Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2070424197
Éditeur : Gallimard (2003)


Note moyenne : 3.87/5 (sur 700 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Depuis 1931, le dernier empereur de Chine règne sans pouvoir sur la Mandchourie occupée par l'armée japonaise.
Alors que l'aristocratie tente d'oublier dans de vaines distractions la guerre et ses cruautés, une lycéenne de seize ans joue au go.
Place des M... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (82)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 5.00/5
    Par latina, le 18 janvier 2013

    latina
    « Ma solitude ressemble à un rouleau de soie cramoisi enfermé au fond d'un coffre de bois »…
    Quelle délicatesse, quelle poésie dans ce roman-rencontre de 2 solitudes, celle d'une jeune fille mandchoue ayant comme passion le jeu de go (si j'ai bien compris, un jeu ressemblant fort aux échecs) et celle d'un jeune soldat japonais, son adversaire au jeu et son « ennemi » au point de vue politique (en effet, les Japonais envahissent la Mandchourie, nous sommes au début des années 30).
    La place de « Mille Vents » est un lieu de jeu, le jeu de go. Chacun peut s'asseoir à une table et attendre un adversaire. Les deux jeunes gens vont donc tout naturellement se trouver. Mais la fusion des âmes a-t-elle bien lieu ? Il est très difficile pour un guerrier rempli d'idéal de sacrifice et de gloire, encore hanté par le tremblement de terre survenu dans son enfance, d'entrer dans le cerveau et le cœur d'une jeune fille à mille lieues de son mode de vie. Celle-ci est à l'âge des premières expériences sexuelles, et je dois dire qu'elle n'a pas froid aux yeux, la jeune fille. Elle est mêlée malgré elle à un groupe révolutionnaire et à la politique dure et cruelle des Japonais. Ces expériences vont bouleverser sa vie, au sens propre ! Et le guerrier est à mille lieues de se douter de ce qu'elle vit… Il espère, il s'imagine bien des choses...
    Tout ceci est exprimé avec tellement de délicatesse, tout est tellement nimbé d'un silence rempli de regards furtifs, de déplacements de pions, d'introspection que j'ai très souvent l'impression de me trouver à la lisière d'un haïku. « Chaque pion est une marche de plus dans la descente de l'âme ».
    Mais la guerre est là, aux portes de ce jeu, la guerre et la torture, la guerre et le viol… La joueuse de go va-t-elle encore avoir l'occasion de jouer ?
    En tout cas, les lycéens ne se sont pas trompés en attribuant à ce roman le prix Goncourt !
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 56         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par lehane-fan, le 22 février 2012

    lehane-fan
    Shan Sa ( pseudonyme signifiant bruissement de vent dans la montagne ) voit le jour en 1972 . D'origine Chinoise , elle décidera de renaitre en France comme elle le dit si bien , les évenements de Tian An Men l'ayant poussé à l'éxil en 1990 . C'est La joueuse de go , troisieme roman de cette jeune auteure multifacette , qui la révelera véritablement en décrochant le prix goncourt des lycéens en 2001 .
    Années 1930 , Mandchourie , la guerre sino-japonaise fait rage .
    A ma droite , une jeune chinoise ( dont on taira le nom , ce dernier , tristement révélateur , n'étant dévoilé qu'à la toute fin ) qui possede l'insouciance et la fraicheur de ses 16 ans . Son univers immédiat se résume à d'innombrables parties de Go qu'elle remporte inlassablement , Place des Mille Vents , sa réputation de redoutable joueuse n'étant plus à établir .
    A ma gauche , un Lieutenant de l'armée Japonaise froid et distant pétri de rites séculaires , élevé dans le respect des traditions familiales et l'honneur de la mere patrie .
    De ces deux univers antagonistes , une rencontre improbable , un attachement inconcevable...
    Sa , au travers de courts chapitres alternés ou visions Chinoise et Japonaise se font écho , développe admirablement ses personnages dans une Mandchourie à feu et à sang . Une incroyable joueuse de Go que la guerre va se charger de faire grandir trop vite . Ses premiers émois amoureux aupres de Min et Jing , deux jeunes révolutionnaires activement recherchés par l'armée Japonaise . Cependant , lorsqu'il y a trouble , la désillusion n'est jamais bien loin . Son amitié avec Huong alors promise , comme de coutume , à un vieil homme riche qu'elle n'a jamais vu . Son indéfectible mais néanmoins réprobateur soutien à une soeur malheureuse , mal mariée et qui ne reve que d'une chose , une maternité qui lui donnerait enfin le sentiment d'exister..
    Parallelement à cela , un officier Japonais solitaire , parfait exécutant , ne connaissant de l'amour que les prostituées qu'il cotoie afin de ne pas s'attacher . Meme s'il en vient à douter , il ne peut exprimer ni ressentiment patriotique , ni manquement familial dans ses lettres , la censure l'interdisant tout bonnement ! La cause est juste , la famille n'y a plus sa place...
    Meme si la rencontre survient tardivement , autour d'une table de Go alors que l'officier exécute une mission d'infiltration , elle n'en est pas moins belle . Ces deux destins Shakespearien vont se jauger , s'apprivoiser , se lire sans jamais se parler . Deux papyrus décriptés par le prisme d'attitudes , d'apparences , de gestes aussi révélateurs que fondateurs . La graine est semée entre ces deux naufragés de la vie que tout oppose , que tout réuni...
    Un récit sobre , haletant porté par une écriture à la poésie métaphorique subtile et touchante . Il y a véritablement du Shakespeare en Shan Sa , c'est dire...
    La joueuse de go ? Go ! Et le premier qui dit dancer aura une tapette...
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 43         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par seshat123, le 10 avril 2014

    seshat123
    Les années 30, le Japon occupe la Mandchourie. Sur la place des Mille-Vents, une joueuse de Go Mandchoue démarre une partie avec un étranger ; il est soldat et japonais.
    « La joueuse de go » est une histoire contée à deux voix, tour à tour, telle une conversation ou telle une partie de go. « Enlacer l'adversaire pour le vaincre, l'attirer dans ses bras pour le conquérir », Shan Sa rend le jeu de go sensuel comme la rencontre de deux amants, comme un exercice de séduction et met toute la poésie de sa plume au service de leur histoire.
    Une étudiante de 16 ans, des rebelles, un soldat – espion pris dans le tourbillon de l'histoire, celle de la Mandchourie, celle d'une jeune fille qui devient une femme et rejette ce que cela signifie : un destin d'épouse soumise. J'ai beaucoup aimé le personnage de la joueuse, poignant, haut en couleurs, avec cette furieuse (mais destructrice) envie de vivre, cette soif de liberté et de s'affranchir du carcan de la société mandchoue.
    Quant à la fin : je ne veux rien dévoiler, mais pour une fois je peux écrire qu'elle est une vraie réussite (je suis trop souvent déçue par le dénouement des romans). Ici elle est surprenante et pourtant avec le recul elle ne l'est pas tant que ça ! En fait pouvait-il en être autrement ?
    Poétique, envoûtant, dépaysant, captivant, ce roman d'une rare intensité je l'ai dévoré d'une seule traite et je le recommande !! Un vrai coup de cœur pour moi !!
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 32         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par myriampele, le 06 novembre 2012

    myriampele
    J'ai été et reste fascinée par ce roman. C'est très finement construit, chapitre après chapitre, dans lesquels, minutieusement, s'expriment tour à tour l'adolescente et le soldat japonais. Les personnages vivent dans les mots, avec leurs drames et leurs passions. L'horreur de la guerre apparaît souvent, et aussi le sexe dans ce qu'il peut avoir de très touchant et de très sordide..Enfin l'auteur ne cesse de nous tourmenter dans cette page d'histoire de la Chine.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 39         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par quiliravivra, le 15 août 2012

    quiliravivra
    Cela me tardait de retrouver le plaisir de déguster un vrai beau livre (selon mes goûts) et je fus comblée avec ce merveilleux petit roman de Shan Sa.
    J'ai simplement adoré l'écriture sobre et colorée, les phrases courtes et percutantes, la construction minutieuse du récit.
    L'histoire est captivante, à la fois instructive et passionnante.
    Je n'en dirais pas d'avantage car premièrement d'autres lecteurs l'ont très bien fait (c'est grâce à eux que j'ai eu envie de découvrir ce livre) et deuxièmement je n'aime pas déflorer la magie de la découverte d'un livre en racontant 'histoire par le menu.


    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 33         Page de la critique

> voir toutes (74)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par xst, le 13 avril 2014

    La passion des hommes tarit plus vite que la beauté des femmes

    Commenter     J’apprécie          0 12         Page de la citation

  • Par KATE92, le 13 janvier 2013

    « Je me suis demandé qui était mon adversaire. Les hommes assis là, à votre place, se confondaient, et seules leurs figures de go se distinguaient les unes des autres. Hier, je vous ai vu pour la première fois sur cette colline. A travers vos yeux, j'ai connu le pays de votre origine : sur une terre recouverte de neige éternelle, les arbres brûlent et les flammes s'épanouissent dans le vent. L'ardeur de la neige et du feu a fait de vous un magicien errant. Vous guérissez les êtres en comprimant leurs mains dans les vôtres. Vous faites oublier le froid, la famine, la maladie et la guerre. Je ferme les yeux. Je suis dans le corps de ma Chinoise et je suis si loin d'elle. Une tristesse poignante me secoue. Je ne mérite pas cet amour. Je suis un espion, un assassin ! »
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          1 32         Page de la citation

  • Par Matimima, le 29 novembre 2008

    - Comment sait-on si l'on est amoureux ? Que ressent-on ?
    - D'abord, tu oublies le monde autour de toi. Ta famille, tes amis deviennent invisibles. Jour et nuit, tu ne penses qu'à un homme. Quand tu le vois, il emplit tes yeux de lumières. Quand tu ne le vois pas, son image te ronge le coeur. A chaque instant, tu te demandes ce qu'il fait, où il est. Tu lui inventes une vie, tu vis pour lui : tes yeux regardent pour lui, tes oreilles écoutent pour lui...
    [...]
    - Dans cette première étape, chacun ignore le sentiment de l'autre. C'est le moment le plus poignant. Puis ils s'ouvrent leur coeur et connaissent, un bref instant, le bonheur insensé.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 20         Page de la citation

  • Par latina, le 15 janvier 2013

    Depuis des années, j'ai tant pensé à ma mort qu'elle est devenue aussi légère qu'une plume.Ne m'étant jamais préparé à la disparition de ma mère, je ne saurais en supporter le poids.
    On ne peut pas réconcilier la patrie et la famille.
    Un soldat est celui qui assassine le bonheur des siens.Si mon existence a été utile, la nation le doit à l'abnégation d'une femme.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 24         Page de la citation

  • Par latina, le 16 janvier 2013

    Je regagne ma place. La table est déserte, mon adversaire au jeu est parti sans laisser un mot.
    Je ne suis même pas fâchée. Sur cette terre, les êtres viennent et disparaissent. A chacun son heure.

    Commenter     J’apprécie          1 28         Page de la citation







Sur Amazon
à partir de :
5,14 € (neuf)
0,47 € (occasion)

   

Faire découvrir La joueuse de go par :

  • Mail
  • Blog

Listes avec ce livre (3) > voir plus

> voir plus

Lecteurs (1304)

> voir plus

Quiz