Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2253109851
Éditeur : Le Livre de Poche (2004)


Note moyenne : 3.6/5 (sur 10 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
En 1940, Olivier n'est plus le gamin de la rue Labat mais un jeune homme de 17 ans apprenti typographe dans l'imprimerie de son oncle Henri chez qui il vit désormais. L'exode le voit partir sur les routes, vers la Loire avec oncle, tante et cousin puis à bicyclette vers... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

Critiques, analyses et avis (1)

> Ajouter une critique

    • Livres 4.00/5
    Par Tempuslegendae, le 18 octobre 2013

    Tempuslegendae
    Paris 1940, ville occupée? Ne jouons pas sur les mots, Paris est une capitale occupée à bien des choses, le regard occulté pour ne pas voir les présences qui l’habitent. Olivier, c’est l’enfant des «Allumettes suédoises», c’est aussi l’adolescent grandissant, apprenti typographe dans l’imprimerie de son oncle. Déjà, il arpente la vie muni des moyens guerriers de son époque. Il a le ton gouailleur et porte la malice en lui: les armes, il les connaît, au même titre que le prix de la liberté au sens le plus large. Malgré son jeune âge, Olivier est intelligent, réaliste. En voici une preuve:«Olivier devenait un cheval qui sent l'écurie. La guerre, loin derrière lui, paraissait irréelle. Les Allemands avaient-ils "pris" la France? Regardant les vallées et les monts, cette idée lui vint que le paysage, le pays, la France n'appartenait à personne, que les champs survivraient à ceux qui croyaient en avoir la possession. Dans sa tête se forma un poème que sa mémoire effaça». Son chemin croisera celui des maquisards, il n’aura pas besoin d’être persuadé sur l’utilité d’attaque contre la milice et les troupes allemandes, il intégrera les Forces françaises de l’intérieur. Tout de même, il est loin le gamin de la rue Labat, Olivier a bien grandi, il perçoit déjà le souffle d’un vent prometteur, courageux de la liberté. «En haut de la pente, alors qu’il se préparait au repos, ce fut alors cette apparition. Il ne l’oublierait jamais. En fermant les yeux, toute sa vie il reverrait ce vieux camion débâché, comme essoufflé, grincheux, grandiose.» Si vous appréciez autant que moi la lecture de son roman «Olivier 1940», vous pourrez savourer son second ouvrage pour le prix de la même satisfaction, il s’agit des «Trompettes guerrières» qui est l’histoire d’Olivier qui se poursuit pendant l’été 1944. En ce qui concerne Robert SABATIER, il fut membre de l’Académie Goncourt (écrivain décédé en 2012), ce qui est une belle mention pour un romancier de son rang.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          2 7         Page de la critique

> voir toutes (1)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par OlivierH77, le 12 octobre 2014

    Olivier, adolescent, malgré la bonne éducation de ses tuteurs, gardait en lui un fond de gouaille populaire. Il suffisait d'un rien pour qu'elle remontât a la surface. Il savait dire : "Comment allez-vous ?" plutôt que : "A part tes coliques, t'as pas mal au ventre ?" C'est au petit Kami qu'il réservait ses "Circule, virgule, ou j't'apostrophe !" ou "Tu baves et tu dis qu'il pleut !". Il savait se tenir a table, se montrer prévenant et présentable tout en ayant l'impression de jouer dans une comédie un rôle autre que le sien.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation







Sur Amazon
à partir de :
4,50 € (neuf)
1,99 € (occasion)

   

Faire découvrir Olivier 1940 par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Quiz