AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2748508408
Éditeur : Syros (2009)

Note moyenne : 3.77/5 (sur 93 notes)
Résumé :
Liram vit chez les Aériens, dans les plus hauts étages de la tour de Babel où se sont réfugiés les hommes depuis que le Grand Nuage a empoisonné la Terre, il y a mille ans. Suite à un drame - ses parents sont assassinés -, Liram doit abandonner son univers douillet pour fuir dans les étages inférieurs, peuplés par ceux que les Aériens ont repoussés vers le bas dix siècles plus tôt, avant de condamner toutes les issues... Lors de sa descente dans ce monde sordide, ha... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (21) Voir plus Ajouter une critique
Saiwhisper
13 mai 2016
  • 3/ 5
Voici un roman prometteur qui avait de bonnes bases pour débuter une intrigue SF très sympa : un Grand Nuage toxique et meurtrier a saccagé le monde que nous connaissons. Pour survivre, les Hommes ont investi une haute tour nommée "Babel" dont les parois sont bien scellées. Mais, lors de la répartition des rescapés, les riches se sont attribués le sommet de la tour, repoussant et condamnant les moins aisés plus bas, là où il y avait encore des risques... L'histoire se déroule dix siècles après cette apocalypse, au moment où, enfin, les autorités supposent qu'il est temps de sortir de Babel… Mais pour ça, il va falloir réunir cinq clefs qui sont en fait cinq adolescents possédant un tatouage lumineux sur le corps…
La trame principale de cet ouvrage était donc très prometteuse, remplie de mystères et de tensions sociales ou économiques. Honnêtement, j'avais beaucoup d'espoir dans ce récit. D'autant plus que l'un des personnages habitait dans une zone de la tour où il y avait des "Hommes bougies", des humains mutants presque zombies dont la peau tombe/coule, telle de la chair en décomposition. Ajoutez à cela d'autres créatures hybrides autrefois humaines comme les hommes-rats surnommés "les Rateurs" et vous aurez un petit bestiaire bien sympathique !... Malheureusement peu développé... C'est simple : on a les bases d'une bonne intrigue de SF, mais on ne va pas dans les détails. On se contente de décrire ce que les héros voient ou ce qu'ils subissent. En aucun cas, nos jeunes protagonistes vont analyser le système ou essayer de comprendre. Ils n'auront que leur quête en tête. Quel dommage !
A vrai dire, les protagonistes sont également peu développés. Est-ce parce qu'il s'agit d'un roman ado, si bien que l'auteur ne voulait pas imposer des descriptions fournies sur ses héros ? Pourtant, il existe d'autres oeuvres pour ce public qui prennent la peine de donner vie à leurs personnages... Là, je ne me suis pas du tout attachée à ces cinq ados… Même à la fin, je ne sais rien d'eux, si ce n'est ce que j'ai entrevu à travers leurs actes, lors de leur brève description physique ou lorsqu'ils étaient narrateurs (tous ne le sont pas, ce qui est regrettable). le pire étant les jumeaux Lyel et Myel que l'on ne rencontre que vers les trois quarts de l'ouvrage et qui n'ont pas le droit à un chapitre où ils ont la parole... Ils se servent de leur pouvoir, ils aident les autres jeunes et... C'est tout ! Parmi les trois narrateurs, seuls Liriam et Maïan auront une "personnalité" (et encore, elle aurait pu être plus étoffée). Calden sera entre les deux duos : à la fois narrateur et personnage relativement peu exploité. Deux/trois pages sur ce qu'ils ressentent, sur ce qu'ils vivent, sur leur découverte des autres ou sur leurs espoirs n'auraient pas été de trop ! Malheureusement, l'auteure s'est plutôt concentrée sur l'action.
Parce que du rythme, il y en a ! Rebondissements, découvertes, personnages capturés ou poursuivis, rencontres étonnantes, enquête, etc. C'est l'un des points forts de cet ouvrage. Je pense qu'un jeune lecteur ado ne s'ennuiera pas, surtout s'il découvre le genre "Science-Fiction" pour la première fois. Pour moi, adulte, c'était une quête classique ; cependant je suis certaine que des adolescents seront surpris et apprécieront l'avancée de l'intrigue. D'autant plus que, malgré le peu de temps passé ensemble, ce petit groupe hétéroclite est bien soudé. Chacun possède un pouvoir respectif (lien animal, contrôle du feu, téléportation, traversée des murs, télékinésie) qui est déjà très puissant même si certains sont sensés n'avoir découvert leur magie très tard... Cela m'a fait songer aux sagas "Phaenomen", "Le suivant sur la liste" et bien d'autres séries ados qui utilisent la magie dans le monde "réel".
Ce qui m'a surtout plu lors de ma lecture, c'est le côté SF du début où l'on découvre deux religions qui se déchirent : les Diseurs d'Histoires et les Penseurs d'Ailleurs. Ces deux groupes religieux ne sont pas d'accord sur l'avenir du monde... Mais ont un point commun : ils sont intéressés par les porteurs de tatouages... J'ai également pris plaisir à découvrir les différentes classes sociales selon le niveau de la tour. Chacun a son mode de vie, que ce soit au niveau vestimentaire, hygiénique (exemple : cheveux rasés pour éviter toute transmission de maladie), les bâtiments, le mode de vie, ... Il y a aussi les hybrides autrefois Humains qui ont attisé mon intérêt. Par contre, dommage que la plupart des personnages secondaires soient aussi manichéens... Des individus "neutres", ni bons ni mauvais, n'auraient pas fait de mal…
Dernier petit point avant de conclure cette critique : le héros. Mon dieu, il fait tellement "gamin" par rapport aux autres protagonistes ! Souvent consternée par ses paroles, j'ai poussé plus d'un soupir... Lorsqu'il était narrateur, j'avais l'impression que la plume de Carina Rozenfeld devenait simplissime, presque trop enfantine. de jeunes ados peuvent très bien lire des choses plus denses et adultes. Pas besoin de faire un héros niais et gamin à souhait. Liriam est certainement le personnage qui m'a le plus déplu... Heureusement, les autres protagonistes relèvent le niveau.
"Les clefs de Babel" est donc un roman ado avec du bon comme du mauvais. Je le recommande à ceux qui ne connaissent pas encore le genre SF. E. C.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
CDICaousou
07 janvier 2014
  • 4/ 5
Un super bouquin que j'ai dévoré avec enthousiasme et plaisir. Une bonne intrigue et une idée de base qui, bien que classique ( la séparation des différentes classes sociales et un futur post-apocalyptique ou les hommes vivent enfermés dans une tour ) à le mérite d'être très bien écrie. Un seul point négatif, je pense que l'intrigue aurait mieux fait d'être étendue sur une série de livres plutôt que sur un seul livre pas très long. Ceci mis à part, un bon petit livre que je vous conseille si vous voulez lire un bouquin court et sympathique entre deux pavés !
Edwige.

Un livre de science fiction simple à lire, plus destiné aux jeunes lecteurs. Une ambiance plutôt chaotique au début pour arriver à une fin heureuse . On retrouve le thème de la séparation des classes sociales (présent dans de nombreux films et livres). J'ai apprécié le faite qu'il y est plusieurs héros et que la fin soit ouverte ce qui nous permet de nous imaginer la suite et de garder quelques questions en suspens! Un bon livre que je recommande.
Juliette

Un nuage nucléaire a recouvert notre planète, ne laissant derrière lui qu'un seul refuge possible : la tour de Babel.
Afin de protéger l'espèce humaine et de faire sortir les humains de la tour quand le nuage se sera dissipé et que la nature reprendra ses droits, cinq jeunes représentent les clefs de la tour. Leur but est de retrouver la sortie et d'évacuer tout le monde de la fameuse tour. Pour cela ils possèdent des talents très particuliers…
Une grande épopée dans un petit livre, pour les passionnés de sciences fictions.
Paul-antoine

Au début du livre j'ai directement accroché avec l'histoire et je me suis placé dans ce monde qu'on peut dire "science fiction" même si généralement je n'adore pas ce type de livre. Malheureusement l'histoire m'a déçu le long du livre contrairement au démarrage. Malgré tout, il est simple à lire et à comprendre. je le recommande donc en tant que livre simple à lire!!!
Maïlys
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          61
Lagagne
07 mai 2012
  • 3/ 5
Par rapport aux autres livres de Carina rozenfeld que j'ai pu lire, celui-là m'a légèrement déçu. Pourtant les personnages sont bien dessinés, sont attachant, et on entre facilement dans ce monde créé dans les détails.
Mais voilà, cela semble trop facile. Je ne sais pas...je n'ai pas eu tant de surprises, les éléments et événements s'enchainent logiquement, de manière trop évidente et attendue à mon goût. Mais je suis une adulte (si, si) et ce livre est destiné à des ados. Ceci explique peut-être cela.
Commenter  J’apprécie          70
cdi-schuman
16 janvier 2016
  • 4/ 5
Dans un monde futur dans lequel l'homme n'a plus sa place, les derniers survivants se sont réfugiés dans une tour. Les privilégiés en haut, les plus pauvres dans les étages inférieurs.
Liram fait partie des Aériens, ceux qui sont le moins à plaindre. Il porte un tatouage étrange que ses parents lui ont appris à cacher sans qu'il sache vraiment pourquoi. Or, suite à un drame qui va bouleverser sa vie, Liram doit fuir sa communauté et descendre toujours plus bas. A chaque étage, il rencontre d'autres clans avec leurs règles et leur vision de la vie, et d'autres adolescents porteurs d'un tatouage du même type que le sien. Que signifient ces marques? Et surtout, serait-il possible que la rumeur qui enfle soit une réalité? La Terre serait-elle à nouveau viable?
Un roman qui fait mouche, même s'il est dans la veine d'autres récits du même auteur comme "Les sentinelles du futur". Personnages attachants, style fluide, rythme soutenu: les ados qui aiment l'écologie et la science-fiction vont apprécier.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
temps-de-livres
30 juillet 2011
  • 3/ 5
Depuis que le Grand Nuage a empoisonné la Terre, les hommes vivent dans "les tours les plus hautes de la planète". Cet ensemble baptisé Babel, abrite plusieurs civilisations. Liram, 14 ans, fait partie des Aériens, ceux qui vivent au sommet. Suite au meurtre de ses parents, il doit se réfugier dans les niveaux inférieurs, investi d'une mystérieuse mission. Mais il va se rendre compte que d'autres adolescents ont la même particularité que lui. Un tatouage...
Les Clefs de Babel revisite le mythe de la tour de Babel en prenant la trame à l'envers. Les hommes se sont entassés les uns sur les autres, mais dans chaque clan (5), un adolescent a été choisi pour être une clef. Les adolescents doivent s'unir pour ouvrir la porte de Babel.
La collection Soon des éditions Syros permet de comprendre les enjeux de ce monde via la science-fiction. C'est aussi une littérature d'évasion, où le lecteur se retrouve. de ce point de vue, Carina Rozenfeld a rempli largement les attentes des lecteurs. On suit Liram dans les étages de la tour. Plus il descendra, plus la population subira les marques d'une mutation. La technologie semble ne plus exister. Dans chaque clan, l'ambiance générale est lourde de menaces : élection chez les Aériens, affrontement de toges chez les Chauves... Les héros n'y font pas attention. Ils sont effrontés etcroquent la vie à pleine dents. S'ils ont des pouvoirs, les personnages n'ont pas les éternels dons de la nature. Plus, ils ont des pouvoirs qui ne se complètent pas.
Des pouvoirs différents, divers clans, races, venant de différents étages, à un âge difficile: l'adolescence. Tout celà pour une belle leçon de tolérance. L'autre n'est pas forcemment notre ennemi, quelque soit son origine, quelque soit ses pratiques.
Carina Rozenfeld permet au lecteur de s'évader dans un monde sombre et cruel, mais il y existe une ultime lumière: les Clefs de Babel. Des héros attachants, différents les uns des autres qui poursuivent une quête dans un monde post-apocalyptique. C'est toute cette dualité ombre/lumière qui permet de se délecter de l'histoire.

Lien : http://temps-de-livres.over-..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Les critiques presse (1)
Lecturejeune17 février 2012
Lecture Jeune, n°132 - décembre 2009 - Reclus dans une tour géante, les humains sont désormais divisés. Au sommet, vivent les « Aériens » qui ne manquent de rien et pensent être les seuls survivants ; plus bas, vivent les « Chauves » et, au pied de la tour, les « Hommes Bougies » et les « Hommes Rats ». Mille ans se sont écoulés depuis le drame nucléaire obligeant les hommes à se réfugier dans la tour et la Terre est à nouveau prête à accueillir les humains. Mais pour cela, il faut rassembler les peuples. C'est la mission des Clefs de Babel, cinq jeunes gens dotés de facultés étranges, destinés à ouvrir les portes de la tour.
Carina Rozenfeld se livre à un exercice de style magistral en revisitant le mythe de la tour qui divise l'humanité. Ce roman, aux allures complexes, est mené à un rythme permettant l'assimilation progressive de toutes les données. On découvre des sociétés cohérentes et fascinantes, contraintes de se lier pour atteindre un but commun ; on y voit l'émergence de leaders bienveillants ; on constate avec surprise que ce ne sont pas les plus civilisés qui sont les plus ouverts. Une fois de plus la science-fiction met en relief les problèmes de sociétés actuelles. Thomas Bailly
Lire la critique sur le site : Lecturejeune
Citations & extraits (4) Ajouter une citation
NanoNano18 juillet 2012
Cette poignée de main était-elle l'amorce d'un futur différent pour les hommes enfermés dans Babel depuis des siècles, un futur où les mots respect, entraide et unité prendraient tout leur sens ? D'après Kali, c'était ce que les gardiens avaient recherché en répartissant les enfants dans les différents niveaux de la tour : en faire des alliés indispensables pour relier entre les les civilisations qui avaient sédimenté dans les strates de Babel.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
SaiwhisperSaiwhisper09 mai 2016
Si tu as besoin de pleurer, n'hésite pas. La peine, c'est comme un poison, il ne faut pas la laisser à l'intérieur, sinon elle nous ronge. C'est pour cela que nous avons des larmes : pour nettoyer notre âme.
Commenter  J’apprécie          50
211LeLikes211LeLikes09 décembre 2013
Dans une tour immense qui rassemble les habitants du monde qui ont survécu au Grand Nuage qui a détruit la terre, la société s'est organisée par étages : les aériens en haut, puis après une guerre, les autres sociétés ont été repoussées vers le bas
Commenter  J’apprécie          10
211LeLikes211LeLikes09 décembre 2013
Dans une tour immense qui rassemble les habitants du monde qui ont survecu au Grand Nuage qui a détruit la terre, la société c'est organisée par étages: Les Aériens en haut, puis après un guerre ,les autres sociétés ont été repoussées vers le bas.
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Carina Rozenfeld (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Carina Rozenfeld
Extrait de la conférence "Musique et imaginaire... des liens naturels ?" avec Francis Berthelot, Lionel Davoust, John Lang,Jean-Marc Ligny, Héloïse Mas et Carina Rozenfeld.
autres livres classés : science-fictionVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

la quête des livres-mondes

Comment s'appellent les trois héros de l'histoire ?

Louise, éric et ewen
fred, éden et tom
zec, louis et éden
carine, julien et rozenn

8 questions
18 lecteurs ont répondu
Thème : La Quête des Livres-Monde, Tome 1 : Le Livre des Ames de Carina RozenfeldCréer un quiz sur ce livre
. .