AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 275784556X
Éditeur : Points (2014)

Note moyenne : 3.79/5 (sur 43 notes)
Résumé :

Deux hommes, Rand et Cahot, unis par une forte amitié et la passion de la montagne. Ils se retrouvent dans les Alpes pour l'assouvir ensemble et chacun à sa manière. Pour Rand, la montagne - l'alpinisme - c'est à la fois une quête d'absolu el la fuite d'un monde qu'il n'accepte pas. Un jour, à l'occasion d'une escalade particulièrement périlleuse, Rand parvient à sauver Cabot d'une mort certaine. Leur aventure... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.fr
Critiques, Analyses & Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
zwyns
zwyns10 juillet 2015
  • Livres 5.00/5
Quel roman magnifique que cet "homme des hautes solitudes" de James Salter que je ne connaissait pas.Je ne vais pas le résumer,il m'a fort ému,j'ai senti en lui l'attirance de la haute montagne et l'amitié virile des cordées en action sur les parois ,en prise avec les dangers objectifs de l'escalade et où il est indispensable de compter sur l'esprit d'équipe pour les surmonter.
Rand est l'exemple même de ces hommes qui vivent la plupart de du temps dans le dénuement de la Vallée,toujours en recherche d'un équipier,en recherche d'une première à faire,dans cette vallée de Chamonix avec ses sommets légendaires et seulement accessibles à de vrais aventuriers de l'alpinisme de haut niveau.
Rand ,un jour va sauver une cordée italienne au né et à la barbe du peloton de gendarmerie haute montagne.
Il devient le héros des médias et de la la société du Tout Paris,les femmes à ses pieds ,le confort et la vie d'un homme nanti assurés.
Cela ne dure pas ,les plus belles femmes,ses amours sécurisantes laissent chez notre homme la nostalgie de la Nature. Il repart bientôt vers le monde des sommets,disparait peu à de la notoriété,retourne à ses courses ,de plus en plus démuni,mais heureux dans sa quête de l'absolu,dans sa marche vers le néant.
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          502
cicou45
cicou4510 novembre 2014
  • Livres 4.00/5
Je n'ai jamais été réellement passionnée par les montagnes même si je vis depuis ma naissance dans une région qui s'y prêterait pourtant et encore moins par l'alpinisme. J'ai toujours eu la trouille d'escalader ne serait-ce qu'un jour un minuscule mur d'escalade lorsque j'étais adolescente et que le prof de gym tentait désespérément de nous donner le goût pour ce sport et pourtant...dans cet ouvrage, je n'ai eu qu'une envie : essayer de vaincre enfin ma peur !
Rand est un homme qui vit aux Etats-Unis et qui a toujours été un féru d'alpinisme, et plus précisément d'escalade. Toujours prêt à relever des défis, il décide un beau jour de tout quitter et de se rendre à Chamonix afin de s'attaquer aux plus hautes montagnes de France. Sur place, il se lit d'amitié avec un autre passionné, Jack Cabot. Ensemble, ils vont sans cesse se fixer de nouveaux objectifs : toujours plus haut, toujours plus dur...quitte à y laisser sa vie mais afin de laisser une trace de leur passage sur cette Terre et surtout, de tout oublier durant leurs ascensions, aussi pénibles soient-elles. En effet, ce qui m'a passionné dans cet ouvrage, c'est que lorsque Rand décrit ses efforts, il n'a qu'une idée en tête : où va-t-il pouvoir soit poser son pied, soit prendre une accroche avec l'une de ses mains afin de progresser et surtout, afin d'éviter, une interminable chute dans le vide ? Ne penser qu'à une chose...le rêve ! Fini les tracas quotidiens et les questions interminables que l'on pourrait se poser sur le sens de la vie. Non, là, qu'une chose en tête : où trouver ma prochaine prise ?
Un ouvrage sur les montagnes certes, sur l'escalade mais qui reste avant tout un roman dans lequel se mêlent amitié, histoires d'amour mais plus que tour : la joie de vivre, de se sentir exister et d'être vivant tout simplement ! Une écriture fluide simple, avec des chapitres relativement courts...bref, une lecture que je ne peux que vous recommander !
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          421
Scribophilos
Scribophilos15 septembre 2015

Dans un récent entretien avec Nicolas Truong publié par le Monde, Alain Badiou oppose la satisfaction au bonheur. " La satisfaction, dit-il, n'est pas dépendante de la rencontre ou de la décision. Elle survient quand on a trouvé dans le monde une bonne place, un bon travail, une jolie voiture et de belles vacances à l'étranger". Badiou souligne à quel point le système consumériste incite à confondre satisfaction et bonheur, à réduire le second à la première : " le monde d'aujourd'hui, déclare-t-il, a un modèle fondamental de l'altérité et de l'échange, qui est le paradigme commercial. Nous sommes tentés de ramener tous les rapports à l'autre à une dimension contractuelle d'intérêts réciproques bien compris [...] le consommateur est la figure objective dominante, celle qui fait tourner le monde. Nos maîtres suivent avec angoisse le niveau d'achat de marchandises par les gens. Si, tout à coup, plus personne n'achetait, le système s'effondrerait comme un jeu de quilles. Donc nous sommes enchaînés à la nécessité d'acheter les choses dans leur surgissement, leur nouveauté, leur inutilité foncière ou leur laideur criminelle. " le bonheur, pour Badiou, c'est autre chose : " C'est lorsque l'on découvre que l'on est capable de quelque chose dont on on ne se savait pas capable". Se référant aux sagesses antiques, Badiou oppose au stoïcisme et à l'épicurisme, où il décèle "un élément d'égoïsme foncier", le platonisme qui, commente Nicolas Truong, "affirme qu'un soleil brille au-dessus du théâtre d'ombres de notre caverne, puisque, comme le dit Rimbaud, "la vraie vie est absente ". " Tu peux, donc tu dois ", telle est la devise d'Alain Badiou. "Aie le courage de te servir de ta volonté pour qu'advienne cette puissance dont tu ne te sentais pas capable." Quelles que soient les circonstances, "ce que l'on a voulu et décidé a une importance capitale. Depuis, j'ai presque toujours été rebelle aux opinions dominantes parce qu'elle sont presque toujours conservatrices".
Indépendamment du lien que Badiou établit entre bonheur et altruisme, l'importance qu'il attache à l'expérience bouleversante de la rencontre amoureuse, qui est pour lui le paradigme de l'expérience décisive qui change notre vie sans recours, on peut noter que sa conception du bonheur a aussi à voir avec la découverte par un individu de sa vocation personnelle. Lui-même évoque avec émotion sa découverte du théâtre, grâce à la rencontre avec un de ses profs de français au collège. "Dans l'acte du comédien, il y a la décision miraculeuse d'assumer le risque d'une exposition intégrale de soi. Grâce à mon professeur de 4e, j'ai rencontré tout cela. le théâtre a été ma vocation première. Et j'y reviens toujours. "
Tu peux, donc tu dois ? Ou bien tu dois, donc tu peux ? On pourrait le dire d'autres manières encore. J'opterais pour ma part, pour un "Tu veux passionnément, donc tu peux ". Mais ne renonce jamais à ce qui, pour toi, est la merveille de la vie, à tout cela qui, dit encore Badiou, " vous met dans une situation vitale magnifique et périlleuse". Ne cesse pas de vouloir ce que tu veux.
C'est à quoi je songeais en feuilletant le beau roman de James Salter, L'Homme des hautes solitudes ( Solo Faces ) . Nous faisons la connaissance de Rand, le héros du récit au premier chapitre où, pour une poignée de dollars (trois de l'heure exactement), il remplace, avec un copain les voliges du toit d'une église californienne. Jusqu'au moment où le copain glisse sans pouvoir se retenir mais : " Il sentit quelque chose sur son bras. Une main. Elle s'immobilisa à la hauteur de son poignet.
-- Tiens bon. "
Rand vit dans un quartier excentrique plutôt miteux de Los Angeles avec Louise. Ce n'est pas l'amour toujours, ça durera ce que ça durera, jusqu'au jour où ils se seront lassés l'un de l'autre :
" Oui, en ce temps-là,il l'aimait bien. Elle était caustique, elle était pâle. Elle désirait être heureuse mais ce n'était pas possible car cela l'aurait dépouillée de son être -- ou de ce qui resterait quand Rand serait parti comme les autres. ". Louise a un fils, Lane, qui, selon elle, "n'arrivera jamais à grand-chose", un garçon "lent et indéchiffrable comme s'il vivait dans un rêve". Comme nous tous, peut être.
Puis, un petit matin, Rand réveille Lane. " -- Viens ".
Dans le coffre de la voiture, des chaussures de marche, des cordes, un sac à dos.
Je ne suis jamais allé en Californie. Mais j'ai appris sur Internet que Banning, à quelque distance de Los Angeles, est une ville située dans le San Bernardino Pass, qui donne accès à de hautes chaînes de montagnes, culminant à plus de 3500 m au mont San Bernardino. Il n'y a pas que la vallée de Chamonix au monde, ni l'Himalaya. Mais les montagnes qui surplombent Chamonix, ou le massif de l'Everest, sont des montagnes mythiques pour tous les alpinistes du monde ; le mont San Bernardino , non. Tous les alpinistes du monde sont fascinés par les Drus, Rand comme tous les autres.
Mais c'est dans le secteur du mont San Bernardino que Rand, renouant, une fois de plus avec son irrépressible vocation, a emmené Lane, pour escalader, par une voie très raide, une haute crête du coin. Pour y retrouver, par hasard un ami, un type dans son genre, Jack Cabot, un premier de cordée, comme lui. Les esprits taillés sur le même patron sont faits pour se rencontrer dans des lieux d'élection.
Le roman de James Salter n'est pas un roman réaliste, au sens où on l'entend généralement. Par exemple, un autre romancier que lui se serait attaché à nous donner des précisions sur les moyens d'existence de Rand. parce que, remplacer les voliges d'un toit d'église à trois dollars de l'heure, ça n'est pas le Pérou. On a un peu l'impression qu'il vit aussi aux crochets des femmes qui, l'une après l'autre, partagent sa vie. On se dit aussi qu'il doit toucher une petite pension d'ancien marine ( s'il est vrai que, comme il le raconte à Louise, il a été dans les Marines, mais peut-être a-t-il inventé cet épisode de sa vie, au lieu de lui raconter comment il a vraiment vécu, avant de la rencontrer, quels autres combats il a menés, sur lesquels il restera étrangement muet, comme si cela ne concernait que lui, comme si c'était un expérience trop intime, presque indicible, pour être racontée). Mais les ressources financières de Rand, on s'en fiche un peu, et Rand s'en fiche aussi, parce qu'au fond on finit par trouver de l'argent, quand on veut vraiment quelque chose, qui seul compte. Tu veux, donc tu peux. le roman de James Salter nous parle de la puissance irrépressible du désir, qui ne renverse pas les montagnes, certes, mais qui vous les fait gravir.
C'est ainsi que, sans que le romancier daigne nous donner des explications sur les péripéties qui l'y ont amené, Rand se retrouve dans la vallée de Chamonix, et c'est là que, pour lui, les choses sérieuses vont commencer -- ou recommencer . Et les choses sérieuses s'appellent la pointe Lachenal, le pilier du Frêney, le Triolet, les Droites, l'aiguille de Blaitière et, bien sûr, les Drus, en attendant l'éperon Walker des Grandes Jorasses.
Je ne sais pas si James Walker a pratiqué lui-même l'alpinisme dans les conditions extrêmes qu'affectionne son personnage ; en tout cas la description de ces escalades où la moindre erreur ne pardonne pas est d'une vérité et d'une intensité fascinantes. Pendant que Rand gagne une célébrité passagère en sauvant une cordée d'Italiens en perdition dans les Drus, son ami Cabot manque de se tuer à l'Eiger.
Tu veux, donc tu peux. de cette joie dont parle Alain Badiou et qui naît d'atteindre ce qu'on a toujours voulu atteindre, James Salter nous donne sa version . Dans la face Nord glacée du Triolet, Rand " progressait méthodiquement, un piolet à chaque main, bientôt prisonnier du rythme de ses gestes. L'idée qu'il pourrait glisser -- et il aurait alors dévalé la pente lisse comme une surface de verre -- ne lui vint à l'esprit qu'au sommet où il avait déjà atteint une altitude élevée. Et lui vint d'une étrange manière. Il faisait une pause, les pointes avant de ses crampons enfoncées d'un bon centimètres dans la glace. Un centimètre d'assurance suffisante. Quand il en prit soudain conscience, il fut envahi d'une sorte de félicité. Jamais il ne s'était senti aussi invulnérable. comme si la montagne l'avait ordonné et qu'il eût accepté le sacrement.
Tenu par une dérisoire pointe de métal, il se sentait heureux, maître de toutes les difficultés, de toutes les terreurs."
Toujours plus haut. Toujours plus difficile. A l'extrême limite. En solitaire ou en duo. Lorsqu'à l'éperon Walker, Rand échoue à atteindre le sommet, l'heure du retour en Californie a sonné . Tu veux, mais tu as beau te dire que tu peux, cette fois la montagne a été la plus forte.
Entre deux escalades, le retour au plancher des vaches est le retour à la médiocrité, à l'insignifiance. Célébrité de quelques jours, virée à Paris, bavardages, aventures sans lendemain. Les femmes n'auront été dans l'existence de Rand que des distractions, agréables, certes, mais passagères. La passion est réservée à la montagne. Passion d'hommes. C'est là que l'altruisme de Badiou en prend un coup. L'étroite fraternité sacerdotale des grimpeurs n'admet que de rares égaux, qu'ils soient redescendus vivants, ou qu'ils aient péri au pied de quelque paroi, ou qu'ils en soient sortis paraplégiques, comme Cabot, à qui Rand un soir, propose une partie de roulette russe passablement désespérée, avant de reprendre, dans les Rocheuses, ses expéditions solitaires. Comme si la montagne n'adoubait que les aventuriers solitaires.
Solitaires toujours ? Voire. le rôle de premier de cordée n'est pas mal non plus. A la fin du livre, sa plus récente compagne lui dit :
" -- J'ai besoin de quelqu'un en qui je puisse avoir confiance. ( Elle ne le regardait pas, elle contemplait fixement le plancher. ) Besoin d'éprouver quelque chose. Mais, avec toi, on a un peu l'impression d'être suspendu dans le vide.
-- Suspendu dans le vide, répéta-t-il.
-- Oui.
-- Dans ce cas, ce qu'il faut faire, c'est se cramponner. ne pas avoir peur.
-- Tu crois ?
-- Je ne peux pas t'en dire plus.
-- Se cramponner...
-- C'est ça. "
L'escalade extrême comme leçon de vie ? Modèle à suivre? Pourquoi pas ? Il en vaut bien d'autres. Je crois qu'il plairait à Badiou, bien que cette façon d'envisager le bonheur paraisse peu altruiste et assez indifférente aux injustices du monde. Conservatrice même : a-t-on jamais vu un alpiniste souhaiter que changent ses chères montagnes ? Mais la passion peinte par James Salter n'est pas, en tout cas, une de ces passions tristes dont parlait, je crois, Spinoza.
Quand même, ils nous piquent tout. Depuis le Premier de cordée, de Frison-Roche, nous pensions que le massif du Mont-Blanc était notre propriété littéraire. Et voilà que cet Américain (qui vient de mourir) signe un des romans sur l'alpinisme les plus beaux, les plus intenses, les plus poignants qui soient. Décidément ces romanciers américains nous font mesurer la petite médiocrité franco-française de notre production littéraire hexagonale (j'en excepte un Houellebecq, un Michon, une Angot, un Patrick Deville). Quelle extraordinaire floraison de chefs-d'oeuvre ! Quelle vitalité ! Quel souffle ! Prête-moi ce Salter que je n'ai pas lu. Moi je te prêterai ce Russell Banks que tu ne connais pas, et ainsi de suite. Vive le roman américain !

James Salter , L'Homme des hautes solitudes, traduit par Antoine Deseix ( Editions de l'Olivier / Points )
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          20
jeunejane
jeunejane07 novembre 2014
  • Livres 4.00/5
Rand est un manuel. Il est Américain et habite en Californie.
L'escalade est sa passion.
Il vient à Chamonix et y vit de façon plus que spartiate.
Avec 2 amis américains, il va faire des ascensions très difficiles et être mis en avant pour un geste héroïque.
Les récits des escalades sont très palpitants. le style de l'auteur est très clair et la traduction admirable.
Rand est un homme qui laisse toute sa vie personnelle de côté pour aller jusqu'au bout de sa passion : la montagne.
Hélas, la fin est amère. Dommage!
Commenter    J’apprécie          102
lucia-lilas
lucia-lilas30 octobre 2015
  • Livres 5.00/5
Je dois avouer que j'ai profité d'un séjour aux Gets (Haute-Savoie) cet été pour lire un livre sur la montagne... et ce fut réussi car effectivement, James Salter trouve les mots justes pour nous faire vivre les ascensions les plus impressionnantes: on sent la roche, ses aspérités, ses creux, ses crevasses mais aussi le froid, le gel, la faim et parfois la mort. Et puis, arrivé là-haut, au sommet, on est le dieu du monde, limite si on ne veut plus redescendre parmi les hommes...
C'est donc un livre qui parle d'une passion: l'alpinisme et qui nous la communique vraiment !
Même moi qui ai du mal à suivre un petit groupe de randonneurs composé de nombreux enfants, je partirais pour Chamonix ce soir même... pour prendre le train jusqu'au Montenvers!

Lien : http://lireaulit.blogspot.fr/
Commenter    J’apprécie          70

Les critiques presse (2)
LaLibreBelgique26 août 2014
Rechercher l’amour et buter sur l’insignifiance, selon James Salter.
Lire la critique sur le site : LaLibreBelgique
LeSoir26 août 2014
A bientôt 90 ans, l’écrivain américain donne son meilleur roman.
Lire la critique sur le site : LeSoir
Citations & extraits (24) Voir plus Ajouter une citation
zwynszwyns07 juillet 2015
-Je vais retourner,continue toi.Reviens me chercher.
_Pas question.Allez,viens !
Il avait employé un ton détaché,redoutant que sa voix ne trahisse la panique qui l'habitait.Il n'osait pas regarder en bas,il ne voulait pas voir.Il y a un point de non-retour,et ce ne sont forcément les passages les plus difficiles,techniquement parlant,au-delà desquels la montagne ne concède rien-pas l'ombre du mouvement,pas un soupçon d'espoir.C'est simplement une ligne de l'épaisseur d'un cheveu qui exige d'être franchie d'une manière ou d'une autre.
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          260
jeunejanejeunejane07 novembre 2014
Chamonix était autrefois une ville que rien n'avait encore profanée. Bien qu'aujourd'hui elle soit soumise à la loi de la foule et du béton, elle a conservé certains traits de caractère - ses rues étroites et tortueuses, ses granges massives, ses murs épais qu'on laisse s'ébouler - témoins d'un passé révolu.
Elle est située au creux d'une profonde échancrure en forme de V , la vallée de l' Arve, une rivière tumultueuse dont la poussière de roche qu'elle charrie rend les eaux laiteuses et qui traverse l'agglomération dominée par les contreforts du mont Blanc et ses glaciers.
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          30
cicou45cicou4510 novembre 2014
"Le corps humain est comme une machine lente à démarrer mais qui, une fois qu'elle atteint son régime, semble pouvoir tourner indéfiniment."
Commenter    J’apprécie          142
patatarte2001patatarte200114 juillet 2015
Une heure passa. Une heure et demie....Rand se dressa sur son séant. Catherine entrouvrit fugitivement un œil embrumé. -Oh! mon Dieu, murmura-t-elle. - Réveille-toi - C'est que c'est tellement dur ! soupira-t-elle. J'espère que je n'aurai pas à me réveiller quand je serai morte. ce serait d'un pénible...
Commenter    J’apprécie          40
patatarte2001patatarte200117 juillet 2015
Il y avait près d'un an qu'elle était séparée de Fraser....un type très drôle, assurait Paula. Une fois, ils étaient allés à Londres. Sur la carte d'embarquement, devant la mention "sexe", il avait inscrit ÉNORME.
Commenter    J’apprécie          60
Videos de James Salter (23) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de James Salter
James Salter: Writing His Way Through Literary Jungles
autres livres classés : alpinismeVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Noms de famille et la nature

Noms; trois ont pour origine le bois, mais un quatrième est l'intrus, lequel?

Dubreuil
Bosh
Combescure♧
Wood

10 questions
62 lecteurs ont répondu
Thèmes : Noms de personnes , nature , montagnes , métier d'autrefois , animauxCréer un quiz sur ce livre