AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2226190902
Éditeur : Albin Michel (2009)
  Existe en édition audio

Note moyenne : 3.41/5 (sur 782 notes)
Résumé :
Sauvage, révolté, Jun promène ses quinze ans dans les rues de Tokyo, loin d'une famille dont il refuse de parler.
Sa rencontre avec un maître du sumo, qui décèle un « gros » en lui malgré son physique efflanqué, l'entraîne dans la pratique du plus mystérieux des arts martiaux. Avec lui, Jun découvre le monde insoupçonné de la force, de l'intelligence et de l'acceptation de soi.
Mais comment atteindre le zen lorsqu'on n'est que douleur et violence ? Com... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.fr
Critiques, Analyses & Avis (107) Voir plus Ajouter une critique
lecassin
lecassin29 octobre 2012
  • Livres 4.00/5
Poursuivant la série du « cycle de l'invisible », commencé en 1997 avec « Milarepa », Eric-Emmanuel Schmitt nous livre avec « le sumo qui ne pouvait pas grossir », un succulent conte philosophique.
Au Japon, Jun, adolescent, traine dans les rues et subsiste misérablement en vendant des colifichets à la sauvette. Malingre, il est pourtant accosté par Shomintsu, un maître du sumo qui voit en lui, un gros… Il réussira à le convaincre de rejoindre son école de sumo.
Là, le jeune garçon apprendra beaucoup de choses sur la vie, mais surtout sur lui-même ; lui qui se définissait à son entrée à l'école de Shomintsu comme « intolérant à la terre entière ; y compris à lui-même »
Il finira par découvrir qu'on ne peu progresser qu'en s'acceptant tel qu'on est, et non pas tel qu'on prétend être ; et que les frustrations enfouies ont un grand intérêt à prendre l'air…
Tout comme « Milarepa », « Monsieur Ibrahim », « Oscar » et « L'enfant de Noé », ce cinquième élément du « Cycle de l'invisible » ne manque pas de saveur ; tout comme la plume d'Eric-Emmanuel Schmitt, d'ailleurs… Un petit bouquin qui se lit en une heure mais que l'on rumine ensuite… beaucoup plus qu'une heure…
Car il faut vous préciser qu'à l'époque, je souffrais d'allergie. J'étais devenu intolérant à la terre entière. Y compris à moi.
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          270
ssstella
ssstella26 avril 2016
  • Livres 4.00/5
C'est frais, c'est léger... ça se mange sans faim... pas de risque d'indigestion !
Un joli et délicieux petit dessert !
Traduction :
Une lecture sympa, si courte... ça se lit vite... on n'a pas le temps de s'ennuyer !
Un distrayant et intelligent petit livre !
Commenter    J’apprécie          240
infini
infini08 février 2014
  • Livres 5.00/5
Ce livre ; une pépite d'espérance , d'optimisme , de spiritualité...
Eric-Emmanuel SCHIMTT a le don dans sa plume de transmettre à chaque fois une réflexion .
Petit roman qui se lit rapidement ,facilement....et a travers ses lignes nous emmène à la dernière page a une remise en question sur notre propre vie..
Dans ce petit livre , il est question d'arts martiaux..de volonté ,et de dépassement de soi meme..de dépasser ses souffrance pour exister
Monsieur SCHIMTT...y'a rien a dire , j'aime tous vos livre et celui ci m'a emmené du soleil dans cette après midi pluvieux!!Merci!!
Commenter    J’apprécie          272
dancingbrave
dancingbrave27 avril 2016
  • Livres 4.00/5
Joli petit texte simple et bien mené formant une belle initiation à l'esprit du bouddhisme zen.
De très belles pages pointant l'ouverture d'esprit nécessaire afin de renoncer aux turpitudes de la vie hors du Zen.
D'autres nous faisant une authentique petite initiation au but de la méditation Zen.
Cerise sur le gâteau, pour moi en tous cas, ce texte m'aura montré le côté art martial, art du Zen, du sumo que je ne soupçonnais pas.
Un joli roman que je conseillerai volontiers aux curieux de la spiritualité bouddhiste.
Petit résumé si ça vous tente :
Jun a 15 ans, il est dans la révolte totale, victime d'une « allergie universelle », une allergie à tout, à tous et à lui-même. Voyez le genre.
Sa mère ne l'aime pas, croit-il. Son père qui s'est suicidé ne vivait que pour son travail, négligeant tout le reste.
Il est en voie de clochardisation lorsque sa route croise celle du « maître » d'une école de Sumo qui va tout faire pour mener ce chétif adolescent vers ce qui sera son salut.
Mais qu'est ce qui anime maître Shomintsu ?
Le « Chemin » que lui-même parcours dans sa quête spirituelle.
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          113
Renatan
Renatan20 avril 2016
« À l'envers des nuages, il y a toujours un ciel. »
« Ce qu'on refoule pèse plus lourd que ce qu'on explore. »
Jun a quinze ans. Un jour, il s'est levé et a eu envie de tout foutre en l'air, de réorganiser sa vie autour de ce qu'il croyait être son incapacité à vivre en collectivité. Dégoûté de lui autant que de la vie, il s'est dit que ce qu'il perdrait en « confort » il le gagnerait en liberté. En réalité, Jun a peur, c'est pour cette raison qu'il abandonne tout avant même de s'être donné la chance de réussir. Il fait partie de ces jeunes qui attribuent aux autres l'entière responsabilité de leurs malheurs - quand on se pose en victime, on se décharge de ses torts, c'est moins lourd à porter... Certes, son père est mort et sa mère, selon lui, ne lui a jamais témoigné de tendresse. A-t-il seulement saisi le message d'amour derrière ses lettres? Je ne dis pas qu'on naît tous égaux, loin de là, mais je pense qu'à l'adolescence il peut nous arriver d'occulter la réalité sous une avalanche de certitudes. En fuguant, Yun s'est protégé derrière une carapace. Une couche bien solide de repli sur soi pour lui éviter de se sentir constamment agressé par les paroles des autres, de les déformer, de les juger, d'en douter, de les interpréter. Ce n'est pas lâche, c'est une manière comme une autre de survivre…
« Tu agonises parce que tu as tout recouvert, tes émotions, tes problèmes, ton histoire. Tu ne sais pas qui tu es, donc tu ne construis pas à partir de toi. »
Il vit maintenant le cul sur un bout de béton d'une ruelle insalubre de Tokyo et s'alimente de restes de poubelles. de temps en temps, pour pouvoir se permettre le luxe de quelques boîtes de conserves, il vend des canards pour le bain, mais pas n'importe lesquels… les siens ont des formes de femmes, des seins aussi rouges qu'une promesse. Jusqu'au jour où il rencontre Shomintsu, un maître de sumo. Et que d'une voix aussi douce qu'imperturbable, ce dernier se tourne vers lui et lui dit :
« -Je vois un gros en toi.
-… »
Et le jour suivant…
« -Je vois un gros en toi.
-Va te faire foutre ! »
Ce que Shomintsu a réellement vu en Jun ressemble à de faux semblants pour cacher ses souffrances. Un monde de sensibilité étouffé sous les apparences. Il repoussera d'abord le maître, puis finira par se laisser apprivoiser. Son univers basculera. Jun sera sur la voie de l'apprentissage... En participant à son école de sumo, ses instincts seront plus vifs, ses certitudes s'écrouleront. Il perdra ses repères mais vaincra ses préjugés. Surtout, il apprendra à penser à travers son propre regard. le temps sera-t-il venu alors d'ouvrir les lettres de sa mère et de découvrir ses secrets?
« J'ai dit que c'était possible, pas que c'était facile.
-Tu progresses, Jun. Tu rates tes combats, mais tu échoues avec style. »
Le Cycle de l'invisible d'Éric Emmanuel-Schmitt comprend six romans – nouvelles - que j'ai décidé de relire. Chacune d'elles nous parle d'une religion. C'est mon p'tit Vincent qui m'en a donné le goût, il en a loué deux à la biblio de son collège la semaine dernière. Et comme c'est l'un de mes auteurs favoris…
Dans celui-ci, il est question de bouddhisme zen, que pratique Shomintsu. Un homme paisible et généreux qui médite durant des heures pour atteindre en lui le vide suprême. Une fois ce vide atteint, la force en lui s'éveille. Et nous apprenons, à son contact, que rien n'est impossible…
« Tu as raison, Jun. le but, ce n'est pas le bout du chemin, c'est le cheminement. »
« Jun, si ce que tu dis n'est pas plus beau que le silence, alors tais-toi... »

Lien : http://www.lamarreedesmots.com/2016/04/le-sumo-q..
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          73
Citations & extraits (117) Voir plus Ajouter une citation
dancingbravedancingbrave27 avril 2016
- On n’a pas besoin de religion pour vivre.
- De religion peut-être, mais de spiritualité, si.
Commenter    J’apprécie          112
ssstellassstella25 avril 2016
- Sur beaucoup de sujets, cher gros tas de muscles à minuscule cervelle, les filles sont tenues de réfléchir pour deux.
Commenter    J’apprécie          130
coluccirosy57coluccirosy5706 septembre 2015
- Le gros en moi, ça y est je le vois : le gros, ce n'est pas le vainqueur des autres, mais le moi qui marche devant moi, qui me guide, m'inspire. ça y est, je vois le gros en moi. Maintenant, je vais maigrir et entreprendre des études pour devenir médecin.
Son visage se tendit de plaisir.
- Merci, maître, de m'avoir remis sur le chemin, de m'avoir montré que j'étais capable d'y marcher.
- Tu as raison, Jun. Le but, ce n'est pas le bout du chemin, c'est le cheminement.
- Voilà. Je ne veux pas triompher, je veux vivre.
- Bien vu. La vie n'est ni un jeu ni un match, sinon il y aurait des gagnants.
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          100
adilosaadilosa02 septembre 2013
"À cette époque-là, j’étais fier de mes genoux tant ils étaient laids, disproportionnés par rapport à mon corps. Comme je me haïssais, je ne supportais de moi que ce qui m’apparaissait monstrueux ; presque inconsciemment, j’avais développé une coquetterie à l’envers, une coquetterie attachée à mes défauts, mon rachitisme, mes genoux cagneux et ma pomme d’Adam proéminente."
Commenter    J’apprécie          140
c.brijsc.brijs13 août 2012
- Je n'embrasserai qu'un garçon qui veut fonder une famille avec moi, qui veut avoir plusieurs enfants avec moi. Et vite.
- Vite?
- Vite! Si on réfléchit trop au moment idéal pour avoir des enfants, on est foutu. (...)
- Ca réfléchit à des trucs pareils, les filles?
- Sur beaucoup de sujets, cher gros tas de muscles à minuscule cervelle, les filles sont tenues de réfléchir pour deux.
Commenter    J’apprécie          110
Videos de Eric-Emmanuel Schmitt (57) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Eric-Emmanuel Schmitt
A l'occasion de la sortie au Livre de Poche des "Perroquets de la place d'Arezzo", roman touffu dans la jungle des désirs grâce à une trentaine de personnages tous plus fougueux les uns que les autres, Eric-Emmanuel Schmitt s'est prêté à un entretien sur les grandes thématiques de son oeuvre à commencer par l'amour, au gré du hasard d'un jeu de cartes.
En savoir plus sur "Les Perroquets de la place d'Arezzo" : http://www.myboox.fr/livre/les-perroq...
Musique : As I figure_Latinesque
autres livres classés : sumoVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Le sumo qui ne pouvait pas grossir êtes vous incollable?

Comment s'appelle le personnage principal?

Jun
Pau
Jules
Pun

9 questions
7 lecteurs ont répondu
Thème : Le sumo qui ne pouvait pas grossir de Eric-Emmanuel SchmittCréer un quiz sur ce livre