AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070365808
Éditeur : Gallimard (1974)

Note moyenne : 4/5 (sur 6 notes)
Résumé :
"Quand il revint, Anna n'était plus là, ni sa valise. Elle avait laissé un mot: "Je t'expliquerai un jour. Merci de tout. Love. Anna." Il descendit en courant au bureau de l'hôtel. Il y avait un train pour Paris à 18 h 36. Il était 18 h 34. Quand il arriva à la gare, le train était parti. Il ne revit jamais Anna."
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.fr
Critiques, Analyses & Avis (3) Ajouter une critique
lecteur84
lecteur8428 juillet 2014
  • Livres 5.00/5
Certains livres sont comme des caresses, des instants magiques suspendus au dessus de nous qui nous emportent à travers les mots et les images dans un ailleurs réconfortant. le malheur d'aimer en fait parti! une écriture splendide qui jongle entre poésie, dans la description de l'été et des plages, et profondeur philosophique, quand l'auteur plonge dans les méandres du sentiment amoureux. il nous faut arriver à la fin de l'ouvrage pour comprendre le titre, car jusque là, l'amour, même s'il véhicule des souffrances, des souvenirs douloureux pour les héros, reste une aventure fabuleuse! mais la fin reste tragique, avec la faiblesse des consciences, trop préoccupées à se souvenir de ce qu'à été un jour l'amour pour eux, une seule protection, la fuite!
Et pourtant aimer reste la plus belle chose à vivre, la plus fragile aussi, ne serait ce que pour rester vivant! approcher cette éternité qui flotte autour de nous, la capturer le temps d'aimer, puis, quelque fois le laisser filer...un livre qui nous montre les chemins du bonheur dans son vrai visage. Un très beau livre qui n'a pas pris une seule ride, écrit de façon simple et profonde, comme la très bonne littérature française savait le faire...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
charlottelit
charlottelit28 août 2011
sur la page de garde de ce beau livre prêté par Cat Cat (merci !) je lis :
les livres doivent aller de mains en mains
oeuvres de transmission
marches pour l'élévation des âmes.
Exactement ce que disait et appliquait Tony. l'immense écrivain qui n'eut pas le temps d'écrire ses romans,
Commenter  J’apprécie          40
charlottelit
charlottelit28 août 2011
Avalé en une soirée et petit matin ensoleillé
bien aimé finalement malgré qq. longueurs
coup de théâtre, un peu comme dans la gd mère de Jade
mais presque ... ne pas déflorer l'essentiel surtout ...
laisser aux babeliennes et aux babeliens le plaisir de savourer
jusqu'au bout du bout
Commenter  J’apprécie          30
Citations & extraits (64) Voir plus Ajouter une citation
lecteur84lecteur8428 juillet 2014
Les étreintes, les caresses, la fureur attentive des corps qui se cherchent, qui cherchent ce qu'ils ne savent plus qu'ils cherchent, tout s'amortissait alors. Alain savait qu'il aimait Anna impossiblement dans l'à-côté-de-soi paisible d'un corps fuyant au fil de l'ombre.
Commenter  J’apprécie          120
lecteur84lecteur8425 juillet 2014
etre envieux, c'est en réalité n'avoir aucun désir assez fort. On envie quand on a envie de rien. La jalousie est une ambition paresseuse, une démangeaison velléitaire, à peine une passion.
Commenter  J’apprécie          150
gaillard1gaillard128 septembre 2010
Il est rare que ce qui nous importe nous apparaisse d'abord très beau. La beauté, la plupart du temps, c'est à nos yeux ce que nous reconnaissons, ce qui est pour nous familier, et sans trouble.
Commenter  J’apprécie          120
gaillard1gaillard128 septembre 2010
Aimer un seul être rend pourtant tous les êtres aimables, leur accorde de beaux restes. La passion comblée nous rend fugitivement semblables à ce que serait un dieu dans ses meilleurs moments, qui verrait les hommes tels qu'ils sont, et les aimerait pour ce qu'ils sont, malgré ce qu'ils sont.
Commenter  J’apprécie          70
mila0707mila070727 juillet 2011
Les gens heureux n'ont pas d'histoire. Ils s'en inventent. Ils bougent un peu, pour prendre un plaisir précautionneux et rétrospectif aux instants où ils ne bougeaient pas. Alain cherchait le prétexte de quelque chose à prendre dans la maison, la soif qu'ils n'avaient pas, le livre qu'ils ne liraient pas, la couverture dont ils n'avaient pas besoin afin de se redonner la merveille de retrouver Anna et se faire le cadeau de la redécouvrir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Video de Claude Roy (17) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Claude Roy
Claude roy supposons une supposition dans nouvelles enfantasque (1978)
autres livres classés : trainsVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

le chat qui parlait malgré lui

Comment s'appelle le chat ?

Thomas
Chaminou
Gaspard
Titus
Le Poète

6 questions
22 lecteurs ont répondu
Thème : Le chat qui parlait malgré lui de Claude RoyCréer un quiz sur ce livre