Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2070368068
Éditeur : Gallimard (1972)


Note moyenne : 3.87/5 (sur 517 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
"Comme tu tiens à ta pureté, mon petit gars ! Comme tu as peur de te salir les mains. Eh bien, reste pur ! A quoi cela servira-t-il et pourquoi viens-tu parmi nous ? La pureté, c'est une idée de fakir et de moine. Vous autres, les intellectuels, les anarchistes bourgeoi... > voir plus
Lire un extrait Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (12)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 4.00/5
    Par brigittelascombe, le 14 mai 2012

    brigittelascombe
    "A quoi ça sert de lutter pour la libération des hommes si on les méprise assez pour leur bourrer le crane? " dit Hugo, un intellectuel, "gosse de riches", membre du parti révolutionnaire d'Illyrie, "petit anarchiste indiscipliné" à Hoederer le chef communiste aux "mains sales" (car magouilleur) qu'il doit tuer (car soupçonné d'allégeance avec le Régent de la droite nationaliste).
    Nous voilà deux ans en arrière car cette pièce de Théâtre (drame en 7 tableaux) qui débute son tableau 1 en 1945, lors de la remise en liberté d'Hugo (emprisonné pour le meurtre de Hoederer, en fait par jalousie) après deux ans de bonne conduite; se poursuit par sa version des faits relatés à Olga (femme de tête protectrice du parti prolétarien qui doit décider s'il est "récupérable" ou bon à être éliminé). Qu'est-ce qu'une vie? s'interroge-t-on déjà.
    Les 5 tableaux suivants se passent donc en 43 chez Hoederer où Hugo s'est fait engager comme secrétaire et hésite à le tuer ("un acte ça va trop vite.Il sort de toi brusquement et tu ne sais pas si c'est parce que tu l'as voulu ou parce que tu n'as pas pu le retenir").
    Jean Paul Sartre (philosophe et écrivain du XX° siècle) développe dans ce drame sa théorie existentialiste soumise au culte de l'engagement car pour lui exister c'est s'engager, être dans le monde pour autrui, ainsi qu'il l'affirme dans L'existentialisme est un humanisme: "L'homme n'est rien d'autre que son projet".
    Sartre qui parle à travers Hugo, comme tous les intellectuels rêve de "faire de l'action" (il a d'ailleurs toute sa vie été engagé pour des causes telles que le combat en faveur d'Israël lorsque s'est crée l'état hébreu, contre les camps soviétiques, contre les guerres d'Algérie, du Vietnam..etc) et donne sa vision d'un marxisme qui n'a de fin en soi que grâce à L'existentialisme.
    Hugo "ma petite abeille" qui a tué par jalousie, (sa femme provocatrice ayant embrassé Hoederer) en refusant la protection d'Olga va réellement revendiquer son crime, s'engager et exister aux dépens de sa vie.
    Un drame ardu (trop intellectualisé à mon goût), un cheminement de pensée difficile à suivre et des "mains sales" politiques dont on s'aperçoit qu'elles sont monnaie courante.Mais ça on le savait déjà pas vrai?
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 20         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par lecassin, le 13 octobre 2012

    lecassin
    Hugo, un jeune idéaliste, issu du milieu bourgeois, membre du Parti Prolétaire d'Illyrie s’est fait engager chez Hoederer un chef communiste qu’il à le sombre dessein de tuer pour la raison qu’il a « les mains sales ».
    « Les mains sales », une pièce de théâtre en sept tableaux qui fut donnée pour la première fois au Théâtre Antoine le deux avril 1948.
    Un texte qu’à juste titre on a comparé à celui de « Les Justes » de Camus ; une pièce qui traite de l’engagement politique et de ses excès, en même temps que de la valeur que l’on peut donner à la vie et à sa vie…
    Un texte fort, qui, quand on le lit à quinze ans comme ce fut mon cas, ne manque pas d’interroger, à l’âge des questionnements existentiels plus ou moins conscientisés. Néanmoins ma pièce préférée de Jean-Paul Sartre.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 18         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par sedgewick, le 12 décembre 2010

    sedgewick
    Les mains sales est une belle pièce sur l'engagement politique. En Illyrie, pays imaginaire de l'Europe de l'Est pendant la Seconde Guerre Mondiale, plusieurs partis s'affrontent afin d'obtenir le pouvoir. Hugo, jeune membre du Parti Révolutionnaire, intègre le Parti Prolétaire dans le but s'assassiner son chef. Il nous fait partager le cheminement intellectuel, de sa résistance jusqu'à la décision de l'attentat.
    Dans cette pièce de Théâtre, Sartre nous fait une démonstration d'argumentation, entre le leader charismatique Hoederer et le jeune révolutionnaire légèrement hésitant qu'est Hugo, justifiant l'influence du raisonnement de celui qui semble détenir tant le pouvoir que la vérité.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 12         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par MissSugarTown, le 22 janvier 2014

    MissSugarTown
    Une autre de mes résolutions de cette année, lire plus de pièces de Théâtre ! J'avais adoré Caligula de Camus, c'est la dernière pièce que j'ai lue et je crois que ça remonte à deux ans. C'est ma préférée de tous les temps ! J'avais aussi beaucoup aimé Le roi se meurt de Ionesco que j'ai lue il y a quand même de cela au moins dix ans... Les pièces de Théâtre donc, je n'en garde que de bons souvenirs, alors pourquoi s'en priver ?
    Les Mains sales de Sartre a été une lecture plus consistante que ce que je croyais. Il est vrai que j'avais tendance à voir ce genre littéraire comme un genre plutôt light, des sortes de lectures rapides (je sais, la vitesse ce problème du siècle qui n'a pas épargné la littérature, bref) et pas vraiment denses, quoique Caligula est très dense mais je l'ai quand même lu plus facilement.
    Les Mains sales est une pièce de Théâtre écrite en 1948 et dont les scènes se déroulent durant la seconde guerre mondiale, en France.
    Le personnage principal, Hugo, est un jeune intellectuel issu de la classe bourgeoise qui a décidé de rejoindre le parti révolutionnaire pour plusieurs raisons... qui se révèleront à la fin être plutôt naïves. Révolté par le milieu superficiel et hypocrite bourgeois, il décide de rejoindre ce parti politique qui lui semble dédier son existence à lutter pour des causes plus nobles.
    J'ai beaucoup aimé le début de cette pièce, plus on avançait et plus ça devenait très politique... et donc plus ça m'ennuyait.
    Sartre est un grand intellectuel, c'est un fait indéniable, ses idées méritent d'être lues mais la politique n'est pas ma plus grande passion !

    Lien : http://laculturehajarienne.blogspot.com/2014/01/les-mains-sales-jean..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 8         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par Bel-Ami, le 14 avril 2014

    Bel-Ami
    Franchement , les pièces de théâtres n'étaient pas mon "dada" mais en lisant les mains sales de J.P. Sartre , je me suis prise une énorme claque ! Les dialogues s'enchaînent et l'intrigue nous tien en haleine , il faut toujours qu'on aille plus loin , plus vite .Le personnage principale peut nous paraître vile , idiot , on peut l'aimer ou pas , mais c'est un homme dans sa splendeur , ses éclats de voix , un homme avec des principes , des espérances et même si il nous déroute , la pulsion de son coeur se fait sentir dans ses répliques . Lisez-le !
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 8         Page de la critique

> voir toutes (34)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par gteisseire2, le 27 juillet 2010

    Comme tu tiens à ta pureté, mon petit gars ! Comme tu as peur de te salir les mains. Et bien, reste pur ! A quoi cela servira-t-il et pourquoi viens-tu parmi nous ? La pureté, c'est une idée de fakir et de moine. Vous autres, les intellectuels, les anarchistes bourgeois, vous en tirez prétexte pour ne rien faire. Ne rien faire, rester immobile, serrer les coudes contre le corps, porter des gants. Moi j'ai les mains sales. Jusqu'aux coudes. Je les ai plongés dans la merde et dans le sang.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 41         Page de la citation

  • Par gteisseire2, le 27 juillet 2010

    Ce sont les enfants sages, Madame, qui font les révolutionnaires les plus terribles. Ils ne disent rien, ils ne se cachent pas sous la table, ils ne mangent qu'un bonbon à la fois, mais plus tard ils le font payer cher à la société. Méfiez-vous des enfants sages !

    Commenter     J’apprécie          0 67         Page de la citation

  • Par kenkuro, le 01 avril 2012

    Tirez sur moi je vous dis. C'est votre métier. Ecoutez donc : un père de famille, c'est jamais un vrai père de famille. Un assassin c'est jamais tout à fait un assassin. Ils jouent, vous comprenez. Tandis qu'un mort, c'est un mort pour de vrai. Etre ou ne pas être hein ? Vous voyez ce que je veux dire. Il n'y a rien que je puisse être sinon un mort avec six pieds de terre par dessus la tête. Tout ça, je vous le dis, c'est de la comédie. Tout ça ! Tout ce que je vous dis là. Vous croyez peut-être que je suis désespéré ? Pas du tout : je joue la comédie du désespoir. Est-ce qu'on peut en sortir ?
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 11         Page de la citation

  • Par milado, le 05 juin 2014

    HOEDERER
    - ... Quelle rage avez-vous tous de jouer aux tueurs ? Ce sont des types sans imagination : ça leur est égal de donner la mort parce qu'ils n'ont aucune idée de ce que c'est que la vie. Je préfère les gens qui ont peur de la mort des autres : c'est la preuve qu'ils savent vivre.

    Commenter     J’apprécie          0 15         Page de la citation

  • Par gteisseire2, le 27 juillet 2010

    -Il n'y a qu'un seul but : le pouvoir.
    -Il n'y a qu'un seul but : c'est de faire triompher ses idées, toutes ses idées et rien qu'elles.
    -C'est vrai : tu as des idées, toi. Ça te passera.

    Commenter     J’apprécie          0 20         Page de la citation










Sur Amazon
à partir de :
5,01 € (neuf)
0,90 € (occasion)

   

Faire découvrir Les Mains sales par :

  • Mail
  • Blog

Découvrez la collection Folio

> voir plus

Lecteurs (1651)

> voir plus

Quiz