AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2844140793
Éditeur : L'Association (2001)

Note moyenne : 4.53/5 (sur 194 notes)
Résumé :
Persepolis est un événement : il s'agit ni plus ni moins de la toute première bande dessinée iranienne… Un événement d'autant plus remarquable que l'auteur, Marjane Satrapi, est une jeune femme… Née en 1969, Marjane entrecroise le récit de sa jeunesse et les turbulences politiques vécues par son pays durant la même période. Le premier volume démarrait en 1980. À l'époque, Marjane ... >Voir plus
Critiques, Analyses & Avis (5) Ajouter une critique
jeranjou
jeranjou29 août 2013
  • Livres 5.00/5
Du chiffon rouge au vert de rage…(1)
Persepolis, de Marjane Satrapi auteur franco-iranienne, est une bande-dessinée en noir et blanc racontant l'enfance de cette femme en Iran dans les années 80. Dans le premier album, après avoir chassé le Shah du pouvoir en Iran lors de la révolution islamique, la famille Satrapi n'a cessé d'agiter le chiffon rouge devant cette radicalisation religieuse forcée.
Dans le tome deux, l'Iran étant affaibli, l'Iraq en profite pour attaquer son voisin et entre en guerre en septembre 80.
Après la fermeture des universités et le changement vestimentaire obligatoire, un deuxième drame s'abat sur la population iranienne : les bombes iraquiennes.
Le nouveau pouvoir en place va chercher dans cette guerre à ressouder l'esprit nationaliste iranien disloqué après les lendemains douloureux de la révolution. Afin de s'attaquer à Saddam Hussain, les pilotes enfermés en prison par les islamistes ressortent comme des héros pour bombarder Bagdad. En échange, l'Hymne iranien jusqu'alors formellement interdit est diffusé de nouveau à la radio.
L'Iraq étant mieux armé, l'Iran joue sa seule carte maitresse, le nombre d'hommes mobilisables. En effet, les enfants des familles pauvres sont envoyés au front pour être massacrés. Heureusement pour eux, ils emportaient autour du cou une petite clé dorée qui leur permettrait d'atteindre, le cas échéant, le paradis…
Afin d'éviter tout exode de population, le gouvernement a interdit à tout iranien de quitter le pays entre 80 et 83. Par la suite, malgré l'assouplissement de la mesure, les garçons de plus de treize ne pouvaient toujours pas quitter l'Iran.
Conjuguant la guerre extérieure avec l'Iraq et une répression intérieure religieuse, Marjane Satrapi nous fait vivre de l'intérieur cette période terrible de l'Iran, alliant un humour savoureux à une émotion palpable. Les dessins sont très évocateurs et éclairent à merveille les effets dévastateurs d'un pays doublement en guerre.
Je finirai par cette anecdote cruelle concernant cet ancien laveur de carreau promu directeur d'hôpital par la grâce de la révolution. Pourtant sans aucune compétence, lui seul peut décider du sort de l'oncle de Marjarne gravement malade et nécessitant une opération urgente. « Si Dieu le veut bien » comme le dit si bien ce directeur barbu et fanatique!
Je ne peux que vous inciter à vous plonger dans Persépolis, réussite graphique et historique, mettant en avant cette fillette verte de rage contre cet état meurtrier. Magnifique !

(1) le premier album de Persépolis était rouge, le second étant vert pour des raisons que j'ignore encore.
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          411
Under_The_Moon
Under_The_Moon21 avril 2014
  • Livres 4.00/5
Dans ce deuxième tome, Marji est une pré-ado et a l'esprit de révolte qui va avec. Cette fois-ci, elle a "troqué" Dieu contre des sentiments nationalistes face à l'attaque des troupes de Saddam Hussein qui abattent leurs bombes sur l'Iran.
En plus de ce conflit, ce tome décrit avec la même précision "humoristico-tragique" l'installation progressive de l'extrémisme dans la vie quotidienne : le sacro saint le voile pour les femmes et la barbe pour les hommes, mais aussi les dénonciations des voisins, la police de la moralité qui arpente les rues à la recherche d'âmes égarées par les valeurs occidentales, mais aussi l'ascenseur social plus que douteux qui permet à des gens complètement incompétents d'accéder à de hautes responsabilités (merci la barbe et la brosse à reluire bien placée !).
Pour épargner à Marji ce quotidien peu enviable, ses parents décident de l'envoyer en Autriche, dans un lycée français de Vienne. Et c'est là qu'arrive la scène que j'avais beaucoup aimé dans l'adaptation cinématographique : la dernière nuit avec la grand-mèrequi mettait des fleurs de jasmin dans son soutien-gorge. Et surtout, qui lui livre une leçon de sagesse sur "les cons". Il s'en dégage la même intensité d'émotion dans le roman graphique.
Alors que la thématique premier tome était très centrée sur L Histoire, celui-ci s'attache aux émotions et à la solidarité.
Vite vite la suite !!!
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          300
MissG
MissG13 décembre 2015
  • Livres 5.00/5
Ce deuxième tome de "Persepolis" s'ouvre sur un événement dont j'ai appris l'existence avec le film "Argo" : la prise d'otages à l'ambassade des Etats-Unis.
Dès le début le ton est donné, la révolution culturelle Iranienne bat son plein, les universités sont fermées et Marjane voit alors l'un de ses rêves s'écrouler : "Plus d'universités ... Et moi qui voulais devenir chimiste. Moi qui voulais faire comme Marie Curie. Je voulais être une femme savante et émancipée. Je voulais attraper un cancer pour la science.".
Bien vite, le pays s'enfonce dans un obscurantisme, la révolution islamiste ne se contente pas de fermer les lieux d'instruction et de réécrire l'histoire de l'Iran, le port du voile est décrété obligatoire pour toutes les femmes, soit-disant pour les protéger des hommes : "Ainsi donc pour protéger les femmes de tous les violeurs potentiels, le port du voile fut décrété obligatoire.", certains fuis le pays tandis que des purges d'opposants politiques se mettent en place.
Puis, c'est la guerre Iran-Irak qui éclate, un conflit qui durera huit ans et coûtera la vie à de nombreuses personnes, le régime au pouvoir n'hésitant pas à faire sortir de prison des opposants politiques afin de les envoyer se battre et mourir en héros.
J'ai trouvé particulièrement belle et juste une phrase d'une camarade de classe de Marjane alors que celle-ci tente de la consoler de la mort de son père : "J'aurais préféré qu'il reste en prison vivant, que héros mais mort.".
L'histoire traite également de l'enrôlement/endoctrinement de nombreux jeunes gens sous la promesse d'un paradis certain à leur mort, pour cela on leur remettait une clef qu'il devait porter sur eux : "La clef du paradis, c'était pour les démunis. En leur assurant une vie meilleure, des milliers de jeunes, leur clef autour du cou explosèrent sur les champs de mines.".
Une nouvelle fois, Marjane Satrapi a su choisir avec justesse les mots pour raconter son histoire et les souffrances de tout un peuple.
Elle parle des conditions de vie difficiles des Iraniens, des pénuries dans les supermarchés, des bombes larguées sur Téhéran, de la mort qui rôde de plus en plus, du déchirement des familles séparées à travers son oncle mourant dont le seul souhait est de revoir son fils vivant aux Pays-Bas.
L'Iran est un pays qui s'est alors refermé sur lui-même, tout ce qui est occidental y est banni et une nouvelle fois, Marjane peut compter sur le courage (et l'amour) de ses parents qui bravant les interdits et rusant vont lui ramener de Turquie des biens interdits en Iran, comme la dernière paire de baskets Nike ou un badge de Michael Jackson.
Pourtant, cela n'empêche pas les personnes de se procurer une partie de ces biens, par le biais du marché noir évidemment.
La terreur commence à régner partout, à travers les gardiennes de la révolution avec qui Marjane va passer un sale quart d'heure qui aurait pu lui coûter bien plus cher.
Marjane continue à grandir, elle se rebelle contre sa mère, en fumant sa première cigarette, continue à dire ce qu'elle pense et à s'habiller comme le souhaite, mais cela devient trop dangereux pour elle.
Et c'est sans doute l'une des plus belles preuves d'amour que ses parents vont lui faire, pour lui permettre de continuer à étudier et à vivre une vie normale, ils vont l'envoyer en Autriche, loin d'eux parce qu'ils savent que c'est la seule solution et la meilleure chose à faire pour leur fille : "On préfère t'avoir loin de nous et heureuse, plutôt que proche mais malheureuse et vu la situation, tu te porteras mieux ailleurs qu'ici.".
Ce passage est pour moi l'un des plus émouvants de la bande dessinée, j'ai trouvé ce geste magnifique, très fort mais aussi très douloureux.
Qu'il en faut de l'amour pour laisser partir sa fille pour lui offrir un avenir meilleur.
A cette occasion, la grand-mère de Marjane va lui dire une phrase très importante, qui lui restera toute sa vie : "Dans la vie tu rencontreras beaucoup de cons. S'ils te blessent, dis-toi que c'est la bêtise qui les pousse à te faire du mal. Ça t'évitera de répondre à leur méchanceté. Car il n'y a rien de pire au monde que l'amertume et la vengeance. Reste toujours digne et intègre à toi-même.".
D'ailleurs, la scène de cette dernière nuit où Marjane dort avec sa grand-mère est l'une des plus émouvantes, ainsi que celle du départ à l'aéroport avec ses parents.
Qu'est-ce que j'aime la grand-mère de Marjane Satrapi, c'est une personne qui aura réussi à me tirer les larmes aux yeux plusieurs fois au cours de ma lecture.
Ce deuxième tome m'a une nouvelle fois transportée dans l'Iran des années quatre-vingt, j'y ai appris bon nombre de choses à travers une histoire particulièrement émouvante et un graphisme des plus réussis, c'est donc tout naturellement que je me suis dirigée vers le troisième tome pour découvrir la vie de Marjane en Autriche.
Lien : http://lemondedemissg.blogspot.fr/2015/11/persep..
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          40
exarkun1979
exarkun197914 octobre 2013
  • Livres 5.00/5
La grande partie de cette BD se passe durant la guerre contre l'Irak. C'est aussi le début de l'adolescence de Marjane. Cependant, avoir un esprit rebelle comme elle dans une Iran islamique peut parfois être dangereux.
Ce second tome est aussi bon que le premier même s'il est moins touchant. C'est parfois triste de voir une famille aussi libérale perdre ses droits au fur et à mesure que je nouveau régime affermit son pouvoir.
J'aime bien le style de Marjane Satrapi qui est aussi très rigolo.
Commenter    J’apprécie          80
Gregor
Gregor24 octobre 2011
  • Livres 5.00/5
L'exil oblige sans cesse à se réinventer, surtout pour une petite fille. Marjane Satrapi nous le le rappelle par ce long récit traçant au passage les portraits de sa famille, droite et digne mais aussi dévastée par l'histoire. Et l'on suit cela saisi à la fois de solides éclats de rire et de soudains frissons d'émotions. Persépolis bouleverse par la représentation simple d'un réel terriblement concret : un pays (l'Iran) marqué par les malheurs et la violence. Ce roman graphique devenu un best-seller dit une vérité de façon bien plus parlante que n'importe quel reportage télé.
Commenter    J’apprécie          20
Citations & extraits (16) Voir plus Ajouter une citation
jeranjoujeranjou29 août 2013
Pour protéger les femmes de tous les violeurs potentiels, le port du voile fut décrété obligatoire.



[Propagande à la TV] - Les cheveux des femmes contiennent des rayons qui excitent les hommes. Les femmes doivent les cacher !



[Le père de Marjane] - Fantastique ! Ils prennent tous les mecs pour des obsédés sexuels !!



[La mère de Marjane] - Bien sûr. Ils le sont, eux !

+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          350
Under_The_MoonUnder_The_Moon20 avril 2014
Dans la vie tu rencontreras beaucoup de cons. S'ils te blessent, dis-toi que c'est la bêtise qui les pousse à te faire du mal. ça t'évitera de répondre à leur méchanceté. Car il n'y a rien de pire au monde que l'amertume et la vengeance...

Reste toujours digne et intègre à toi-même.
Commenter    J’apprécie          130
mandarine43mandarine4309 novembre 2011
"Le système éducatif ainsi que les propos des livres scolaires et universitaires sont décadents. Il faut revoir tout cela pour que nos jeunes ne s'éloignent pas du chemin de l'Islam. C'est pourquoi nous fermerons toutes les universités pour une durée limitée. Mieux vaut ne pas avoir d'étudiants du tout, que d'éduquer de futurs impérialistes."

Les universités furent donc fermées pendant deux ans.
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          40
mandarine43mandarine4313 novembre 2011
- Il suffit que les magasins soient vides un seul jour et vous vous mangeriez entre vous, et ça s'appelle des gens civilisés ! Si chacun prenait selon ses besoins, il y en aurait pour tout le monde !

Et à la sortie du supermarché...

- Combien de boîtes de riz on a pris ?

- Ben, deux !

- Hum... On ira dans le magasin à côté en reprendre. On ne sait jamais !

- ?
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          40
GregorGregor31 octobre 2011
Madame, nous sommes en guerre. Beaucoup d'enfants n'ont pas d'école. Les vôtre ont de la chance d'en avoir une. Alors qu'elles soient dociles !

- Dociles ? Pour se taper deux fois par jour ??

- Pour être couvertes des pieds à la tête ?

- Pour ne pas pouvoir jouer comme des enfants de leur âge ?

Oh ! De toute façon c'est comme ça. Soient elles respectent la loi, soit elles sont virées !!! Et qu'elles portent bien leur voile...
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          30
Videos de Marjane Satrapi (30) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Marjane Satrapi
Marjane Satrapi : film "Poulet aux prunes" - Entrée libre
Dans la catégorie : 1906--->Voir plus
>Histoire de l 'Asie>Histoire de l'Iran>1906---> (9)
autres livres classés : iranVoir plus





Quiz Voir plus

Quiz autour du livre "Persepolis"

Dans quelle ville se déroule l'histoire ?

Ispahan
Téhéran
Karaj

10 questions
68 lecteurs ont répondu
Thème : Persépolis, tome 1 de Marjane SatrapiCréer un quiz sur ce livre