AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Anne Cheng (Traducteur)François Cheng (Traducteur)
ISBN : 2877302113
Éditeur : Editions Philippe Picquier (1998)

Note moyenne : 3.98/5 (sur 103 notes)
Résumé :
Le Pousse-pousse, le plus célèbre roman de Lao She, ce sont les aventures de Siang-tse le Chameau dans le Pékin des années vingt et trente. Sa grande ambition est de posséder son propre pousse-pousse.
Dans cette ville où tout est régi par la guerre, l’argent, le danger, il ira de désillusion en désillusion et ne connaîtra que la déchéance et le désenchantement. Mais c’est aussi le roman du petit peuple de Pékin, un Pékin aujourd’hui disparu, que Lao She fait ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.fr
Critiques, Analyses & Avis (17) Voir plus Ajouter une critique
Epictete
Epictete05 février 2015
  • Livres 3.00/5
C'est bête bien-sûr mais quand j'ai acheté ce livre, j'ai d'abord été attiré par la couverture ( en livre de poche) : Un chameau à l'air serein qui tire un pousse-pousse. (L'association du verbe tirer et du mot pousse-pousse est amusante)
Comme quoi le marketing des couvetures est loin d'être inactif.
Et quand on commence la lecture de ce petit roman, on se rend compte que l'on entre dans un monde où rien n'est facile.
On se plaît vite à imaginer que la vie de Lao She a été plus sympatique, plus riante que celle de son héros. Car ce livre est une véritable leçon de vie, d'échecs mais aussi d'espoir.
Le héros, Siang-Tse dit « le chameau » est un bon gars un peu simple mais travailleur et surtout obsédé par l'argent, le gain, la réussite sociale.
Il travaille comme un fou pour se payer son propre outil de travail : un pousse-pousse qu'il se fait voler.
Il repart à zéro, se laisse séduire par la fille de son patron perd tout à nouveau, etc….
Lao She est un conteur, un classique ; il fournit ici un roman réaliste un peu à la façon de Zola, écrit avec détachement et recul.
Mais on n'est ni dans la passion ni dans la compassion. Lao She observe et décrit des faits. C'est tout.
Cependant tout cela est utile pour illustrer le mode de vie d'un peuple, sa culture. On n'est pas dans le monde des Bisounours : Chaque décision peut conduire un peu plus à la déchéance.
En même temps l'auteur nous assène de nombreuses notions de valeurs, toujours intéressantes pour mieux comprendre l'histoire.
Ce livre est d'une lecture agréable, mais peut-être pas aussi simple que cela. Elle conduit à pas mal de réflexions utiles ou dérangeantes !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          340
Sesheta
Sesheta14 mai 2009
  • Livres 5.00/5
Le malheur accable sans cesse notre pauvre Siang-tse qui tente pourtant simplement de vivre honnêtement. Il nous conduit dans les rues de Pékin à la rencontre d'une autre culture, d'un autre peuple, avec ses coutumes et ses misères, d'une autre pensée. C'est un roman profondément humain. On ne peut s'empêcher d'éprouver de la tendresse et de la compassion pour notre "héros". On sourit à ses maladresses et devant sa grande naïveté (voire sa bêtise!). Et, l'air de rien, on s'accroche à cette histoire qui se lit très facilement. Une lecture très agréable, grâce à une écriture légère et simple, (ce n'est, ici, pas péjoratif du tout!) bien que l'histoire en soit dramatique. Les mésaventures de Siang-tse sont vraiment touchantes et présentée avec un humour fin qui nous accroche jusqu'à la fin !
http://chaosdecritures.over-blog.com/article-31395346.html
Lien : http://chaosdecritures.over-..
Commenter  J’apprécie          420
diablotin0
diablotin020 août 2016
  • Livres 5.00/5
Lire un roman traduit du chinois garantit toujours une évasion, un dépaysement, une immersion dans un "autre monde". Ici, "le Pousse-Pousse" ne fait pas exception, on plonge dans le Pékin des années 30.
On suit alors les aventures de Sing-Tse avec beaucoup d'émotion. On espère avec lui des jours meilleurs et on tombe avec lui devant tant de désillusions, on courbe l'échine face à ce monde cruel et sans pitié.
L'histoire, bien que romancée, apporte beaucoup sur ce Pékin des années 30 et le métier de tireur de Pousse. Si j'étais metteur en scène, j'aurais beaucoup de plaisir à faire un film de ce roman. Bravo à Lao She et aux traducteurs François et Anne Cheng !
Commenter  J’apprécie          320
Walden-88
Walden-8802 juin 2016
  • Livres 5.00/5
Siang-tse le Chameau, grand gaillard de vingt-deux ans, a une grande ambition dans la vie : posséder son propre pousse-pousse. Lao She nous amène dans le Pékin des années 1920-30 sur les traces de ce jeune homme fort, courageux et honnête. Pendant que les autres tireurs dépensent leur argent en alcool ou dans les bordels, Siang-tse, lui, économise le moindre yuan. Il travaille sans relâche et parcourt inlassablement les rues de Pékin au pas de course. Ainsi au bout de trois ans, il parvient à acheter son pousse-pousse, mais très vite c'est le début des ennuis. Dès qu'un semblant de réussite pointe à l'horizon, survient un événement malheureux ou une personne mal intentionnée qui le ramènent à la case départ. Les années passent mais Siang-tse joue toujours autant de malchance : on le vole, on l'embrigade, on le trompe.
Lao She nous plonge dans le milieu des tireurs de pousse avec ses codes d'honneur mais aussi sa concurrence féroce. La plupart des tireurs doivent louer leur pousse à la journée, assurant à peine à chacun son bol de riz quotidien. Ils peuvent travailler chez un particulier, permettant du même coup, d'avoir un toit sur la tête et à manger ; ou bien travailler à la course, à la recherche de clients. A travers l'histoire de Siang-tse, une histoire faite de sang, de sueur et de souffrance, Lao She nous montre combien l'homme est fragile et qu'il peut tout perdre en un instant. Siang-tse "avait toujours espéré que seul, à la force du poignet, il réussirait à soulever le poids de son destin et à sortir vainqueur des épreuves que la vie lui avait imposées".
Lao She possède un réel talent de conteur, je suis impatient de découvrir ses autres livres. Je devrais, d'ici peu, me laisser tenter par la trilogie Quatre générations sous un même toit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
Woland
Woland24 décembre 2007
  • Livres 4.00/5
Je viens à peine de le terminer et j'avoue avoir du mal à en parler. Toutes proportions gardées et si l'on tient compte des différences de civilisation, d'époque et de projet littéraire dans lequel il s'inscrit, "Le Pousse-Pousse" rappelle "L'Assommoir."
A ceci près que le personnage principal n'en est pas une femme, comme Gervaise, mais un homme, Siang-tse, dit "Le Chameau." Arrivé de sa campagne natale dans le Pékin des années 20, Siang-tse comprend vite que le meilleur moyen pour un homme comme lui de s'y faire de l'argent, c'est de se faire tireur de pousse-pousse. Pour ce faire, il n'épargne ni sa sueur, ni sa peine.
Et puis, lentement mais sûrement, de déconvenue en chagrin, Siang-tse se met lentement à glisser sur la pente de la déchéance ...
Je n'en écrirai pas plus. J'ai dû me forcer pour terminer ce roman. Non que je mette en cause le talent de son auteur, bien au contraire : c'est justement parce que Lao She sait comme personne nous rendre présent le personnage de Siang-tse et tous ceux qui l'entourent, et nous restituer en parallèle le climat du Pékin d'avant-guerre, qu'on se révèle incapable de lire ce livre sans s'impliquer dans l'histoire qu'il conte. ;o)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Citations & extraits (18) Voir plus Ajouter une citation
joedijoedi28 février 2015
A l’horizon grisâtre, perçait une lueur rouge. Les arbres, au loin, paraissaient plus noirs. Peu après, le rouge et le gris se mêlèrent ; le ciel devint couleur de raisins mûrs, avec par-ci par-là, des taches gris-violet et d’autres franchement rouge. Un point d’un jaune brillant se forma bientôt à l’horizon, donnant naissance à toute une gamme de couleurs chatoyantes. L’orient tourna au carmin, tandis que le reste du ciel virait au bleu. Soudain, les nuages s’ouvrirent, laissant le soleil darder mille rayons d’or. Une vraie toile d’araignée, tissée de lumière. Les champs, les arbres, les herbes passèrent du vert sombre à l’émeraude scintillant. Les branches de sapin se teintèrent de rouge et les ailes des oiseaux étincelèrent. Tout souriait. Devant le spectacle de cette aurore grandiose, Siang-tse eut envie de pousser des cris.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
litolfflitolff21 décembre 2010
Les femmes avaient un sort moins enviable encore. Elles devaient faire face à tout : aux plaintes des vieillards, aux maladies des enfants, à la violence de leur mari. Quand elles étaient enceintes, elles ne cessaient pas de travailler et ne se nourrissaient que de bouillons de riz avec des patates. Elles mendiaient aussi. Parfois, elles rapportaient du linge à laver ou à rapiécer la nuit, sous une lampe à pétrole, lorsque tout le monde était enfin endormi. Le vent qui entrait par les fentes des murs de ces pièces exiguës enlevait toute chaleur. Fatiguées, mal nourries - elles donnaient à manger aux vieux et aux petits - elles étaient la plupart du temps malades. A trente ans, elles perdaient leurs cheveux. Elles ne tardaient pas à mourir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Walden-88Walden-8829 mai 2016
Et il sentait son cœur se serrer comme jamais auparavant. Il avait l'impression de voir en Petit-Cheval son propre passé, et dans le vieux son avenir. Chose étrange : lui qui n'avait jamais dépensé un sou à la légère, il était à présent tout heureux d'avoir acheté d'un coup dix brioches à ces deux êtres.
Commenter  J’apprécie          170
diablotin0diablotin020 août 2016
Dans le garage, il s'était fait, malgré sa nature taciturne, quelques amis. Une oie sauvage, même si elle ne cacarde pas, recherche tout de même la compagnie de ses semblables.
Commenter  J’apprécie          195
iti1801iti180131 août 2010
Une chose lui sautait aux yeux : la vie du pauvre ressemblait fort à un noyau de jujube, avec ses deux bouts pointus et son milieu bombé. Les deux bouts pointus, c'est son enfance et sa vieillesse, démunies de tout, risquant à tout instant d'être écrasées, mises en miettes, tandis que le milieu bombé évoque sa jeunesse où la force physique lui permet de profiter quelque peu de la vie.
Commenter  J’apprécie          60
Video de Lao She (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Lao She
Olivier BARROT présente le roman de Lao She, "Messieurs Ma père et fils". Ce roman s'inspire du séjour londonien de Lao SHE.
Dans la catégorie : Littérature chinoiseVoir plus
>Littérature des autres langues>Littérature asiatique>Littérature chinoise (201)
autres livres classés : littérature chinoiseVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Classiques en Chine

Hymne aux femmes de toute condition dans une société féodale, ce chef d'oeuvre de la littérature classique chinoise fait évoluer plus de 400 personnages. De quel roman s'agit-il ?

L'histoire des trois Royaumes
La Cité des femmes
Epouses et Concubines
Le rêve dans le pavillon rouge

10 questions
29 lecteurs ont répondu
Thèmes : chine , littérature chinoise , culture chinoiseCréer un quiz sur ce livre
. .