarion (1999)

Note moyenne : 3.54/5 (sur 175 notes)
Résumé :
«Savez-vous quel est le plus sûr moyen de rendre votre enfant misérable ?
C'est de l'accoutumer à tout obtenir : car ses désirs croissant incessamment par la facilité de les satisfaire, tôt ou tard l'impuissance vous forcera malgré vous d'en venir au refus ; et ce refus inaccoutumé lui donnera plus de tourment que la privation même de ce qu'il désire...
Heureux, lui ! C'est un despote ; c'est à la fois le plus vil des esclaves et la plus misérable des ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.fr
Critiques, Analyses & Avis (14) Voir plus Ajouter une critique
kristolikid
kristolikid11 juillet 2013
  • Livres 2.00/5
J'ai entamé la lecture de ce livre enthousiaste, je l'ai achevée las.
Rousseau avait développé, dans le discours sur les sciences et les arts par exemple, l'idée que l'humanité se divisait entre les hommes vertueux et ceux dépravés par la société. Emile ou de l'éducation se propose de comprendre comment former au mieux un homme dès le plus jeune âge. L'objet de Rousseau est de proposer une éducation qui institue l'homme de la nature dans la société, et le prépare à la condition humaine.
Il imagine alors avoir la charge de l'éducation d'un nouveau né, qu'il nomme Emile et dont il va rapporter l'éducation. Chaque âge est abordé, suivant la chronologie du développement d'Emile. Impossible de faire l'inventaire des recommandations, conseils, imprécations fournis par l'auteur... Mais d'une manière générale, est à prescrire tout ce qui dénature les enfants (l'emmaillotage des nourrissons par exemple les prive de faire l'expérience de leur corps et du mouvement) et à encourager tout ce qui leur accorde la liberté. Rousseau écrit ainsi ces lignes : « le premier de tous les biens n'est pas l'autorité, mais la liberté. L'homme vraiment libre ne veut que ce qu'il peut, et fait ce qui lui plaît. Voilà ma maxime fondamentale. Il ne s'agit que de l'appliquer à l'enfance, et toutes les règles de l'éducation vont en découler ».
Mais ce livre m'a également profondément lassé. La longueur inutile de l'ouvrage. Les digressions fréquentes qui hachent la lecture (la première partie de la profession de foi du vicaire Savoyard m'a ennuyé, la seconde réjoui). Les changements dans le style m'ont également gêné. L'auto-fiction romanesque où Rousseau imagine trouver à Emile sa promise, Sophie, n'a pas manqué de me faire éclater de rire pas mal de fois.
Sa vision de la femme n'est pas des plus modernes. Il lui donne un caractère qui sied, j'imagine, aux Zemmourophiles, mais qui aujourd'hui n'a plus guère de sens. Un exemple de sa poésie : « le désir ne vient pour [les femmes] qu'avec le besoin ; le besoin satisfait, le désir cesse ; elles ne repoussent plus le mâle par feinte, mais tout de bon : elles font tout le contraire de ce que faisait la fille d'Auguste ; elles ne reçoivent plus de passagers quand le navire a sa cargaison. »
Enfin, les deux choses qui m'ont le plus déplu dans ce livre n'ont finalement pas trait à l'ouvrage mais à l'auteur.
La première, c'est le caractère pénible de Rousseau, que lui-même définit mieux que quiconque : « Ce qu'il y avait en moi de plus difficile à détruire était une orgueilleuse misanthropie, une certaine aigreur contre les riches et les heureux du monde, comme s'ils l'eussent été à mes dépens, et que leur prétendu bonheur eût été usurpé sur le mien. La folle vanité de la jeunesse, qui regimbe contre l'humiliation, ne me donnait que trop de penchant à cette humeur colère, et l'amour-propre, que mon mentor tâchait de réveiller en moi, me portant à la fierté, rendait les hommes encore plus vils à mes yeux, et ne faisait qu'ajouter pour eux le mépris à la haine ». L'absence de circonspection et de tendresse pour son lecteur, l'en font juger.
La seconde, on essaie de l'oublier, on n'y pense plus, puis on voit revenir Rousseau fielleux contre les erreurs des hommes, donc on y repense : il a donné ses cinq enfants à l'Assistance Publique, et de cela, il n'en parle pas. Cela grève inexorablement le fonds de son commerce qui est la transparence du coeur. Témoin éloquent, cette phrase qu'il ose écrire : « Mais que fait cet homme riche, ce père de famille si affairé, et forcé, selon lui, de laisser ses enfants à l'abandon ? Il paye un autre homme pour remplir ces soins qui lui sont à charge. Âme vénale ! Crois-tu donner à ton fils un autre père avec de l'argent ? Ne t'y trompe point ; ce n'est pas même un maître que tu lui donnes, c'est un valet ».
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          90
colimasson
colimasson16 juillet 2015
  • Livres 3.00/5
Rousseau semble avoir quelques petits comptes à régler avec l'éducation. D'un côté, il y a les enfants qui sont gentils et spontanés, version naine du bon sauvage ; de l'autre côté, il y a les adultes corrompus et dégénérés qui semblent n'avoir pas d'autre raison d'exister que celle de détruire les gentils petits enfants. Rousseau n'est pas crédible. de deux choses l'une : ou bien il n'a pas remarqué qu'il n'était plus un enfant, ou bien il croit être bien supérieur à la masse parasitaire des adultes qu'il critique. Qui sait si les enfants aimeraient vraiment être dressés à la manière préconisée par Rousseau ?

Le but du jeu est simple : prenez un gamin et lâchez-le dans la nature, il fera bien quelque chose et ce ne sera pas pire que ce qu'il aurait fait si vous étiez intervenu. Mon fils ! je veux que tu sois libre maintenant et à jamais ! C'est une injonction contradictoire à rendre schizophrène le premier venu...

Heureusement, on a bien compris que Rousseau s'énerve surtout contre les adultes moroses, corsetés et sans curiosité qu'il voit évoluer autour de lui. Alors, sans doute qu'il s'est imaginé que si ces adultes-là avaient reçu une éducation un peu moins coincée, lui-même serait devenu un peu plus sociable ? Cet Emile est surtout un manifeste offert à quiconque souhaite lâcher un peu la bride des conventions et renouveler son regard sur les manières supposées de bien faire.
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          170
Labile3
Labile311 mai 2016
  • Livres 5.00/5
Jean-Jacques Rousseau nous explique comment élever les mioches.
Il s'en choisit un fictif qu'il baptise Emile (pourquoi pas Brian ?)
Tant qu'à faire, il le choisit en bonne santé.
Pour lui l'enfant naît bon et c'est une mauvaise éducation et la vie en société qui le corrompt.
Apparemment l'enfant roi ne date pas d'hier.
Jean-Jacques est un peu l'Aldo Naouri de l'époque.
On ne négocie pas: la raison ne vient qu'en dernier donc pas besoin de la convoquer chez un môme.
J-J est vent-debout contre l'éducation de l'époque : il faut tout faire à l'inverse.
Emile doit courir dans la pampa et vivre comme un paysan jusqu'à douze ans : rien ne vaut le grand air…
J-J n'aime pas le progrès et surtout les toubibs dont il ne faut avoir recourt que quand on est mort (ou juste avant pour qu'ils vous achèvent).
J-J prône l'hygiène et la frugalité.
L'enfance c'est le sommeil de la raison nous dit Jean-Jacques : les gosses apprécieront !
C'est sûr que si on laisse un môme nous saouler de paroles toute la journée, y finira par dire quelque chose de sensé…
Les livres ne servent à rien, les fables de la Fontaine en prennent aussi : les enfants ne peuvent pas comprendre.
Donner des petits mots à un gosse et il apprendra à lire tout seul c'est tellement curieux ces machins-là.
Question nourriture c'est pas folichon (du pain et de l'eau même pas de VIN !!!)
L'enfant doit apprendre avec joie et par lui-même plutôt que par la contrainte…
Jean-Jacques pense qu'un seul livre est utile aux enfants : Robinson Crusoé (« Ce désopilant bréviaire manufacturier » disait Manchette.)
Pour J-J on respecte les arts inversement à leur utilité.
Le premier art : l'agriculture.
Ca y est : Emile a quinze ans !
Il faut que Mimile se laisse corrompre par les femmes impudiques le plus tard possible : ramené le à la campagne !
Montrez lui des vérolés ça le calmera !
Le malheur vient des tentations : à la campagne pas de tentation = bonheur.
J-J revient sur son leitmotiv : l'homme naît bon, c'est la société qui le corrompt…
J-J n'a pas de mots assez durs contre les matérialistes.
Pour lui, l'homme a une âme, est un être supérieur et Dieu existe même s'il ne faut pas bourrer le mou à Emile avec ça !
Dieu a laissé l'homme libre pour qu'il fasse le bien.
Retirer sa liberté à l'homme pour qu'il ne fasse pas le mal serait le dénaturé : à nous d'utiliser notre raison pour combattre nos passions…
Le livre 4 contient « La profession de foi du vicaire Savoyard ».
Celui par respect du lit fut surpris à copuler dans la nature et fût donc défroqué une deuxième fois…
Il explique sa vie au jeune Jean-Jacques.
Il se retrouve adulte perdu et sans aucun repère…
J-J s'est fait critiquer pour ce passage car il égratigne la religion.
Le vicaire est d'autant plus dépourvu alors qu'il doute et qu'avant la religion ne l'a jamais permis de douter.
Les philosophes prennent cher aussi : ils embrouillent plus qu'ils n'éclairent et cherchent à se distinguer par des idées pas toujours sincères…
J-J pourfend les dogmes et met dos à dos toute les religions : lui qui revendique le christianisme ne pense pas qu'il y a une religion supérieure à l'autre.
Le zizipanpan ne doit pas intervenir trop tôt si nos cousins les germains sont si costauds c'est sans doute dit-il parce qu'ils restent continents longtemps….
Le père de Montaigne s'est dépucelé à trente-deux ans et a eu la descendance que l'on sait…
Pour calmer les hormones du jeune Mimile, J-J propose la chasse !
J-J regrette l'époque où les signes comme chez les romains (comme les codes vestimentaires par exemple) dominaient la force ou les beaux discours…
J-J explique que l'homme instruit se tait car il a trop de choses à dire…
Il nous explique en quoi son Emile grâce à son éducation est différent.
Autant les femmes savent s'habiller autant c'est pas la peine de leur demander pour la littérature…Certes la femme a des compétences (J-J y reviendra), mais pas celle-là…
Il va lui apprendre le bon goût qui est en général quand la beauté se rapproche de la nature…
Il va aussi apprendre le latin (pour la grammaire)…
Mimile va pouvoir enfin lire…enfin pas n'importe qui, plutôt les anciens.
La tempérance c'est la santé et comme on ne peut jouir sans santé : J-J est tempérant par sensualité.
J-J prône la saisonnalité et la simplicité : pourquoi avoir plusieurs laquais ?
Il pourfend aussi le jeunisme !
Même riche J-J resterait simple, dit-il.
Le dernier chapitre s'appelle Sophie ou la femme : J-J nous décrit la femme pour son Mimile…
Après avoir différencié l'homme (la force) de la femme (la faiblesse).
Il explique que la pudeur de la femme doit contrer les envies incessantes du mâle.
L'infidélité de la femme est plus grave que celle de l'homme.
Parfois J-J est légèrement misogyne, il explique qu'il faut éduquer la femme de la ville, celle de la campagne non…
Juste assez pour qu'on lui monte pas le bourrichon…
En ce qui concerne la religion, pas besoin de la faire trop réfléchir juste qu'elle se sente observée.
Ça y est : Emile est amoureux de sa Sophie rencontrée au cours d'un voyage…
J-J pense qu'une belle femme fait le malheur des hommes, il conseillerait même la laideur si elle n'était si dégoûtante… (lui-même vivait avec une Thérèse très laide, selon Diderot)
Pourtant Mimile avant de convoler avec sa Soso doit d'après J-J voyager…
Voyager permet de connaître les peuples.
Encore faut-il savoir voyager…
C'est comme lire…
On lit trop, on lit mal !
J-J explique qu'il doit chercher un pays avec un régime politique clément et il développe en le résumant son livre « du contrat social ».
Le livre se termine quand Mimile a mis un polichinelle dans le tiroir à Soso.
Ce livre est très intéressant : Rousseau est le premier à considérer l'enfant comme un être à part et certaines de ses observations sont vraiment très fines, c'est aussi me semble-t-il un précurseur en matière d'écologie.
Bien sûr certains propos tenus sur la gent féminine auraient du mal à passer aujourd'hui…
Ce qui est cocasse c'est que ce sont ses propos sur la religion qui paraissent bien anodins aujourd'hui qui lui ont attiré les foudres…
Mais l'époque était différente.
En tous les cas il écrit rudement bien le J-J
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          00
Shakespeare
Shakespeare15 août 2015
  • Livres 3.00/5
Comment éduquer son enfant ? Si de nos jours les livres pseudo-méthodiques en rapport à cette problématique remplissent les étagères des librairies de quartier, le livre précurseur et de référence n'est rien de moins que l'Émile de Rousseau. Dans cet ouvrage conséquent, le philosophe, à contre-courant de la pensée de l'époque, considère qu'il importe de laisser à l'enfant une certaine liberté au regard de sa nature. L'enfant étant naturellement bon, il ne faut point le pervertir par l'éducation. C'est ainsi que Rousseau enfante de la pointe de sa plume Émile, à qui il donne la parfaite éducation.
Toutefois, l'auteur explique bien qu'il s'agit là d'une méthode d'éducation évolutive, qui doit s'adapter à chaque enfant. Elle est ainsi universellement particularisable. Elle consiste donc à laisser la nature éduquer l'enfant d'elle-même. Il ne s'agit pas de faire d'Émile quelqu'un d'exceptionnel mais un apprenant en puissance, heureux d'être lui-même et non quelqu'un d'autre. C'est d'ailleurs pour Rousseau, l'objectif de toute éducation : « être heureux d'être soi-même plutôt qu'un autre. » L'éducation d'Émile se déroule donc de sa naissance à ses 20 ans.
En accord avec les exigences genevoises dans laquelle Rousseau a lui-même été élevé, l'éducation d'Émile passe par la contrainte, mais en vue d'un plus grand bien, le bonheur. L'auteur donne alors des exemples plus ou moins concrets comme le fait de lui apprendre sensiblement l'utilité des choses. C'est une façon de le lui faire retenir pour le long terme. C'est ainsi qu'il se perd volontairement avec son élève en forêt pour lui apprendre l'utilité de l'astronomie, qui permet de se repérer grâce aux ombres. Concernant la croyance religieuse, Rousseau éduque son élève à travers le discours rapporté du vicaire savoyard : discours intéressant néanmoins long et parfois flou qui rompt avec le rythme du récit.
Quoiqu'il en soit, Rousseau va de maximes en maximes au fil des pages : « Loin d'avoir des forces superflues, les enfants n'en ont pas même de suffisantes pour tout ce que leur demande la nature ; il faut donc leur laisser l'usage de toutes celles qu'elle leur donne et dont ils ne sauraient abuser. »
Il faut toutefois reconnaître que, malgré une méthode intéressante, Rousseau a une vision dépassée et sexiste de l'éducation des filles dont le rôle ne consisterait qu'à être une bonne mère et une bonne épouse. Ces longueurs sexistes, parfois hors-à-propos ne sont pas isolées ainsi que l'illustre la fin du livre portée essentiellement sur les idées du Contrat Social. L'auteur ne se tient ni à un style fixe, ni à un un thème précis. le livre aurait ainsi pu être deux fois moins imposant et tout aussi pertinent par rapport au thème de l'éducation. Toutefois, quand bien même Rousseau propose une éducation qui semble tenir la route, il semble oublier que le développement d'un enfant ne dépend pas uniquement de son éducateur. L'enfant s'éduque aussi par ses rencontres, ses amis à l'école, les instituteurs et tout autre personne qu'il est amené à croiser au cours de sa vie. Est-il vraiment bon qu'un enfant ne noue de liens qu'avec une seule personne – assavoir son éducateur – jusqu'à l'âge de ses 20 ans ? Quel enfant vit ainsi de toute façon ? Rousseau ne propose-t-il pas une méthode d'éducation utopiste fondée sur une relation dyadique exclusive ? Il semble ignorer qu'un enfant peut subir de mauvaises -comme de bonnes- influences.
En conclusion, tout n'est pas à jeter dans l'éducation rousseauiste, mais plus que jamais, il ne faut croire que l'éducation ne dépend que de l'éducateur. Faire apprendre sensiblement l'utilité des choses à l'enfant semble être une bonne idée, mais est-ce là suffisant pour l'isoler des influences néfastes du monde extérieur ? Cette méthode du XVIIIè siècle est-elle encore valable de nos jours ? Que penserait Rousseau d'internet, du cinéma, de la télévision, des jeux vidéo? Lui, qui abhorrait le théâtre.
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          30
bina
bina03 février 2013
  • Livres 3.00/5
Rousseu rédigeant un essai sur l'éduction? Quel paradoxe quand on pense qu'il a abandonné tous ses enfants. Ce qu'il rédige est moins un traité qu'une ''rêverie d'un visionnaire sur l'éducation'' comme il le définit lui-même dans sa préface.
ce serait donc un recueil de réflexions, construit autour d'une armature solide, abordant les étapes successives de l'éducation en fonction de l'âge de l'enfant, et des différentes sortes d'éducation (morale, sensorielle, intellectuelle..). Il part d'un élève imaginaire, Emile, et se place lui-même dans la fonction du gouverneur idéale.
Il n'a qu'un objectif, former un homme libre, et pour cela il faut respecter l'être qu'est l'enfant, en lui laissant sa liberté. Attention au contresens, cela ne signifie pas que celui-ci est libre d'obtenir ce qu'il veut, il doit apprendre à aller dans le sens de la nature, sans être esclave de ses désirs. il propose une éducation qui se veut universelle, quelque soit le rang, la classe ou la condition future de son élève.
Un gros pavé qu'il faut avoir le courage d'avaler, je ne suis pas prête de le relire dans un futur proche.
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          81

Les critiques presse (1)
LeMonde29 juillet 2011
Rompant avec des siècles d'indifférence, de mépris, de défiance et d'autoritarisme, l'Emile, ou De l'éducation, le traité rédigé par Rousseau, marque indiscutablement la naissance de l'enfant dans la pensée moderne.
Lire la critique sur le site : LeMonde
Citations & extraits (47) Voir plus Ajouter une citation
courgettecourgette12 mai 2010
Notre manie enseignante et pédantesque est toujours d'apprendre aux enfants ce qu'ils apprendraient beaucoup mieux d'eux-mêmes, et d'oublier ce que nous aurions pu seuls leur enseigner. Y a-t-il rien de plus sot que la peine qu'on prend pour leur apprendre à marcher, comme si l'on en avait vu un qui, par la négligence de sa nourrice, ne sût pas marcher étant grand ? Combien voit-on de gens au contraire marcher mal toute leur vie, parce qu'on leur a mal appris à marcher !
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          110
chartelchartel30 décembre 2014
Si vous regardez la science en elle-même, vous entrez dans une mer sans fond, sans rive, toute pleine d’écueils ; vous ne vous en tirerez jamais. Quand je vois un homme épris de l’amour des connaissances se laisser séduire à leur charme et courir de l’une à l’autre sans savoir s’arrêter, je crois voir un enfant sur le rivage amassant des coquilles, et commençant par s’en charger, puis, tenté par celles qu’il voit encore, en rajouter, en reprendre, jusqu’à ce qu’accablé de leur multitude et ne sachant plus que choisir il finisse par tout jeter, et retourne à vide.
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          60
binabina03 février 2013
Vivre, ce n'est pas respirer, c'est agir; c'est faire usage de nos organes, de nos sens, de nos facultés, de toutes les parties de nous-mêmes qui nous donnent le sentiment de notre existence.
Commenter    J’apprécie          180
chartelchartel30 décembre 2014
Rendez votre élève attentif aux phénomènes de la nature, bientôt vous le rendrez curieux ; mais, pour nourrir sa curiosité, ne vous pressez jamais de la satisfaire. Mettez les questions à sa portée, et laissez-les lui résoudre. Qu’il ne sache rien parce que vous le lui avez dit, mais parce qu’il l’a compris lui-même ; qu’il n’apprenne pas la science, qu’il l’invente.
Commenter    J’apprécie          80
ElviraElvira02 février 2012
On me dira, comme on le fait sans cesse, que les fautes sont du médecin, mais que la médecine en elle-même est infaillible. A la bonne heure ; mais qu’elle vienne donc sans médecin ; car, tant qu’ils viendront ensemble, il y aura cent fois plus à craindre des erreurs de l’artiste qu’à espérer du secours de l’art .
Commenter    J’apprécie          70
Videos de Jean-Jacques Rousseau (26) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-Jacques Rousseau
Jean-Jacques Rousseau– Lettre À M. D’Alembert Sur Les Spectacles- Œuvre Intégrale
>Education>Education>Principes, théories, généralités (78)
autres livres classés : philosophieVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Philo pour tous

Jostein Gaarder fut au hit-parade des écrits philosophiques rendus accessibles au plus grand nombre avec un livre paru en 1995. Lequel?

Les Mystères de la patience
Le Monde de Sophie
Maya
Vita brevis

10 questions
165 lecteurs ont répondu
Thèmes : spiritualité , philosophieCréer un quiz sur ce livre
. .